L’ACRO alerte sur une pollution à l’américium autour du ruisseau des Landes à la Hague et demande la transparence sur les origines et sur l’impact de cette pollution.

En octobre dernier, l’ACRO avait dénoncé la présence d’une pollution radioactive liée entre autre à la présence d’américium-241, élément réputé hautement radiotoxique, dans la zone publique située au Nord-Ouest du site AREVA la Hague, non loin de la source du ruisseau des Landes.

Les résultats de nos analyses avaient été présentés lors de la réunion de la Commission locale d’Information en octobre dernier, au cours de laquelle l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) avait jugé prendre « très au sérieux nos mesures ».

Suite à ces premières constatations, l’ACRO a décidé de continuer les investigations sur ses fonds propres afin de mieux cerner l’étendue des pollutions observées ainsi que leurs origines. Deux campagnes de prélèvement ont été réalisées les 17 octobre et 16 novembre dernier au cours desquelles ont été collectés une quarantaine d’échantillons.

Les nouveaux résultats obtenus sont sans appel : ils confirment nos premières analyses et de surcroît, montrent des niveaux de contamination encore plus importants en certains endroits. Outre l’américium-241, d’autres éléments radioactifs sont mesurés comme le césium-137, le cobalt-60, l’iode-129. Des mesures des isotopes du plutonium et de strontium-90 sont également en cours.

Nos résultats ont été présentés lors de la réunion de la Commission locale d’information qui se tenait ce 26 janvier à Beaumont-Hague. Sans attendre cette réunion, dans un communiqué publié le 24 janvier, AREVA reconnaissait la pollution et s’engageait à nettoyer la zone. Nous prenons note avec satisfaction de cette annonce qui montre une fois de plus l’importance de la surveillance citoyenne effectuée par l’ACRO.

Toutefois, l’expertise réalisée par l’exploitant, telle que présentée par AREVA lors de la réunion de la CLI, nous semble incomplète et les niveaux maxima relevés par ses mesures sont en dessous des nôtres.

C’est pourquoi, nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur l’origine et sur l’impact de cette pollution. Nous avons  donc demandé qu’un groupe d’expertise soit créé sur ce sujet avec, notamment, l’accès à toutes les données environnementales de la zone Nord-Ouest, depuis la création de cette zone ouest de stockage des déchets. La CLI a validé cette demande.

D’autre part, nous restons vigilants et demandons qu’une expertise indépendante (à laquelle nous souhaiterions participer) soit menée à l’occasion des travaux de dépollution.

Communiqué ACRO du 26 janvier 2017. Voir la version PDF

Cliquez ici pour voir la synthèse des résultats

Voir la présentation ACRO lors de la CLI AREVA du 26/01/2017

L’ACRO lance un nouveau site Internet pour plus de transparence dans le nucléaire, avec un premier focus sur les anomalies et irrégularités de certaines pièces sensibles du parc nucléaire

Des anomalies de ségrégation carbone ont été découvertes dans l’acier des calottes de cuve et de certains générateurs de vapeur, des irrégularités voire des falsifications ont été repérées à l’usine Creusot-Forge. Cette situation est grave car ces équipements sont très importants pour la sûreté. La plus grande transparence est donc nécessaire dans cette crise.

L’ACRO a créé un site Internet dédié afin de faire le point :

Si des efforts ont été constatés du côté de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), ce n’est pas suffisant. En particulier, EDF et Areva ne publient aucune information technique.

Il est impossible à tout un chacun de se faire une opinion à partir des seules informations disponibles en ligne.

En Belgique, suite à la découverte de défauts dans l’acier des cuves des réacteurs nucléaires, l’Agence fédérale de contrôle nucléaire, a mis en ligne une page spéciale avec :

  • ses propres avis et les rapports qui sous-tendent sa décision ;
  • les dossiers de justification d’Electrabel, l’exploitant ;
  • les analyses indépendantes du Service de Contrôle Physique d’Electrabel.

L’ACRO demande donc une plus grande transparence avec la publication de tous les documents relatifs à cette affaire. L’association exercera une grande vigilance et mettra toutes les informations collectées sur son nouveau site dédié.

L’ACRO condamne fermement la perquisition au domicile d’un salarié de Greenpeace

L’ACRO condamne fermement la perquisition qui a eu lieu le mardi 13 décembre au domicile de Yannick Rousselet, salarié de Greenpeace. Yannick a tout notre soutien.

Greenpeace œuvre pour plus de transparence dans le nucléaire et pour renforcer la sûreté. Comme l’ACRO, Yannick Rousselet est membre du Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire (HCTISN) et de plusieurs Commission Locales d’Information (CLI).

La perquisition de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) est une violation intolérable de la vie privée. Yannick et les siens ont perdu toutes leurs données personnelles. Il s’agit d’une mesure d’intimidation inacceptable qui vise à museler les lanceurs d’alerte.

Si l’industrie nucléaire est en crise et fait face à d’énormes difficultés, elle en est la seule responsable. Ce ne sont pas les organisations de protection de l’environnement qui lui font courir des risques.

voir la version PDF

Pollution en américium-241 dans la zone Nord-Ouest du site Areva-La Hague

La pollution à l’américium-241 augmente dans le nord-ouest du site Areva-La Hague : jusqu’à + 80% en 7 ans pour ce radioélément particulièrement radiotoxique.

Voir la note technique.

AVIS de l’ACRO en réponse à la consultation sur le projet de décret relatif à la protection sanitaire contre les dangers résultant de l’exposition aux rayonnements ionisants et à la sécurité des sources de rayonnements ionisants contre les actes de malveillances.

Le Ministère de l’environnement a soumis à l’avis du public son projet de décret relatif à la protection sanitaire contre les dangers résultant de l’exposition aux rayonnements ionisants, qui transpose la directive européenne 2013/59/Euratom.

« Tchernobyl, 30 ans après ? » Bilan de la cartographie citoyenne du césium-137 dans l’alimentation et l’environnement.

Voir le communiqué en version Pdf

Voir le bilan de l’opération en version Pdf

 

En 1986, la catastrophe de Tchernobyl a contaminé toute l’Europe à des niveaux très variables selon les endroits. Que reste-t-il de cette pollution trente ans plus tard ? Sur les nombreux radioéléments rejetés, seul le césium-137 est encore détectable en France. Sa demi-vie est de trente années.

Pour étudier la pollution radioactive rémanente, l’ACRO a lancé, en 2014, une vaste cartographie citoyenne, avec pour devise :

vous prélevez, l’ACRO analyse !

Une centaine de « préleveurs volontaires », ainsi que trois autres associations, ont participé à cette campagne qui a couvert 13 pays européens. Les résultats ont été publiés au fur et à mesure sur un site Internet dédié : tchernobyl30.eu.org

Une grande autonomie a été laissée à chaque préleveur volontaire, aussi bien sur le lieu du prélèvement que sur la nature des échantillons à prélever.

  • Tous les compartiments de l’environnement sont-ils contaminés par le césium-137 ?
  • Quels sont les niveaux d’activité que l’on peut trouver dans notre environnement quotidien (jardin, forêt…) aujourd’hui ?
  • Quelles denrées alimentaires sont encore contaminées ?

Bilan de la participation

L’opération « Tchernobyl, 30 ans après ? » a rencontré un grand succès, puisqu’une centaine de préleveurs volontaires ont participé à l’opération et trois associations ont souhaité collaborer à cette campagne : Les Enfants de Tchernobyl, l’Observatoire Mycologique et Greenpeace Allemagne.

La participation de ce large public a permis l’analyse d’un nombre très important d’échantillons (364) répartis dans toute l’Europe (13 pays). La liberté laissée aux préleveurs dans le choix des échantillons et des lieux de prélèvements a permis de cerner des indicateurs auxquels nous n’aurions pas pensé, et de révéler des zones qu’on pouvait imaginer relativement épargnées par les retombées.

Résultats

Les sols :

Notons d’abord que l’ensemble des échantillons de sol analysés en France comme en Europe présente une contamination par le césium-137.

Les zones de dépôts préférentiels ont été les massifs montagneux, car c’est là que les précipitations sont généralement les plus importantes. En montagne, on observe la formation de « points chauds » créés par le ruissellement lors de la fonte des neiges et des congères. Les éléments radioactifs (contenus dans la neige) se sont alors accumulées sur un espace réduit, entraînant des concentrations très importantes de radioactivité dans le sol. On mesure jusqu’à 68 000 Bq/kg sec dans les sols des Alpes.

En France, les prélèvements réalisés dans l’Est du pays présentent encore des contaminations importantes. En plaine, on mesure jusqu’à 70 Bq/kg sec en Isère et 174 Bq/kg sec dans le Haut-Rhin. Des contaminations importantes ont par ailleurs été mesurées ponctuellement dans des zones globalement moins impactées par les retombées radioactives : on mesure, par exemple, 91 Bq/kg sec de césium-137 dans un sol forestier de Seine-Maritime.

Les champignons :

80% des échantillons de champignons analysés sont contaminés par le césium-137, ce qui confirme la propriété déjà connue d’accumulation du césium du sol par les champignons :

Des contaminations parfois très importantes ont été observées : jusqu’à 4 410 Bq/kg sec dans des pieds de mouton prélevés au Luxembourg et 860 Bq/kg sec dans des chanterelles prélevées dans la Drôme. Même dans des zones moins impactées par les retombés radioactives, on trouve du césium-137 dans certains champignons. On mesure par exemple 97 Bq/kg sec dans des bolets prélevés dans le calvados.

Les denrées alimentaires :

Les fruits et les légumes que nous avons analysés sont épargnés par la contamination par le césium-137. Seules des châtaignes prélevées dans le Gard présentaient un marquage par ce radioélément. Les produits de la ruche, les produits laitiers (fromage de vache et de chèvre) et les plantes aromatiques analysées ne révèlent pas la présence de césium-137.

Ce n’est pas le cas du gibier qui se contamine par son alimentation. Le sanglier corse analysé au cours de cette campagne présentait une légère contamination par le césium-137.

En Norvège, en Suède et en Finlande, la contamination de la viande de renne est devenue un  problème sanitaire qui perdure encore actuellement. Nous avons mesuré 690 Bq/kg de césium-137 dans la viande de renne et 25,3 Bq/kg dans la viande d’élan. Ces viandes ont été achetées dans un supermarché en Norvège.

Tous les résultats sont disponibles sur le site de l’opération : tchernobyl30.eu.org

 

Du ruthénium radioactif détecté autour d’AREVA-La Hague

Du ruthénium radioactif détecté dans l’herbe autour de l’usine de retraitement AREVA NC de la Hague : S’agit-il d’un dysfonctionnement non déclaré ?

L’ACRO a récemment détecté une contamination radioactive surprenante en ruthénium-rhodium sous les vents dominants de l’usine Areva NC de La Hague. L’échantillon d’herbe analysé a fait apparaître une contamination de 74 Bq/kg sec alors que ce couple de radioéléments n’apparait jamais dans les résultats de surveillance réglementaire de l’exploitant ni dans ceux de l’ACRO.

S’agit-il d’un dysfonctionnement non déclaré ?

Rappelons qu’en 2001, deux rejets intempestifs atmosphériques avaient conduit l’ACRO à montrer que l’exploitant avait sous-estimé d’un facteur 1 000 la quantité de ruthénium-rhodium rejetée. Cette affaire avait conduit l’entreprise à modifier les modalités de rejets de ces éléments.

Contexte

Le 14 février 2016, l’ACRO a effectué une campagne de prélèvements terrestres, autour de l’usine de retraitement des combustibles irradiés Areva NC dans le cadre de son Observatoire Citoyen de la Radioactivité. L’objectif est d’évaluer l’ampleur des dépôts suite aux rejets atmosphériques (en routine et en cas d’« incident »), ainsi que la durabilité des contaminations de l’environnement.

Lors de cette campagne, la localisation des sites a été choisie en fonction de la météo précédant les prélèvements : ils ont donc été effectués sous les vents dominants par temps de pluie (maximum des dépôts), c’est-à-dire dans la partie Nord-Nord-Est des installations nucléaires (voir carte ci-après). Il est à noter que les lundi 8 et mardi 9 février, le Nord-Cotentin a subi une tempête avec des vents allant jusqu’à 140 km/h et une pluviométrie très importante. Les prélèvements effectués en trois points distincts, 5 jours après cette tempête, ont concerné de l’herbe, des sols et du lierre.

Résultats

Le couple ruthénium/rhodium-106 a été observé dans l’échantillon d’herbe du site ACRO-3 à une concentration de (74 ± 22) Bq/kg sec. De 2004 à 2014, les mesures réglementaires de cet isotope dans le cadre de la surveillance de l’environnement terrestre ne l’ont jamais mis en évidence dans le champ proche de l’usine (1 km). De même, les différentes analyses réalisées par l’ACRO autour du site nucléaire n’ont pas détecté cet isotope depuis 2001, alors même que cet isotope est régulièrement rejeté. Les niveaux observés en février 2016 témoignent donc d’un rejet atmosphérique plus important qu’en routine. Il peut être l’indicateur d’un dysfonctionnement non déclaré.

Pour en savoir plus, voir le communiqué complet en version Pdf 

Pastilles d’iode : les Français sont particulièrement mal protégés en cas d’accident nucléaire

Communiqué commun Greenpeace – ACRO

La France s’apprête à renouveler la distribution de comprimés d’iode dans un rayon de 10 km autour des 19 centrales nucléaires françaises sans prendre en compte, ni les enseignements des catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima, ni les recommandations européennes. Pour Greenpeace et l’Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest (ACRO), cette distribution doit être étendue à 100 kilomètres autour des réacteurs nucléaires.

En effet :

  • Il existe un consensus international pour reconnaître que l’iode radioactif libéré lors d’un accident nucléaire peut être à l’origine d’une augmentation des cancers de la thyroïde chez les jeunes comme cela a été observé après la catastrophe de Tchernobyl, jusqu’à 500 km de la centrale accidentée.
  • Lors de l’accident de Fukushima, la zone dans laquelle la dose à la thyroïde pouvait dépasser les critères de prophylaxie fixés par l’Agence internationale de l’énergie atomique (50 mSv sur les 7 premiers jours) s’étendait jusqu’à environ 50 km de la centrale bien que les rejets soient allés à 80% vers l’océan.
  • AtHLET, le groupe de travail européen sur l’urgence nucléaire, mis en place par les autorités de sûreté et les autorités compétentes en radioprotection, a conclu que l’évacuation doit être préparée jusqu’à 5 km et, la prophylaxie à l’iode ainsi que la mise à l’abri jusqu’à 20 km. Il recommande, en outre, qu’une stratégie soit mise en place pour évacuer jusqu’à 20 km et mettre à l’abri et protéger la thyroïde jusqu’à 100 km.
  • En Allemagne, la Commission de Protection Radiologique (Strahlenschutzkommission) a conclu qu’il pourrait être « nécessaire d’administrer de l’iode stable aux enfants, jeunes et femmes enceintes qui sont bien plus éloignés de la centrale (>100 km) mais sous les vents. Les calculs ont montré que les limites de dose peuvent être dépassées jusqu’à 200 km autour des centrales allemandes. Les distances supérieures à 200 km n’ont pas été étudiées » car cela couvre déjà presque tout le territoire national.

La France s’illustre par un paradoxe choquant : étant donné le nombre record de réacteurs nucléaires sur son territoire, sa population est l’une des plus exposées dans le monde au risque d’un accident nucléaire. Mais dans le même temps, elle est particulièrement mal protégée par le plan de distribution d’iode en vigueur. Cette situation n’est pas acceptable. Il y a donc urgence à appliquer les mesures que les autorités compétentes ont admises au niveau européen

La France doit étendre la pré-distribution d’iode stable jusqu’à 100 kilomètres autour des réacteurs nucléaires afin de pouvoir protéger plus efficacement sa population en cas d’accident grave. Au-delà de cette zone, les plans de distribution de l’iode en situation d’urgence doivent être évalués et testés.

Actuellement, la distribution des comprimés d’iode est :

  • dans un rayon de 20 km en Belgique ;
  • dans un rayon de 50 km en Suisse ;
  • dans tout le pays au Luxembourg, c’est à dire jusqu’à une centaine de kilomètres de la centrale française de Cattenom ;
  • et… dans un rayon de 10 km en France.

Analyses de sols alpins réalisées en 2015 pour “Les enfants de Tchernobyl”

Analyse des niveaux de radioactivité artificielle de sols des Alpes, en 2015.

Etude réalisée par l’ACRO pour l’association Les Enfants de Tchernobyl dans le cadre de la campagne Tchernobyl, 30 ans après?
Tous les résultats de cette opération sont disponibles sur la carte interactive : http://tchernobyl30.eu.org/resultats/

Hiroshima et 50 ans de nucléaire militaire

1- Hiroshima, Nagasaki
6 Août. Beau temps
« Chaque matin jusqu’à ce jour, la voix familière de la radio annonçait aux informations qu’une escadrille de huit B 29 était en train de progresser vers le nord, au-dessus de la mer, à cent kilomètres au sud du détroit de Kii. Ce matin là, elle annonçait « qu’un seul B 29 était en train de progresser vers le nord ». Je n’ai pas pris garde au fait : nous étions jour et nuit habitués à ces sortes de nouvelles et une alerte nous faisait autant d’effet qu’une sirène d’avant guerre annonçant midi. Je me suis donc rendu à la gare de Yokogawa pour prendre comme d’habitude le train de Kabe et aller à mon travail du matin (….).
A ce moment là, à trois mètres sur la gauche du train qui allait partir, j’ai vu une boule de lumière si forte qu’elle m’a aveuglé : tout est aussitôt devenu noir, je n’ai plus rien vu. J’ai eu l’impression soudain d’être enveloppé par une espèce de rideau noir (…). Le B 29 avait lâché une bombe toxique rendant aveugles les hommes, et notre train avait été directement bombardé : telle était du moins mon opinion provisoire. »
C’est ainsi que Shigematsu Shizuma1, « atomisé » lors de l’explosion atomique à Hiroshima le 6 Août 1945 à 8h15, commence son « journal d’un sinistré ». Il raconte ensuit que plus tard, ayant rouvert les yeux et décidé de quitter la gare pour rentrer chez lui, à « (son) grand étonnement, toutes les maisons à l’entour étaient presque sans exception à terre, et leurs tuiles jonchaient entièrement le sol (…). L’aspect de la ville avait complètement changé. Des camions de blessés, complets, filaient sans arrêt, ainsi que des autos montées par des officiers d’infanterie (.. .). Une foule de blessés marchaient, qui ressemblaient à ceux que j’avais déjà rencontrés sur le talus du chemin de fer et au champ de manœuvres de l’est. Mais ici, beaucoup s’appuyaient sur une canne : bambou ou débris de bois. On ne criait plus guère « au secours », et on ne courait plus : courir, c’était hâter sa fin».
Ayant retrouvé sa famille, mais devant fuir car l’incendie qui a suivi avait ravagé leur maison, ils décident d’aller se réfugier dans une usine de sa société et découvrent l’ampleur du désastre en essayant de traverser Hiroshima : « les cadavres gisant sur le chemin étaient moins nombreux par ici. Malgré la diversité de leurs attitudes, ils avaient cela de commun qu’ils étaient, pour plus de 80 % des cas, tombés la face contre la terre. Le seul cas exceptionnel était celui d’un homme et d’une femme tout près de la plate-forme du tramway, à l’arrêt de Hakushima : couchés sur le dos, ils avaient les pieds ramassés de manière que leurs genoux étaient dressés, et leurs mains allongées obliquement (…). Je n’avais jamais vu cela. Les cheveux et les poils étaient complètement brûlés. Seule la rondeur du sein permettait de distinguer la femme. Pourquoi étaient-ils morts dans une pose aussi étrange ? Je ne comprenais pas. Ma femme et ma nièce sont passées à côté de ces cadavres sans même leur jeter un regard ». Se retrouvant dans un train de réfugiés, ils commencent à réaliser ce qui s’est passé. « La somme des avis des voyageurs conduisait à deux conclusions différentes : selon les uns, à l’instant où l’éclair avait brillé, on avait entendu un énorme choc ; selon les autres, au même instant avait mugi une tempête ou un formidable grondement (…)
L’épicentre, au dire de tous, devait être vers le pont Chôki, et ceux qui se trouvaient dans un cercle de deux kilomètres à la ronde ne pensaient pas, disaient-ils, avoir rien entendu.
Ceux qui étaient à quatre ou cinq kilomètres du point de chute disaient avoir entendu un grondement immense quelques secondes après avoir vu l’éclair (…) Si le cumulo-nimbus de l’explosion n’avait donné l’impression d’un nuage en forme de méduse, il devait être différent selon qu’on le voyait de loin ou de près. Certains des voyageurs avaient eu l’impression d’un nuage en forme de champignon ».

Ces voyageurs font partie de la petite moitié des 300 000 personnes2 présentes à Hiroshima ce jour là qui ont survécu au bombardement atomique. Il leur faudra attendre la capitulation du Japon, après le 15 Août, pour savoir ce qui leur était arrivé ; « ils avaient d’abord appelé le pikadon « arme nouvelle » , puis « bombe d’un type nouveau », « arme secrète », « bombe spéciale d’un nouveau genre » et « bombe spéciale de grande puissance », et après tous ces changements successifs, voilà que j’apprenais aujourd’hui que cela s’appelait une bombe atomique 3 ». Si les gens ne se sont pas méfiés de l’alerte, c’est que la ville avait été épargnée par les bombardements classiques, afin de bien pouvoir mesurer l’efficacité d’une telle arme. Pourtant, dans cette ville de garnison, la marine avait installé un important état-major régional, à proximité des chantiers d’armement Mitsubishi, et l’armée de terre, son deuxième grand quartier général. En choisissant le centre ville et non les installations militaires comme point de bombardement, c’est la ville entière que les autorités américaines ont voulu détruire, les usines Mitsubishi ayant été relativement épargnées.
Avec officiellement 176 964 victimes recensées à ce jour, dont quelques milliers de travailleurs coréens et chinois déportés qui vivaient comme travailleurs forcés à Hiroshima, la bombe atomique a fait beaucoup moins de morts que le bombardement classique de Tôkyô4. Les bombardements de Hiroshima et Nagasaki5 les 6 et 9 Août 1945, qui suivirent le premier test dans le désert du New Mexico aux Etats-Unis le 16 juillet, plongèrent de façon violente l’humanité dans l’ère nucléaire. Cet évènement a marqué le début de 50 ans de course aux armements à un prix humain très élevé et mérite donc toute notre attention cette année.
C’est des victimes directes de cette course folle dont nous avons choisi de parler, de ces milliers de gens irradiés à leur insu pour des raisons de défense. Nous parlerons des cobayes humains américains et des victimes soviétiques des centres d’essais nucléaires dont il a déjà été beaucoup question dans les médias, et aussi des Français victimes des essais nucléaires Français en Algérie et dans le Pacifique. Tout ce qui touche au militaire étant très secret, il est impossible d’être exhaustif, mais les quelques exemples dont il sera question laissent présager de ce qui se passe dans d’autres pays non cités et les problèmes de prolifération nucléaire ne permettent pas d’être optimiste.
Aujourd’hui, 367 000 « atomisés » sont officiellement recensés au Japon, dont 10% environ des habitants de Hiroshima. Yasuko, la nièce de Shigematsu, victime de ma « pluie noire » écrit dans son journal : « sur une remarque d’Oncle, je me suis aperçue que j’étais couverte d’éclaboussures, comme de la boue (…). Je me suis alors souvenue qu’une pluie noire était survenue (…), ce devait être vers dix heures du matin je crois (…) la pluie noire avait cessé aussi vite qu’elle était apparue, tout à fait comme une hallucination. C’était une pluie fourbe. Je me suis lavée les mains à la source du jardin, mais j’ai eu beau frotter avec du savon, la souillure n’est pas partie ; on aurait dit qu’elle collait indissolublement à la peau ; je n’y comprenais rien (…). Je suis retournée me laver plusieurs fois à la source, mais impossible longtemps d’effacer les taches noirs. Si ç’avait été une teinture, elle aurait été d’un bon prix ! » la pluie noire était radioactive.
Bien que non « atomisée » officiellement (sinon elle aurait eu du mal à trouver un parti pour se marier), sa tante commencera quelques années plus tard le « journal de maladie » par ces lignes : « (…) horriblement souffert, assaillie de douleurs violentes qui se sont calmées parés plus de dix minutes. 38 degrés de fièvre. Quelques chutes de cheveux (…). L’abcès du fondement a percé, mais un autre s’est déclaré plus loin … » Ces milliers de victimes ont été suivies médicalement afin de connaître les effets à long terme des radiations et les résultats servent pour définir les normes de radioprotection6. « Vers l’automne suivant la fin des hostilités, une équipe de recherche de l’armée américaine d’occupation était venue dans les ruines de Hiroshima avec des médecins de l’université de Tôkyô, et peu à peu elle s’était développée en commission d’enquête, l’ « Atomic Bomb Casualty Commission », A.B.C.C., pour étudier scientifiquement les victimes du bombardement, avec un idéal de vaste envergure. Mais bien qu’on y fasse des enquêtes détaillées sur les premiers symptômes de la maladie atomique, on n’y traitait pas les victimes. »
La spécificité de l’arme nucléaire tient donc en partie dans le caractère partiellement différé de son pouvoir de destruction, qui est d’autant plus redouté qu’il est invisible. Ainsi, la zone touchée, qui peut s’étendre sur des kilomètres autour du point d’impact, en fonction de la circulation atmosphérique, peut-être stérilisée pour des siècles et plusieurs générations peuvent être affectées par des altérations génétiques. A ce titre, la photo de couverture est assez éloquente, 10 ans après, les arbres de Hiroshima, à proximité de l’épicentre, recommencent seulement à prendre vie.
Dès 1949, en pleine guerre froide, les Etats-unis se lancèrent dans la fabrication d’un engin encore plus puissant, une bombe thermonucléaire utilisant le principe de la fusion. Un premier essai a lieu en novembre 1952 sur l’atoll d’Eniwetok dans le Pacifique et leur première bombe thermonucléaire explose sur l’atoll de Bikini en Mars 1954 ; sa puissance est de 15 mégatonnes, soit environ mille fois celle lâchée sur Hiroshima. Les soviétiques, quant à eux, avaient fait détonner un premier engin au plutonium en Sibérie en 1949 et la première bombe thermonucléaire en 1953. Aujourd’hui, plus de 1860 essais nucléaires ont été effectués, dont 521 dans l’atmosphère.

2. Des cobayes humains

Dans les années 40 et 50, des centaines d’Américains ont servi de cobayes à leur insu, lors d’expérimentations médicales7. Révélé par l’enquête d’une journaliste américaine, Eileem Welsome, ce scandale a conduit à la création d’une commission d’enquête par le Président Clinton et, selon un rapport du département de l’Energie publié en Février dernier, le nombre de victimes s’élèverait à 9 000 personnes réparties sur 154 expériences. Ce chiffre sous-estime sûrement la réalité, comme le souligne Gordon Erspamer, avocat à San Francisco, qui enquête sur le sujet : « De nombreux rapports ont volontairement été omis des dossiers gouvernementaux ou enregistrés de manière édulcorée, de façon à ce que les fait réels n’apparaissent pas à quiconque les consulterait aujourd’hui ou même à l’époque ». De plus, de nombreux rapports ont été perdus ou plus ou moins volontairement égarés. « Il faut reconnaître que tout ceci est un peu dans le style du Buchenwald » a écrit le 28 Novembre 1950 K.G. Hamilton, professeur à l’hôpital de l’université de Californie et membre influent d’un groupe de médecins et chercheurs, qui a pratiqué en série des expériences sur des humains candides.
Les victimes d’injection de plutonium étaient des malades hospitalisés, et « l’espérance de vie des victimes était soigneusement évaluée. En règle générale, les sujets choisis avaient plus de 45 ans et souffraient d’affections chroniques rendant improbables qu’ils survivent plus de dix ans. En se conformant à ces critères, le risque de voir apparaître des effets tardifs des radiations serait évité. De plus, cela faciliterait l’observation des prélèvements post-mortem dans un délai de quelque mois ou, au plus de quelques années » peut-on lire dans un document de 1950. Une des premières victimes, Albert Stevens, était un peintre en bâtiment Agé de 58 ans chez qui les médecins avaient détecté une importante tumeur de l’estomac. Pensant à tort qu’il s’agissait d’une tumeur cancéreuse, ils avaient réclamé une intervention chirurgicale et quatre jours avant l’opération, ils lui injectèrent 3,5 microcuries de plutonium 238 et 0,046 microcurie de plutonium 239, ce qui correspond à une dose administrée de 11.000 rems, soit 400 fois environ la dose reçue dans une vie. Albert Stevens mourut de maladie cardiaque 20 ans plus tard, alors que Hamilton et ses collègues lui avaient enlevé la plus grande partie de la neuvième côte, l’intégralité de la rate, une grande partie du lobe gauche du foie, un morceau de pancréas, une partie du péritoine, plusieurs ganglions lymphatiques et les deux tiers de son estomac, dans le plus grand secret. Son dossier médical ne mentionne pas ces ablations et les médecins ne lui ont jamais dit que sa tumeur n’était pas cancéreuse, ni qu’ils lui avaient injecté du plutonium, terme couvert par le secret défense à l’époque. Le corps de certaines victimes fit l’objet d’analyses post-mortem jusque dans les années 70.

Les 150 habitants de l’atoll d’Utirik, dans les îles Marshall, près du site de l’essai thermonucléaire du 1er Mars 1954, ont aussi été suivis médicalement pour « (étudier) les relations entre les quantités de retombées au sol, la quantité absorbée dans la nourriture et leur corrélation aux quantités excrétées dans l’urine » nous explique aujourd’hui le professeur Merril Eisenbub, comme pour se justifier, car en 1956 il avait déclaré sans la moindre vergogne : « … à présent, on peut à nouveau vivre en sécurité sur cette île, mais c’est de loin le lieu le plu contaminé du monde, et il sera très intéressant d’y retourner (…) pour obtenir une mesure de l’accumulation chez l’homme lorsque des gens vivent dans un environnement contaminé. En fait, on n’a jamais disposé de données de ce genre. S’il est vrai que ces gens ne vivent pas, disons, comme nous les Occidentaux, les gens civilisés, il n’en reste pas moins qu’ils sont plus proches de nous que ne le sont les souris ».
Des militaires américains ont aussi été délibérément exposés à des retombées radioactives et des explosions nucléaires. Une fois, des tests visaient à étudier l’aveuglement provoqué par une telle explosion. Dans d’autres cas, des « volontaires » (comme on peut être volontaire à l’armée) étaient dans un avion faisant des cercles à quinze kilomètres du point d’impact ou volèrent à travers le champignon après avoir avalé un réactif que l’on pouvait retirer de l’estomac afin de mesurer l’irradiation interne. Des patients ont été soumis à des rayonnements intense de rayons X pouvant atteindre 300 rems au total pour tenter de comprendre le comportement de soldats victimes d’une explosion atomique. Il semblerait que, dans ce cas, les patients étaient pour la plupart pauvres, noirs et déficients mentaux.
Mais ce qui a le plus choqué l’opinion américaine, c’est le scandale lié aux enfants handicapés à qui on avait fait manger du fer ou du calcium radioactif mêlé à du lait. Dans une autre école spécialisée, près de 200 enfants reçurent de l’iode radioactif de la part de chercheurs venant de centres aussi prestigieux que Harvard ou l’université de Boston. Les substances radioactives administrées atteignirent des taux inquiétants qui auraient pu justifier un suivi médical ultérieur.
La France n’est pas en reste. Lors de ses premiers essais dans le désert Algérien, des militaires ont été exposés aux radiations et parmi eux, nombre d’entre eux sont morts, soit sur le coup, soit des années plus tard, ce que l’armée française continue de nier8. « On n’a jamais pu savoir exactement le nombre de victimes », se souvient Raymond Sené du GSIEN qui se trouvait en Algérie dans le 621e Groupement des armes spéciales. « Un officier nous avait dit, à propos des soldats proches du lieu de l’explosion : « Ce n’est pas la peine de discuter pour savoir si la dose de rayonnement qu’ils ont prise était nocive, ils étaient déjà morts… » » à la suite d’une explosion qui s’était produite dans une cuve contenant du plutonium, le 19 Avril 1962. Dix-neuf blessés sont évacués vers l’hôpital militaire de Percy où ils sont soignés dans le grand secret. Le 1er Mai 1962, lors d’un essai nucléaire français, le nuage radioactif se répand, contaminant de nombreuses personnes dont le ministre des Armées, Pierre Messmer et le ministre délégué à la recherche, Gaston Palewski qui mourra d’une leucémie en 1986, à la suite de cet accident, selon ses dires. A en croire des allégations de la télévision algérienne, 150 prisonniers algériens furent exposés au premier essai français9.
La veuve de Régis Quatrefages est convaincue que son mari, emporté par un cancer en 1988, est une des victimes de ces « incidents » de 1962 et se bat contre le secret militaire pour faire connaître la vérité. Il était présent lors des deux premières explosions, mais ne sera pas évacué car considéré comme non contaminé, et, le 28 juin 1962, il est projeté, avec six autre soldats, à plusieurs mètres à la suite d’une nouvelle explosion dans une cuve de plutonium. Evacué d’urgence à Percy où il restera 15 jours, il écrira à sa fiancée : « Malgré les consignes impératives, nous étions sans masque. Nous avons donc avalé des poussières. (…) Nous pensons servir de cobayes. Pour continuer à percer de nouveaux mystères dans l’étude des conséquences atomiques, ils vont profiter de cet accident : ils nous analysent sang, urine, crachats, ils nous remplacent le sang ». D’autres appelés confirment ce genre de témoignages, mais l’armée, qui ne reconnaît les deux premiers « incidents » que du bout des lèvres, refuse de parler de contamination et ne parle que de « morts naturelles ».

Mururoa, ou le lieu du grand secret en reo maohi, porte bien son nom. Aucune étude sur la santé des 12.000 personnes qui ont travaillé sur le site d’essai n’a été menée et les statistiques de la santé, qui étaient régulièrement publiées dans le Journal Officiel de Tahiti, cessèrent de l’être dès la construction de centre d’essai. Les autorités auraient-elles quelque chose à cacher ? Faute d’étude approfondie, nous devons nous baser sur des témoignages10. « Mon premier travail consista à gérer les déchets. Après chaque explosion, quand les spécialistes avec leurs compteurs Geiger étaient partis, nous devions nettoyer les plages de l’atoll des poissons morts et autres détritus. (…) Nous n’avions aucuns vêtements protecteurs… Aucun dosimètre pour mesurer notre exposition aux rayonnements. Les spécialistes avaient des vêtements de protection, mais nous n’en recevions pas. La seule chose qu’on nous donnait c’était des gants » raconte Ruta qui a travaillé à Mururoa pendant 12 ans, montrant ainsi que les précautions à l’égard des populations locales ne semblent pas respecter les mêmes critères que pour les populations européennes.
Les habitants des atolls environnants ne sont pas épargnés. Lors des essais atmosphériques, ils devaient se réfugier dans un abri. « La seconde fois, (…) quelque chose a dû mal se passer, parce qu’il était inhabituel de devoir passer la nuit dans l’abri, raconte Hinano, une habitante de Mangareva. Par la suite, nous avons découvert qu’il y avait eu de la contamination radioactive. Après chaque essai, les militaires faisaient le tour de l’île avec leur compteur Geiger. Normalement, il n’y avait pas de contamination, mais après Canopus il y eut contamination à Taku. Ils nous dirent de vider les citernes qui contenaient l’eau de boisson. On trouva également que les environs de l’abri étaient contaminés. Il avait plu pendant la nuit, et ceci avait sans doute lessivé la poussière radioactive du ciel sur les îles ». De telles contaminations sont confirmées par un pilote français d’hélicoptère qui est allé sur l’atoll Tureia pour prendre deux météorologistes qui étaient restés pendant le tir avec la population, et qui s’interroge : « si moi qui ai passé trois minutes à Tureia, ai dû être décontaminé, si les deux techniciens, qui y ont séjourné un mois, ont eu besoin de soins étendus, quelle dose de radiation ont pu emmagasiner les habitants de l’île ? On ne les a pas évacués, on ne leur a prescrit aucune mesure de protection pour l’avenir. Ils continuent à manger le poisson du lagon, à utiliser les palmiers et les noix de coco, à jouer avec les galets11 ». Hinano se souvient que « quand les militaires sont arrivés, la moitié de la population travaillait pour eux, soit pour la pêche, soit pour cultiver des légumes. Ils payaient très bien. Mais dès le début des essais, ils arrêtèrent d’acheter les poissons et bientôt après, ils cessèrent également d’acheter des légumes, bien qu’ils continuaient d’acheter leurs légumes à Tahiti ». Là encore, deux populations, deux normes sanitaires ? Des mesures ont bien été faites par les militaires qui étaient donc conscients de la situation. Les habitants des îlots des alentours ont-ils, eux aussi, servi de cobayes ?, c’est ce que laisse penser la suite du témoignage de Hinano : « Avant le début des essais nucléaires, beaucoup de scientifiques sont venus à Mangareva pour y collecter des échantillons de toutes sortes : sol, végétaux, animaux, poissons, eau… D’autres vinrent simplement pour observer. (…) Depuis le début des essais, les militaires sont venus au moins deux fois par an pour prélever des échantillons (…) Ils ne donnaient jamais la raison de cette collecte ni quels étaient les résultats de leurs analyses. (…) Plus tard, un autre bateau aborda notre île avec une machine à son bord appelée « spectro », (…) tout le monde dut se rassembler et monter à bord. Nous devions nous coucher sur une sorte de civière. Il y avait de la musique de fond quand on nous faisait entrer dans la machine et après quelques minutes, on nous en ressortait. Ceci fut répété deux ou trois fois. Quelques personnes étaient soupçonneuses, mais à nouveau, personne ne disait rien. Une autre équipe de médecins est venue, d’abord ce furent des personnels militaires, puis de civils. Ils prirent du sang, des urines, des selles et nous examinèrent. Si quelqu’un refusait d’aller se faire examiner, le gendarme venait le chercher.
En réfléchissant sur ce qui nous est arrivé, je suis épouvantée de la manière dont nous avons été traités. J’ai eu un bébé prématuré qu’ils ont mis dans un avion militaire pour l’hospitaliser à Tahiti. Le lendemain nous avons reçu un message disant que le bébé était mort. On ne nous a jamais rendu le corps et nous n’avons jamais eu de certificat de décès, ce qui signifie qu’officiellement, le bébé est toujours en vie. Je ne puis retrouver l’infirmière militaire qui est venue prendre le bébé – je ne sais absolument pas quoi faire. Même à présent, des années après, j’ai encore des cauchemars à ce sujet ».

Il paraît indispensable que le gouvernement français nomme une commission indépendante chargée d’enquêter sur ces expériences médicales, comme cela s’est fait aux Etats-Unis, et comme cela commence à se faire dans l’ex-bloc soviétique où les autorités ont permis à des scientifiques et journalistes de pénétrer sur le site d’essais. Cette commission devrait avoir accès à toutes les archives, y compris celles classées défense.

Le Royaume-Uni a réalisé une partie de ses essais aux îles Chrismas, en Australie, dans des conditions similaires à celles des essais nucléaire Français et Américains dans le Pacifique. Dans le désert Australien, pour prévenir les autochtones, les militaires Britanniques ont mis des panneaux interdisant le site d’essais que les Aborigènes ne pouvaient pas lire… Ces derniers ne furent donc pas informés des dangers des essais et n’ont pas été suivis médicalement. Une commission gouvernementale a révélé en 1985 que 20 kg de plutonium sont toujours disséminés dans le désert de Maralinga12.

Ces dernières années, le Royaume-Uni a testé ses bombes sur le site américain, dans le désert du Névada, près de réserves indiennes… et de Las Vegas.

Dans l’ex-URSS, le désastre prend une toute autre ampleur. Les habitants de Kaynar, un village situé à 5 kilomètres du site Semipalatinsk, au nord du Kazakhstan, où les soviétiques ont fait exploser 467 bombes nucléaires de toutes sortes pendant une quarantaine d’années, souffrent d’un taux anormalement élevé de leucémies, cancers et troubles mentaux13. Il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg dans un pays où 250 000 personnes souffrent de symptômes d’une maladie liée aux radiations, et où plus d’un million de personnes ont été exposées à des retombées nucléaires. Le gouvernement et les militaires ont refusé toute information sur la nature des essais et leurs dangers aux populations locales. Il leur était même interdit de parler des essais et de signaler à quiconque le fait qu’ils voyaient régulièrement des nuages en forme de champignon.
En Août 1953, il a été ordonné aux villageois d’évacuer les lieux, sauf pour 42 hommes qui ont été emmenés sur la colline derrière l’hôtel de ville pour regarder l’explosion et le nuage radioactif. Il ne reste qu’un seul survivant, Nuraganey Yergazhe âgé de 64 ans, 40 autres sont morts de cancer ou leucémie, bien qu’ils soient enregistrés à la mairie comme morts à la suite de maladie mentale. Les officiels reconnaissent maintenant qu’il était interdit d’identifier n’importe quelle maladie comme liée à une exposition à la radioactivité.
Encore maintenant, les militaires du Kazakhstan, restés sous commandement russe pour la partie forces nucléaires, les anciens responsables soviétiques, et le gouvernement russe continuent à nier toute contamination du village. Depuis l’effondrement du régime soviétique, la Russie insiste pour garder le contrôle su site et s’oppose à la dé-classification des documents.
C’est en Sibérie que fut développée l’industrie nucléaire militaire et civile, dans des cités secrètes dont les noms ne figurent sur aucune carte, telle Krasnïarsk-26, où une usine souterraine, dans de vastes tunnels plus étendus que le métro de Moscou, produisait du plutonium. Dans un reportage télévisé14 on a pu y voir un technicien réparer au chalumeau des fuites de conduites dans lesquelles circulent des solutions d’uranium ou de plutonium. « je n’ai aucune idée des doses de radioactivité que j’ai reçues. Très souvent, nous préférions ne pas avoir de dosimètre, car nous étions sanctionnés quand nous nous en servions », avoue un des techniciens de France 2, après le reportage. Si les conditions de travail sont inquiétantes de nos jours, elles étaient dignes de l’enfer à l’époque stalinienne où, à chaque centre nucléaire, allant de la mine au centre de recherche fondamentale, était attaché un camp de prisonniers15. Andreï Sakharov, un des pères de la bombe H soviétique décrit Gorki (ou aussi Arzamas-16) comme « une symbiose entre un institut de recherche scientifique extrêmement moderne, des usines expérimentales, des sites d’essais et un immense camp de prisonniers. (…) Les usines, les sites d’essais, les routes et les maisons des chercheurs étaient construites par des prisonniers vivant dans des baraques et escortés au travail par des chiens de garde ». Le système de camps de détention spéciaux (CDS), qui regroupait principalement des prisonniers de guerre soviétiques et des civils déportés en Allemagne par les armées d’Hitler, fut créé au sein du système général des camps. Ayant appris les méthodes de travail allemandes, ils étaient très qualifiés, et comme la reddition et le travail en captivité pour l’ennemi était un crime en Union soviétique, ils ont été affectés, pour la plupart, dans les CDS. Ni Staline, ni Khrouchtchev, ni Brejnev ne les libérèrent à l’occasion d’amnisties ou de réhabilitations.
Que ce soit à cause de la répression sévère, des conditions de travail déplorables ou des accidents, ils sont sûrement des milliers à y avoir laissé leur vie sur les millions qui ont dû travailler dans la vingtaine de sites concernés. Lors de l’explosion sur un site de stockage de déchets nucléaires de Kyshtym16 (ou Tcheliabinsk-40) qui a libéré près de 20 millions de curies de matières radioactives, Slavsky, alors ministre de la construction des machines-outils, rapporta que « les zones résidentielles des unités militaires affectées à la construction et les camps de prisonniers se trouvaient dans la zone contaminée ». Près de 7 000 de ces militaires, en fait chargés de surveiller les prisonniers, ont été exposés à des doses supérieures à 50 roentgens et durent être hospitalisés ; ces unités ont été chargées d’évacuer les populations des environs dans les jours qui suivirent, mais « l’attitude à l’égard des prisonniers fut moins clémente. Ils furent rasés, reçurent des vêtements propres et menés à marche forcée vers des camions. On leur refusa de prendre quoi que ce soit avec eux, pas même leurs carnets de notes ou des photographies de leurs proches ». Il n’existe aucun registre des « liquidateurs » de cet accident ; ils ne peuvent donc prétendre aux avantages dont bénéficient les liquidateurs qui ont décontaminé les environs de Tchernobyl. En l’absence d’accidents majeurs, on ne sait presque rien de ces CDS, dont il n’est pratiquement pas fait mention dans les rapports et les études sur le goulag. Il est fort probable que les conditions climatiques aient eu raison de nombreux prisonniers bien avant qu’ils n’aient le temps de mourir des effets des radiations.

En ce qui concerne la Chine, nous n’avons pu trouver aucun document, mais connaissant la valeur d’une vie humaine aux yeux des dirigeants chinois et les conditions de sécurité dans l’industrie, il ne fait aucun doute que la course à l’armement nucléaire s’y soit aussi faite au prix de nombreuses vies humaines. Il y a fort à parier que parmi eux figuraient des prisonniers politiques. Le centre d’essai est situé à Lop-Nor, dans la province du Xinjiang peuplée principalement de Ouigur et de 12 autres minorités nationales officielles.

1 Héro du livre Pluie noire de Masuji Ibuse ; édition Gallimard NRF. Toutes les citations suivantes sont extraites de ce livre.
2 Ces chiffres et les suivants concernant Hiroshima sont tirés d’un article du Monde daté du 25 mars 1995.
3 In pages datées du 13 Août du journal de Shigematsu. Le Monde daté du 8 Août 1945 titrait déjà en première page que les Américains avaient utilisé une bombe atomique sur Hiroshima.
4 Voir par exemple Maintenant numéro 5, 8 mars 1995. Tôkiyô était en bois et a disparu sous 700 000 bombes le 9 Mars 1945.
5 C’est la ville de Kita-Kyûshû qui était visée, mais pour cause de mauvais temps, c’est Nagasaki qui a été bombardée.
6 cf ACROnique du nucléaire numéro 27
7 La Recherche 275 Avril 1995 vol. 26. Les citations et les informations sur les cobayes américains sont tirées de cet article.
8 Le Canard Enchaîné, 11 janvier 1995, les exemples et les citations qui suivent sont tirés de cet article.
9 AFP, 11 Mai 1985, repris dans les essais nucléaires français, 1960-1988, Greenpeace/Damoclés
10 Témoignages. Essais nucléaires français : Des polynésiens prennent la parole, Green-peace/damoclès. Sauf indication contraire, tous les témoignages qui suivent sont tirés de ce livre.
11 La bombe ou la vie, Jean Toult, Fayard, 1969
12 Témoignages op. cit.
13 The Japan Times Weekly, vol 35, n°5, 4 Février 1995
14 Envoyé spécial, 9 Mars 1995, France 2
15 La Recherche 271 décembre 1994 vol. 25. Un terrifiant article sur l’atome au goulag dont sont tirées les informations et les citations qui suivent.
16 Voir Désastre nucléaire en Oural de J.A. Medvedev, éd. Isoète, 1988, au sujet de cet accident.