Feuilleton EPR

Parce que le gouvernement met plus d’ardeur à imposer le réacteur nucléaire connu sous le sigle « EPR » qu’à sortir des limbes le projets de loi sur la transparence nucléaire, parce que son implantation à Flamanville dans la Manche doit faire l’objet de deux consultations, nous vous proposons, sous forme de feuilleton, des informations sur ce projet. De plus, la réglementation française imposant que toute nouvelle pratique induisant une exposition aux rayonnements ionisants soit justifiée par son intérêt économique et social, nous allons tenter de rechercher l’utilité de l’EPR.

  1. Ensemble Pour le Réacteur
  2. Encore Plus Rassurant
  3. Electeurs Parfaitement Représentés
  4. Emplois Pour la Région
  5. Evitons le Péril du Réchauffement
  6. Exportons la Production du Réacteur
  7. Erigeons des Pylônes Remarquables
  8. Epilogue : notre Position sur le Réacteur


Ensemble Pour le Réacteur

ACROnique du nucléaire n°68, mars 2005

AU NOM DE L’E.P.R., DU FRIC ET DE L’ESPRIT SAIN ?

Tombé du ciel
Le choix de Flamanville qui a finalement été retenu pour l’implantation de l’E.P.R. (European Pressurized Reactor) a fait déborder d’enthousiasme et de frénésie une marmite d’élus en effervescence depuis quelques temps. L’unité artificielle des élus de tous bords, excepté des Verts (cf. « la Manche Libre et la tête de J-F. Legrand » du 01/10/04) a été déterminante pour faire pencher le fléau de la balance vers la pointe de la Hague sud. C’est un argument de façade et nous découvrirons peut-être plus tard d’autres raisons qui ne sont pas présentables actuellement.

En tout état de cause, le choix s’est fait sans débat autour d’un argumentaire solide et contradictoire. Il n’y a pas eu de consultation publique à l’échelle nationale. La Ministre de l’Industrie de l’époque, Nicole Fontaine annonce le choix de l’E.P.R. en plein débat sur l’avenir énergétique, ce qui décrédibilise ce dernier ainsi que ceux qui l’ont initié. La dissimulation aux parlementaires d’un rapport de la DGSNR (Direction Générale de la Sûreté Nucléaire et de la Radioprotection) sur l’E.P.R. (cf. journal « le Monde » du 21/10/01) est encore un acte de cette comédie dont le vrai scénario s’écrit et se joue en dehors de la scène publique.

Au niveau local, tout le monde politique en appelle à l’E.P.R. sans présenter le moindre argument technique. Ce n’est absolument pas cela qui est avancé, on ne s’embarrasse pas du dossier. Les consultations locales se résument à quelques micro trottoirs : « c’est bien pour les jeunes » dit le boucher sur le marché. « C’est positif pour la région, par les temps qui courent… » ajoute un maire d’une commune limitrophe (cf. « la Presse de la Manche » du 21/10/04). Les avis donnés ne concernent que l’emploi.

En effet, la nouvelle arrive comme un ballon d’oxygène dans un climat social assez plombé. De nombreuses entreprises ont fermé leurs grilles ou sont parties sous d’autres cieux. On en est là vingt ans seulement après les grands chantiers porteurs pareillement de tous les espoirs. Il y a depuis, une avancée du désert industriel dans la région (cf. le film documentaire de T. Dunand et D. Guillemois : « Cotentin 1960-2000, une histoire industrielle »). L’E.P.R., à n’en pas douter, n’est qu’un point d’eau dans ce désert, point qui se tarira vite selon des sources prenant naissance à la Cogéma. Les responsables des offices de tourisme vont devoir encore faire appel à toute leur imagination et « ramer dur » pour donner une bonne image de la région. La photo va être de plus en plus difficile à prendre si l’on veut éviter de cadrer les sites nucléaires.

L’image d’une région et d’une population très hospitalières avec les installations nucléaires sous toutes ses formes n’est pas bien assumée quoiqu’en montrent les reportages de la presse locale. La violence avec laquelle on brise les miroirs qui renvoient les images lorsqu’elles pointent les risques potentiels liés à ces activités sont là pour nous le rappeler. Que ce soit Greenpeace et le tuyau des Moulinets, le Pr. Viel et ses hypothèses sur la santé, F. Zonabend et ses études sur la presqu’île qu’elle attribue au nucléaire … entre autres exemples. Il reste donc à prouver que les habitants du Nord-Cotentin, dans leur conviction silencieuse, soient très fiers de cette couche que l’on rajoute à l’aire nucléaire locale.

(Re)Tombées du ciel !
Ah, les retombées financières !!! On va gagner des millions … Il va y avoir de quoi générer du rêve, comme au loto. Mais « tout c’qui vyint d’fllot, s’en r’va d’marée » (tout ce qui vient avec le flot, repart avec la marée – expression normande). Là aussi, il y aura du désappointement. Il y a, en effet, fort à parier que l’argent ira à l’argent. Des communes riches qui ne savent pas quoi faire de leurs rentes (mais qui rechignent à la partager) vont être encore plus riches. D’autres nouveaux riches ont dépensé sans compter, comme des enfants gâtés et les retombées seront alors bienvenues et tomberont pile dans les trous creusés ou à venir.

Socialement, les conséquences seront aussi incertaines et l’espoir créé autour de ces emplois risque de n’être qu’illusion. Les entreprises chargées de la construction, avec l’ouverture des marchés européens seront, pour une bonne part, étrangères à la région. Une partie de l’EPR finlandais est construite au Japon. Qu’en sera-t-il pour le réacteur normand ? L’emploi technique spécifique au domaine nucléaire sera, lui, fourni par AREVA et Siemens en régulant en interne ces emplois. Au delà des dividendes escomptées, il y a déjà les 55 millions envolés pour le Conseil Général qui en a fait don par l’exonération de la taxe professionnelle. Faire ce geste gracieux pour que l’on installe des lignes et des pylônes à travers la campagne du département, merci du cadeau. « EDF vous doit plus que la lumière », il y a aussi les fils et les poteaux !

Tombés sur la tête
Si l’on aborde le sujet de l’environnement et de sa préservation, il est intéressant d’introduire les éoliennes dans le débat. Les paradoxes et les contrastes que l’on observe alors dans les discours nous laissent pantois et cois ! On constate, d’une part, un engouement frénétique des élus pour l’EPR et sa lignée à haute tension, un silence de la grande majorité de la population sur ce sujet et par ailleurs une levée de boucliers de ces mêmes élus bien souvent et d’une partie importante des riverains contre l’implantation de parcs éoliens en mer ou sur la côte. Les nuisances sont mises en avant pour refuser les moulins à vent. Une éolienne ça fait du bruit et ça gâche la vue. Une usine nucléaire, les pylônes et les câbles sur des centaines de kilomètres, ça ne se voit pas, ça ne s’entend pas … dans les discours. Lorsque l’on fait part de cet oubli, il est parfois répondu « ah oui, mais ça, c’est utile. Il en faut ».

Le parc éolien en mer, les pêcheurs n’en veulent pas. Une délégation d’élus et de professionnels monte au ministère pour protester et des dizaines de manifestants à chaque réunion font part de leur refus. Soit. Mais les rejets en mer de la canalisation de la Hague, les rejets aériens que l’on retrouve dans les ruisseaux et sur la côte, le tritium renvoyé devant Flamanville ? ? ? Ni vu, ni connu. Silence sur les V.H.F. ! Le milieu maritime fait le dos rond et les dauphins se réchauffent dans les eaux du cap, dans le meilleur des mondes.

Il est difficile de comprendre ce refus. L’acceptation des installations nucléaires est assez bien cernée. Lorsque l’on pose le problème du danger, la réponse est toujours décalée. On entend emploi, argent, économie. B. Cazeneuve, maire de Cherbourg dit dans le film « Silence sur l’atome » de S. Tézé : « les gens acceptent et n’ont pas peur car ils savent ce que c’est … ils vivent tous les jours avec ». Les visites jusqu’en 2001 de l’usine Cogéma par les familles a certes ouvert un univers qui leur était inconnu. Lorsqu’ils racontent cette découverte, les visiteurs sont éblouis par cette vitrine qui en met plein la vue. Mais trop de lumière aveugle et les connaissances réelles sont réduites. La réalité du travail et des relations sociales est méconnue. J. Aubert, dans le même film souligne que les personnels de l’usine de la Hague ont deux vies distinctes : le travail et la vie domestique et qu’il y a très peu d’interférences. Hors usine, ils ne parlent pas du travail.

Je pense qu’il y a donc plutôt un déni du risque et un refoulé nécessaire pour vivre près des installations, comme le montre un paysan voisin des sites de la Hague interrogé par le réalisateur de « Silence sur l’atome » … « on n’y pense pas tous les jours au danger, sinon on s’en irait ». Le rejet des éoliennes est difficile à saisir car il est sous-tendu certainement par plusieurs motivations. Il y a bien sûr le refus classique des riverains. Mais il trouve là une amplification qui les dépasse. Le terrain se prête à ce refus. Les éoliennes, production énergétique alternative, sont peut-être ressenties comme l’illustration d’une menace qui pèse sur le programme nucléaire, en particulier le retraitement. Cela trouve une résonance spécifique pour bon nombre du personnel de la Cogéma. Il n’y avait qu’à voir, lors d’un débat à l’IUT de Cherbourg en 2004, quelle virulence – voire plus –  déployaient les représentants syndicaux de la Cogéma à l’encontre des programmes éoliens et solaires. Les éoliennes, à leur vue, symbolisent « l’écolo » et sont alors perçues comme une provocation sur les hauteurs d’une presqu’île qui doit être vouée au nucléaire exclusivement.

Ces manifestations de refus sont aussi relayées par les élus, trop heureux d’enfourcher ce cheval de bataille anti-écologiste. A la tête de l’escadrille, on trouve le plus zélé d’entre tous : C. Gatignol, député de Valognes. L’E.P.R. sous le bras, il pourfend, jusque dans les ministères, les commissions à l’assemblée et les manifestations locales, ces éoliennes sources de tous les maux et inutiles (cf. Ouest-France du 27/12/04). Selon lui, l’ADEME (Agence de Maîtrise de l’énergie) « trompe les gens, propage de fausses informations ». Il conclut « la France a-t-elle besoin d’énergie éolienne ? sans conteste non ! ». M. Gatignol en fait beaucoup. Ses revers électoraux successifs ne semblent pas le faire douter… alors laissons-le en faire trop.
Ces prises de position contradictoires, de bonne et surtout de mauvaise foi, sont l’illustration de ce qui se joue dans le Nord-Cotentin. Il serait peut-être utile que des chercheurs étrangers à ce champ de bataille viennent lucidement l’observer et essayer de comprendre car, sur place, nous sommes comme (des) hagards, déboussolés, à la recherche du Nord.

Pierre PARIS
Antenne ACRO Nord-Cotentin

Sommaire


Encore Plus Rassurant

ACROnique du nucléaire N°69 de juin 2005

Les ministres successifs nous l’ont assuré, l’EPR est dix fois plus sûr que les réacteurs actuels. Est-ce à dire que les réacteurs actuels ne sont pas si sûrs ? « Même si la sûreté des réacteurs aujourd’hui en exploitation en France est jugée satisfaisante, l’ASN considère que tout projet de nouvelle génération de réacteur électronucléaire doit atteindre un niveau de sûreté supérieur ». Pourquoi ? Dans sa fiche de présentation du projet, dont est tirée cette citation, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) ne l’explique pas. Son Directeur, dans une lettre du 28 septembre 2004 adressée au PDG d’EdF, exige que « le risque de fusion du cœur [soit] réduit de manière significative ». Pas simplement « amélioré ». Pourquoi une telle exigence si les réacteurs actuels sont satisfaisants ? Ces documents, disponibles sur le site Internet de l’ASN, ne contiennent pas la réponse.

L’explication vient de calculs faits dans les années 90 par l’IPSN (Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire, l’ancêtre de l’IRSN) sur la probabilité de l’occurrence d’un accident grave comme à Tchernobyl ou Three Miles Island. Ces études ont abouti à l’évaluation qu’il y a une chance sur 100.000 environ qu’un accident de fusion du cœur dû à des défaillances internes ait lieu. Ce chiffre est par réacteur et par an. Si on multiplie par 50 réacteurs fonctionnant pendant 40 ans, on arrive à quelques pourcents de chance, ce qui n’est pas anodin. Evidemment, ce chiffre évolue avec l’âge du réacteur et l’on ne peut pas multiplier par le nombre d’années aussi simplement. Mais, les corrections apportées par EdF pour réduire cette probabilité n’ont pas réussi à contrecarrer la prise en compte d’autres scénarios d’accident et le vieillissement des installations. Ainsi, la probabilité d’occurrence d’une fusion du cœur n’aurait pas baissé autant que l’on aurait pu l’espérer, selon la confidence d’un expert de l’IRSN. Mais impossible d’avoir des chiffres plus précis, l’ASN ne souhaitant pas communiquer sur un sujet pouvant « effrayer » les populations. Ainsi, la règle fondamentale de sûreté impose les calculs probabilistes sans donner de chiffres !

L’EPR 10 fois plus sûr signifie que la probabilité de l’occurrence d’une fusion du cœur ne doit pas dépasser une chance sur 1.000.000 par réacteur et par an. Il est louable de vouloir faire beaucoup mieux, mais la sûreté des populations nécessite de considérer le parc nucléaire dans son ensemble. Pour que la construction de l’EPR, complètement inutile d’un point de vue énergétique car EdF est en surcapacité de production, contribue à une amélioration de la sûreté des populations, il faudrait qu’elle s’accompagne de l’arrêt des réacteurs les plus dangereux.

Il est regrettable de réduire à un simple slogan la sûreté des réacteurs. Si les promoteurs de l’EPR veulent convaincre de l’intérêt de leur réacteur comme l’impose le principe de justification*, il faut qu’ils nous proposent des scénarios globaux avec la publication de tous les chiffres concernant la sûreté. C’est seulement dans ces conditions qu’un débat pourra avoir lieu.

De même, le fait que l’EPR ait un rendement supérieur au parc actuel et donc produise relativement moins de déchets nucléaires n’a un intérêt que si les réacteurs les plus anciens sont arrêtés. Dans la configuration actuellement prévue, l’EPR ne fera qu’augmenter la production totale de ces déchets pour lesquels aucune solution satisfaisante n’existe.

* Le principe de justification : La réglementation française impose que toute nouvelle pratique induisant une exposition aux rayonnements ionisants soit justifiée par son intérêt économique et social. Dit autrement, toute nouvelle exposition n’est acceptable que si elle procure un bénéfice aux personnes exposée ou à la société.

Sommaire


Electeurs Parfaitement Représentés

ACROnique du nucléaire N°69 de juin 2005

Pour justifier la construction de l’EPR, comme l’impose la réglementation, le gouvernement a organisé un Débat National sur les énergies. Mais, contrairement aux attentes, les trois sages chargés de piloter le Débat avaient conclu : « qu’il est difficile, […] de se faire une opinion claire sur son degré de nécessité et d’urgence. […] Il a semblé que si le constructeur potentiel de l’EPR milite pour sa réalisation immédiate, c’est avant tout pour des raisons économiques et de stratégie industrielle. » Depuis, il n’y a pas eu de débat sur la politique industrielle de la France. Et l’EPR est devenu officiellement un « démonstrateur » pour pouvoir maintenir un savoir faire et « l’option nucléaire ouverte » quand les centrales actuelles seront arrivées en bout de course. Deuxième manque de chance pour la stratégie de communication des autorités, la Finlande a commandé en décembre 2003 un réacteur EPR prétendument fiable qui va précéder le « démonstrateur ». Bien qu’aucun argument justificatif supplémentaire n’ait été apporté, les Députés ont voté, en première lecture en juin 2004, la loi sur l’énergie préconisant la construction du réacteur.

De plus, selon Le Monde du 21 octobre 2004, « Alain Schmitt, directeur adjoint à la DGSNR (direction générale de la sûreté nucléaire et de la radioprotection, le service du ministère de l’industrie qui joue le rôle de gendarme du nucléaire), l’indique clairement : “Le gouvernement voulait que l’examen de la loi au Parlement ait lieu avant que nous publiions notre prise de position.” Ainsi, la position prise par la DGSNR sur la sûreté d’un nouveau réacteur EPR a été cachée aux députés qui examinaient, au printemps [2004], le projet de loi sur l’énergie. Un des principaux sujets de cette loi était le lancement du réacteur EPR. » Et d’ajouter que « la discussion parlementaire s’est déroulée en mai sans que les députés aient d’autres éléments techniques sur le réacteur que des éléments généraux et tous favorables. Le “débat sur l’énergie”, qu’avait lancé en 2003 la ministre de l’industrie d’alors, Nicole Fontaine, avait été mené sans dossier précis sur l’EPR. Or le document que publie la DGSRN avait été établi en octobre 2000 lors de l’assemblée plénière du groupe permanent d’experts sur les réacteurs. »

C’est en octobre 2004 qu’EdF annonce avoir choisi la Normandie d’en Bas contre la Normandie d’en Haut pour l’implantation du réacteur. Elle a par ailleurs, saisi la Commission Nationale de Débat Public (CNDP) qui a, dans son avis du 1er décembre 2004, décidé qu’elle organisera un débat, « considérant que le débat national sur les énergies organisé par le Gouvernement au 1er semestre 2003 et les avis du Comités des Sages qui l’ont conclu ont fait apparaître une controverse sur le projet de réacteur de type EPR ; que le débat public a précisément pour but, non de trancher une controverse, mais d’approfondir et d’en éclairer les termes, après avoir assuré l’information et l’expression du public ». (Voir http://www.debatpublic.fr/) Elle a de plus considéré « certes que la loi d’orientation sur l’énergie, votée en première lecture en juin 2004 arrête les principes fondamentaux en la matière ; que cependant elle renvoie pour leur mise en œuvre à une programmation pluriannuelle des investissements dont la date d’approbation est à la discrétion du Gouvernement ; qu’ainsi le débat public est en mesure d’éclairer préalablement la décision d’investissement. »

Dans la nuit du 29 au 30 mars, les députés ont voté en deuxième lecture le projet de loi sur l’énergie qui, selon l’AFP, « donne le feu vert au lancement du réacteur nucléaire de 3e génération, EPR ». L’article 1er ter stipule que « le deuxième axe de la politique énergétique est de diversifier le futur bouquet énergétique de la France. […] L’Etat se fixe donc trois priorités. La première est de maintenir l’option nucléaire ouverte à l’horizon 2020. […] L’Etat appuie donc les démarches d’Electricité de France visant à construire un réacteur européen à eau pressurisée : l’EPR. » Les députés n’ont donc pas besoin d’être « éclairés » par le débat supposé avoir assuré « l’expression du public ». Leur dévotion au projet va jusqu’au soutien public. En effet, l’article 1er quater stipule que « la politique de recherche doit permettre à la France d’ici 2015, d’une part, de conserver sa position de premier plan dans le domaine de l’énergie nucléaire et du pétrole et, d’autre part, d’en acquérir une dans de nouveaux domaines en poursuivant les objectifs suivants : […]
–    le soutien à l’industrie nucléaire nationale pour la mise au point et le perfectionnement du démonstrateur EPR, en particulier dans le domaine des combustibles nucléaires innovants. »

Ce texte a été remanié depuis par le Sénat, sans rien changé sur le fond pour l’EPR. Pendant ce temps, le projet de loi sur la transparence nucléaire s’est perdu dans les méandres du pouvoir.

Sommaire


Emplois Pour la Région

ACROnique du nucléaire N°69 de juin 2005

Dans « Reflets » n°51 daté de mars-avril 2005, le magazine de la région Basse-Normandie, il est écrit sous le titre évocateur« Méga chantier » : « EDF choisit le site de Flamanville pour la construction, à partir de 2007, du premier EPR (European Pressurized water reactor), réacteur nucléaire de 3ième génération destiné à remplacer les 58 autres actuellement en production en France. D’une durée de 6 ans et d’un coût de 3 milliards d’euros, ce chantier devrait générer près de 2000 emplois sur la période ». Notre épisode sur la sûreté aurait fait mouche et EDF s’apprêterait-elle à fermer ses 58 réacteurs ? Non ! C’est plutôt que les élus locaux rêvent déjà d’autres tranches dans l’avenir, en remplacement des réacteurs actuels, avec l’emploi comme dernier argument. Mais, en service, ce prototype nucléaire n’emploierait plus que près de 400 personnes.

Ce qui se passe en Finlande est instructif car l’on a en quelque sorte un « démonstrateur de démonstrateur » ! Or, le conglomérat japonais, Mitsubishi Heavy Industries, a annoncé le 18 mars 2004 qu’il fournirait la cuve du réacteur (Genshiryoku Sangyou Shimbun, 25 mars 2004). Les travaux ont commencé à Kobé au Japon et la cuve devrait être livrée fin 2006. Quant aux générateurs de vapeur, ils sont aussi en cours de construction… au Japon par Japan Steel Works ! (Nucleonics Week, 18.11.2004) Ainsi les éléments clés du fleuron de la technologie française seront fabriqués au Japon car il n’y a plus la capacité industrielle en France. Dommage qu’un débat sur la politique industrielle n’ait pas eu lieu ! En sera-t-il de même pour l’EPR normand s’il est onfirmé ? Selon l’usine nouvelle (26 mai 2005), il faudra plusieurs années de recherche pour mettre au point les capacités de production en France, car les concepteurs du projet EPR ne se sont pas attardés sur les questions de faisabilité industrielle. Un tel investissement ne peut être rentable que si le carnet de commande était plein, ce qui n’est pas le cas, même si les industriels rèvent tout haut de s’équiper pour contruire 50 réacteurs de par le monde avec le soutien de l’Etat.

Ce n’est donc pas très glorieux en termes d’emplois. Comme 2000 personnes à 2000€/mois pendant six ans coûtent (en multipliant par 2 pour tenir compte des charges) environ 500 millions d’euros, soit moins de 20% de que ce devrait coûter la construction de l’EPR, il doit sûrement y avoir une meilleure façon de créer des emplois avec 3 milliards d’euros. A titre de comparaison, le dossier de candidature de Paris au JO fait apparaître 43000 emplois pérennes créés pour 4,2 millions d’euros d’investissement supplémentaires à ceux déjà prévus de toutes façons par la mairie ! (Capital, avril 2005) Dans l’étude commandée par Greenpeace, « Eole ou pluton », le cabinet d’étude « Détente » étudie le cas d’école où cette somme était investie entièrement dans l’éolien et montre que cela produirait beaucoup plus d’emplois et d’énergie ! Bien entendu, un scénario plus intéressant serait d’investir cette somme dans des actions variées incluant les économies d’énergie pour lesquelles il y a un potentiel immense. En Allemagne, c’est l’emploi qui a été l’argument décisif pour ne pas renouveler le parc nucléaire…

Sommaire


Evitons le Péril du Réchauffement

ACROnique du nucléaire N°70 de septembre 2005

C’est une ritournelle classique : nous n’aurions le choix qu’entre les risques associés au nucléaire et le péril du réchauffement climatique. C’est en tout cas la conclusion que Nicole Fontaine, alors Ministre de l’Industrie, a tirée du débat sur l’énergie qu’elle a organisé en 2003 : « c’est bien entre [ces] deux inconvénients qu’il nous faudra choisir ».

Les chiffres donnés par Benjamin Dessus et Hélène Gassin dans leur livre « So Watt ? » paru cette année aux éditions de l’Aube permettent de se sortir de cette « alternative infernale » : « Le secteur de la production mondiale d’électricité repose aujourd’hui à 65% sur les énergies fossiles (en particulier le charbon), 17% sur le nucléaire et 18% sur les énergies renouvelables. Il contribue à 40% des émissions de gaz carbonique (CO2) du système énergétique et autour de 20% des émissions totales de gaz à effet de serre mondiales ». Le « recours systématique au nucléaire pour toute installation nouvelle ou pour le renouvellement des centrales à charbon ou au gaz en fin de vie conduirait, compte tenu des prévisions d’augmentation des besoins d’électricité (un doublement d’ici 2030 selon l’Agence internationale de l’énergie), à construire chaque année l’équivalent du parc nucléaire mondial actuel, 400 centrales environ, plus d’une par jour. » Il apparaît donc que le développement du nucléaire ne permet pas d’échapper à une politique volontariste de réduction des gaz à effet de serre. Serions-nous donc condamnés au nucléaire et à l’effet de serre ?

Un débat sur l’énergie ne peut pas être limité aux moyens de production. En effet, avant de choisir entre deux « inconvénients », une réflexion s’impose sur l’utilisation de cette énergie. Et là, un consensus apparaît sur la nécessité de limiter notre consommation. Le premier des trois axes principaux de la politique énergétique présentée dans le livre blanc sur les énergies du Ministère de l’Industrie (7 novembre 2003) précise que « la politique de l’énergie doit d’abord s’appuyer sur la relance d’une véritable politique de maîtrise et d’efficacité énergétiques ». Mais, cette politique se limite actuellement à des incitations fiscales totalement insuffisantes devant l’enjeu. Le scénario Négawatt pour un avenir énergétique sobre, efficace et renouvelable  (http://www.negawatt.org/) montre, sur la base des technologies actuelles, qu’il serait possible de diviser par 2 environ la demande d’ici 2050 par rapport à un scénario qui prolonge la tendance actuelle. Cela revient à stabiliser la consommation au niveau de 1994. En Europe, d’autres études similaires sont arrivées à des conclusions proches. Mais il y a urgence à agir de façon énergique ! Certains choix structurels, comme l’EPR, pourraient tuer cette volonté de réduire notre consommation d’énergie en servant d’alibi.

L’argument « EPR=Evitons la Pénurie des Ressources » d’hydrocarbure n’a jamais été évoqué par les promoteurs du réacteur. C’est symptomatique d’une volonté de donner une image d’abondance et d’énergie « propre » au nucléaire, à l’encontre d’une politique efficace d’économie d’énergie. Rassurés, les consommateurs peuvent continuer à consommer sans vergogne pour soutenir la croissance. Combien de fois avons-nous entendu que grâce à ses 80% d’électricité d’origine nucléaire, la France était « vertueuse » ? La construction de l’EPR constitue donc un frein à une véritable politique énergétique. De plus, l’investissement colossal qu’il représente pourrait faire économiser beaucoup plus d’énergie que sa production, si cet argent était investi dans des mesures d’économie, qui, elles, créeraient des emplois…

Le réchauffement climatique est une aubaine pour l’industrie nucléaire qui a trouvé là un moyen de « verdir » l’image d’une activité à risque. Dans le cahier collectif d’acteurs du débat public, les administrations expliquent que « grâce à la part prédominante du nucléaire, filière non émettrice en CO2, le contenu en CO2 de l’électricité produite en France est d’environ 20 g de carbone émis par kWh, à comparer à 134 g pour l’Allemagne, 115 g pour l’Espagne ou 82 g pour la Belgique ». Soit, mais l’électricité nucléaire ne représente que 17% de l’énergie finale, comme le rappelle Global Chance dans ce même cahier. Ce sont les transports qui y contribuent le plus. Il est donc réducteur, voire malhonnête de la part des administrations, de ne considérer que l’électricité. D’un point de vue éthique, ce sont les émissions de CO2 par habitant qui sont à comparer entre pays. Le protocole de Kyoto sur les changements climatiques, impose que les émissions globales ne dépassent pas un niveau donné. On attend donc d’une administration qu’elle présente des chiffres globaux avec un scénario avec EPR et un sans EPR et en prenant en compte la pénurie de pétrole bon marché.

Sommaire


Exportons la Production du Réacteur

ACROnique du nucléaire N°70 de septembre 2005
Toutes les citations et les chiffres de cet épisode sont tirés du cahier collectif d’acteurs publié pour le débat sur l’EPR. Et disponible sur son site Internet.

Selon les chiffres officiels de l’administration, en 2004, 78% de l’électricité produite en France était d’origine nucléaire. 11,3% de cette électricité a été exportée. D’un point de vue énergétique, il est inutile de construire un nouveau réacteur dont la production sera exportée, mais pas les déchets. D’autant plus que la France s’est engagée à produire 21% de son électricité à partir d’énergies renouvelables d’ici 2010 et à promouvoir les économies d’énergie. Et, dans un contexte de libéralisation du marché de l’électricité, la part produite par EdF pour le marché national ne peut que diminuer.

L’enjeu est plutôt d’ordre industriel, car dans une logique purement énergétique, il serait plus économique de construire un réacteur éprouvé du « palier N4 », comme il en existe déjà 4 en France, donnant officiellement « satisfaction ». L’EPR à Flamanville a donc pour but officiel de tester ses capacités pour pouvoir, en 2015, décider du renouvellement du parc actuel et aussi offrir une vitrine à l’exportation. Pour faire ses calculs de coûts, l’administration se base sur une série de 10 réacteurs EPR, d’où le terme « tête de série » donné au réacteur et certains promoteurs rêvent tout haut dans la presse d’en exporter 50… Notons qu’historiquement les exportations françaises de réacteurs sont inférieures à 10 unités car les pays hôtes préfèrent développer une compétence nationale. Si le contexte était si favorable, comment expliquer que BNFL, le concurrent britannique d’AREVA veuille vendre sa filiale Westinghouse ? Pour la SFEN (Société Française d’Energie Nucléaire), « cela renforcera les chances de la France de nouer des partenariats commerciaux sur ce marché concurrentiel et confortera sa position de leader dans un des rares secteurs de haute technologie où elle fait la course en tête ». Cocorico. Aller chercher le nationalisme, c’est bien la preuve que l’EPR manque d’arguments convaincants.

Le ministère de l’industrie admet que le nucléaire est « le plus compétitif pour une production en base, c’est-à-dire une production constante tout au long de l’année ». Soit de l’ordre de 50% de la consommation d’électricité, et donc moins que les 78% actuels. Selon Global Chance, « l’analyse d’une large fourchette de scénarios d’évolution des besoins d’électricité en France montre que l’échéance raisonnable d’introduction de moyens de production de base ou de semi-base dans le parc de production électrique se situe dans la période 2026-2033 et non pas 2015-2020 comme l’affirment les partisans de l’EPR. » Et donc, il n’y a aucune urgence à construire l’EPR. C’est confirmé par l’association « Sauvons le Climat », animée par des physiciens nucléaires, pour qui « la réalisation de l’EPR permettrait d’arrêter, avec un peu d’avance, un ou deux des plus anciens réacteurs français ou, plus probablement, de ne les faire produire qu’en hiver ». Etant donné le coût d’une telle hypothèse, il est peu probable qu’EdF la retienne. La production électrique de l’EPR est donc pour l’exportation.

L’EPR servirait de « vitrine à l’exportation », mais il n’y a pas eu besoin de vitrine pour en vendre un à la Finlande. Face au coût exorbitant du « prototype » et aux risques encourus, il devrait être possible de monter une collaboration poussée avec la Finlande pour profiter de son retour d’expérience. Pour AREVA, « en l’absence de nouvelles commandes, l’ingénierie française serait privée de la taille critique, des moyens et des motivations nécessaires pour maintenir notre supériorité technologique ». Alors pourquoi sous-traiter au Japon la construction des éléments les plus techniques du réacteur finlandais, si « les équipes se dispersent, les savoir-faire s’estompent, les expériences acquises se diluent » comme le proclame la SFEN ? Les arguments avancés sont peu convaincants. Ce qui est sûr, c’est que l’EPR à Flamanville va renforcer la dépendance d’une région à une quasi mono-industrie et va à l’encontre de la volonté affichée par les autorités de diversifier les moyens de production de l’électricité.

Sommaire


Erigeons des Pylônes Remarquables

ACROnique du nucléaire N°70 de septembre 2005

« Accepteriez-vous de vivre dans une maison sous une ligne Très Haute Tension ? » Voilà la question de confiance posée à Jean Bizet, sénateur de la Manche, par un participant au colloque « Quels impacts des lignes électriques Très Haute Tension ? » organisé à St-Lô le 28 mai dernier par la Confédération Paysanne. « Oui, si ma maison est survolée » a répondu le sénateur. On aura compris que la maison de Jean Bizet doit actuellement être épargnée par les couloirs de lignes et c’est tant mieux pour la famille Bizet et éventuellement ses animaux. En Effet,  même dévoué à la cause nucléaire, comment nier plus longtemps les effets des lignes Très Haute Tension (THT) et, plus largement, des champs électromagnétiques ?

Construire un EPR à Flamanville, soit, mais comme la consommation d’électricité n’est pas locale, il faut bien évacuer le courant produit. C’est la tâche du Réseau de Transport d’Electricité (RTE). Pour cela, il sera nécessaire de construire un couloir de lignes THT sur une longueur de 150 à 200 kilomètres. Un pylône tous les 500 m environ, 80 m d’emprise au sol [1]. Quand on sait qu’à 500 m d’une THT des effets peuvent être induits, c’est entre 15 000 et 20 000 hectares qui peuvent être touchés par ce couloir de ligne supplémentaire. D’un coût estimé entre 180 et 220 millions d’euros (estimation basse car on évoque déjà une majoration de 20 à 30 %), ce projet doit faire l’objet d’un débat public… ultérieur à la décision gouvernementale. Oublions un instant ces curiosités chronologiques et l’impact de 300 ou 400 pylônes dans le paysage pour s’intéresser à la partie la moins visible, à savoir les champs électromagnétiques.

Tant qu’on reste faiblement exposé à des champs électromagnétiques, il est assez aisé d’en parler avec distance, voire même un certain détachement. Les choses se gâtent lorsqu’une ligne THT bien réelle survole votre ferme et vos animaux.
1989 – St-Laurent de Terregatte, sud Manche : Serge Provost [2] et son fils sont producteurs de lait avec 70 vaches laitières. Leur exploitation est survolée par une ligne THT (2 x 400 000 volts depuis 1992) qui transporte le courant produit à la centrale de Flamanville (120 kilomètres au nord) vers les départements voisins. 4 mois après la mise sous tension de la ligne, M. Provost rencontre des problèmes avec ses animaux : induration des mamelles, taux de leucocytes élevés, 12 avortements spontanés, sans cause apparentes survenus entre 4 et 6 mois de gestation. Les analyses sanguines des animaux révèlent un excès d’urée ou de phosphore et un manque de cuivre. Débute alors un marathon judiciaire qui durera plus de 10 ans pour aboutir à ce que M. Provost et son fils abandonnent leur métier et leur troupeau. Dans l’entre-fait, Serge Provost aura beaucoup appris sur les champs électromagnétiques et sur les méthodes d’EDF qui n’hésita pas à couper le courant dans la ligne le jour d’une expertise judiciaire !

Le cas des Provost n’est hélas pas un cas isolé. Les géobiologues qui interviennent sur des exploitations agricoles d’élevage en savent quelque chose [3]. Les animaux sont beaucoup plus sensibles que les êtres humains à l’exposition aux champs électrique et magnétique (voir encadré en fin d’article).
Le développement de l’électricité a engendré un quadrillage du territoire. Outre les pertes du réseau, la mise à la terre des différentes installations (lignes MT, THT, transformateurs, antenne de téléphonie mobile…) peut générer des courants vagabonds. Suivant la configuration du terrain qu’ils traversent (fissures ou failles géologiques, cours d’eau souterrains…), ces courants vont être potentialisés. Si une habitation ou des bâtiments d’élevage se trouvent sur leur parcours, des répercussions peuvent avoir lieu. La mise à la terre des installations agricoles chère au Sénateur Bizet ne règle pas tous les problèmes. Des études géobiologiques au cas par cas sont nécessaires. A proximité d’une THT (jusqu’à 500 m), des courants peuvent être induits [4] dans les tubulures d’une salle de traite par exemple. A partir de 6 milliampères, des baisses de production et des pathologies apparaissent chez les bovins et ovins [5]. Les effets des champs électromagnétiques ne sont pas réservés aux seuls animaux d’élevage mais peuvent affecter les êtres humains agriculteurs ou pas (maux de tête à répétition, perte de sommeil, dépression,  cancer du sein, leucémie…).

« Toutes les choses sont dites ». Pour Pierre Le Ruz, docteur en physiologie, directeur de recherches et expert européen des champs électromagnétiques, et son confrère Roger Santini, les effets des champs électromagnétiques sont connus et ne peuvent être tus plus longtemps. Ces chercheurs alertent, avec d’autres scientifiques depuis 1992 [6], sur la dangerosité des champs électromagnétiques d’Extrêmement Basse Fréquence (EBF [7]), en particulier sur l’augmentation du risque de leucémie chez l’enfant exposé à ces champs. Mais… tout le monde n’est pas de cet avis.

Le lecteur un peu familier des sujets traitant du nucléaire et de la santé des populations aura sans doute noté la ressemblance des termes « champs d’Extrêmement Basse Fréquence » et les « faibles doses des rayonnements ionisants ». Nous allons le voir, la ressemblance ne s’arrête pas là. Dans le milieu nucléaire, si les effets des faibles doses et le principe de linéarité sans seuil [8] sont admis par la plupart des instances internationales, ils demeurent des sujets controversés. Quelques professeurs de haut vol, membres des académies de Médecine ou des Sciences de surcroît, remettent en cause ce principe de linéarité sans seuil. Georges Charpak, Maurice Tubiana, André Aurengo sont de ceux-là. Si seulement nous pouvions admettre que les faibles doses radioactives sont absolument sans effet, l’avenir serait radieux à l’ombre des installations nucléaires ! Pour les exploitants tout d’abord. Mais ce n’est pas le cas.  Président de la commission qui porte son nom, chargée de faire la lumière sur les conséquences des retombées du nuage de Tchernobyl en France, André Aurengo fait également partie d’un groupe d’experts [9] rattaché au Conseil Supérieur d’Hygiène de Publique de France qui a remis le 8 novembre 2004 à la Direction Générale de la Santé (DGS) un rapport sur les extrêmement basses fréquences (EBF).

Dans leur rapport à la DGS, le groupe d’experts indique que l’implication des champs électriques EBF dans le risque de cancer a été écartée car, selon eux : «  les champs électriques EBF sont atténués par les parois des habitations et par la peau. Ils ont été peu étudiés. La quasi totalité des études les concernant sont négatives ». Pierre Le Ruz et Roger Santini [10] n’ont pas manqué de réagir en soulignant « l’existence d’incohérences, d’insuffisances et d’omissions » du rapport remis à la DGS. Outre le fait, omis par les auteurs du rapport, que les enfants sont exposés à des champs présents dans leur environnement (électroménagers, appareils électriques…), des études scientifiques montrent  que dès 10 V/m, le champ électrique EBF augmente significativement le risque de leucémie chez l’enfant. Chez l’adulte, le champ électrique EBF augmente aussi de façon significative le risque de leucémie, dès une moyenne annuelle, de 345 V/m et le risque de tumeur du cerveau chez les travailleurs d’EDF dès une moyenne annuelle de 387 V/m. De plus, dans les études citées par R. Santini et P. Le Ruz, l’existence d’une relation de type dose-effet [11], établie ou probable, est rapportée pour le champ électrique EBF. Il serait trop long ici de détailler le manque de rigueur du rapport à la DGS. On peut toutefois préciser que, contrairement à ce que le rapport affirme, des études présentent les mécanismes permettant d’expliquer les effets cancérogènes des extrêmement basses fréquences. Forts du résultat de ces études, Santini et Le Ruz affirment qu’il n’est plus acceptable que des enfants et des adultes continuent d’être exposés à des champs électriques d’Extrêmement Basse Fréquence supérieurs à 10V/m et ou à des champs d’induction magnétique EBF supérieurs à 0,2 microTesla.

Qu’en est-il des normes actuelles ? En l’absence de la preuve de l’innocuité des champs électromagnétiques, on pourrait imaginer que le principe de précaution s’applique et que le parlementaire légifère en ce sens en prenant en compte les effets à long terme. Imaginons…
La recommandation du Conseil de l’Europe indique une valeur de 100 microTeslas [12] pour le public afin d’éviter tout effet nocif pour le système nerveux central [13]. C’est celle retenue par les parlementaires français. Les normes européennes et françaises sont plus sévères pour la protection des matériels (de l’ordre de 0,5 microTesla pour un ordinateur). Sans doute davantage pétris de précaution, les parlementaires européens avaient décidé d’une limite à 0,25 microTesla pour le public. En juillet 2001, l’OMS a classé les champs magnétiques 50/60Hz dans le groupe 2b « cancérogènes possible pour l’homme » en raison du risque statistique de leucémie pour l’enfant exposé à un champ supérieur à 0,4 microTesla.

On aimerait volontiers afficher l’absence d’hésitation du sénateur Bizet à la question de vivre ou non sous une ligne très haute tension. Cependant, trop d’éléments invitent à relativiser les propos les plus optimistes. Du côté des experts et des académies, les errements du passé (amiante, dioxines) ou les approximations du présent (OGM) invitent là encore à prendre leur avis et leur indépendance avec précaution. Pour imposer l’EPR, il aura d’abord fallu enterrer les conclusions du Débat National sur les énergies sensé donner de la pluralité et de l’ouverture à un sujet qui en manque. Le corollaire de l’EPR – le couloir de lignes THT- présente lui aussi des risques qui ne peuvent rester cantonnés éternellement hors du champ des préoccupations de santé publique.

Grégory Grisel
Antenne Nord-Cotentin

(1)    …et 2874 euros par pylône et par an de taxe versée aux communes. Quant aux postes électriques (zone de séparation ou de regroupement des lignes), c’est environ 250 000 euros que se partageront la commune, la communauté de communes, le département et la région qui les « supportent ». De quoi aiguiser les appétits.
(2)    Serge Provost est par ailleurs cofondateur de l’association « Animaux sous tension » (Animaux sous tension,  Kerangoarec, 29300 ARZANO).
(3)    Voir en particulier le chapitre « Géobiologie et élevages » rédigé par Luc Leroy, géobiologue, dans l’ouvrage collectif « la géobiologie et vous  – guide pratique – Apprendre à gérer l’harmonie ! », Editions Mosaïque.
(4)    La fréquence des courants dont il est fait état ici est de 50Hz. Les champs électriques et magnétiques à de fréquence plus élevée (ordinateurs, téléphones portables…) sont également à considérer avec attention en ce qui concerne leurs effets sur la santé.
(5)    Certains pays (Québec, Canada) imposent des zones d’exclusion d’exploitation agricoles sous les couloirs de lignes.
(6)    La  connaissance des effets des champs électromagnétiques n’est pas nouvelle. Dès 1965, J-P. Maschi lance l’alerte d’un lien possible entre sclérose en plaques et contrainte électromagnétique. Il fût radié de l’Ordre des Médecins.
(7)    Les EBF sont des fréquences inférieures à 1kiloHz (kHz) soit 1000 Hz. Le courant électrique 50Hz entre dans cette catégorie.
(8)    Le principe de linéarité sans seuil signifie que pour toute dose absorbée, aussi petite soit-elle, il y a un effet biologique. Quoique décriée, cette hypothèse pourrait être sous-estimée comme l’indiquent de récents travaux portant sur l’effet « bystander ou non-cible ». Voir le dossier « l’impact des faibles doses de radioactivité sur l’organisme humain » ACROnique du Nucléaire n°69, juin 2005.
(9)    Rapport à la DGS : A. Aurengo, J. Clavel, R. de Sèze, P. Guénel, J. Joussot-Dubien, B. Veyret – « champs magnétiques d’extrêmement basse fréquence et santé » – 8 novembre 2004, 61 pages.
(10)    Extrêmement Basses Fréquences : commentaires sur le rapport à la DGS d’un groupe d’experts rattachés au Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France par Roger Santini et Pierre Le Ruz, 21 mai 2005.
(11)    Relation dose-effet : plus l’exposition (la dose, les champs électromagnétiques dans le cas présent) augmente, plus les effets augmentent (risque de cancer pas exemple). Cette relation peut être linéaire ou pas, avec ou sans seuil.
(12)    Recommandation du Conseil de l’Europe 12 juillet 1999 cité par P. Le Ruz.
(13)    Guère mieux loti, le monde du travail voit s’appliquer des valeurs de 10 kV/m pour le champ électrique et 500 microTeslas pour le champ magnétique.

Le champ électrique : il est lié à la tension, c’est-à-dire aux charges électriques. Il se mesure en volt par mètre (V/m). Il diminue avec la distance. Toutes sortes d’obstacles (arbres, cloisons…) peuvent le réduire, voire l’arrêter. Sous une ligne THT, le champ électrique peut atteindre 3000 V/m.

Le champ magnétique : il est lié au mouvement des charges électriques, c’est-à-dire au passage d’un courant. Lui aussi diminue rapidement en fonction de la distance, mais aucun écran efficace et peu coûteux ne peut agir comme protection. Il se mesure en Tesla (T) et généralement en microTesla (µT). Une autre unité, le Gauss (G) est également employée ; 1 milliGauss (mG) = 0.1 µT

La combinaison de ces deux champs conduit à parler de champ « électromagnétique ». Tous les champs se caractérisent également par une fréquence, c’est-à-dire un nombre d’oscillations dans un temps donné. Cette fréquence se mesure en Hertz (Hz). Le réseau électrique fonctionne à la fréquence de 50Hz.

Source : colloque « Quels impacts des lignes électriques très haute tension ? » Confédération Paysanne, St-lô, 28 mai 2005

Sommaire


Epilogue : notre Position sur le Réacteur

Nous vous invitons à lire, en guise d’épilogue, notre contribution écrite au débat national concernant le réacteur EPR. Cette contribution reprend certains points développés dans ce feuilleton. Vous pouvez aussi consulter notre contribution au débat national sur les déchets nucléaires.

Contribution de l’ACRO au débat sur l’EPR
Contribution de l’ACRO au débat sur les déchets nucléaires de haute activité et à vie longue

Ancien lien

Bilan radiologique autour de CYCERON

ACROnique du nucléaire n°68, mars 2005


Le centre de recherchebiomédicale CYCERON, situé à Caen dans le Calvados, utilisant la technologie de Tomographie par Emission de Positons (TEP), a commandé à l’ACRO une étude d’impact précédent des travaux d’agrandissement. Nous publions ici les principaux résultats de cette étude.


Les recherches et les investigations biomédicales réalisés au sein de l’établissement  CYCERON nécessitent au préalable la production d’éléments radioactifs (15O, 11C ou 18F). Cette opération est assurée en interne à l’aide d’un cyclotron, un dispositif qui permet d’accélérer les particules (ions). Dotées d’une énergie (ou vitesse) suffisante, les particules frappent ensuite une cible. Par suite d’interaction des particules avec les éléments constitutifs de la cible, ces derniers initialement stables deviennent instables, donc radioactifs. Ce mode de production est très courant, particulièrement dans les secteurs de la recherche et conduit à la production de radionucléides appelés produits d’activation.
Après quoi, ces produits d’activation  sont transférés vers le laboratoire de chimie dont la vocation est d’assurer la synthèse des molécules radioactives nécessaires à l’exploration in vivo et de préparer les injections qui seront faites ultérieurement aux patients

Dans le cadre du fonctionnement normal de l’installation, des rejets d’effluents radioactifs gazeux sont régulièrement effectués, principalement par le biais de deux cheminées. Ces rejets font l’objet d’un contrôle interne et sont réglementés.

Si les radionucléides fabriqués ont une période physique inférieure à 2 heures, d’autres produits d’activation mais de période physique beaucoup plus longue sont également formés, leur création est involontaire. Dans les rejets d’effluents radioactifs gazeux, ces radionucléides « parasites »  peuvent coexister avec les premiers et entraîner un marquage durable de l’environnement, variable selon les compartiments étudiés (eau, terre, végétaux, etc.).

C’est dans ce contexte que l’ACRO a réalisé fin 2003 un bilan radiologique pour le compte de CYCERON autour de ses installations caennaises.

A cet effet, trois démarches complémentaires ont été retenues.
•    inventorier les radionucléides émetteurs gamma présents dans différents compartiments de l’environnement
•    vérifier, à l’extérieur des bâtiments, le niveau d’exposition dû au rayonnement gamma.
•    vérifier, à l’extérieur des bâtiments, le niveau d’exposition dû aux neutrons émis lors d’une session de production de radionucléides à l’aide du cyclotron.

LES RADIONUCLEIDES EMETTEURS GAMMA

La première approche a consisté à inventorier les radionucléides émetteurs gamma présents dans différents compartiments de l’environnement jugés comme intéressant par rapport aux dépôts atmosphériques (secs et humides), voie privilégiée de contamination. Deux types de compartiments ont alors été échantillonnés pour analyse :
➢    Ceux qui constituent un vecteur potentiel d’atteinte à l’homme parce qu’ils participent au processus de contamination de la chaîne alimentaire ou d’irradiation externe. La nature des compartiments sélectionnés dépend alors des processus d’échanges des radionucléides dans le milieu terrestre et des potentialités qu’offre le site (présence ou non de cultures par exemple).
➢    Ceux connus de longue date pour leur aptitude à révéler la présence de radionucléides à l’état de traces dans l’atmosphère. Par définition, ils ne permettent pas d’évaluer les transferts à l’homme mais sont d’excellents outils dans le cadre d’une approche qualitative visant à cibler les éventuels polluants radioactifs devant faire l’objet d’une attention particulière. Ils se dénomment bioindicateurs et les plus connus sont les lichens. Le choix d’échantillonner un bioindicateur plutôt qu’un autre repose alors principalement sur les potentialités qu’offre le site (comme l’abondance par exemple) mais aussi sur la facilité d’identification.

Considérant les potentialités environnementales offertes par le site, l’accessibilité par le public et l’intensité estimée des dépôts, les investigations ont portée sur trois zones :
•    En premier sur les 3 hectares du campus Jules HOROWITZ où est implanté CYCERON en raison de l’accessibilité du lieu par le public et de l’existence (théorique) de dépôts plus importants qu’ailleurs.
•    La zone agricole située au nord a également fait l’objet de contrôle en raison de son utilisation à des fins de production de denrées alimentaires.
•    Enfin sur une zone située sous les vents dominants à l’extérieur des limites cadastrales de CYCERON en raison de la possibilité d’y prélever un bio indicateur atmosphérique.

S’intéressant aux actuelles répercussions du fonctionnement passé de l’installation, l’analyse était donc centrée sur les produits d’activation d’une période physique suffisamment longue pour avoir induit un marquage durable de l’environnement. Tenant compte des contraintes métrologiques, il ne pouvait s’agir que de radionucléides ayant une période physique au moins égale à 8 jours.
Par ailleurs, aucune analyse spécifique de radionucléides émetteurs bêta pur n’a été faite en l’absence d’informations précises sur le terme source. De même, aucune mesure de la grandeur bêta total n’a été retenue en raison de la variabilité des concentrations dans le temps et l’espace, laquelle rend l’interprétation de ces grandeurs délicates lorsque les mesures sont ponctuelles comme cela était le cas.

Les prélèvements

Les prélèvements effectués pour cette évaluation se répartissent en trois étendues distinctes

➢    La première étendue concerne les 3 hectares du campus Jules HOROWITZ où est implanté CYCERON en raison de l’accessibilité du lieu par le public et de l’existence (théorique) de dépôts plus importants qu’ailleurs. Bien qu’il existe des restrictions d’usage, ce campus est accessible au public tous les jours ouvrés de la semaine entre 8h et 18h. En conséquence, tout un chacun peut accéder librement à un moment de la journée à proximité des bâtiments constituant l’installation.

Pour cette étendue, l’échantillonnage concerne cinq endroits distincts répartis en deux zones :

1.    le bassin d’orage (zone 1)
Ce bassin d’orage, situé au nord, est le point de collecte et d’infiltration dans le sol par percolation des eaux météoriques précipitées à la fois sur la totalité du site de CYCERON et sur une partie du GANIL (Grand Accélérateur National d’Ions Lourds, laboratoire de physique nucléaire). Il va donc recueillir les radionucléides rejetés dans l’atmosphère et piégés par les eaux de pluie. Dès lors, les eaux infiltrées constituent un vecteur de contamination du sous-sol mais également des terres agricoles situées non loin.

Les prélèvements réalisés le 18/11/03 ont concerné :
•    les eaux
•    des végétaux aquatiques, lentilles d’eau, en l’absence de sédiments et comme bioindicateurs de la qualité des eaux du bassin d’orage.

2.    l’environnement immédiat des bâtiments de CYCERON dans la limite de 100 mètres autour des émissaires de rejets gazeux (zone 2)
Considérant la rose des vents mais également l’absence de trajectoires résiduelles d’écoulements d’air, 4 endroits distincts ont été retenus et sont distribués à partir de la direction des vents dominants (NE) avec un pas d’environ 90° par rapport à ce même axe. Tenu compte des contraintes d’urbanisation, il n’a pas été possible de prélever à une même distance des émissaires de rejets (cheminées). Aussi, les lieux de prélèvements se situent-ils à environ 75±15 m des cheminées.

Les prélèvements réalisés entre le 18/11/03 et le 05/12/03 ont concerné :
•    le couvert végétal (herbe), sur une superficie de 2 m²
•    les sols, sur une profondeur comprise entre 0 et 10 cm.

➢    La seconde étendue concerne la zone agricole située au nord des émissaires de rejets gazeux en raison de son utilisation à des fins de production de denrées alimentaires.
Le plateau sur lequel est implanté CYCERON était anciennement utilisé pour des activités agricoles. Avec l’urbanisation grandissante de ces dernières décennies, il ne subsiste plus que des terres agricoles au Nord de l’installation.
S’il n’y a apparemment plus d’élevage, les observations in situ confirment en revanche l’exploitation de terrains (proches de l’installation) à des fins de culture, notamment celle du maïs. En conséquence, il existe des potentialités d’atteinte à l’homme par la contamination de denrées entrant dans la chaîne alimentaire.

Pour cette étendue, l’échantillonnage concerne une seule zone :

1.    la parcelle exploitée située la plus proche de CYCERON, en l’occurrence à environ 300 mètres au NNE de l’installation (unique zone).

Les prélèvements réalisés le 13/10/03 et le 05/12/03 ont concerné :
•    le maïs, prélevé de manière à obtenir un échantillon représentatif de la parcelle cultivée
•    les sols, sur une profondeur comprise entre 0 et 10 cm, en un seul point.

➢    La troisième étendue concerne une zone située sous les vents dominants à l’extérieur des limites cadastrales de CYCERON en raison de la possibilité d’y prélever un bioindicateur atmosphérique.
Les observations faites sur le terrain ont montré qu’il n’existe pas de bioindicateurs atmosphériques sous les vents dominants dans les limites cadastrales. C’est pourquoi, les investigations ont été étendues dans cette direction. Néanmoins, il n’a pas été possible d’inventorier de mousses terrestres et de lichens faute de biodisponibilité. Dans ce contexte, les aiguilles de pins ont été choisies.

1.    la zone sélectionnée se situe en contrebas du talus NE, à la limite extérieure de  CYCERON et à la croisée avec le parking de l’entreprise SIEMENS. Elle est orientée NE par rapport aux émissaires de rejets et se situe à environ 100 mètres de ces derniers.

Les prélèvements réalisés le 18/11/03 ont concerné un bioindicateur atmosphérique : des aiguilles de pins.

 cyceron1

Commentaire des résultats

Seules les analyses faites sur les sols mettent en évidence la présence, à des niveaux significatifs, d’une radioactivité d’origine artificielle. Dans le cas présent, celle-ci est constituée exclusivement de 137Cs (césium-137), un produit de fission de période physique de 30 ans.

La présence de césium 137 n’est pas due aux activités de CYCERON, le cyclotron ne pouvant être à l’origine de la création de produits de fission.

En fait, la présence de 137Cs dans des environnements non influencés par les activités industrielles liées au cycle du combustible résulte de certaines actions passées de l’homme, principalement des essais atmosphériques de l’arme atomique et de l’accident survenu à la centrale ukrainienne de Tchernobyl en avril 1986. Tous ces évènements ont été à l’origine d’une dissémination très importante de radionucléides sous la forme d’aérosols, lesquels ont contaminé de grandes étendues.
Bien que la majorité des radionucléides mis en jeu au cours de ces émissions aient aujourd’hui disparu, certains, comme le 137Cs (un émetteur β-γ), subsistent encore de nos jours en raison de leur longue demi-vie qui limite leur élimination par décroissance physique. De plus, dans le cas du  césium-137, sa forte affinité avec les constituants du sol limite les transferts aux eaux de ruissellement et par là-même la décontamination des sols.

Il est donc courant d’observer du 137Cs. Dans les sols et les sédiments de surface, les niveaux varient généralement dans l’ouest de la France, de quelques becquerels à une dizaine de becquerels par kilogramme de matière sèche.
Dans le cas présent, les niveaux observés sont conformes sauf pour les sols des stations 1.2.A et 1.2.C. où ils sont inférieurs à 0,6 Bq/kg sec. Ces faibles valeurs pourraient s’expliquer par le fait qu’il s’agit là de terres de remblais qui ont pu provenir de couches plus profondes (donc moins contaminées) obtenues lors des opérations d’excavation nécessaires à la création du bassin d’orage.

Concernant la radioactivité d’origine naturelle, les résultats obtenus n’appellent pas à formuler de commentaires particuliers en ce sens qu’ils sont conformes à ceux attendus : les résultats sont semblables à ceux observés pour des matrices identiques prélevées en d’autres endroits de la région.

En conclusion, les mesures faites par spectrométrie gamma suggèrent que les activités passées de CYCERON n’ont pas été à l’origine d’un marquage, à des niveaux significatifs et par des radionucléides émetteurs gamma, durable de l’environnement (décelable sur une période égale ou supérieure à 8 jours).

Rayonnement gamma ambiant

La seconde approche consiste à vérifier, à l’extérieur des bâtiments, le niveau d’exposition dû au rayonnement gamma. On cherche ainsi à mettre en évidence toute augmentation du rayonnement ambiant, laquelle pourrait avoir comme origine possible :
➢    une accumulation localisée de radionucléides, déposés ou en suspension dans l’air, à la suite de rejets avec les effluents gazeux ;
➢    l’existence d’une source d’irradiation à l’intérieur des bâtiments.

En relation avec la première des origines, l’étendue concernée par les investigations a été définie de manière à intégrer la totalité des 3 hectares du campus Jules HOROWITZ où est implanté CYCERON car il s’agit de la zone la plus sensible aux dépôts atmosphériques .

A cet effet, il a été procédé à un balayage du site à l’aide d’un appareil portatif adapté à la mesure des rayonnements gamma : un scintillateur plastique du type DG5.

Commentaire des résultats

Indépendamment du fonctionnement de l’installation, on observe une augmentation du rayonnement gamma ambiant uniquement à proximité du local à déchets radioactifs. Elle résulte a priori de l’entreposage, à cet endroit, d’éléments de l’ancien cyclotron.
L’augmentation induite est modérée puisqu’à 5 mètres au plus dans l’axe le plus concerné par l’irradiation, les valeurs enregistrées n’excèdent pas le bruit de fond.

En relation avec le fonctionnement de l’installation, une augmentation du rayonnement gamma ambiant peut être observée – et ceci de façon fluctuante – en plusieurs endroits des 3 ha où est implanté CYCERON. Deux causes distinctes sont à considérer :

➢    le relâchement de radionucléides dans l’atmosphère avec les effluents gazeux ;

Dans ce premier cas, l’augmentation induite est géographiquement disséminée autour des bâtiments (effet « taches ») dans des proportions qui peuvent être très variables d’un endroit à l’autre mais qui semblent s’atténuer avec l’éloignement par rapport à l’installation.
Du fait de la très courte période des radionucléides rejetés et de l’importance jouée par les conditions météorologiques sur la distribution spatiale des radionucléides émis, une situation radiologique observée ne se répète pas d’un jour sur l’autre. Il existe une grande variabilité des niveaux dans le temps, que les mesures faites dans le cadre de ce travail ne permettent pas de cerner.
Durant la semaine d’investigations, la plus forte valeur mesurée en relation avec cette origine a excédé d’environ 11 fois le bruit de fond. C’est à seulement quelques mètres des bâtiments qu’a été obtenu ce résultat comme tous ceux qui sont significativement élevés. Aux limites cadastrales, rares sont les anomalies qui ont pu être notées durant la même période.

➢    le rayonnement de source(s) radioactive(s) située(s) à l’intérieur des bâtiments.

Dans ce second cas, l’augmentation induite dépend vraisemblablement de manipulations particulières opérées à l’intérieur des bâtiments ; lesquelles ne sont pas effectuées tous les jours et en tout instant d’une journée donnée. Par définition, l’anomalie n’existe que le temps des manipulations.

Après arrêt de l’installation (48h au minimum), on n’observe aucune augmentation du rayonnement gamma ambiant sur les 3 ha où est implanté CYCERON, hormis à proximité du local à déchets radioactifs (voir le premier paragraphe).
Le relâchement de radionucléides avec les effluents gazeux ne conduit donc pas à un marquage durable de l’environnement qui aurait pour conséquence d’entraîner une surexposition.

Mesures neutrons

La troisième approche consiste à vérifier, à l’extérieur des bâtiments, le niveau d’exposition dû aux neutrons émis lors d’une session de production de radionucléides à l’aide du cyclotron, l’évaluation a été réalisé à l’aide d’un appareil portatif spécifique.

cyceron2

Deux campagnes de mesures ont été réalisées :

➢    le 20/11, autour de la casemate et à hauteur d’homme ;
➢    le 21/11, sur le toit de la casemate.

Commentaire des résultats

Les mesures faites durant une séquence de fonctionnement du cyclotron (production de 18FDG (= 18F-fluoro-désoxy-glucose.) mettent en évidence :
➢    l’absence de surexposition significative autour de la casemate à hauteur d’homme ;
➢    une augmentation très nette du rayonnement neutron ambiant (d’environ 20 fois le bruit de fond) exclusivement sur le toit de la casemate.

Ancien lien

La Tomographie par Emission de Positons : la TEP

ACROnique du nucléaire n°68, mars 2005


Cette technique récente d’imagerie médicale, aussi connue sous l’abréviation anglaise PET Scan, est utilisée par le centre de recherche CYCERON, situé à Caen dans le Calvados. Ce laboratoire de recherche et d’investigation biomédicales a commandé à l’ACRO une étude d’impact précédent des travaux d’agrandissement. Nous profitons de cette étude pour faire le point sur cette technologie.


La tomographie par émission de positons  est un examen d’imagerie médicale qui permet de visualiser les activités du métabolisme, plus précisément des tissus, chez les humains. Elle diffère des technologies conventionnelles aux rayons-X  et par résonance magnétique qui se limitent aux images de l’anatomie. Les changements physiologiques précèdent les changements anatomiques et, par conséquent, la tomographie par émission de positons permet de déceler à une phase plus précoce les dommages métaboliques et ainsi à aider à contrer leur progression.  Les images sont obtenues par injection dans l’organisme d’une molécule radioactive marquée par des isotopes du carbone, du fluor ou de l’oxygène (émetteurs de positons).Cette technique permet de localiser, en chaque point d’un organe, une substance marquée par un radioélément administré à un sujet vivant, et de suivre dans le temps l’évolution de cette substance. Elle fournit ainsi une image quantitative du fonctionnement de l’organe étudié.

Protocole

C’est une scintigraphie faite après l’injection par intraveineuse d’un produit radioactif (traceur) : le 18F-fluoro-désoxy-glucose ( 18F-FDG). L’activité injectée est fonction du poids du patient, elle varie  de 180 à 300 MBq. Pour un individu adulte à qui l’on injecte 300 MBq de 18F-FDG, la dose efficace reçue sera de : 5,7 mSv. [elle sera de 3,42 mSv pour une injection de 180 MBq…]. Cette dose efficace reçue varie avec l’âge de l’individu :
– Pour un enfant de 10 ans, la dose sera de 10,8 mSv pour 300 MBq injectés (ou de 6,48 mSv pour 180 MBq.)
– Pour un enfant de 5 ans, la dose sera de 9 mSv pour 180 MBq injectés (on présume qu’on n’injectera pas 300 MBq pour un petit poids corporel…)
Ces doses sont à comparer avec la limite d’exposition annuelle pour le public qui est de 1 mSv par an, limite réglementaire fixée pour la quantité d’irradiation qu’un individu peut recevoir à partir de sources artificielles, en excluant, bien évidemment, les sources médicales et naturelles. Les limites autorisées pour les travailleurs du nucléaire sont plus élevées (6 ou 20 mSv/an selon la catégorie). L’irradiation naturelle est en moyenne, en France, de l’ordre de 2,4 mSv/an.

Ce traceur (18F-FDG) est semblable au glucose (sucre) il est absorbé dans les parties du corps où son métabolisme est le plus actif, (le cœur , le cerveau, le foie etc, ainsi que les tissus cancéreux). La caméra TEP détecte les rayonnements qui proviennent des organes du patient et est équipée d’un système informatique capable de donner des images précises, en 3 dimensions, de la répartition du traceur ; on peut ainsi visualiser le fonctionnement des organes, des tissus, des cellules et leurs activités.

Développée au départ pour les recherches scientifiques sur le cerveau et le cœur, (elle permet de déceler et de localiser les lésions cérébrales qui causent l’épilepsie ou les malformations dans les muscles du cœur) ; la TEP  est aujourd’hui fréquemment utilisée en cancérologie car elle permet de déceler les tumeurs cancéreuses à une étape plus précoce que  les autres formes d’imagerie et de déterminer avec précision si une tumeur est de nature bénigne ou maligne.

Production d’isotopes

La très courte durée des radionucléides utilisés en TEP nécessite leur production par un  cyclotron sur le site même de l’utilisation. Les radionucléides (oxygène (15O), azote(13N), carbone (11C) et fluor (18F)) sont produits par réaction nucléaire, en bombardant par un faisceau de particules accélérées, des cibles constituées par des éléments naturels appropriés. A cette fin, il peut délivrer deux types de faisceaux, chacun ayant une énergie fixe prédéterminée.
·  Faisceau de protons (noyaux de l’atome d’hydrogène)
·  Faisceau de deutons (noyaux formés par l’association d’un proton et d’un neutron)

Synthèse des molécules marquées

Le laboratoire de Chimie réalise le marquage et la synthèse des molécules d’intérêt biomédical destinées à véhiculer ces radioéléments vers l’organe étudié, par injection intravasculaire. Tous ces radionucléides se caractérisent par une demi-vie très brève : 50% du radionucléide produit a disparu par émission d’un positon au bout de 2 minutes pour 150, au bout de 2 heures pour 18F. Le marquage doit donc être effectué très rapidement. De plus, les rendements de synthèse sont faibles, ce qui impose un travail à un niveau de radioactivité élevé.

Caméra à Positon

La caméra à positon enregistre les désintégrations de l’isotope injecté au patient et permet ainsi  l’acquisition des images. Cet appareil a l’aspect d’un scanner ou d’une IRM même si le principe de fonctionnement est différent. Lors de l’examen, le patient est allongé sur un lit qui se déplace à l’intérieur d’un anneau détecteur, l’examen dure de 20 à 40 minutes. Depuis 1997, à Cycéron, avec la mise en pleine exploitation de la nouvelle caméra ce sont 450 examens TEP qui sont réalisés et analysés chaque année, à la demande de médecins en vue d’affiner un diagnostic ou de suivre l’efficacité d’un traitement.

Effets secondaires pour le patient et son entourage

En raison de l’activité des radionucléides injectés (même si ils ont une durée de vie courte), cet examen est contre indiqué aux femmes enceintes, aux mères allaitant, (la radioactivité se retrouvant dans le lait, il faut suspendre provisoirement l’allaitement) et les contacts avec les jeunes enfants et les femmes enceintes sont à éviter  la journée suivant l’examen. Des précautions sont donc à prendre vis à vis du milieu familial, professionnel ou hospitalier  pendant environ 12 heures, temps moyen pour que la plus grande partie de la radioactivité ait disparu.

La justification et l’optimisation des doses

Les pratiques médicales qu’elles soient à visées diagnostiques ou thérapeutiques constituent en France la principale source d’exposition aux rayonnements ionisants d’origine artificielle (avec, bien évidemment, une disparité importante selon les personnes). Le développement de la médecine nucléaire contribue également  à disséminer des éléments radioactifs dans l’environnement (par les patients et par les installations.)

L’exposition aux rayonnements ionisants doit apporter un avantage supérieur au  préjudice qu’ils peuvent provoquer. Ce principe fondamental de justification doit être respecté, le principe d’optimisation, qui impose d’obtenir le meilleur résultat pour la moindre dose, doit également être une priorité de santé publique. Les effets pathogènes des rayonnements ionisants exigent un encadrement et une maîtrise et, surtout, une prise de conscience qui restent à construire.


Glossaire :

Becquerel (Bq) : unité standard internationale de mesure de la radioactivité équivalant à une désintégration par seconde. MBq : million de Becquerels

CYCERON : Abréviation pour : cyclotronchimiepositon. CYCERON associe une équipe technique ayant la charge des équipements lourds (cyclotron, radiochimie, caméras) et de l’infrastructure ainsi que des équipes de recherche relevant du CEA, du CNRS, de L’INSERM, de l’université de Caen et du CHU de Caen

Dose efficace : L’unité est le sievert (Sv). Pour les besoins de la radioprotection on a défini une grandeur appelée dose efficace qui essaie de tenir compte, chez l’homme, des dommages radiologiques occasionnés. Une même dose de rayonnement ne provoque pas les mêmes dommages suivant qu’il s’agit d’irradiation ou de contamination, suivant le type de rayonnement et enfin suivant la nature des tissus touchés. (mSv = milli sievert).

Positon ou positron : antiparticule associée à l’électron, de charge positive et de mêmes caractéristiques que l’électron.

Ancien lien

L’ACRO dans le paysage nucléaire français

ACROnique du nucléaire n°68, mars 2005


Le réseau Sortir du nucléaire a publié un texte intitulé « la désinformation nucléaire » où il prétend que les timides ouvertures vers la société civile ont pour : « seul objectif de faire accepter par les populations le nucléaire et ses risques. » Il y voit là une menace : « Nous devons déjouer les pièges tendus par le lobby nucléaire – en particulier, ne surtout pas collaborer à ses pseudos concertations – et organiser la résistance citoyenne ». L’ACRO qui participe à de nombreuses instances de concertation est directement visée par ce texte qui a reçu de nombreuses autres  critiques. Une deuxième version, publiée en janvier 2005, met encore en cause l’ACRO, pour sa participation au programme CORE en Biélorussie sous la rubrique explicitement intitulée « MANIPULER ET INSTRUMENTALISER DES ASSOCIATIONS ».  Ces attaques étant offensantes, il nous a paru important de faire une mise au point.


 

L’ACRO et ses missions

L’ACRO a été fondée dans une région fortement nucléarisée, en réponse à la désinformation et à la carence en moyens de contrôle indépendant et fiable de la radioactivité. Ces problèmes locaux ont pris une importance nationale suite à la catastrophe de Tchernobyl qui a fait de tous les Européens des riverains d’une installation nucléaire. La volonté de minimiser l’impact sanitaire des rejets dans l’environnement des installations nucléaires et des retombées de Tchernobyl apparu comme délibéré à de nombreux citoyens. Ainsi, l’ACRO a pour but principal de permettre à chacun de s’approprier la surveillance de son environnement au moyen d’un laboratoire d’analyse fiable et performant et de s’immiscer dans un débat techno scientifique par l’accès à l’information. En effet, un discours basé sur un état de conscience, une intuition ou même le simple bon sens ne suffit pas pour être entendu par les décideurs, qu’ils soient technocrates ou élus. C’est pour cela que l’association utilise les mêmes outils scientifiques que la techno-science officielle pour faire avancer le débat. 18 ans plus tard, l’association est encore présente, ce qui représente une prouesse permanente. En effet, il nous est impossible de dire si les finances permettront à l’ACRO d’exister dans 6 mois. La gestion au jour le jour occupe une grande part de l’activité des élus de son conseil d’administration.

Nous avons brisé un monopole d’Etat sur la surveillance de la radioactivité dans l’environnement. Même si le paysage nucléaire français a changé, et l’association aussi, les principes qui régissent nos actions sont toujours les mêmes. Nous sommes le seul laboratoire d’analyse français à rendre accessible au public tous ses résultats de mesure de radioactivité dans l’environnement. Ce qui caractérise cette démarche par rapport à la surveillance institutionnelle et réglementaire, c’est notre travail « avec » la population et non « pour » elle. Ainsi, l’ACRO effectue une surveillance citoyenne des installations nucléaires du Nord-Cotentin : c’est la population locale qui organise et effectue les prélèvements qui sont analysés dans le laboratoire. Le but est d’arracher aux seuls experts les questions qui nous concernent pour en faire un enjeu politique.

L’expertise citoyenne

Pour pouvoir fonctionner, nous faisons, entre autres, appel à des soutiens financiers publics car un laboratoire incontestable avec cinq permanents compétents coûte cher, même si ceux-ci ne sont pas rétribués à leur juste valeur. Les ressources sont diversifiés afin de maintenir une indépendance et sont toujours insuffisants. Outre une trentaine de mairies qui nous subventionnent sans contre-partie, la plupart des soutiens sont liés à un ou plusieurs contrats d’étude particuliers où souvent, un co-financement est exigé. La motivation des bailleurs est variée : certains élus préfèrent l’ACRO en se disant que les résultats ne seront pas contestés par la population ; certaines administrations sont plutôt attirées par le coût des analyses (comme pour le radon) ; d’autres, comme le Ministère de l’Ecologie, voient dans notre action une mission de service public qu’ils veulent soutenir. Ces financements ne sont pas pérennes et doivent être régulièrement renégociés. Surtout, ils ne suffisent pas à couvrir tous les coûts engendrés par l’activité associative : sans un engagement bénévole important, il y a longtemps que l’ACRO aurait cessé d’exister. Mais c’est aussi cette dimension citoyenne qui fait peur aux pouvoirs publics. Le soutien est donc réduit au strict minimum. Le laboratoire effectue des analyses pour des particuliers (moins d’une dizaine par an, hélas), des associations et des études pour des associations ou des collectivités locales. Ce travail nous permet de faire fonctionner le laboratoire, d’accroître nos compétences et surtout d’aller investiguer des zones qui échappent aux contrôles officiels.

Les compétences du laboratoire sont reconnues officiellement par un agrément obtenu à la suite d’un essai inter-laboratoires annuel auquel nous nous soumettons. C’est important, car, contrairement aux exploitants, l’ACRO n’a pas droit à l’erreur. C’est surtout par l’expérience accumulée au long des années que nous pouvons étayer nos arguments et être entendus car on ne s’improvise pas expert. Ainsi, notre action se situe dans le long terme, même si la gestion de l’ACRO se fait souvent au jour le jour. Malheureusement, nos capacités de mesures sont encore limitées et plusieurs radio-éléments importants en termes de santé publique échappent à notre vigilance.

Toutes nos études font l’objet d’un article dans notre revue, « l’ACROnique du nucléaire » et sont mises en ligne sur notre site Internet : https://www.acro.eu.org. Nous sommes intransigeants sur le respect de ces conditions de diffusion, ce qui nous vaut parfois de perdre des contrats. De plus, nous ne travaillons pas pour les exploitants nucléaires. L’information, et non la communication, occupe également une part importante de notre activité. Nous essayons de rendre accessible tous nos travaux et de vulgariser les débats techno-scientifiques liés au nucléaire. L’enjeu est de s’approprier les problèmes, de ne pas subir les termes dans lesquels ils sont généralement posés, mais de parvenir à les formuler plus lisiblement. Néanmoins, nous devons toujours fonder nos arguments pour dépasser les simples slogans, même si cela n’est pas médiatique. Ainsi, c’est à la demande d’associations riveraines de projets d’enfouissement de déchets nucléaires que nous avons beaucoup travaillé sur cette thématique. Nous sommes fréquemment sollicités pour des interventions publiques par d’autres associations ou collectifs, mais aussi par les pouvoirs publics. Dans ce dernier cas, il n’est pas toujours facile de savoir, a priori, si l’invitation sert à donner une apparence démocratique à un débat ou s’il y a une réelle volonté d’entendre un son de cloche différent. D’autant plus que c’est souvent les deux ! Mais dans tous les cas, il nous apparaît important d’apporter notre point de vue à une audience qui parfois peut déboucher sur des prises de décision. Il en est de même pour les articles écrits dans des revues officielles.

Le réseau national de mesure

La mise en place récente d’un réseau national de mesure assorti d’une obligation à rendre public ses résultats d’analyse pour être agréé nous apparaissait comme un grand pas en faveur de la transparence, si effectivement toutes les données recueillies sont accessibles, et pas seulement des valeurs moyennes. Nous avons donc accepté la demande du Ministère de l’Ecologie de siéger dans la commission qui délivre les agréments et comptons transmettre nos résultats à ce réseau.

Malheureusement, cet arrêté imposant la publication des résultats d’analyse a été attaqué par la CRII-Rad qui y a renoncé depuis longtemps. Elle a eu gain de cause et les exploitants ne sont plus soumis qu’à la publication des résultats d’analyses réglementaires. Outre la situation étrange où se retrouve la CRII-Rad, en devenant le seul laboratoire à garder ses résultats d’analyse confidentiels, le réseau se trouve amputé de toutes les données faites hors du cadre réglementaire comme à la suite d’incidents ou accidents. Lors des travaux du Groupe Radioécologie Nord Cotentin qui a fait une analyse rétrospective de 30 années de rejets radioactifs dans l’environnement, il est apparu que les accidents ou incidents passés représentaient environ la moitié de la dose moyenne reçue par la population locale et que leur impact était difficile à évaluer avec les seules données réglementaires. De même, sans les quelques données ACRO, il n’aurait pas été possible d’évaluer la dose liée à l’ingestion de produits marins péchés à proximité de l’émissaire de rejet.

La démarche participative

D’une manière plus large, l’ACRO accepte les gestes d’ouverture des autorités en participant à de nombreuses instances de concertation. Nous ne sommes pas dupes de la volonté gouvernementale qui n’arrive pas à sortir des limbes son projet de loi sur la transparence sur le contrôle des installations nucléaires. Mais, parfois, des efforts en faveur d’une prise en compte des questions de la population méritent d’être soutenus. Bien sûr, ces instances de concertation mises en place ne sont pas toutes utiles. La Commission de Surveillance du Centre de Stockage de la Manche, par exemple, ronronne doucement. Il est quasiment impossible de modifier l’ordre du jour qui consiste essentiellement à écouter le rapport annuel de l’ANDRA et de la DRIRE. Heureusement, d’autres CLI fonctionnent mieux : certaines d’entre-elles commandent des expertises indépendantes et donnent la parole à tous leurs membres. On peut aussi citer le cas de la commission Tchernobyl présidée par le Pr. Aurengo dont le fonctionnement est catastrophique et dont il ne sortira très probablement rien. En aurait-il été autrement en l’absence de l’ACRO ? Nous pourrons au moins témoigner de l’incurie et de l’inanité de cette commission ! En revanche, nous pensons que notre participation au Groupe Radio-écologie Nord Cotentin a été très profitable. Outre le fait que toutes les mesures réglementaires dans l’environnement et les modèles d’impact sanitaire soient devenus publics, nous y avons acquis des compétences nouvelles qui nous ont permis de mettre en évidence la défaillance des contrôles de Cogéma pour le ruthénium radioactif. Nous avons obtenu que les modes de vie locaux soient pris en compte dans l’évaluation, ainsi que les produits les plus contaminés. Les travaux du GRNC ont conduit à une réévaluation des autorisations de rejet pour Cogéma qui sont devenues beaucoup plus précises et contraignantes.

Parce que nous nous battons pour plus de transparence sur l’impact des activités liées au nucléaire et de démocratie sur les choix technologiques, nous avons pour principe d’étudier et souvent d’accepter les ouvertures faites dans ce sens par les autorités en participant à de nombreux groupes pluralistes, même si elles nous apparaissent souvent bien timides et que le fonctionnement des commissions reste à améliorer. Cette prise en compte du tiers-secteur scientifique est encore nouvelle en France et nous devons expérimenter les procédures de consultation mise en place avant de les rejeter. C’est un travail bénévole difficile et délicat que nous assumons du mieux que nous pouvons, même s’il comprend le risque de faire des erreurs ou de voir notre position mal interprétée.

Notre participation aux instances de concertation nous a valu de nombreuses attaques : « le lobby nucléaire tenterait  d’associer des associations à la gestion du nucléaire pour désamorcer la vigilance ou la colère des populations mises en danger. » Il est vrai que toutes ces structures sont là pour accompagner des installations nucléaires en place ou ayant un travail rétrospectif à faire. Comme souvent pour les activités à risque, la justification même de l’activité ne peut y être débattue.  Penser que l’on peut y obtenir la remise en question du nucléaire serait très naïf. Faut-il pour autant ne pas y aller ? La décision est prise au cas par cas par le conseil d’administration de l’ACRO et l’expérience montre que nous y acquérons des informations et compétences qui permettent de renforcer notre vigilance. Sans notre participation au GRNC (Groupe radioécologie Nord-Cotentin) nous n’aurions jamais pu montrer que Cogéma sous-estimait d’un facteur 1000 ses rejets en ruthénium radioactif.

A contrario, deux exemples récents de concertation concernaient la justification d’une nouvelle installation. Il s’agit de la « mission granite » qui avait pour but de trouver un site d’implantation d’un « laboratoire » souterrain pour l’enfouissement des déchets nucléaires et le débat sur l’énergie pour l’EPR. Dans les deux cas, le débat était biaisé. Pour ce qui est de la mission granite, son échec était évident car le « débat » était limité aux seuls sites concernés. Comment dialoguer sereinement avec comme épée de Damoclès l’implantation du projet près de chez soi ? Ce n’est qu’une fois que l’échec de la mission granite était patent que nous avons accepté de participer à deux réunions avec comme thème : Non pas le sauvetage de la mission, mais, quel débat mettre en place pour la gestion des déchets nucléaires (les principales conclusions sont reprises dans l’encadré en fin d’article). Il nous paru important que cet échec ne puisse pas être imputé à la population souvent qualifiée d’irresponsable par les pouvoirs publics et à ses prétendues peurs irrationnelles, mais bien aux initiateurs du débat. A noter qu’à contrario, le débat sur l’énergie lancé pour justifier le projet de réacteur EPR, qui est loin d’être un modèle à suivre, a abouti à la conclusion : « Qu’il est difficile, […] de se faire une opinion claire sur son degré de nécessité et d’urgence. […] Il a semblé que si le constructeur potentiel de l’EPR milite pour sa réalisation immédiate, c’est avant tout pour des raisons économiques et de stratégie industrielle. »

Les territoires contaminés par Tchernobyl

Récemment, nous avons débuté un projet humanitaire en Biélorussie, où la situation sanitaire des populations est désastreuse, dans le cadre d’un programme international CORE. Notre projet a pour but de mettre en place une surveillance, par la population, de la contamination et de développer la promotion d’une culture radiologique pratique. L’action est essentiellement tournée vers les enfants, les mères de famille et les femmes enceintes. Il s’agit concrètement de mettre du matériel de mesure (dosimètres et radiamètres) à la disposition des citoyens et de pratiquer des mesures régulières (2 fois par an) de la contamination interne des enfants scolarisés dans les écoles du district. Le soutien logistique est assuré par l’institut indépendant BELRAD dirigé par le Professeur Nesterenko (mise en service ou rénovation des postes de mesure et formation des dosimétristes). L’institut assure également les opérations de mesures anthropogammamétriques avec des laboratoires ambulants. La particularité de ce projet est de confier la coordination aux habitants eux-mêmes, via une toute jeune association locale « Pousse de Vie » qui regroupe des personnels de santé, des enseignants et de simples citoyens préoccupés par la situation sanitaire de leur district. Encore une fois, notre travail ne consiste pas à  travailler « pour » les habitants  mais « avec » eux afin qu’ils puissent poursuivre ce projet en toute autonomie.

Le programme international CORE regroupe des projets menés sur quatre des districts les plus contaminés de Biélorussie. Il ne s’agit en aucun cas de promouvoir la réhabilitation des territoires contaminés mais de contribuer à l’amélioration des conditions de vie au travers de projets impliquant la population elle-même. Il est utile de préciser que CORE ne possède aucun fonds propre et que chaque projet doit trouver son propre financement. Pour notre action dans le district le plus isolé et le plus contaminé de Biélorussie, le financeur est le ministère des affaires étrangères suisse, qui mène déjà sur place des actions humanitaires tournées vers la santé. Les dépenses concernent essentiellement les achats de matériel (achats de dosimètres, de postes de mesure pour doser le césium dans les aliments, achats d’ordinateurs, salaires des dosimétristes, campagnes de mesure de la contamination interne des enfants…). A l’exception de nos frais de mission qui sont pris en charge par les autorités Suisses et le ministère des affaires étrangères français, notre participation génère un coût non négligeable pour l’ACRO avec la mise à disposition d’un salarié qui prépare et part quatre fois par an en mission avec un bénévole, ainsi que le coût des analyses diverses réalisées sur des échantillons prélevés sur place. Nous avons donc sollicité un financement européen pour pouvoir continuer cette activité dans de meilleures conditions et pour diversifier nos soutiens.

Nos actions en Biélorussie nous valent des critiques virulentes. Certaines organisations qui officient sur le terrain comme l’ACRO, dans le cadre du programme CORE, sont accusés de : « Rester finalement sourdes et aveugles devant la gravité sanitaire causée par la radioactivité, surtout chez les enfants, les victimes les plus vulnérables. Ce Programme refuse d’appliquer un moyen simple et peu coûteux pour protéger les centaines de milliers d’enfants malades et mourants dans les territoires contaminés du Belarus […] : distribuer à grande échelle aux enfants contaminés les adsorbants prophylactiques à base de pectine préconisés par le professeur Nesterenko, » Et d’expliquer que « des mesures, réalisées [sur des enfants qui séjournent en sanatorium à l’extérieur des territoires] par l’Institut Belrad du Pr Nesterenko, ont montré qu’avec 3-4 cures [de pectine] dans l’année, on obtient une diminution de la charge en Césium-137 au-dessous de la limite que le Pr Bandajevsky considère comme cause de dommages tissulaires irréversibles, soit 30 Bq/kg de poids. » Pourtant ce texte est ambigu car il rendrait la catastrophe presque acceptable puisqu’un traitement permettrait aux enfants d’être en dessous d’un prétendu seuil. Malheureusement pour ces enfants, dès que la cure cesse et qu’ils retournent chez eux, ils se rechargent en césium au-dessus de cette limite. C’est pourquoi la prévention qui tend à limiter l’ingestion d’aliments contaminés est indispensable. De plus, il n’est pas sûr que la pectine élimine les autres contaminants.

Conclusion

En conclusion, il est important de rappeler que l’ACRO est entre les mains de ses adhérents par le fonctionnement démocratique inhérent à toute structure associative avec une voix par personne. Alors que de nombreuses associations se contentent de donateurs qui n’ont pas le droit de vote, l’ACRO estime important d’avoir des adhérents qui exercent un contrôle de ses activités. L’association s’est donné comme mission première de tenter de répondre aux préoccupations de la population ou le plus souvent de ses représentants que sont les associations ou parfois les élus qui nous sollicitent. Nos actions peuvent donc apparaître opportunistes du fait de l’évolution des demandes qui nous sont faites, mais nous y répondons toujours avec rigueur scientifique et transparence.

Nous sommes sur un chemin qui n’est pas balisé. C’est par la pratique que nous organisons une démarche originale pour apprendre à vivre dans une société du risque en transformant en enjeu politique et citoyen des problèmes posés en termes uniquement technoscientifiques. L’engagement du citoyen dans la vie de la société revêt diverses formes qui peuvent être syndicale, politique, associative. Toutes ont des atouts et des limites. Une société démocratique implique la pluralité des opinions et des actions.

 


Encadré : Conclusions  de la rencontre de la mission Granite avec quelques associations, une fois son échec patent

•    Le groupe de travail considère que l’implantation de laboratoires de qualification est « prématurée dans la mesure où le processus de recherche scientifique et technique, de réflexion et de concertation préalable à la définition d’une politique nationale de gestion des déchets radioactifs n’est pas terminé »
•    « Le statut de laboratoire souterrain est considéré comme ambigu » dans la mesure où rien n’indique s’il s’agit d’un laboratoire de recherche ou d’un laboratoire de qualification dont la vocation est d’être transformés en site de stockage définitif. Il observe que : « la loi du 30 décembre 1991 ne comporte aucune précision concernant le rôle exact de la collectivité territoriale, des associations locales de riverains et de la population concernée dans l’éventuel processus de décision pouvant conduire à qualifier le site de recherche comme site de stockage. »
•    Concernant la question de la concertation, le groupe de travail note que la loi prévoit une concertation préalable à l’installation d’un laboratoire souterrain avec les élus et la population des sites concernés.  Il observe que cette forme de concertation est insuffisante, qu’il est « nécessaire de mener une concertation avec la population à l’échelle nationale sur la politique de gestion des déchets radioactifs dans son ensemble, en resituant celle-ci dans le contexte de la politique énergétique, ceci préalablement au réexamen de cette question par le Parlement en 2006. »
•    Le groupe de travail observe que : « la participation des citoyens au débat démocratique suppose la construction, la validation et la diffusion d’une base d’information crédible et d’origine pluraliste concernant les déchets radioactifs et leur gestion qui puisse être partagée entre tous les acteurs du débat au plan national et territorial. Il est donc proposé que soit prise en charge par une instance nationale crédible une mission de concertation à l’échelle de la collectivité nationale avec la population, les élus et les associations sur la politique de gestion des déchets radioactifs en replaçant celle-ci dans le contexte de la politique énergétique ».
•    Il recommande la création des conditions d’existence et de pérennité d’une expertise associative forte et diversifiée qui participe au développement et à la validation d’une base d’information scientifique et technique commune entre les acteurs du débat tant au niveau national qu’au niveau local. Cette pérennité passe par l’instauration de sources durables de financement locales et nationales de l’expertise associative qui lui permette de préserver son indépendance. Il recommande le renforcement du recours à l’expertise indépendante et contradictoire dans le cadre des instances locales de concertation et la diversification des pôles d’expertise par l’ouverture des budgets de recherche engagés dans la loi de 1991 pour mobiliser les compétences universitaires et internationales notamment.

Ancien lien

Projet SAGE

ACROnique du nucléaire n°69, juin 2005


L’objectif du projet SAGE est de contribuer au développement de stratégies et  de conseils afin de les mettre en place en Europe de l’Ouest en cas d’incident ou d’accident nucléaire ayant des conséquences radiologiques à long terme. Le but principal de ce projet est la création d’un guide sur la protection et le contrôle des radiations.
Le projet SAGE est essentiellement développé pour tirer les leçons et les retours d’expérience de la gestion quotidienne de la situation radiologique dans les territoires contaminés en Biélorussie. Ce projet a commencé en octobre 2002 et s’est achevé en mars 2005 par la réunion d’un groupe de travail européen qui est chargé d’en présenter au public les conclusions, de discuter des différentes possibilités d’appliquer concrètement ces stratégies et ces conseils et de préparer les recommandations pour les possibilités de développement au niveau européen.
Ce projet était animé par 5 équipes de recherche provenant de différentes institutions :
BB-RIR, l’institut Belrad, le CEPN, le GSF et le NRPB. Ce groupe bénéficiait également de la coopération active de l’IRSN et du Comité Biélorussie-Tchernobyl. La compétence de ce groupe de travail recouvre de nombreux domaines comme la protection contre les radiations, l’évaluation des risques et des doses, la radioécologie, le contrôle de l’environnement, l’économie, la gestion sociale des risques, la « contre-mesure » après l’accident, la politique du risque.


la position de l’ACRO

L’ACRO a accepté d’être consultée dans le cadre du projet ouest-européen SAGE. Elle a participé dans ce groupe de travail qui réunissait des représentants des structures institutionnelles et associatives, à une réflexion collective sur la gestion à long terme des conséquences d’une contamination durable de l’environnement. Ce travail est basé sur les retours de l’expérience vécue à l’heure actuelle par les habitants des territoires contaminés de Biélorussie, proches de la zone d’exclusion délimitée autour de la centrale de Tchernobyl.

Notre implication dans l’élaboration du guide SAGE, se résume à une simple consultation. Le fond même du guide qui sera remis aux commanditaires et les sujets qui ont été débattus au sein du groupe dépassent largement les missions que notre association s’était données. En aucun cas, l’ACRO ne peut être considérée comme coauteur de ce guide. L’objet de ce document, les incertitudes sur sa destination et son exploitation futures, l’absence de données suffisantes et, plus largement, de connaissance pour examiner avec lucidité le problème posé, la non-exhaustivité des radioéléments considérés dans le cadre de ce travail, sont autant d’éléments qui peuvent rendre ce fascicule parfaitement inadapté en cas de crise post-accidentelle.

Nous reconnaissons, cependant que ce travail a le mérite de souligner les carences notables en matière d’informations et d’études sur l’impact réel d’un accident nucléaire majeur. Il permettra aussi de sensibiliser en Europe Occidentale, non pas la population toute entière mais les instances de décision des états membres de l’Union Européenne représentées dans le cadre de ce travail, à la problématique que représente la contamination à long terme d’un territoire et à l’importance de prendre en compte ce risque potentiel en amont. Ce travail a aussi permis de souligner la nécessité d’associer la société civile et de mettre le citoyen au centre de la réflexion.

Favoriser une telle prise de conscience (collective et individuelle) ne pourra se faire qu’à partir d’une meilleure information sur le sujet, relayée par des formations adaptées des professionnels qui seront amenés à intervenir sur les plans de la prévention, de la surveillance et de la protection sanitaire. Cet exercice a également renforcé les avis sur l’importance de la pluralité des sources d’information et la nécessité de développer les moyens d’information et d’investigation.

Ancien lien

Surveillance radioécologique 2001-2003 de l’environnement marin du chantier de démantèlement de l’ancienne conduite de rejets en mer Cogéma-La Hague

Surveillance 2001-2003 de l’environnement marin du chantier de démantèlement de l’ancienne conduite de rejets en mer Cogéma-La Hague

Appel à une journée d’action pour la recherche

Communiqué de presse du 19 février 2005

Les organisations signataires, réunies le 16 février 2005, ont fait le bilan des rencontres qui ont eu lieu entre les différentes organisations et les ministres de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur. Au vu de ces discussions, il apparaît clairement que le texte du projet de L.O.P.R.I (Loi d’Orientation et de Programmation pour la Recherche et l’Innovation), rendu public en janvier et qualifié de “brouillon” par F. d’Aubert, reste entièrement d’actualité pour le gouvernement qui a déjà anticipé sa mise en application.

Les quelques précisions apportées le 11 février lors de la conférence de presse du ministre annonce à laquelle le succès de la journée d’action du 4 février n’est pas étrangère – ne remettent nullement en cause la philosophie générale de ce projet : celui-ci programme l’extension de la précarité de l’emploi et le pilotage de la recherche publique et de l’Enseignement supérieur par les entreprises privées dans le cadre des lois du marché, en totale contradiction avec les conclusions des états généraux de la recherche et avec les besoins de la société. Les seuls chiffres disponibles sur des questions cruciales (emploi statutaire, importance respective des missions et budgets de l’ANR, des organismes et des universités) restent, à ce jour, inchangés par rapport au texte initial et très loin des exigences et propositions de la communauté scientifique.
Ce projet ignore le rôle premier de la recherche qui doit être la production et la transmission de connaissances librement accessibles à tous. Il réduit les besoins de la société à l’innovation industrielle et marchande à laquelle sont affectés les deux-tiers des financements nouveaux prévus par le projet. Il ignore la production de bien publics – expertise plurielle et indépendante, innovations à but non lucratif ou pour des besoins sociétaux non solvables – à laquelle d’autres acteurs sociétaux que les entreprises doivent être associés.

Les organisations signataires considèrent ce projet comme une base inacceptable pour définir les grandes lignes de l’avenir du système de recherche français. Elles demandent qu’un nouveau projet soit élaboré en s’appuyant sur les propositions de la communauté scientifique exprimées à Grenoble, complétés par les syndicats, et sur une prise en compte de la totalité des besoins de la société.

Les organisations signataires demandent à être associées, ensemble, à ce processus de négociation sous la forme d’une discussion réelle qui devrait se tenir le plus rapidement possible en présence des ministres et de tous acteurs concernés.

Pour marquer leur détermination, elles appellent à préparer dès maintenant une journée d’action d’ampleur nationale, avec initiatives dans toutes les régions, le mercredi 9 mars 2005.

Les organisations syndicales et associations :
Sauvons la Recherche, SNCS-FSU, SNESUP-FSU, SNTRS-CGT, FERC-SUP-CGT, SGEN-CFDT-CNRS, SGEN-CFDT-INSERM, UNEF, CGT-IFREMER, CFDT-CEA, FÉDÉRATIONS SUD ( de l’Énergie, Education, Recherche-EPST), SNASUB-FSU, SNPTES-UNSA, CFTC-INRA, A&I-UNSA, CJC, Sup’recherche-UNSA, Droit-d’entrée,
Fondation Sciences Citoyennes, Aides, Attac, Aitec, Les Amis de la Terre France, Greenpeace France, Réseau Cohérence (développement durable), Réseau Action Climat France, Agir Pour l’Environnement, ACRO.

Impact environnemental des usines de La Hague : “Nous y étions presque !”

ACROnique du nucléaire n°69, juin 2005

Impact environnemental des usines de La Hague, Contrôle n°162, janvier 2005

Les lichens intégrateurs de tritium et de carbone 14

Résumé paru dans ACROnique du nucléaire n°67, décembre 2004


L’ACRO a collaboré à une étude pilotée par l’observatoire mycologique sur les potentialités des lichens comme bio-indicateurs pour l’étude de la concentration atmosphérique en tritium et carbone 14. Ces travaux ont fait l’objet de publications scientifiques dans des revues internationales.
Nous présentons ici un résumé de ces études et vous pouvez télécharger un article en français plus conséquent sur ce sujet avec tous les tableaux de résultats :Les lichens intégrateurs de tritium et de carbone 14, article complet par Olivier Daillant.


L’hydrogène et le carbone sont deux principaux constituants de la matière vivante. L’hydrogène et le carbone radioactifs sont donc des éléments importants à prendre en compte en terme de santé publique. Ces deux radio-éléments existent dans la nature, mais sont aussi rejetés par les installations nucléaires. Les lichens qui sont connus comme bio-indicateurs pour de nombreux polluants, pourraient être aussi intéressants pour évaluer l’impact des rejets atmosphériques car ils ne sont pas en contact avec le sol.

Les sites concernés par cette étude sont l’usine de La Hague, le centre militaire de Valduc et la centrale nucléaire du Bugey dans l’Ain. Par ailleurs, des prélèvements ont été faits en Bourgogne, dans le Morvan et à Vienne en Autriche, loin de toute installation nucléaire.

Le Tritium
Isotope radioactif de l’hydrogène avec une demi-vie de 12,3 ans, le tritium est présent dans l’environnement sous forme d’hydrogène tritié (HT), d’eau tritiée (HTO) ou liés à des atomes de carbone, on parle alors de tritium organiquement liés (OBT). Dans ce dernier cas, le tritium n’est pas facilement échangeable, contrairement aux deux autres cas.
Le tritium est produit dans la haute atmosphère par le rayonnement cosmique auquel s’ajoutent les retombées des essais nucléaires atmosphériques. Mais, ce qui domine, ce sont les rejets des installations nucléaires.

Le carbone 14
Il est aussi créé par les rayonnements cosmiques dans la haute atmosphère. Avec une demi-vie de 5730 ans, il est connu pour son utilisation en datation. En Suisse (Site de l’autorité sanitaire suisse : www.suer.ch) et en Allemagne, il est considéré comme l’élément entraînant l’exposition principale des populations riveraines des centrales nucléaires. On le retrouve aussi dans les rejets de l’usine de retraitement de La Hague.

Le tritium et le carbone 14 sont tous les deux des émetteurs bêta purs, ce qui signifie que leur détection nécessite un protocole complexe. Les mesures ont été faites en Autriche et en Allemagne.

Résultats
Pour le carbone 14, les résultats sont généralement donnés en comparaison avec la teneur habituelle en carbone 14 naturel afin de pouvoir détecter une pollution éventuelle. Quant au tritium, seule la partie organiquement liée est mesurée ici. Les résultats peuvent être exprimés par rapport à la masse de matière sèche, comme  on le fait généralement pour les autres éléments ou en becquerel par litre d’eau issue de la combustion. Dans ce cas, on est plus près des méthodes d’analyses. A noter que la concentration en tritium naturel dans les eaux n’est que de quelques becquerels par litre.

Les résultats des analyses sont présentés dans le document complet.

Commentaires
Aux abords de la centrale du Bugey, la contamination en tritium est légèrement supérieure au bruit de fond naturel. A La Hague, elle peut atteindre 5 à 8 fois ce bruit de fond. Mais c’est à Valduc que les concentrations sont les plus élevées. Cela s’explique par les activités militaires qui provoquent d’importants rejets en tritium. Mais les concentrations obtenues ne peuvent être dues uniquement aux rejets récents. Les lichens ont intégrés du tritium beaucoup plus ancien correspondant à des rejets historiques qui ont dû être très importants. En effet, la période biologique d’élimination du tritium dans les lichens est de l’ordre d’un an. Ce résultat a été obtenu en transplantant des lichens de Valduc vers une zone a priori non influencée par des rejets tritiés. Cela signifie que les concentrations en tritium dans les autres végétaux ont dû être aussi très élevées par le passé. Pour ce qui est du carbone 14 trouvé dans les lichens à La Hague, les niveaux obtenus correspondent à ceux généralement mesurés dans les autres végétaux.

Conclusion
Cette étude montre l’intérêt des lichens comme bio-indicateur de la contamination atmosphérique en tritium et carbone 14. Comparés à la plupart des autre végétaux, ils présentent plusieurs avantages : une activité continue presque tout au long de l’année et un métabolisme lent permettant une intégration à long terme. De plus, si les lichens sont soigneusement choisis, ils ne sont pas concernés par un éventuel transfert sol-lichen.

Ancien lien