Incendie et défaillance d’une pompe primaire du réacteur n°2 à la centrale nucléaire de Penly : l’ACRO sur le pont !

ACROnique du nucléaire n°97 – juin 2012


Rappel de l’incident.

Dans la journée du 5 avril, deux départs de feu dans le bâtiment réacteur suivis d’une fuite sur une des quatre pompes du circuit primaire ont entraîné l’activation du plan d’urgence interne de l’exploitant, l’intervention des pompiers et l’arrêt du réacteur. L’autorité de sûreté nucléaire et son centre d’urgence (ASN + IRSN) ont été mobilisés au cours de cet événement.

Dès le 6 avril, après avoir adressé au président de la Commission Locale d’Information (CLI) une proposition de s’associer à des contrôles indépendants (courriel resté sans réponse à ce jour), l’ACRO est allée collecter de l’herbe avec l’aide de préleveurs volontaires dieppois. Les prélèvements ont été effectués à environ 2 km sous le vent de la centrale (voir carte jointe), mais notre équipe n’a pu s’approcher de la centrale du fait du verrouillage de ses abords par la gendarmerie.

Malgré les limites imposées à son intervention, l’ACRO a démontré une fois de plus sa capacité à réagir rapidement pour produire un contrôle indépendant nécessaire à une information pluraliste.

Les résultats d’analyses n’ont pas mis en évidence de contamination artificielle dans l’environnement terrestre mais cela ne signifie pas pour autant l’absence d’un impact plus proche de la centrale, notamment dans la zone touchée par les fumées provenant du bâtiment réacteur bien visibles sur les photos de presse.

Remarques et commentaires : EDF a précisé à de nombreuses reprises qu’il n’y avait aucune conséquence sur l’environnement.

S’il est indiqué que les effluents liquides radioactifs ont été collectés à l’intérieur du bâtiment réacteur, rien n’est dit dans les communiqués EDF et les rapports ASN concernant la gestion et le contrôle des effluents gazeux produits lors de ces incidents. Ces points devraient faire l’objet de précisions à donner à la CLI. Autre affirmation à justifier ou préciser : aucun intervenant n’aurait été contaminé aux dires de l’exploitant. Il n’en reste pas moins que les taux d’irradiation devaient être significatifs dans l’enceinte du bâtiment réacteur.

Par ailleurs, on peut noter que les enregistrements des débits de dose, sur le site et à ses abords, ne sont diffusés sur le Réseau National de Mesure (RNM) que jusqu’au 1er avril, juste avant l’incident, et qu’au 15 mai, il n’y avait toujours pas d’actualisation du RNM pour Penly.

Suite à cet événement, le réseau Sortir du nucléaire et le collectif Stop EPR ni à Penly ni ailleurs ont organisé une conférence de presse le 18 avril à laquelle l’ACRO était invitée à présenter les résultats de ses contrôles.

Le président de la CLI, M. Boulanger, a refusé l’accès à ces associations à la réunion de la CLI qui avait lieu le même jour au même endroit. Les citoyens dieppois et les élus écologistes qui avaient fait également le déplacement se sont heurtés au même refus.

On notera que la CLI dans son communiqué de presse du 18 avril mentionne le travail effectué par l’ACRO en s’en félicitant (!) et demande à EDF et à l’ASN une meilleure information sur l’incident.

Peut-on suggérer à M. Boulanger qu’il faudrait peut-être s’appuyer sur une structure indépendante et un questionnement malheureusement porté le plus souvent par les seuls associatifs au sein de la CLI pour permettre une information pluraliste.

Ancien lien

Résultats des analyses ACRO autour de la centrale nucléaire de PENLY suite aux incidents du 05/04/12

Aussitôt l’incident à la centrale de Penly connu, des préleveurs volontaires de l’ACRO ont effectué 3 prélèvements d’herbe sous les vents dominants de la centrale.

Les résultats d’analyse n’ont pas mis en évidence de contamination artificielle à 2 km de la centrale. Nous regrettons que nos préleveurs n’aient pas eu le droit de prélever plus près.

Le rapport d’analyse est en ligne sur notre site internet.

L’ACRO a démontré, une fois de plus, sa capacité à réagir rapidement pour produire un contrôle indépendant nécessaire à une information pluraliste.

La CLI a été invitée à s’associer à notre action mais n’a pas répondu.

 

Débat public – Projet Penly 3

ACROnique du nucléaire n°91, décembre 2010


La Commission Particulière du Débat Public (CPDP) dirigée par M Didier Houi  a été nommée par la CNDP (Commission Nationale du Débat Public) afin d’animer  la confrontation entre, d’une part, EDF, le maître d’ouvrage et les différents acteurs se sentant concernés par le projet de construction d’une troisième unité de production électronucléaire sur le site de Penly de type EPR (Projet Penly 3).

Le débat public s’est déroulé entre le 24 mars 2010 et le 24 juillet de cette même année, lorsque la CNDP a jugé que le dossier fourni par EDF était assez complet pour être soumis au débat public.

Pour avoir le droit de prendre place à la tribune, les associations ou les organismes intéressés devaient rédiger un cahier d’acteur résumant leur position vis-à-vis du projet EDF et disposaient, de ce fait, théoriquement, du temps nécessaire pour expliciter leur argumentation. Le public, lui, lorsqu’il parvenait à avoir le micro n’avait que trois minutes pour poser une question, alors qu’EDF pouvait répondre sans limite de temps et avoir le dernier mot…..

Le but de cet article n’est évidemment pas de résumer tout ce qui a pu être dit au cours des douze séances du débat public. (Le lecteur pourra trouver sur l’internet les verbatim ainsi que les vidéos des séances). Il consiste seulement à expliquer pourquoi il a semblé à l’ACRO utile de participer au débat (en dépit du fait que nous considérions que les jeux étaient faits d’avance),  de rendre compte de certains arguments que nous avons avancés, et des questions que nous avons posées oralement et par écrit ainsi que des réponses qui nous ont été apportées.

Contrairement à certaines associations qui ont refusé de s’associer au débat, nous avons opté d’y participer. En effet, ne pas le faire aurait abouti à laisser le champ libre au maître d’ouvrage qui aurait ainsi pu développer à loisir son argumentation sans la moindre contestation technique et obtenir un certain soutien public. Nous avons eu raison, comme le montre la réaction de ce même public lors des débats, et, surtout comme le démontre la CPDP dans son document final intitulé « Compte rendu du débat public » de septembre 2010, qui reprend un grand nombre de nos observations et de nos mises en cause du projet Penly 3 d’EDF.

 

La position de l’ACRO vis-à-vis du projet Penly 3 (voir ACROnique du nucléaire n° 89 de juin 2010) :

·       Que ce projet, renforçant la part du nucléaire, (déjà de 80% de la production d’électricité), va à l’encontre de la politique énergétique  définie par la loi.

·       Qu’EDF devait justifier de plusieurs années d’exploitation (3 ans minimum) avant de pouvoir disposer d’un produit industriel fiable. Ce n’est, évidemment, pas le cas.

·       Qu’en proposant une énergie surabondante sans résoudre les problèmes de pics de demande, EDF fournit une solution inacceptable au problème. Il est intéressant de remarquer que c’est la conclusion de l’étude commandée par la CPDP à un cabinet indépendant.

·       Que le code de la santé publique stipule le principe de justification, institué par la CIPR (Commission internationale de protection radiologique). EDF n’a pas tenu compte de ce principe dans sa présentation de la radioprotection (p 118 de son dossier).

 Pour toutes ces raisons, l’ACRO a pris position contre le projet Penly3.

 

Examinons maintenant plusieurs questions orales et écrites posées par l’ACRO ainsi que les réponses fournies.

 

·        « Quelle est la fiabilité du système de contrôle commande de l’EPR? »

Celle-ci a été critiquée, au deuxième semestre 2009 par les autorités de sûreté nucléaire française, finlandaise et anglaise. Le premier ministre avait, alors, déclaré que le problème serait résolu avant la fin de l’année…. Sans préciser laquelle….. La réponse, embarrassée d’EDF a consisté à dire qu’un accord de principe avait été obtenu de l’ASN lors de sa présentation. Puis, que tout serait réglé pour juin 2010. Nous en sommes toujours là et, pour le moment, rien n’indique que les choses ont vraiment évolué.

 ·        « Pourquoi EDF a-t-elle fait l’hypothèse d’un retraitement à 100% pour calculer la quantité de déchets générés par l’EPR alors que ce réacteur va consommer du MOX qui n’est pas retraité ? Pourquoi EDF n’a-t-elle pas compté tous les déchets générés, de la mine d’uranium au démantèlement ? N’est-elle pas capable de faire une estimation honnête ? »

Réponse EDF : Nous avons fait l’hypothèse d’un retraitement à 100 % du combustible usé car c’est l’option qui est retenue à terme pour le traitement des combustibles usés, UO2 et MOX (cf. dossier du maître d’ouvrage p 130).

Votre seconde question est relative à l’exhaustivité de l’inventaire des déchets générés par Penly 3. Dans le dossier du maître d’ouvrage, nous avons présenté les déchets d’exploitation et de retraitement des combustibles usés (page 54 du dossier du maître d’ouvrage). Nous avons également présenté les déchets de démantèlement pour une unité du parc actuel (page 120 du dossier du maître d’ouvrage). Les calculs n’ont pas encore été effectués pour les unités de type EPR, les résultats devraient être du même ordre de grandeur. Enfin, nous avons précisé lors de la réunion du Havre, le 10 juin, que le volume de déchets conventionnels produits par le démantèlement d’une unité était de 100 000 m3 environ.

Les déchets restent définitivement propriété de celui qui les génère. Dans le dossier du maître d’ouvrage, nous avons décrit les déchets que Penly 3 sera susceptible de produire directement ou indirectement. Les déchets miniers et ceux générés par la fabrication des éléments combustibles ne sont pas propriété d’EDF, seuls leurs producteurs en connaissent le détail ; de la même manière que quand nous achetons un litre d’essence, nous n’avons pas d’indication précise sur les types et les quantités de déchets qui ont été générés pour le produire.

Les éléments fournis ci-dessus nous semblent de nature à dissiper les inquiétudes formulées dans votre troisième question.

Commentaire : Eh bien, pas tellement….. EDF botte en touche et ne répond pas vraiment à la question. Le recyclage du MOX ne devrait être possible qu’avec la très hypothétique génération 4 de réacteurs nucléaires (voir le dossier sur le sujet). Il endommage plus les cuves de réacteurs….. EDF, pourtant, dans ses documents internes ne cache pas sa réticence à utiliser ce combustible qui intéresse seulement AREVA.

 ·         « Pourquoi EDF a-t-elle fait une présentation incomplète de la radioprotection et a omis le principe de justification ? »

Réponse EDF : Votre question porte sur le premier principe sur lequel repose la radioprotection, à savoir la justification, en réponse aux impositions de l’article L1333.1 du Code de la santé publique.

La radioprotection désigne l’ensemble des mesures mises en œuvre pour protéger l’homme de la radioactivité : le public, les travailleurs de l’industrie (et en particulier de l’industrie nucléaire), le personnel médical, les chercheurs…

La Commission internationale de protection contre les rayonnements ionisants (CIPR) a défini les trois principes de la radioprotection : justification, optimisation, limitation des doses de rayonnements.

La définition du principe de justification est inscrite dans l’ordonnance 2001-270 du 28 mars 2001 relative à la transposition de directives communautaires dans le domaine de la protection contre les rayonnements ionisants : « Une activité nucléaire ou une intervention ne peut être entreprise ou exercée que si elle est justifiée par les avantages qu’elle procure, notamment en matière sanitaire, sociale, économique ou scientifique, rapportés aux risques inhérents à l’exposition aux rayonnements ionisants auxquels elle est susceptible de soumettre les personnes.»

Conformément à la communication de la Commission européenne  au sujet de la mise en œuvre de la Directive EURATOM 96/29 (Journal officiel n° C 133 du 30/04/1998 p. 0003), la détermination de la justification de toute nouvelle pratique incombe aux Etats membres.
L’entité responsable de la justification doit en effet être indépendante des propriétaires et des exploitants de la pratique. A ce titre, EDF fournit des éléments nécessaires pour vérifier que la pratique est justifiée au sens de la radioprotection, comme c’est le cas pour des travaux importants soumis à autorisation.Conformément à l’ordonnance 2001-270 du 28 mars 2001, les autorisations délivrées aux installations nucléaires de base (INB) tiennent lieu d’autorisation des activités.

Concernant la création d’une nouvelle unité de production électronucléaire en France, la détermination de la justification est formalisée par la délivrance d’un Décret d’autorisation de création par le Premier ministre contresigné par les ministres chargés de la sûreté nucléaire (Ministres chargés de l’Environnement, de l’Industrie et de la Santé), après instruction du dossier de Demande d’autorisation de création par l’Autorité de sûreté nucléaire.
Le dossier déposé par l’exploitant comprend (cf article 8 du décret du 2 novembre 2007) notamment  le rapport préliminaire de sûreté, l’étude de maîtrise des risques, l’étude d’impact sur l’environnement et la santé, le bilan et le compte-rendu du débat public.

Commentaire : En fait, le galimatias développé ci-dessus montre qu’EDF se contente de « fournir des éléments » aux autorités françaises (puisque chaque état membre est responsable…) L’absence de remarques vaut approbation… EDF ne répond pas à la question : pourquoi le principe de justification n’est pas écrit en toutes lettres dans son dossier?

 ·       « Pourquoi EDF a-t-elle refusé de répondre aux questions posées par la CLI de Brennilis lors de l’enquête publique ? N’avait-elle pas les réponses aux questions posées ? » 

Réponse EDF : Votre question porte sur l’instruction des recommandations émises par la CLI (Commission locale d’information auprès de l’installation nucléaire du site des monts d’Arrée à Brennilis)  à l’issue de l’enquête publique portant sur la demande de décret de démantèlement complet de la centrale de Brennilis.

La demande d’autorisation de mise à l’arrêt définitif et de démantèlement d’une centrale nucléaire est soumise à enquête publique telle que prévue par l’article 13 du décret du 2 novembre 2007.
Ce dernier énonce notamment que le préfet de département consulte pour avis un certain nombre d’instances dont la commission locale d’information.
La CLI a organisé en 2009, pour préparer son avis, sept réunions consacrées au dossier de démantèlement de la centrale de Brennilis.

La CLI a rendu, le 1er décembre 2009, un avis favorable sur le dossier de démantèlement de la centrale de Brennilis.

Cet avis, accompagné d’un certain nombre d’observations et de recommandations structurées autour de 15 thèmes, a été transmis au Préfet du Finistère le 2 décembre 2009 en insistant  pour que les quinze points soient pris en compte dans le décret autorisant le démantèlement de l’installation.
Dans son courrier adressé au préfet du Finistère, le Président de la CLI n’exprime pas la volonté qu’EDF réponde à ces recommandations mais leur prise en compte dans le décret.

Au cours des diverses réunions organisées par la CLI, EDF a toutefois répondu à toutes les questions des membres de la CLI et du public et a apporté oralement des éléments de réponse à la plupart des recommandations de la CLI.

Afin d’éclairer les auteurs du futur décret d’autorisation, les divers avis recueillis par le Préfet, à savoir celui de la CLI, de la CLE (Commission locale de l’eau), du Conseil général, des conseils municipaux sont adressés aux ministres chargés de la sûreté nucléaire au même titre que le rapport et les conclusions du commissaire enquêteur et l’avis du préfet.

Les recommandations émises par la CLI seront traitées, par les services de l’État et par  l’Autorité de sûreté nucléaire, dans le cadre de l’instruction du futur décret.

Commentaire : Dans son courrier le président de la CLI ne mentionne pas explicitement qu’il attend une réponse d’EDF. EDF n’a donc pas fait de réponse formelle! Incroyable! Quel mépris pour la CLI et le public.

 ·       « Pourquoi EDF avait-elle fait espionner des associations opposées à l’EPR de Flamanville ? EDF peut-elle s’engager à ne pas faire espionner les associations impliquées dans le débat cette fois-ci ? »[1]

Réponse EDF : Votre question fait référence à la question n°19 qui portait sur l’instruction judiciaire en cours relative à des faits d’intrusion frauduleuse dans des systèmes d’information, visant en particulier des représentants de l’association Greenpeace.

Dès qu’elle a eu connaissance de la situation, EDF s’est attachée à recueillir les informations nécessaires notamment pour apporter tout son concours au bon déroulement de l’enquête judiciaire devant déterminer les éventuelles responsabilités.

EDF a découvert, dans le cadre des investigations conduites au sein de l’entreprise qu’un contrat de veille avec la société Securewyse avait été signé en dérogation aux règles du Groupe. Ce contrat a été résilié depuis.

L’entreprise s’attache au quotidien à assurer la sécurité de ses installations et des personnes, avec les services de l’État, afin de prévenir toute action violente sur ses sites notamment nucléaires, dont la protection relève de la défense nationale. Dans ce cadre, EDF, comme toutes les entreprises industrielles, réalise une veille constante des informations susceptibles d’affecter son activité dans le strict respect des dispositions légales.

EDF condamne fermement toute méthode visant à obtenir des informations de manière illicite. C’est une des raisons pour lesquelles EDF a demandé à se porter partie civile.

EDF souhaite que toute la lumière soit faite dans cette affaire avec équité et dans la sérénité, au seul regard de l’examen objectif des faits.

Commentaire : Pris la main dans le sac, EDF a osé se porter partie civile contre la société qui a accompli pour son compte le méfait relaté ! La justice ne s’y est pas trompée puisque

la cour d’appel de Versailles a débouté le groupe EDF. Dans un arrêt rendu le 3 septembre 2010, la chambre d’instruction de la cour d’appel a débouté le groupe d’électricité de sa demande, estimant qu’il n’était “pas nécessaire qu’EDF obtienne par la voie judiciaire” des fichiers “qu’il lui est reproché de s’être procurés illégalement”.

Le parquet de Nanterre vient, par ailleurs, de requérir le renvoi en correctionnelle d’EDF et de ses deux anciens dirigeants, notamment pour “complicité d’accès et maintien à un système automatisé de données aggravés par l’utilisation d’un moyen de cryptologie”. Il revient désormais au juge d’instruction en charge du dossier, de décider ou non de leur renvoi devant le tribunal. C’est particulièrement instructif…..

·        A Envermeu (Seine Maritime), le sujet de la dangerosité du tritium a été évoqué par un membre de l’ACRO : qui a souligné l’obstination des représentants d’EDF à présenter le tritium comme un radionucléide presque inoffensif, qui peut être rejeté dans l’environnement sans précaution particulière, sous prétexte que le rayonnement bêta est faible et qu’il ne délivre sa charge radioactive qu’à un micromètre de distance environ. De ce fait, les dégâts qu’il peut occasionner dans l’ADN des cellules qu’il bombarde de l’intérieur lorsqu’il les pénètre sous sa forme tritium organiquement lié et qui ont été étudiés en Allemagne et en Angleterre mettent en évidence que les modèles actuels ne permettent pas d’expliquer ces faits et rendent nécessaire l’application du principe de précaution, qui fait partie de notre constitution depuis 2004, jusqu’à la conclusion d’études complémentaires indispensables.

La bioaccumulation, observée par des analyses effectuées sur les poissons et les crustacés de la baie de Cardiff est toujours niée par EDF confortée par l’obstination de l’IRSN. L’ASN pour sa part commence a admettre la nécessité d’études complémentaires et a confié une mission d’évaluation a deux groupes de travail qui ont remis leurs conclusions en juillet 2010.

La directive européenne 96-29, en son article 6,  stipule qu’il n’est pas envisageable, sans analyse sérieuse, de permettre une augmentation des rejets tritiés des différents sites de production  l’ASN, cependant,  a permis pratiquement un doublement des émissions de Paluel et 25 % d’augmentation sur Penly.

La convention OSPAR, signée par la France en 1999 visant à réduire vers zéro les rejets chimiques et radioactifs dans l’Atlantique Nord, dans la Manche, d’ici à 2019 ? EDF n’en tient aucun compte, pas plus d’ailleurs que de ce qu’a  écrit le député Christian Bataille, qui n’est pas particulièrement un antinucléaire : « Les autorités responsables des installations nucléaires doivent être conscientes que les rejets de tritium dans l’environnement risquent de devenir, dans les années à venir, un problème majeur et certainement un des principaux axes de la contestation antinucléaire ».

·        La question des rejets en tritium des installations nucléaires en général et de l’EPR en particulier a été évoquée par un membre de l’ACRO à Envermeu. C’est le sujet chaud du moment. Cet adhérent a rappelé que le tritium était présenté comme étant presque inoffensif et qu’il était rejeté sans restriction dans l’environnement. Or, de nombreuses études au niveau européén remettent en cause les connaissances sur son impact sanitaire et son comportement dans l’environnement. L’augmentation des autorisations de rejets des centrales nucléaires existantes va à l’encontre du principe de précaution inscrit dans la Constitution française et de la convention d’OSPAR sur la protection de l’Atlantique du Nord-Est.

 

CONCLUSION :

Ce débat est en recul par rapport à celui de Flamanville. Il a vu, cependant, l’apparition des intérimaires du nucléaire comme groupe organisé prenant part au débat. Mais, le compte-rendu final les ignore. Le seul point positif est la commande d’une expertise indépendante sur le contexte énergétique qui aboutit à la conclusion que l’EPR Penly 3 n’est pas nécessaire.

Tout au long du débat public, EDF a insisté sur son sens des responsabilités, son respect des procédures et des règlements et sur la notion clé de transparence. Les exemples ci-dessus montrent qu’EDF ne répond pas vraiment aux questions posées. Les réponses sont arrivées très tard, empêchant ainsi toute possibilité de réaction et de demande d’approfondissement. Dans son compte rendu du débat public, la CPDP remarque que « la majorité du public n’y croit pas ou plus… » Un membre de la mission permanente de la France auprès de l’AIEA rappelle que « la transparence est un élément déterminant de l’utilisation responsable de l’énergie nucléaire ».Or le nombre d’incidents évoqués lors du débat et n’ayant pas fait l’objet d’un traitement à la hauteur des engagements pris le montre à l’évidence, EDF parle beaucoup mais agit peu. Cette société reconnaît, d’ailleurs, que la transparence est un sujet compliqué et qu’il est difficile de communiquer sur le nucléaire…. (p 62 du compte rendu de la CPDP).

Le compte rendu conclut, enfin, sur ce sujet en mentionnant « que la suspicion sur le souci de transparence d’EDF s’installe de façon plus définitive quand le classement « secret défense » du rapport Roussely est confirmé deux mois après la date de sortie annoncée alors qu’il concerne l’avenir de la politique énergétique nationale et du nucléaire en particulier ».

Est-il nécessaire d’ajouter quelque chose à cela ? 


[1] Début avril, une question était posée à EDF sur les affaires d’espionnage qui avaient eu lieu lors du débat EPR à Flamanville. La personne demandait des garanties de la part d’EDF qu’il n’y aurait pas de nouvel espionnage des associations opposées au projet. Non seulement, EDF n’a jamais répondu bien que 2 mois se soient écoulés, mais la question a discrètement disparue du site Internet du débat. Est-ce sous la pression d’EDF, ou bien est-ce un choix délibéré de la part de la CPDP ?

Ancien lien

L’EPR Penly 3 n’est pas justifié

Cahier d’acteur de l’ACRO pour le débat public à propos du projet d’EPR Penly 3


Un argumentaire incohérent

Les priorités de la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique [1] sont claires : d’abord la maîtrise de la demande d’énergie, puis la diversification des sources d’énergie pour laquelle, selon l’article 4 [2], « l’Etat se fixe donc trois priorités. La première est de maintenir l’option nucléaire ouverte à l’horizon 2020 en disposant, vers 2015, d’un réacteur nucléaire de nouvelle génération opérationnel permettant d’opter pour le remplacement de l’actuelle génération. La deuxième priorité en matière de diversification énergétique dans le secteur électrique est d’assurer le développement des énergies renouvelables. […] Il convient donc d’atteindre l’objectif indicatif d’une production intérieure d’électricité d’origine renouvelable de 21 % de la consommation intérieure d’électricité totale à l’horizon 2010. »

Avec un EPR en construction à Flamanville, la première priorité se concrétise, mais pas la deuxième. Le projet d’EPR à Penly va donc à l’encontre de la politique énergétique définie par la loi, puisqu’il va renforcer la part du nucléaire dans la production d’électricité qui est déjà supérieure à 80%. Seule la France a une part aussi élevée, ce qui est une aberration en soi, les autres « grands pays nucléaires » étant largement en dessous.

Lors du débat public sur le projet d’EPR à Flamanville qui a eu lieu en 2005-2006, EDF écrivait dans son dossier (page 13) : « En tant qu’industriel, EDF a besoin, pour la réalisation d’une éventuelle série de réacteurs, d’un modèle de réacteur éprouvé par plusieurs années d’exploitation. Cette expérience lui permettrait de déployer une organisation industrielle expérimentée, afin d’optimiser, d’une part le prix de revient de cette centrale – et donc les coûts futurs de l’électricité – et d’autre part, la sûreté d’exploitation et l’impact sur l’environnement. De plus, ces années d’exploitation permettraient de disposer de compétences acquises sur l’installation pour garantir une exploitation de qualité en toute sûreté pour les éventuels réacteurs de série à construire. » Et d’insister, page 31, sur l’importance de « l’expérience d’exploitation suffisante d’un EPR avant de mettre en chantier une éventuelle série. Cette expérience ne s’acquiert que sur la durée : pour disposer d’un produit industriel fiable, maîtrisé et optimisé, il faut avoir exploité cette nouvelle unité pendant une durée raisonnable, estimée à 3 ans environ par EDF. »

Le réacteur de Flamanville est loin d’être terminé. L’EPR de Penly ne sera donc pas « fiable, maîtrisé et optimisé » ? S’agit-il d’un nouveau prototype pour essayer de faire mieux que pour les chantiers EPR en France et en Finlande qui accumulent les déboires et les retards ?

Les réacteurs en construction ne sont pas exactement ceux imaginés initialement par EDF et Areva. L’armature métallique a été largement augmentée à la demande de l’autorité de sûreté finlandaise, ce qui a conduit à des anomalies et des suspensions du chantier de Flamanville par l’autorité de sûreté nucléaire française (ASN). Le système de contrôle commande n’a pas été jugé satisfaisant par les autorités de sûreté de trois pays européens qui « ont demandé aux exploitants et au fabricant d’améliorer la conception initiale de l’EPR [3]. » Aujourd’hui, ce problème n’est toujours pas résolu. Alors que la fiabilité de l’EPR est mise en cause, quels impératifs peuvent justifier la construction immédiate d’un deuxième réacteur en France ?

Un réacteur EPR engage la compagnie pour 80 ans minimum si l’on prend en compte la construction et le démantèlement, et la population pour des milliers d’années avec les déchets nucléaires produits. Il est donc étonnant de voir un tel revirement stratégique en moins de quatre ans. En effet, la consommation d’électricité en France stagne depuis 2005. Elle est même en baisse en 2009. Le remplacement prochain de l’usine d’enrichissement de l’uranium, très énergivore, va rendre disponible la production de trois réacteurs nucléaires environ [4]. En outre, la part d’EDF va en diminuant avec l’ouverture du marché.

Ainsi, fin 2007, le PDG d’EDF, Pierre Gadonneix affirmait encore qu’« il n’y a pas de place pour du nucléaire supplémentaire avant 2020 » [5]. L’argumentaire pour un nouvel EPR à Penly ne paraît ni sérieux ni acceptable.

  • Pour l’ACRO, la décision d’un éventuel renouvellement du parc électronucléaire doit être prise en 2020 à l’issue d’un grand débat national. Le projet Penly 3 n’est pas justifié.

Pour un respect des engagements en faveur des énergies renouvelables

« L’objectif indicatif d’une production intérieure d’électricité d’origine renouvelable de 21 % de la consommation intérieure d’électricité totale à l’horizon 2010 » de la loi de 2005 n’est pas atteint puisque la part de d’électricité d’origine renouvelable était de 15% de la consommation intérieure brute en 2009. L’engagement du paquet climat énergie de l’Union Européenne d’atteindre 20% de la consommation d’énergie (et non d’électricité) d’origine renouvelable en 2020 risque d’être utopique. Avec la loi Grenelle 1 [6], la France va plus loin et « s’engage à porter la part des énergies renouvelables à au moins 23 % de sa consommation d’énergie finale d’ici à 2020. »

Lors de la réunion de clôture du débat EPR tête de série, Bernard Salha, responsable de l’ingénierie nucléaire d’EDF a rappelé « qu’en ce qui concerne les ENR, donc les énergies renouvelables, le Groupe EDF s’est d’ores et déjà engagé à investir 3 [milliards d’euros], l’équivalent du prix du réacteur EPR de Flamanville, dans des projets éoliens d’ici 2010. » Même si cela n’est pas dit explicitement, cet investissement ne concerne pas uniquement la France. Nous sommes en 2010 : cet engagement a-t-il été respecté ? Le coût de l’EPR a fortement augmenté : l’investissement dans l’éolien aussi ?

Aucun chiffre précis n’est donné dans le dossier d’EDF.

  • L’ACRO demande donc que les engagements en faveur des énergies renouvelables soient respectés et qu’EDF soit contrainte de participer à cet effort.

Pour une autre politique énergétique

L’année 2009 a été difficile en termes d’approvisionnement électrique pour la France car EDF accumule les déboires sur le parc nucléaire actuel dont le taux de disponibilité ne cesse de se dégrader pour atteindre 78%, un des plus mauvais au monde. C’est lors des pics de demande, au moment des grands froids, que la situation est la plus critique. La réponse n’est pas la construction d’un nouveau réacteur nucléaire, mais la fiabilisation des moyens de production actuels et l’investissement dans les moyens de lissage des pointes de production.

EDF est en surproduction la plupart du temps, et doit importer massivement de l’électricité très émettrice de CO2 lors de pics de demande pendant les grands froids. La surcapacité d’électricité d’origine nucléaire, observable depuis 1985, oblige de passer des contrats de fourniture avec les pays voisins, notamment la Suisse, l’Italie, la Belgique et la Grande-Bretagne. Ces contrats, ou « droits à tirer », rendent la production d’environ 8 à 10 réacteurs non disponibles pour les pointes de consommation françaises. Il est paradoxal que l’Allemagne, pays ayant décidé un moratoire sur le nucléaire, nous fournisse l’équivalent de la production annuelle de 1,5 réacteur depuis 2004.

La compagnie justifie le réacteur Penly 3 par « une marge de sécurité en termes de capacités de production » sans expliquer en quoi cela va améliorer la situation actuelle. En clair, cela signifie des surplus électriques supplémentaires qui vont pousser la compagnie à encourager encore plus la consommation d’électricité, pour le chauffage notamment, et donc provoquer des difficultés encore plus grandes lors des pointes.

Le Danemark et certains cantons suisses ont interdit le chauffage électrique car c’est une aberration scientifique. En imposant que les nouveaux bâtiments consomment moins de 50 kWh d’énergie primaire par mètre carré et par an à partir de 2012, la loi issue du Grenelle de l’environnement exclut de facto le chauffage électrique. En effet, avec l’électricité, l’énergie primaire produite est environ trois fois supérieure à celle consommée. EDF espère pouvoir continuer à promouvoir le chauffage électrique grâce aux pompes à chaleur vantées dans son dossier. Or, lors des grands froids, elles ne pompent pas beaucoup de calories dans le sol mais beaucoup de watts sur le réseau électrique.

Quant aux voitures électriques dont l’émergence soudaine justifierait les nouveaux investissements dans le nucléaire, leur développement massif se heurte à des verrous technologiques qui hypothèquent beaucoup l’avenir. Peut-on vraiment engager un tel projet sur une hypothèse aussi peu étayée ?

Avec une technologie beaucoup plus simple qu’une centrale nucléaire et génératrice de beaucoup plus d’emplois, il est possible de réduire drastiquement la consommation électrique des bâtiments. Les engagements du Grenelle de l’environnement, avec comme « objectif de réduire les consommations d’énergie du parc des bâtiments existants d’au moins 38 % d’ici à 2020 »  sont un premier pas en ce sens. La Suisse est allée beaucoup plus loin en se donnant l’objectif d’une « société à 2000 watts [7] », soit trois fois moins que la consommation actuelle.

En cas de surplus, EDF compte exporter l’électricité produite. Lors du débat pour le premier EPR à Flamanville, le chantier devait servir de vitrine à l’exportation du réacteur. Faute de commande, il est maintenant proposé de construire le réacteur en France pour exporter l’électricité…

Malheureusement, les nuisances, parmi lesquelles l’exposition des travailleurs, en majorité des sous-traitants au statut précaire, les déchets nucléaires, les rejets dans l’environnement et les risques d’accident, restent en France.

L’évaluation des volumes de déchets produits par l’EPR dans le dossier EDF est largement sous-estimée. Elle se base sur l’hypothèse d’un retraitement intégral qui permet de classer certains déchets en « matière valorisable », même si elle n’est pas valorisée. Cette hypothèse est contredite par le projet d’utiliser du combustible MOx qui n’est pas retraité. Enfin, tous les déchets produits en amont à partir de la mine et en aval par le démantèlement ne sont pas pris en compte.

  •  En proposant une énergie surabondante sans résoudre les problèmes de pics de demande, l’EPR à Penly va à l’encontre d’une politique de sobriété énergétique et va accroître les volumes de déchets radioactifs pour lesquels aucune solution acceptable n’existe, constituant ainsi un legs éthiquement inacceptable pour les générations futures.

Pour un débat clair et utile

Lors du précédent débat public pour l’EPR, la Commission Particulière de Débat Public (CPDP) avait sollicité plusieurs acteurs afin de rédiger un cahier collectif d’acteurs qui devait apporter un éclairage différent sur le projet. Rien de tel n’est proposé cette fois-ci. Pourquoi ? Certes, ce cahier collectif d’acteurs n’était qu’une juxtaposition d’avis divergents, se basant parfois sur les mêmes données de départ, mais c’était mieux que rien. Comme nous l’avions dit lors de la clôture, il aurait été plus pertinent de mettre les acteurs autour d’une table pour définir ce qui fait consensus  et expliciter les dissensions. Le public aurait pu alors comprendre les choix de société qui se cachent derrière les chiffres et s’approprier le débat.

Les quelques engagements pris par EDF à l’issue du débat précédent sont restés lettre morte. Certes une convention a bien été signée entre la Commission Locale d’Information (CLI) de Flamanville, l’Association Nationale des CLI (ANCLI) et EDF pour permettre un questionnement précis du dossier de sûreté, mais elle n’a jamais été activée. Quant à la transparence dont se félicite le pétitionnaire, elle n’existe pas : l’ACRO a pu constater qu’EDF refuse systématiquement de répondre aux questions lors des réunions de la CLI de Flamanville.

Ce mépris d’EDF pour les consultations du public se retrouve sur d’autres dossiers. A Brennilis, suite à l’enquête publique concernant le démantèlement du réacteur, les commissaires enquêteurs écrivent, dans leur rapport, qu’« EDF, malgré la demande de la commission d’enquête, n’a pas souhaité répondre aux recommandations ou réserves émises par la CLI », qui avaient été formulées suite à une expertise de l’ACRO. « En conséquence, la commission d’enquête n’a aucune garantie que ces réserves et recommandations seront effectivement prises en compte par EDF. » Ils ont donc émis, à l’unanimité, un avis défavorable.

Rappelons que la convention d’Aarhus sur l’accès à l’information, la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement, ratifiée par la France [8], impose que « chaque Partie veille à ce que, au moment de prendre la décision, les résultats de la procédure de participation du public soient dûment pris en considération. »

  • L’ACRO regrette que la CPDP ne prenne pas position pour ou contre l’EPR à l’issue du débat et demande des garanties que les demandes du public soient bien prises en compte, conformément à la convention d’Aarhus.

Conclusions

Nous sommes convaincus, comme beaucoup, que le défi énergétique sera l’un des défis majeurs du 21ième  siècle avec l’épuisement des ressources en pétrole et la menace du réchauffement climatique. En ne produisant que de l’électricité, le nucléaire ne peut avoir qu’un impact mineur sur ces problèmes. Tant que les autorités se limiteront à penser en moyens de production réduits à une « alternative infernale » – nucléaire ou effet de serre – et non en utilisation rationnelle de l’énergie, elles seront incapables de répondre au défi. La priorité de toute politique énergétique doit être la réduction de la consommation. Cela est proclamé par les pouvoirs publics et soutenu par les associations de protection de l’environnement, mais sans effets significatifs. Nous aurions donc préféré un large débat sur les économies d’énergie avec, à la clé, des mesures concrètes et des mesures réglementaires qui ne sont pas forcément populaires. Cela aurait été l’occasion de mettre en œuvre une expérimentation d’un véritable processus de démocratie participative beaucoup plus ambitieux que le débat actuel, afin de trouver une synergie entre les moyens techniques, individuels et collectifs à mettre en œuvre pour une meilleure utilisation de l’énergie qui ne soit pas source de conflit.  Malheureusement, l’EPR est présenté comme la solution qui, en servant d’alibi, va à l’encontre de la nécessité de réduire notre consommation. Il va aussi renforcer la dépendance de la production électrique à une mono-industrie, alors qu’il est plus sûr stratégiquement et économiquement de diversifier les sources.

Un réacteur nucléaire n’est pas un produit industriel banal, c’est une installation à risques. Outre la possibilité d’un accident majeur, y compris suite à une intention malveillante, l’EPR émettra des rejets radioactifs dans l’environnement, contribuera à l’exposition des travailleurs du nucléaire et produira des déchets pour lesquels aucune solution éthiquement et socialement acceptable n’est proposée. C’est aussi un investissement lourd qui obère d’autant d’autres investissements.

Les risques spécifiques liés aux radiations ionisantes, pour lesquelles il est reconnu internationalement qu’il n’y a pas de seuil d’innocuité [9], ont un nouveau cadre réglementaire. Le Code de la Santé Publique [10] stipule le principe de justification institué par la CIPR [11] : « Une activité nucléaire ou une intervention ne peut être entreprise ou exercée que si elle est justifiée par les avantages qu’elle procure, notamment en matière sanitaire, sociale, économique ou scientifique, rapportés aux risques inhérents à l’exposition aux rayonnements ionisants auxquels elle est susceptible de soumettre les personnes. » EDF a omis ce premier principe dans sa présentation de la radioprotection, page 118 de son dossier, ce qui est symptomatique… Nous connaissons les risques engendrés par l’industrie nucléaire pour les travailleurs et l’environnement, mais nous ne sommes pas convaincus par les avantages d’un nouvel EPR à Penly ou ailleurs.

  • C’est pour toutes ces raisons que l’ACRO a pris position contre la construction du réacteur EPR à Penly ou ailleurs et pour une autre politique énergétique
[1]  n°2005-781 du 13 juillet 2005

[2] modifié par la loi n°2006-11 du 5 janvier 2006

[3] Communiqué des autorités de sûreté nucléaire française, britannique et finlandaise du 2 novembre 2009

[4] L’enrichissement de l’uranium par ultracentrifugation, qui sera mis en service prochainement dans l’usine Georges Besse II, consomme environ 50 fois moins d’énergie que la méthode actuelle par diffusion gazeuse. L’électricité produite par trois des réacteurs nucléaires du Tricastin dédiée actuellement à l’enrichissement va être disponible pour d’autres usages.

[5] Challenges, 6 décembre 2007 : « Et pour étayer sa démonstration, il s’appuie sur le dernier bilan prévisionnel du RTE, le gestionnaire des réseaux électriques, qui anticipe « une modération dans la consommation électrique » à cause des efforts d’économie d’énergie, tandis que quatre centrales au gaz à cycle combiné entreront en service et que de nouvelles éoliennes procureront 2000 mégawatts supplémentaires. EDF prévoit d’augmenter la puissance des centrales nucléaires existantes, ce qui produira encore 2 000 mégawatts de plus. Bref, les besoins seront couverts. »

[6] LOI n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement (1)

[7] 2000 watts correspondent à la consommation énergétique moyenne par personne sur la planète. Tendre vers une société à 2000 watts (dont seulement 500 watts d’origine fossile) permet un équilibre entre les pays industrialisés et les pays en voie de développement. La Suisse était une société à 2000 watts dans les années 60. Le Conseil fédéral l’a intégrée dans sa stratégie de développement durable et plusieurs cantons ont adopté la société à 2000 watts comme objectif de leur stratégie énergétique.

[8] La loi n° 2002-285 du 28 février 2002 contient un article unique : Est autorisée l’approbation de la convention sur l’accès à l’information, la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement (ensemble deux annexes), signée à Aarhus le 25 juin 1998, et dont le texte est annexé à la présente loi.

[9]  US National Academy of sciences. 2006. Health risks from exposure to low levels of ionizing radiation. BEIR VII – Phase 2.

[10] Partie Législative [première partie.- Protection générale de la santé – livre III.- Protection de la santé et environnement – titre III.- Prévention des risques sanitaires liés aux milieux – chapitre III . – Rayonnements ionisants]  dans son 1er article

[11] Commission internationale de protection radiologique, www.icrp.org

Ancien lien

Feuilleton EPR2

Parce que le gouvernement a décidé d’autoriser EdF a construire un deuxième EPR, nous allons reprendre notre feuilleton sur l’EPR. Le premier feuilleton écrit avant la construction de “la tête de série” à Flamanville garde toute sa pertinence.

  1. Exportation Peu Rentable

Exportation Peu Rentable

ACROnique du nucléaire n°84, mars 2009

C’est par un communiqué [1] laconique que l’Elysée a annoncé le lancement d’un deuxième EPR, en France : « L’Etat valide le projet d’EDF de réaliser cette centrale sur le site de Penly, en Seine-Maritime. EDF réalisera cet équipement dans le cadre d’une société de projet dont il aura la majorité. GDF SUEZ sera associé à ce projet. D’autres partenaires désireux de partager l’investissement et l’approvisionnement électrique seront invités à y participer. EDF déposera dans les prochaines semaines un dossier sur ce grand projet à la commission nationale du débat public, en vue de commencer la construction en 2012 et de raccorder la centrale au réseau en 2017. Dans la perspective du développement ultérieur de la filière, l’Etat reconnaît la volonté de GDF SUEZ d’assumer la maîtrise d’ouvrage et l’exploitation de l’EPR suivant. »

Cette décision n’est justifiée ni par une nécessité de diversifier la production électrique puisque le nucléaire fournit déjà 84% de l’électricité d’EdF, ni par une nécessité de favoriser la concurrence par rapport à l’opérateur historique, puisque c’est EdF qui gagne le bras de fer contre GdF-Suez. Le président de la république a justifié sa décision lors de son déplacement à Flamanville le 6 février 2009 où un premier EPR est en construction : faire de la France une exportatrice d’électricité. « Il y a le monde à conquérir en énergie » a-t-il déclaré.

Cette décision apparaît comme un aveu d’échec de la part de celui qui voulait vendre des EPR à toute la planète. Faute de pouvoir vendre des réacteurs, on va les construire en France et exporter l’électricité. Or la France est déjà exportatrice d’électricité, comme cela est exposé en encadré et ce n’est pas sans poser de nombreux problèmes.

Dans un appel [2] d’intérêt public pour une diversification urgente du bouquet électrique français, des employés d’EdF soulignent qu’« avec près de 80% de sa production électrique d’origine nucléaire […] la France est le seul pays au monde à dépendre autant de cette source d’électricité peu modulable et donc inadaptée aux pointes de consommation. L’extrême centralisation inhérente à la technologie nucléaire, outre qu’elle entraîne des pertes d’énergie sur le réseau, constitue une cause supplémentaire de vulnérabilité potentielle de l’approvisionnement électrique, dans un contexte de multiplication des incidents et accidents, notamment liés à l’âge du parc et à certaines erreurs de conception. […]

D’une part, ses 58 réacteurs rendent notre pays notoirement excédentaire en moyens de production continue de courant (répondant aux besoins en base). La nécessité technique que ces installations fonctionnent jour et nuit – hors périodes d’arrêt pour maintenance – encourage chez nous la surconsommation électrique. L’électricité ne pouvant se stocker, cette surproduction entraîne aussi des exportations à bas prix de courant à l’étranger, lesquelles ont, dans nombre de pays, un effet de dumping dissuasif sur le développement des énergies renouvelables, qu’elles soient thermiques (biogaz, biomasse…) ou autres. Par ailleurs, le surcroît de plutonium et de déchets radioactifs correspondant à ces exportations restera bien sûr, quant à lui, stocké sur le sol français.

D’autre part, les unités de production thermiques plus souples (utilisables en périodes de pics de demande électrique sans générer le reste du temps de gaspillages ni d’incitations à la surconsommation) commencent en revanche à faire cruellement défaut – d’où les difficultés croissantes de RTE (le Réseau de transport d’électricité) pour faire face à la demande sans discontinuité. Cela oblige, lors des pointes de consommation ou d’incidents sur le réseau, à de coûteuses importations d’électricité produite à l’étranger, y compris à partir de ressources fossiles particulièrement polluantes comme le lignite ; celles-ci sont en outre souvent brûlées dans des centrales de conception dépassée, à mauvais rendement énergétique et ne répondant pas aux normes environnementales les plus récentes.

Autrement dit, au lieu d’apporter au niveau planétaire des économies nettes d’émissions de gaz carbonique (CO2), notre parc électronucléaire surdimensionné amène en pratique la France à externaliser, vers des états comme l’Allemagne ou la Pologne, des émissions massives de CO2 et d’autres polluants liées à l’exploitation ponctuelle de centrales thermiques anciennes, ce qui retarde d’autant la fermeture des plus vieilles centrales étrangères. […]

Le « Grenelle de l’Environnement » vient à juste titre d’insister sur l’impérieuse et urgente nécessité de lutter contre les dérèglements climatiques, en particulier par le biais des économies d’énergie et de l’efficacité énergétique, dont on sait désormais qu’elles ont joué, dans la baisse des émissions de CO2 françaises au cours des années 70 et 80, un rôle au moins égal à celui de la mise en service du parc électronucléaire en remplacement d’unités thermiques classiques. […]

Dès lors, on ne peut plus se contenter de construire – comme le prévoient EDF et le gouvernement – de nouvelles centrales thermiques classiques (gaz, fioul, bois…) pour assurer les pics de demande, sans réduire aussi notre parc nucléaire surdimensionné qui, notamment par les gaspillages qu’il induit, entrave toute réelle politique d’économies d’énergie, non seulement en France, mais aussi indirectement en Europe, voire ailleurs dans le monde par le mauvais exemple qu’il donne. […]

Pour toutes ces raisons, nous demandons à compter d’aujourd’hui une réduction rapide et volontariste de la part du nucléaire dans le bouquet électrique français. Cette part pourrait par exemple passer, en cinq ans, des actuels 80% à 60% de l’électricité consommée, et ce :
– en fermant les réacteurs atomiques les plus anciens, les plus coûteux en maintenance, les plus générateurs de rejets et effluents radioactifs et chimiques, les plus irradiants, démotivants et anxiogènes pour les personnels qui y travaillent et les populations environnantes, tout en assurant le maintien sur site ou la reconversion des travailleurs ;
– en leur substituant des moyens de production électrique moins centralisés, adaptés aux ressources locales (centrales à gaz en cogénération, susceptibles de fonctionner à terme avec du biogaz de méthanisation, et à coupler avec des réseaux de chaleur ; centrales à bois, ou centrales mixtes charbon/biomasse ; photovoltaïque ; éolien ; etc.). Par ailleurs, tout en respectant les normes environnementales et énergétiques les plus modernes, ces moyens de production peuvent, contrairement aux réacteurs nucléaires, répondre aux fluctuations de la demande et être mis à l’arrêt chaque fois que les nécessaires efforts d’économies d’énergie effectués par les industriels, les collectivités et les particuliers le justifieront. »

[1] Publié le 30-01-09
[2] http://www.alecoso.fr/spip.php?article64

2000 à 2007, bilans électriques français

Notes de lecture des bilans annuels publiés par le Gestionnaire du Réseau de transport d’électricité (RTE)

André Guillemette, juillet 2008

Nucléaire et indépendance énergétique, part de l’électricité nucléaire dans la consommation d’énergie en France

Source : Mémento sur l’énergie, Energy data book, CEA, Ed. 2006

Source : Mémento sur l’énergie, Energy data book, CEA, Ed. 2006

Selon la publication du CEA (CEA, 2006), la consommation totale d’énergie en France en 2005 a été de 276,5 Mtep (millions de tonnes équivalent pétrole), dont 117,5 Mtep en électricité. Sur ces 117,5 Mtep, 78,3 % sont d’origine nucléaire (CEA, 2006). La part de l’électricité nucléaire produite est donc de 33,27 % de l’énergie consommée.

Lors du débat sur l’énergie organisé par le gouvernement français en 2003, l’association Global Chance partant des mêmes consommations de l’année 2000 que “CEA 2001”, mais prenant en compte toutes les données comptables (rendements, pertes en ligne, consommation d’auxiliaires, …), évaluait la part de l’énergie nucléaire consommée à 17%, alors que les données officielles situaient cette contribution à 28% pour cette même année 2000.
feuilleton_EPR2_image2

La production d’énergie nucléaire et l’exportation d’électricité

Electricité d’origine nucléaire et exportations d’électricité

Electricité d’origine nucléaire et exportations d’électricité
Sources : EDF et RTE

En 2007, les 58 réacteurs français ont produit 428,7 TWh (TWh = 1000 milliards de Watt par heure). 56,7 TWh soldent le bilan positif des échanges d’électricité avec les pays limitrophes Italie, Suisse, Grande-Bretagne, Espagne, Allemagne. En 2007, comme les dix années précédentes l’exportation était de l’ordre de 83 TWh.
Nous avons exporté en 2007 une quantité d’électricité équivalente à la production de 8 (solde positif des échanges) à 11,5 (production en base, contractuellement exportée) réacteurs.
Ce solde positif des échanges d’électricité apparaît dès 1982, progresse rapidement jusqu’en 1990 pour rester relativement constant jusqu’à aujourd’hui, comme on peut le voir sur le graphe ci-contre.
Bilan détaillé des échanges

L’historique du solde des échanges d’électricité est présenté ci-dessous en nombre de réacteurs dédiés à l’exportation.

Sources : EDF et RTE

Sources : EDF et RTE

Dès 1984 apparaît une surcapacité équivalente à la production de 4 réacteurs. En part de la production d’origine nucléaire, l’électricité exportée varie de 10 à 20 % de cette production. Depuis 1991 le palier d’exportation varie entre l’équivalent production de 8 à 11 réacteurs.

Solde des échanges par pays
(un réacteur produit en moyenne 7,2 TWh/an)

Sources : RTE

Sources : RTE

Depuis 2004, la tendance  est à l’exportation de la production d’environ 3 réacteurs vers la Suisse, 3 réacteurs vers l’Italie, 2 réacteurs vers la Belgique, et un réacteur vers la Grande Bretagne et l’Espagne. Par contre, nous importons l’équivalent de la production d’un réacteur de l’Allemagne, pays connu pour son fort développement des énergies renouvelables … et l’engagement pour l’arrêt de son programme électronucléaire.

Commentaires

Depuis 1990, nous avons  une surcapacité  moyenne de 10 réacteurs nucléaires,  et environ 48 dédiés à l’utilisation hexagonale. De plus, 3 réacteurs sur les 4 du site de Tricastin servent uniquement à l’enrichissement du combustible, dont une grande partie est exportée : Tricastin fabrique plus du tiers de la production mondiale, l’équivalent du chargement de 100 réacteurs, soit encore presque 1,5 réacteurs dédiés à l’exportation. AREVA construit actuellement sur le site de Tricastin une nouvelle usine d’enrichissement par centrifugation (GB2) nettement moins gourmande en électricité que le procédé actuel par diffusion gazeuse : 75 MW contre 3000 MW. La nouvelle usine sera opérationnelle en 2009 (ASN, 2007)… et la production de 3 réacteurs de 900 MWe sera disponible sur le réseau en 2009, 2 ans avant la mise en service prévue (2011) de l’EPR en construction à Flamanville.
Il est aussi notable qu’un réacteur sert en permanence à pomper de l’eau (env. 7 TWh/an) pour la monter dans des réserves d’eau dont l’énergie est restituée en conduite forcée, en fonction des besoins. C’est indispensable pour pouvoir adapter l’offre à la demande.

En conclusion, 12 réacteurs sur 58, soit 20,7 % du parc nucléaire français, sont utilisés à d’autres fins que les seuls besoins énergétiques des Français depuis le début des années 1990. Cela devrait augmenter dans les années à venir de 2009 à 2011 la production de 4 réacteurs (3 x 900 MWe à Tricastin, 1 x 1600 MWe à Flamanville) va être disponible sur le réseau électrique français sans que la consommation ait progressé notablement : elle a régressé entre 2006 et 2007 (RTE, 2006 et 2007). Que faire de ces 4300 MWe disponibles en base, sinon signer là encore des contrats d’exportation pour assurer un débouché fiable à notre production nucléaire ?

Sachant que les 58 réacteurs actuels ont une durée minimale d’activité prévue de 40 ans (60 ans – espérés – pour les mêmes réacteurs nucléaires aux Etats-Unis), soit un premier besoin de remplacement en 2017  au plus tôt, nous ne percevons toujours pas encore pourquoi il a fallu démarrer de toute urgence la construction d’un réacteur EPR à Flamanville, dont la production viendra s’ajouter en 2011 à notre surcapacité chronique. Rappelons que Flamanville et Penly font partie des sites les plus éloignés des frontières suisses et italiennes, limites de résidence des principaux clients d’EDF.

Bibliographie

ASN, 2007. Rapport annuel : La sûreté et la radioprotection en France en 2007
CEA, 2006. Mémento sur l’énergie. CEA, édition 2006.
Global Chance, 2003. Les cahiers de Global Chance. Petit mémento énergétique. Eléments pour un débat sur l’énergie en France. Janvier 2003.
RTE, 2000 à 2007. Résultats techniques du secteur électrique en France. RTE, Gestionnaire du Réseau de Transport d’Electricité. Années 2000 à 2007.

Ancien lien

Résultats de la surveillance du littoral et des rivières normands 2005

ACROnique du nucléaire n°76, mars 2007

RESULTATS 2005 DE LA SURVEILLANCE DES NIVEAUX DE LA RADIOACTIVITE ARTIFICIELLE D’ECOSYSTEMES AQUATIQUES APPARTENANT AU BASSIN SEINE-NORMANDIE

Surveillance citoyenne de la radioactivité en Normandie

Synthèse des résultats d’analyse gamma du premier semestre 2004 du Réseau cItoyen de Veille, d’Information et d’Evaluation RadioEcologique (RIVIERE)
ACROnique du nucléaire n°72, mars 2006


Préambuleriviere04
Les résultats présentés par la suite s’inscrivent dans la continuité de précédentes évaluations réalisées depuis 1997 à l’échelle du bassin Seine-Normandie et depuis 1988 dans la région de la Hague. Le but de ce travail est de renseigner sur l’état du milieu aquatique naturel par rapport à la pression qu’exercent l’industrie nucléaire civile et militaire mais également (et plus largement) les utilisateurs de radioactivité. Limitée à l’analyse des radionucléides émetteurs gamma comme le césium-137, l’évaluation concerne les eaux marines du littoral normand (entre Cancale et le Tréport), les principaux cours d’eau qui les alimentent comme la Seine ou l’Orne et enfin les écosystèmes aquatiques (influencés ou susceptibles de l’être) dans la région de la Hague, non loin des usines de retraitement et du centre de stockage de déchets nucléaires (CSM).

Il est nécessaire de bien mesurer la portée de ce travail. Il s’agit avant tout de veille environnementale et non sanitaire. Le travail n’est pas structuré pour répondre sur le plan de la santé même si des éléments d’information peuvent être retirés pour alimenter une telle réflexion, notamment à travers l’analyse des mollusques. Après quoi, ce suivi n’est pas exercé dans l’absolu, c’est-à-dire avec pour objectif d’analyser toutes les contributions possibles et leur répercussions sur l’ensemble des compartiments de l’environnement, quelque soit l’échelle de temps et d’espace. Des polluents majeurs comme les isotopes du plutonium ou le carbone-14 ne sont pas recherchés faute de moyens. Enfin, on cherche à obtenir une vue générale de la pression exercée par les activités humaines et plus particulièrement à connaître la tendance des niveaux de la radioactivité : est-on dans une phase d’augmentation ou pas ?

La méthodologie choisie s’appuie sur l’expérience du laboratoire dans ce domaine, plus d’une quinzaine d’années, et sur les pratiques usuelles d’organismes d’expertises (comme l’IRSN). Par ailleurs, les normes existantes (particulièrement celles de la série M60-780) sont mises à profit.

D’une manière générale, l’approche consiste à effectuer des prélèvements in situ d’échantillons (indicateurs) biologiques et inertes pour rendre compte de la qualité du milieu aquatique ; aucune analyse des eaux n’est donc réalisée. Les échantillons collectés subissent traitement et analyse au laboratoire pour in fine, révéler les radionucléides émettant un rayonnement gamma, qu’ils aient une origine naturelle ou artificielle. Mais par la suite, seuls les résultats concernant la radioactivité artificielle sont présentés.

Les indicateurs de l’environnement utilisés pour réaliser ce suivi sont de nature différente. En milieu marin, l’algue brune appartenant à l’espèce Fucus serratus (varech commun) et le mollusque du genre Patella sp. (bernique ou patelle) constituent les bioindicateurs systématiquement prélevés en plus des vases collectées dans les avants ports. En milieu aquatique terrestre ou dulcicole, ce sont les mousses aquatiques du genre Fontinalis sp. (mousses des fontaines) qui sont échantillonnées comme bioindicateurs en plus des sédiments.
Tous ces indicateurs, réputés de longue date pour ce genre d’évaluation, facilitent la détection des radioéléments et offrent l’avantage de couvrir un large spectre de polluants. Par ailleurs, de longues séries de résultats et de nombreux éléments de comparaison sont disponibles dans la littérature.

La fréquence des prélèvements dépend du lieu et de l’indicateur analysé. Dans les sédiments par exemple, l’analyse est annuelle en raison du délai de latence connu. A contrario, les analyses seront semestrielles dans les végétaux aquatiques comme les algues ou les mousses.

Résultats obtenus pour l’année 2004 dans les cours d’eau

Dans les environs des installations nucléaires de la Hague, comme à plus grande distance, c’est avant tout du césium-137(137Cs) qui est mis en évidence dans les cours d’eau. Hormis dans la Sainte-Hélène, cours d’eau connu pour être perturbé par les activités nucléaires, les concentrations mesurées en césium-137, de l’ordre de quelques becquerel par kilogramme de matière sèche (Bq/kg sec) sont comparables et témoignent des retombées antérieures et postérieures à l’accident de Tchernobyl, notamment des essais nucléaires atmosphériques des années 50-60. La variabilité des concentrations en césium-137 est essentiellement due à la texture même des sédiments ; la proportion de particules fines et la quantité de matière organique, facteurs influant, différent d’un lieu à l’autre.

Dans la région de la Hague, un excès de radioactivité artificielle est visible mais circonscrit uniquement à la Sainte-Hélène. Il transparaît d’abord dans le césium-137, lequel dépasse les niveaux usuels d’un facteur 10, puis dans la présence d’autres radioéléments comme le cobalt-60 (60Co) ou le ruthénium-rhodium 106 (106RuRh). On note également la présence d’iode-129 (129I). Ces polluants trouvent leur origine principalement dans les rejets gazeux des usines de retraitement présentes : retombés sur le sol des 300ha que comptent les usines, ces radioéléments sont ensuite entraînés avec les eaux de ruissellement dont l’un des exutoires est le cours d’eau Sainte-Hélène.

En aval de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, là encore il y a une légère augmentation de la radioactivité artificielle, circonscrite aux environs immédiats des réacteurs. Toutefois deux origines doivent être distinguées. Si le cobalt-58 (58Co) provient des rejets d’effluents liquides de la centrale, en revanche l’iode-131 (également présent dans d’autres cours d’eau très éloignés) traduit des contributions d’origine médicale (diagnostic ou thérapie ambulatoire).
Pour conclure, les niveaux mesurés sont voisins de ceux relevés lors des semestres précédents sauf dans le cas de l’iode-131. Ce radioélément artificiel introduit dans l’environnement principalement par les patients est à l’origine de situations radiologiques très contrastés d’un semestre à l’autre. Enfin, on peut signaler que les concentrations relevées autour des installations nucléaires de la Hague et de Nogent-sur-Seine ne sont pas les stigmates d’un incident passé mais la résultante de rejets en fonctionnement normal.

Sédiments du cours d’eau Ste-Hélène (Hague)
Date 20 mars 2004 20 mars 2004 23 juin 2004 26 juin 2004
Localisation La Brasserie
Station (code) ST10 ST12 STB ST10
Activité des radionucléides artificiels en Bq/kg sec
60Co 6,3 ± 2,0 < 0,5 < 0,6 3,3 ± 1,6
137Cs 55,6 ± 7,1 60,3 ± 7,1 48,0 ± 5,7 56,7 ± 7,1
241Am 4,3 ± 1,5 0,79 ± 0,44 < 1,1 < 2,5
Sédiments prélevés dans différents cours d’eau de La Hague
Date 26 juin 04 26 juin 04 26 juin 04 26 juin 04 26 juin 04 20 mars 04 20 mars 04 26 juin 04 26 juin 04 26 juin 04 26 juin 04
Ruisseau Les Landes Les Combes Les Roteures Herquemoulin Le Moulin Moulin Vaux La Vallace Les Delles Le Grand Bel La Vallace Vautier
Station (code) LAN COM ROT HER1 MP VAU VAL2 DEL GB21 VAL1 VAU
Activité des radionucléides artificiels en Bq/kg sec
60Co < 0,3 < 0,5 < 0,6 < 0,6 < 0,6 < 0,5 < 0,5 < 0,6 < 0,5 < 0,5 < 0,4
137Cs 4,9 ± 0,6 5,6 ± 0,8 4,5 ± 0,7 8,4 ± 1,1 7,8 ± 1,1 5,0 ± 0,7 3,6 ± 0,6 4,7 ± 0,7 2,0 ± 0,4 4,4 ± 0,7 3,4 ± 0,5
241Am < 0,5 < 0,9 < 1,1 < 1,0 < 1,2 < 1,0 < 1,0 < 1,2 < 1,0 < 1,0 < 0,7
Sédiments prélevés dans différents cours d’eau hors Hague
Date 16 mars 04 15 mars 04 15 mars 04 16 mars 04 27 mai 04 27 mai 04
Rivière La Sarthe La Touques La Risle L’Orne La Seine La Seine
Localisation aval Alençon (61) aval Lisieux (14) aval Brionne (76) aval Argentan (61) Nogent (10) Marnay (10)
Station (code) SAR TOU RIS ORN aval CNPE amont CNPE
Activité des radionucléides artificiels en Bq/kg sec
60Co < 0,4 < 0,5 < 0,6 < 0,5 < 1,9 < 0,4
137Cs 0,5 ± 0,2 1,7 ± 0,4 0,8 ± 0,3 1,1 ± 0,3 3,2 ± 1,0 0,6 ± 0,2
241Am < 0,8 < 0,9 < 0,9 < 0,8 < 1,5 < 0,6
Mousses aquatiques prélevées dans des cours d’eau influencés par des INB
Date 22 mars 04 22 mars 04 23 juin 04 27 mai 04
Rivière Ste
Hélène
La Seine
Localisation Déversoir (50) La Brasserie(50) La Brasserie Nogent (10) Marnay (10) Varennes (77)
Activité des radionucléides artificiels en Bq/kg sec
58Co < 4,6 < 4,2 < 6,0 18,2 ± 2,5 < 4,2 < 3,2
60Co < 5,0 11,5 ± 2,9 8,2 ± 3,8 < 2,0 < 3,9 < 2,9
106Ru-Rh 87 ± 45 < 81 < 120 < 33 < 72 < 53
129I identifié dans tous les échantillons non identifié
131I < 4,7 < 4,7 < 6,7 6,0 ± 1,3 4,6 ± 2,8 < 4,5
137Cs 18,6 ± 3,8 31,6 ± 4,9 18,9 ± 4,8 < 2,0 < 4,4 < 3,3
241Am < 5,5 6,3 ± 2,7 < 8,8 < 2,0 < 4,0 < 3,1
Mousses aquatiques prélevées dans des cours d’eau non influencés par des INB
Date 16 mars 04 15 mars 04 15 mars 04 7 avril 04
Rivière La Sarthe La Touques La Risle La Sienne La Sélune La Vire
Localisation aval Alençon (61) aval Lisieux (14) aval Brionne (76) aval Villedieu (50) aval St Hilaire (50) aval Vire (50)
Activité des radionucléides artificiels en Bq/kg sec
58Co < 4,7 < 3,0 < 3,7 < 5,5 < 4,8 < 4,3
60Co < 5,0 < 3,4 < 3,7 < 6,0 < 4,6 < 4,6
106Ru-Rh < 83 < 55 < 65 < 106 < 81 < 78
129I < 4,0 < 3,5 < 4,8 < 7,9 < 5,9 < 5,5
131I 277 ± 42 4,9 ± 2,0 < 6,2 < 5,7 < 5,0 < 5,1
137Cs < 4,7 < 3,6 < 3,9 < 6,7 < 5,1 < 4,9
241Am < 4 < 3,4 < 3,7 < 6,6 < 4,4 < 4,7

Résultats obtenus pour le premier semestre 2004 en milieu marin

Entre Granville et Saint-Valéry-en-Caux, soit le long de plus de 500 km de côtes, quatre radioéléments sont systématiquement détectés : cobalt-60, iode-129, césium-137 et américium-241. A proximité de l’émissaire de rejets en mer des usines de retraitement de la Hague, le niveau de la radioactivité artificielle augmente, notamment avec la présence de ruthénium-rhodium 106. Hormis pour le césium-137 dont une proportion plus ou moins importante provient des retombées antérieures et postérieures à l’accident de Tchernobyl, tous ces radioéléments trouvent leur origines dans les rejets en mer des usines cités ci-dessus.
La situation radiologique est très voisine de celle observée les semestres précédents. On peut donc parler d’état stationnaire, lequel, rappelons-le, s’est nettement amélioré au fil des années si on prend en référence la situation radiologique constatée au milieu des années 80. Soulignons également que l’impact des rejets des centrales nucléaires côtières n’est pas perceptible.

Algues brunes (fucus serratus) prélevées du 4 au 7 avril 2004
Lieu Granville (50) Carteret (50) Baie d’Ecalgrain (50) Fermanville (50) St Vaast la Houge (50) Port en Bessin (14) Fécamp (76) St Valéry en Caux (76)
Localisation plage plage plage plage port plage port plage
Activité
des radionucléides artificiels en Bq/kg sec
60Co 0,9 ± 0,4 1,5 ± 0,4 3,3 ± 0,6 1,5 ± 0,4 1,3 ± 0,4 1,0 ± 0,4 0,5 ± 0,3 1,2 ± 0,4
106Ru-Rh < 8,7 < 7,8 16,8 ± 4,7 < 7,9 < 8,4 < 8,2 < 8,4 < 8,3
129I identifié dans tous les échantillons, mais non quantifié
137Cs < 0,6 < 0,5 < 0,5 < 0,5 0,62 ± 0,27 < 0,5 < 0,6 < 0,6
Sédiments marins (vase) prélevés du 4 au 7 avril 2004
Lieu Granville (50) Carteret (50) Fermanville (50) St Vaast la Houge (50) Port en Bessin (14) La Havre (76) St Valéry en Caux (76)
Localisation port
Activité des radionucléides artificiels en Bq/kg sec
60Co 1,7 ± 0,4 2,8 ± 0,5 4,7 ± 0,9 1,1 ± 0,3 7,7 ± 1,1 3,3 ± 0,5 3,5 ± 0,6
106Ru-Rh < 11 < 7,4 < 15 < 7,8 < 9,0 < 4,7 < 7,6
129I non recherché
137Cs 1,6 ± 0,4 1,3 ± 0,3 2,1 ± 0,6 1,2 ± 0,3 8,0 ± 1,1 10,0 ± 1,2 4,8 ± 0,7
241Am 10,6 ± 5,3 1,1 ± 0,4 4,5 ± 1,1 1,2 ± 0,4 2,6 ± 0,6 1,0 ± 0,3 1,2 ± 0,4
Patelles prélevées du 4 au 7 avril 2004
Lieu Granville (50) Carteret (50) Baie d’Ecalgrain (50) Fermanville (50) Port en Bessin (14) St Valéry en Caux (76)
Localisation plage
Activité des radionucléides artificiels en Bq/kg sec
60Co < 0,6 0,86 ± 0,3 0,69 ± 0,33 1,3 ± 0,3 0,83 ± 0,39 < 0,5
106Ru-Rh < 7,9 < 7,8 12,7 ± 5,0 10,4 ± 3,5 < 11 < 8,3
110mAg < 0,5 < 0,5 < 0,5 < 0,4 < 0,6 < 0,5
129I non recherché
137Cs < 0,5 < 0,5 < 0,5 0,35 ± 0,19 0,77 ± 0,31 0,45 ± 0,24

Ancien lien

Feuilleton EPR

Parce que le gouvernement met plus d’ardeur à imposer le réacteur nucléaire connu sous le sigle « EPR » qu’à sortir des limbes le projets de loi sur la transparence nucléaire, parce que son implantation à Flamanville dans la Manche doit faire l’objet de deux consultations, nous vous proposons, sous forme de feuilleton, des informations sur ce projet. De plus, la réglementation française imposant que toute nouvelle pratique induisant une exposition aux rayonnements ionisants soit justifiée par son intérêt économique et social, nous allons tenter de rechercher l’utilité de l’EPR.

  1. Ensemble Pour le Réacteur
  2. Encore Plus Rassurant
  3. Electeurs Parfaitement Représentés
  4. Emplois Pour la Région
  5. Evitons le Péril du Réchauffement
  6. Exportons la Production du Réacteur
  7. Erigeons des Pylônes Remarquables
  8. Epilogue : notre Position sur le Réacteur


Ensemble Pour le Réacteur

ACROnique du nucléaire n°68, mars 2005

AU NOM DE L’E.P.R., DU FRIC ET DE L’ESPRIT SAIN ?

Tombé du ciel
Le choix de Flamanville qui a finalement été retenu pour l’implantation de l’E.P.R. (European Pressurized Reactor) a fait déborder d’enthousiasme et de frénésie une marmite d’élus en effervescence depuis quelques temps. L’unité artificielle des élus de tous bords, excepté des Verts (cf. « la Manche Libre et la tête de J-F. Legrand » du 01/10/04) a été déterminante pour faire pencher le fléau de la balance vers la pointe de la Hague sud. C’est un argument de façade et nous découvrirons peut-être plus tard d’autres raisons qui ne sont pas présentables actuellement.

En tout état de cause, le choix s’est fait sans débat autour d’un argumentaire solide et contradictoire. Il n’y a pas eu de consultation publique à l’échelle nationale. La Ministre de l’Industrie de l’époque, Nicole Fontaine annonce le choix de l’E.P.R. en plein débat sur l’avenir énergétique, ce qui décrédibilise ce dernier ainsi que ceux qui l’ont initié. La dissimulation aux parlementaires d’un rapport de la DGSNR (Direction Générale de la Sûreté Nucléaire et de la Radioprotection) sur l’E.P.R. (cf. journal « le Monde » du 21/10/01) est encore un acte de cette comédie dont le vrai scénario s’écrit et se joue en dehors de la scène publique.

Au niveau local, tout le monde politique en appelle à l’E.P.R. sans présenter le moindre argument technique. Ce n’est absolument pas cela qui est avancé, on ne s’embarrasse pas du dossier. Les consultations locales se résument à quelques micro trottoirs : « c’est bien pour les jeunes » dit le boucher sur le marché. « C’est positif pour la région, par les temps qui courent… » ajoute un maire d’une commune limitrophe (cf. « la Presse de la Manche » du 21/10/04). Les avis donnés ne concernent que l’emploi.

En effet, la nouvelle arrive comme un ballon d’oxygène dans un climat social assez plombé. De nombreuses entreprises ont fermé leurs grilles ou sont parties sous d’autres cieux. On en est là vingt ans seulement après les grands chantiers porteurs pareillement de tous les espoirs. Il y a depuis, une avancée du désert industriel dans la région (cf. le film documentaire de T. Dunand et D. Guillemois : « Cotentin 1960-2000, une histoire industrielle »). L’E.P.R., à n’en pas douter, n’est qu’un point d’eau dans ce désert, point qui se tarira vite selon des sources prenant naissance à la Cogéma. Les responsables des offices de tourisme vont devoir encore faire appel à toute leur imagination et « ramer dur » pour donner une bonne image de la région. La photo va être de plus en plus difficile à prendre si l’on veut éviter de cadrer les sites nucléaires.

L’image d’une région et d’une population très hospitalières avec les installations nucléaires sous toutes ses formes n’est pas bien assumée quoiqu’en montrent les reportages de la presse locale. La violence avec laquelle on brise les miroirs qui renvoient les images lorsqu’elles pointent les risques potentiels liés à ces activités sont là pour nous le rappeler. Que ce soit Greenpeace et le tuyau des Moulinets, le Pr. Viel et ses hypothèses sur la santé, F. Zonabend et ses études sur la presqu’île qu’elle attribue au nucléaire … entre autres exemples. Il reste donc à prouver que les habitants du Nord-Cotentin, dans leur conviction silencieuse, soient très fiers de cette couche que l’on rajoute à l’aire nucléaire locale.

(Re)Tombées du ciel !
Ah, les retombées financières !!! On va gagner des millions … Il va y avoir de quoi générer du rêve, comme au loto. Mais « tout c’qui vyint d’fllot, s’en r’va d’marée » (tout ce qui vient avec le flot, repart avec la marée – expression normande). Là aussi, il y aura du désappointement. Il y a, en effet, fort à parier que l’argent ira à l’argent. Des communes riches qui ne savent pas quoi faire de leurs rentes (mais qui rechignent à la partager) vont être encore plus riches. D’autres nouveaux riches ont dépensé sans compter, comme des enfants gâtés et les retombées seront alors bienvenues et tomberont pile dans les trous creusés ou à venir.

Socialement, les conséquences seront aussi incertaines et l’espoir créé autour de ces emplois risque de n’être qu’illusion. Les entreprises chargées de la construction, avec l’ouverture des marchés européens seront, pour une bonne part, étrangères à la région. Une partie de l’EPR finlandais est construite au Japon. Qu’en sera-t-il pour le réacteur normand ? L’emploi technique spécifique au domaine nucléaire sera, lui, fourni par AREVA et Siemens en régulant en interne ces emplois. Au delà des dividendes escomptées, il y a déjà les 55 millions envolés pour le Conseil Général qui en a fait don par l’exonération de la taxe professionnelle. Faire ce geste gracieux pour que l’on installe des lignes et des pylônes à travers la campagne du département, merci du cadeau. « EDF vous doit plus que la lumière », il y a aussi les fils et les poteaux !

Tombés sur la tête
Si l’on aborde le sujet de l’environnement et de sa préservation, il est intéressant d’introduire les éoliennes dans le débat. Les paradoxes et les contrastes que l’on observe alors dans les discours nous laissent pantois et cois ! On constate, d’une part, un engouement frénétique des élus pour l’EPR et sa lignée à haute tension, un silence de la grande majorité de la population sur ce sujet et par ailleurs une levée de boucliers de ces mêmes élus bien souvent et d’une partie importante des riverains contre l’implantation de parcs éoliens en mer ou sur la côte. Les nuisances sont mises en avant pour refuser les moulins à vent. Une éolienne ça fait du bruit et ça gâche la vue. Une usine nucléaire, les pylônes et les câbles sur des centaines de kilomètres, ça ne se voit pas, ça ne s’entend pas … dans les discours. Lorsque l’on fait part de cet oubli, il est parfois répondu « ah oui, mais ça, c’est utile. Il en faut ».

Le parc éolien en mer, les pêcheurs n’en veulent pas. Une délégation d’élus et de professionnels monte au ministère pour protester et des dizaines de manifestants à chaque réunion font part de leur refus. Soit. Mais les rejets en mer de la canalisation de la Hague, les rejets aériens que l’on retrouve dans les ruisseaux et sur la côte, le tritium renvoyé devant Flamanville ? ? ? Ni vu, ni connu. Silence sur les V.H.F. ! Le milieu maritime fait le dos rond et les dauphins se réchauffent dans les eaux du cap, dans le meilleur des mondes.

Il est difficile de comprendre ce refus. L’acceptation des installations nucléaires est assez bien cernée. Lorsque l’on pose le problème du danger, la réponse est toujours décalée. On entend emploi, argent, économie. B. Cazeneuve, maire de Cherbourg dit dans le film « Silence sur l’atome » de S. Tézé : « les gens acceptent et n’ont pas peur car ils savent ce que c’est … ils vivent tous les jours avec ». Les visites jusqu’en 2001 de l’usine Cogéma par les familles a certes ouvert un univers qui leur était inconnu. Lorsqu’ils racontent cette découverte, les visiteurs sont éblouis par cette vitrine qui en met plein la vue. Mais trop de lumière aveugle et les connaissances réelles sont réduites. La réalité du travail et des relations sociales est méconnue. J. Aubert, dans le même film souligne que les personnels de l’usine de la Hague ont deux vies distinctes : le travail et la vie domestique et qu’il y a très peu d’interférences. Hors usine, ils ne parlent pas du travail.

Je pense qu’il y a donc plutôt un déni du risque et un refoulé nécessaire pour vivre près des installations, comme le montre un paysan voisin des sites de la Hague interrogé par le réalisateur de « Silence sur l’atome » … « on n’y pense pas tous les jours au danger, sinon on s’en irait ». Le rejet des éoliennes est difficile à saisir car il est sous-tendu certainement par plusieurs motivations. Il y a bien sûr le refus classique des riverains. Mais il trouve là une amplification qui les dépasse. Le terrain se prête à ce refus. Les éoliennes, production énergétique alternative, sont peut-être ressenties comme l’illustration d’une menace qui pèse sur le programme nucléaire, en particulier le retraitement. Cela trouve une résonance spécifique pour bon nombre du personnel de la Cogéma. Il n’y avait qu’à voir, lors d’un débat à l’IUT de Cherbourg en 2004, quelle virulence – voire plus –  déployaient les représentants syndicaux de la Cogéma à l’encontre des programmes éoliens et solaires. Les éoliennes, à leur vue, symbolisent « l’écolo » et sont alors perçues comme une provocation sur les hauteurs d’une presqu’île qui doit être vouée au nucléaire exclusivement.

Ces manifestations de refus sont aussi relayées par les élus, trop heureux d’enfourcher ce cheval de bataille anti-écologiste. A la tête de l’escadrille, on trouve le plus zélé d’entre tous : C. Gatignol, député de Valognes. L’E.P.R. sous le bras, il pourfend, jusque dans les ministères, les commissions à l’assemblée et les manifestations locales, ces éoliennes sources de tous les maux et inutiles (cf. Ouest-France du 27/12/04). Selon lui, l’ADEME (Agence de Maîtrise de l’énergie) « trompe les gens, propage de fausses informations ». Il conclut « la France a-t-elle besoin d’énergie éolienne ? sans conteste non ! ». M. Gatignol en fait beaucoup. Ses revers électoraux successifs ne semblent pas le faire douter… alors laissons-le en faire trop.
Ces prises de position contradictoires, de bonne et surtout de mauvaise foi, sont l’illustration de ce qui se joue dans le Nord-Cotentin. Il serait peut-être utile que des chercheurs étrangers à ce champ de bataille viennent lucidement l’observer et essayer de comprendre car, sur place, nous sommes comme (des) hagards, déboussolés, à la recherche du Nord.

Pierre PARIS
Antenne ACRO Nord-Cotentin

Sommaire


Encore Plus Rassurant

ACROnique du nucléaire N°69 de juin 2005

Les ministres successifs nous l’ont assuré, l’EPR est dix fois plus sûr que les réacteurs actuels. Est-ce à dire que les réacteurs actuels ne sont pas si sûrs ? « Même si la sûreté des réacteurs aujourd’hui en exploitation en France est jugée satisfaisante, l’ASN considère que tout projet de nouvelle génération de réacteur électronucléaire doit atteindre un niveau de sûreté supérieur ». Pourquoi ? Dans sa fiche de présentation du projet, dont est tirée cette citation, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) ne l’explique pas. Son Directeur, dans une lettre du 28 septembre 2004 adressée au PDG d’EdF, exige que « le risque de fusion du cœur [soit] réduit de manière significative ». Pas simplement « amélioré ». Pourquoi une telle exigence si les réacteurs actuels sont satisfaisants ? Ces documents, disponibles sur le site Internet de l’ASN, ne contiennent pas la réponse.

L’explication vient de calculs faits dans les années 90 par l’IPSN (Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire, l’ancêtre de l’IRSN) sur la probabilité de l’occurrence d’un accident grave comme à Tchernobyl ou Three Miles Island. Ces études ont abouti à l’évaluation qu’il y a une chance sur 100.000 environ qu’un accident de fusion du cœur dû à des défaillances internes ait lieu. Ce chiffre est par réacteur et par an. Si on multiplie par 50 réacteurs fonctionnant pendant 40 ans, on arrive à quelques pourcents de chance, ce qui n’est pas anodin. Evidemment, ce chiffre évolue avec l’âge du réacteur et l’on ne peut pas multiplier par le nombre d’années aussi simplement. Mais, les corrections apportées par EdF pour réduire cette probabilité n’ont pas réussi à contrecarrer la prise en compte d’autres scénarios d’accident et le vieillissement des installations. Ainsi, la probabilité d’occurrence d’une fusion du cœur n’aurait pas baissé autant que l’on aurait pu l’espérer, selon la confidence d’un expert de l’IRSN. Mais impossible d’avoir des chiffres plus précis, l’ASN ne souhaitant pas communiquer sur un sujet pouvant « effrayer » les populations. Ainsi, la règle fondamentale de sûreté impose les calculs probabilistes sans donner de chiffres !

L’EPR 10 fois plus sûr signifie que la probabilité de l’occurrence d’une fusion du cœur ne doit pas dépasser une chance sur 1.000.000 par réacteur et par an. Il est louable de vouloir faire beaucoup mieux, mais la sûreté des populations nécessite de considérer le parc nucléaire dans son ensemble. Pour que la construction de l’EPR, complètement inutile d’un point de vue énergétique car EdF est en surcapacité de production, contribue à une amélioration de la sûreté des populations, il faudrait qu’elle s’accompagne de l’arrêt des réacteurs les plus dangereux.

Il est regrettable de réduire à un simple slogan la sûreté des réacteurs. Si les promoteurs de l’EPR veulent convaincre de l’intérêt de leur réacteur comme l’impose le principe de justification*, il faut qu’ils nous proposent des scénarios globaux avec la publication de tous les chiffres concernant la sûreté. C’est seulement dans ces conditions qu’un débat pourra avoir lieu.

De même, le fait que l’EPR ait un rendement supérieur au parc actuel et donc produise relativement moins de déchets nucléaires n’a un intérêt que si les réacteurs les plus anciens sont arrêtés. Dans la configuration actuellement prévue, l’EPR ne fera qu’augmenter la production totale de ces déchets pour lesquels aucune solution satisfaisante n’existe.

* Le principe de justification : La réglementation française impose que toute nouvelle pratique induisant une exposition aux rayonnements ionisants soit justifiée par son intérêt économique et social. Dit autrement, toute nouvelle exposition n’est acceptable que si elle procure un bénéfice aux personnes exposée ou à la société.

Sommaire


Electeurs Parfaitement Représentés

ACROnique du nucléaire N°69 de juin 2005

Pour justifier la construction de l’EPR, comme l’impose la réglementation, le gouvernement a organisé un Débat National sur les énergies. Mais, contrairement aux attentes, les trois sages chargés de piloter le Débat avaient conclu : « qu’il est difficile, […] de se faire une opinion claire sur son degré de nécessité et d’urgence. […] Il a semblé que si le constructeur potentiel de l’EPR milite pour sa réalisation immédiate, c’est avant tout pour des raisons économiques et de stratégie industrielle. » Depuis, il n’y a pas eu de débat sur la politique industrielle de la France. Et l’EPR est devenu officiellement un « démonstrateur » pour pouvoir maintenir un savoir faire et « l’option nucléaire ouverte » quand les centrales actuelles seront arrivées en bout de course. Deuxième manque de chance pour la stratégie de communication des autorités, la Finlande a commandé en décembre 2003 un réacteur EPR prétendument fiable qui va précéder le « démonstrateur ». Bien qu’aucun argument justificatif supplémentaire n’ait été apporté, les Députés ont voté, en première lecture en juin 2004, la loi sur l’énergie préconisant la construction du réacteur.

De plus, selon Le Monde du 21 octobre 2004, « Alain Schmitt, directeur adjoint à la DGSNR (direction générale de la sûreté nucléaire et de la radioprotection, le service du ministère de l’industrie qui joue le rôle de gendarme du nucléaire), l’indique clairement : “Le gouvernement voulait que l’examen de la loi au Parlement ait lieu avant que nous publiions notre prise de position.” Ainsi, la position prise par la DGSNR sur la sûreté d’un nouveau réacteur EPR a été cachée aux députés qui examinaient, au printemps [2004], le projet de loi sur l’énergie. Un des principaux sujets de cette loi était le lancement du réacteur EPR. » Et d’ajouter que « la discussion parlementaire s’est déroulée en mai sans que les députés aient d’autres éléments techniques sur le réacteur que des éléments généraux et tous favorables. Le “débat sur l’énergie”, qu’avait lancé en 2003 la ministre de l’industrie d’alors, Nicole Fontaine, avait été mené sans dossier précis sur l’EPR. Or le document que publie la DGSRN avait été établi en octobre 2000 lors de l’assemblée plénière du groupe permanent d’experts sur les réacteurs. »

C’est en octobre 2004 qu’EdF annonce avoir choisi la Normandie d’en Bas contre la Normandie d’en Haut pour l’implantation du réacteur. Elle a par ailleurs, saisi la Commission Nationale de Débat Public (CNDP) qui a, dans son avis du 1er décembre 2004, décidé qu’elle organisera un débat, « considérant que le débat national sur les énergies organisé par le Gouvernement au 1er semestre 2003 et les avis du Comités des Sages qui l’ont conclu ont fait apparaître une controverse sur le projet de réacteur de type EPR ; que le débat public a précisément pour but, non de trancher une controverse, mais d’approfondir et d’en éclairer les termes, après avoir assuré l’information et l’expression du public ». (Voir http://www.debatpublic.fr/) Elle a de plus considéré « certes que la loi d’orientation sur l’énergie, votée en première lecture en juin 2004 arrête les principes fondamentaux en la matière ; que cependant elle renvoie pour leur mise en œuvre à une programmation pluriannuelle des investissements dont la date d’approbation est à la discrétion du Gouvernement ; qu’ainsi le débat public est en mesure d’éclairer préalablement la décision d’investissement. »

Dans la nuit du 29 au 30 mars, les députés ont voté en deuxième lecture le projet de loi sur l’énergie qui, selon l’AFP, « donne le feu vert au lancement du réacteur nucléaire de 3e génération, EPR ». L’article 1er ter stipule que « le deuxième axe de la politique énergétique est de diversifier le futur bouquet énergétique de la France. […] L’Etat se fixe donc trois priorités. La première est de maintenir l’option nucléaire ouverte à l’horizon 2020. […] L’Etat appuie donc les démarches d’Electricité de France visant à construire un réacteur européen à eau pressurisée : l’EPR. » Les députés n’ont donc pas besoin d’être « éclairés » par le débat supposé avoir assuré « l’expression du public ». Leur dévotion au projet va jusqu’au soutien public. En effet, l’article 1er quater stipule que « la politique de recherche doit permettre à la France d’ici 2015, d’une part, de conserver sa position de premier plan dans le domaine de l’énergie nucléaire et du pétrole et, d’autre part, d’en acquérir une dans de nouveaux domaines en poursuivant les objectifs suivants : […]
–    le soutien à l’industrie nucléaire nationale pour la mise au point et le perfectionnement du démonstrateur EPR, en particulier dans le domaine des combustibles nucléaires innovants. »

Ce texte a été remanié depuis par le Sénat, sans rien changé sur le fond pour l’EPR. Pendant ce temps, le projet de loi sur la transparence nucléaire s’est perdu dans les méandres du pouvoir.

Sommaire


Emplois Pour la Région

ACROnique du nucléaire N°69 de juin 2005

Dans « Reflets » n°51 daté de mars-avril 2005, le magazine de la région Basse-Normandie, il est écrit sous le titre évocateur« Méga chantier » : « EDF choisit le site de Flamanville pour la construction, à partir de 2007, du premier EPR (European Pressurized water reactor), réacteur nucléaire de 3ième génération destiné à remplacer les 58 autres actuellement en production en France. D’une durée de 6 ans et d’un coût de 3 milliards d’euros, ce chantier devrait générer près de 2000 emplois sur la période ». Notre épisode sur la sûreté aurait fait mouche et EDF s’apprêterait-elle à fermer ses 58 réacteurs ? Non ! C’est plutôt que les élus locaux rêvent déjà d’autres tranches dans l’avenir, en remplacement des réacteurs actuels, avec l’emploi comme dernier argument. Mais, en service, ce prototype nucléaire n’emploierait plus que près de 400 personnes.

Ce qui se passe en Finlande est instructif car l’on a en quelque sorte un « démonstrateur de démonstrateur » ! Or, le conglomérat japonais, Mitsubishi Heavy Industries, a annoncé le 18 mars 2004 qu’il fournirait la cuve du réacteur (Genshiryoku Sangyou Shimbun, 25 mars 2004). Les travaux ont commencé à Kobé au Japon et la cuve devrait être livrée fin 2006. Quant aux générateurs de vapeur, ils sont aussi en cours de construction… au Japon par Japan Steel Works ! (Nucleonics Week, 18.11.2004) Ainsi les éléments clés du fleuron de la technologie française seront fabriqués au Japon car il n’y a plus la capacité industrielle en France. Dommage qu’un débat sur la politique industrielle n’ait pas eu lieu ! En sera-t-il de même pour l’EPR normand s’il est onfirmé ? Selon l’usine nouvelle (26 mai 2005), il faudra plusieurs années de recherche pour mettre au point les capacités de production en France, car les concepteurs du projet EPR ne se sont pas attardés sur les questions de faisabilité industrielle. Un tel investissement ne peut être rentable que si le carnet de commande était plein, ce qui n’est pas le cas, même si les industriels rèvent tout haut de s’équiper pour contruire 50 réacteurs de par le monde avec le soutien de l’Etat.

Ce n’est donc pas très glorieux en termes d’emplois. Comme 2000 personnes à 2000€/mois pendant six ans coûtent (en multipliant par 2 pour tenir compte des charges) environ 500 millions d’euros, soit moins de 20% de que ce devrait coûter la construction de l’EPR, il doit sûrement y avoir une meilleure façon de créer des emplois avec 3 milliards d’euros. A titre de comparaison, le dossier de candidature de Paris au JO fait apparaître 43000 emplois pérennes créés pour 4,2 millions d’euros d’investissement supplémentaires à ceux déjà prévus de toutes façons par la mairie ! (Capital, avril 2005) Dans l’étude commandée par Greenpeace, « Eole ou pluton », le cabinet d’étude « Détente » étudie le cas d’école où cette somme était investie entièrement dans l’éolien et montre que cela produirait beaucoup plus d’emplois et d’énergie ! Bien entendu, un scénario plus intéressant serait d’investir cette somme dans des actions variées incluant les économies d’énergie pour lesquelles il y a un potentiel immense. En Allemagne, c’est l’emploi qui a été l’argument décisif pour ne pas renouveler le parc nucléaire…

Sommaire


Evitons le Péril du Réchauffement

ACROnique du nucléaire N°70 de septembre 2005

C’est une ritournelle classique : nous n’aurions le choix qu’entre les risques associés au nucléaire et le péril du réchauffement climatique. C’est en tout cas la conclusion que Nicole Fontaine, alors Ministre de l’Industrie, a tirée du débat sur l’énergie qu’elle a organisé en 2003 : « c’est bien entre [ces] deux inconvénients qu’il nous faudra choisir ».

Les chiffres donnés par Benjamin Dessus et Hélène Gassin dans leur livre « So Watt ? » paru cette année aux éditions de l’Aube permettent de se sortir de cette « alternative infernale » : « Le secteur de la production mondiale d’électricité repose aujourd’hui à 65% sur les énergies fossiles (en particulier le charbon), 17% sur le nucléaire et 18% sur les énergies renouvelables. Il contribue à 40% des émissions de gaz carbonique (CO2) du système énergétique et autour de 20% des émissions totales de gaz à effet de serre mondiales ». Le « recours systématique au nucléaire pour toute installation nouvelle ou pour le renouvellement des centrales à charbon ou au gaz en fin de vie conduirait, compte tenu des prévisions d’augmentation des besoins d’électricité (un doublement d’ici 2030 selon l’Agence internationale de l’énergie), à construire chaque année l’équivalent du parc nucléaire mondial actuel, 400 centrales environ, plus d’une par jour. » Il apparaît donc que le développement du nucléaire ne permet pas d’échapper à une politique volontariste de réduction des gaz à effet de serre. Serions-nous donc condamnés au nucléaire et à l’effet de serre ?

Un débat sur l’énergie ne peut pas être limité aux moyens de production. En effet, avant de choisir entre deux « inconvénients », une réflexion s’impose sur l’utilisation de cette énergie. Et là, un consensus apparaît sur la nécessité de limiter notre consommation. Le premier des trois axes principaux de la politique énergétique présentée dans le livre blanc sur les énergies du Ministère de l’Industrie (7 novembre 2003) précise que « la politique de l’énergie doit d’abord s’appuyer sur la relance d’une véritable politique de maîtrise et d’efficacité énergétiques ». Mais, cette politique se limite actuellement à des incitations fiscales totalement insuffisantes devant l’enjeu. Le scénario Négawatt pour un avenir énergétique sobre, efficace et renouvelable  (http://www.negawatt.org/) montre, sur la base des technologies actuelles, qu’il serait possible de diviser par 2 environ la demande d’ici 2050 par rapport à un scénario qui prolonge la tendance actuelle. Cela revient à stabiliser la consommation au niveau de 1994. En Europe, d’autres études similaires sont arrivées à des conclusions proches. Mais il y a urgence à agir de façon énergique ! Certains choix structurels, comme l’EPR, pourraient tuer cette volonté de réduire notre consommation d’énergie en servant d’alibi.

L’argument « EPR=Evitons la Pénurie des Ressources » d’hydrocarbure n’a jamais été évoqué par les promoteurs du réacteur. C’est symptomatique d’une volonté de donner une image d’abondance et d’énergie « propre » au nucléaire, à l’encontre d’une politique efficace d’économie d’énergie. Rassurés, les consommateurs peuvent continuer à consommer sans vergogne pour soutenir la croissance. Combien de fois avons-nous entendu que grâce à ses 80% d’électricité d’origine nucléaire, la France était « vertueuse » ? La construction de l’EPR constitue donc un frein à une véritable politique énergétique. De plus, l’investissement colossal qu’il représente pourrait faire économiser beaucoup plus d’énergie que sa production, si cet argent était investi dans des mesures d’économie, qui, elles, créeraient des emplois…

Le réchauffement climatique est une aubaine pour l’industrie nucléaire qui a trouvé là un moyen de « verdir » l’image d’une activité à risque. Dans le cahier collectif d’acteurs du débat public, les administrations expliquent que « grâce à la part prédominante du nucléaire, filière non émettrice en CO2, le contenu en CO2 de l’électricité produite en France est d’environ 20 g de carbone émis par kWh, à comparer à 134 g pour l’Allemagne, 115 g pour l’Espagne ou 82 g pour la Belgique ». Soit, mais l’électricité nucléaire ne représente que 17% de l’énergie finale, comme le rappelle Global Chance dans ce même cahier. Ce sont les transports qui y contribuent le plus. Il est donc réducteur, voire malhonnête de la part des administrations, de ne considérer que l’électricité. D’un point de vue éthique, ce sont les émissions de CO2 par habitant qui sont à comparer entre pays. Le protocole de Kyoto sur les changements climatiques, impose que les émissions globales ne dépassent pas un niveau donné. On attend donc d’une administration qu’elle présente des chiffres globaux avec un scénario avec EPR et un sans EPR et en prenant en compte la pénurie de pétrole bon marché.

Sommaire


Exportons la Production du Réacteur

ACROnique du nucléaire N°70 de septembre 2005
Toutes les citations et les chiffres de cet épisode sont tirés du cahier collectif d’acteurs publié pour le débat sur l’EPR. Et disponible sur son site Internet.

Selon les chiffres officiels de l’administration, en 2004, 78% de l’électricité produite en France était d’origine nucléaire. 11,3% de cette électricité a été exportée. D’un point de vue énergétique, il est inutile de construire un nouveau réacteur dont la production sera exportée, mais pas les déchets. D’autant plus que la France s’est engagée à produire 21% de son électricité à partir d’énergies renouvelables d’ici 2010 et à promouvoir les économies d’énergie. Et, dans un contexte de libéralisation du marché de l’électricité, la part produite par EdF pour le marché national ne peut que diminuer.

L’enjeu est plutôt d’ordre industriel, car dans une logique purement énergétique, il serait plus économique de construire un réacteur éprouvé du « palier N4 », comme il en existe déjà 4 en France, donnant officiellement « satisfaction ». L’EPR à Flamanville a donc pour but officiel de tester ses capacités pour pouvoir, en 2015, décider du renouvellement du parc actuel et aussi offrir une vitrine à l’exportation. Pour faire ses calculs de coûts, l’administration se base sur une série de 10 réacteurs EPR, d’où le terme « tête de série » donné au réacteur et certains promoteurs rêvent tout haut dans la presse d’en exporter 50… Notons qu’historiquement les exportations françaises de réacteurs sont inférieures à 10 unités car les pays hôtes préfèrent développer une compétence nationale. Si le contexte était si favorable, comment expliquer que BNFL, le concurrent britannique d’AREVA veuille vendre sa filiale Westinghouse ? Pour la SFEN (Société Française d’Energie Nucléaire), « cela renforcera les chances de la France de nouer des partenariats commerciaux sur ce marché concurrentiel et confortera sa position de leader dans un des rares secteurs de haute technologie où elle fait la course en tête ». Cocorico. Aller chercher le nationalisme, c’est bien la preuve que l’EPR manque d’arguments convaincants.

Le ministère de l’industrie admet que le nucléaire est « le plus compétitif pour une production en base, c’est-à-dire une production constante tout au long de l’année ». Soit de l’ordre de 50% de la consommation d’électricité, et donc moins que les 78% actuels. Selon Global Chance, « l’analyse d’une large fourchette de scénarios d’évolution des besoins d’électricité en France montre que l’échéance raisonnable d’introduction de moyens de production de base ou de semi-base dans le parc de production électrique se situe dans la période 2026-2033 et non pas 2015-2020 comme l’affirment les partisans de l’EPR. » Et donc, il n’y a aucune urgence à construire l’EPR. C’est confirmé par l’association « Sauvons le Climat », animée par des physiciens nucléaires, pour qui « la réalisation de l’EPR permettrait d’arrêter, avec un peu d’avance, un ou deux des plus anciens réacteurs français ou, plus probablement, de ne les faire produire qu’en hiver ». Etant donné le coût d’une telle hypothèse, il est peu probable qu’EdF la retienne. La production électrique de l’EPR est donc pour l’exportation.

L’EPR servirait de « vitrine à l’exportation », mais il n’y a pas eu besoin de vitrine pour en vendre un à la Finlande. Face au coût exorbitant du « prototype » et aux risques encourus, il devrait être possible de monter une collaboration poussée avec la Finlande pour profiter de son retour d’expérience. Pour AREVA, « en l’absence de nouvelles commandes, l’ingénierie française serait privée de la taille critique, des moyens et des motivations nécessaires pour maintenir notre supériorité technologique ». Alors pourquoi sous-traiter au Japon la construction des éléments les plus techniques du réacteur finlandais, si « les équipes se dispersent, les savoir-faire s’estompent, les expériences acquises se diluent » comme le proclame la SFEN ? Les arguments avancés sont peu convaincants. Ce qui est sûr, c’est que l’EPR à Flamanville va renforcer la dépendance d’une région à une quasi mono-industrie et va à l’encontre de la volonté affichée par les autorités de diversifier les moyens de production de l’électricité.

Sommaire


Erigeons des Pylônes Remarquables

ACROnique du nucléaire N°70 de septembre 2005

« Accepteriez-vous de vivre dans une maison sous une ligne Très Haute Tension ? » Voilà la question de confiance posée à Jean Bizet, sénateur de la Manche, par un participant au colloque « Quels impacts des lignes électriques Très Haute Tension ? » organisé à St-Lô le 28 mai dernier par la Confédération Paysanne. « Oui, si ma maison est survolée » a répondu le sénateur. On aura compris que la maison de Jean Bizet doit actuellement être épargnée par les couloirs de lignes et c’est tant mieux pour la famille Bizet et éventuellement ses animaux. En Effet,  même dévoué à la cause nucléaire, comment nier plus longtemps les effets des lignes Très Haute Tension (THT) et, plus largement, des champs électromagnétiques ?

Construire un EPR à Flamanville, soit, mais comme la consommation d’électricité n’est pas locale, il faut bien évacuer le courant produit. C’est la tâche du Réseau de Transport d’Electricité (RTE). Pour cela, il sera nécessaire de construire un couloir de lignes THT sur une longueur de 150 à 200 kilomètres. Un pylône tous les 500 m environ, 80 m d’emprise au sol [1]. Quand on sait qu’à 500 m d’une THT des effets peuvent être induits, c’est entre 15 000 et 20 000 hectares qui peuvent être touchés par ce couloir de ligne supplémentaire. D’un coût estimé entre 180 et 220 millions d’euros (estimation basse car on évoque déjà une majoration de 20 à 30 %), ce projet doit faire l’objet d’un débat public… ultérieur à la décision gouvernementale. Oublions un instant ces curiosités chronologiques et l’impact de 300 ou 400 pylônes dans le paysage pour s’intéresser à la partie la moins visible, à savoir les champs électromagnétiques.

Tant qu’on reste faiblement exposé à des champs électromagnétiques, il est assez aisé d’en parler avec distance, voire même un certain détachement. Les choses se gâtent lorsqu’une ligne THT bien réelle survole votre ferme et vos animaux.
1989 – St-Laurent de Terregatte, sud Manche : Serge Provost [2] et son fils sont producteurs de lait avec 70 vaches laitières. Leur exploitation est survolée par une ligne THT (2 x 400 000 volts depuis 1992) qui transporte le courant produit à la centrale de Flamanville (120 kilomètres au nord) vers les départements voisins. 4 mois après la mise sous tension de la ligne, M. Provost rencontre des problèmes avec ses animaux : induration des mamelles, taux de leucocytes élevés, 12 avortements spontanés, sans cause apparentes survenus entre 4 et 6 mois de gestation. Les analyses sanguines des animaux révèlent un excès d’urée ou de phosphore et un manque de cuivre. Débute alors un marathon judiciaire qui durera plus de 10 ans pour aboutir à ce que M. Provost et son fils abandonnent leur métier et leur troupeau. Dans l’entre-fait, Serge Provost aura beaucoup appris sur les champs électromagnétiques et sur les méthodes d’EDF qui n’hésita pas à couper le courant dans la ligne le jour d’une expertise judiciaire !

Le cas des Provost n’est hélas pas un cas isolé. Les géobiologues qui interviennent sur des exploitations agricoles d’élevage en savent quelque chose [3]. Les animaux sont beaucoup plus sensibles que les êtres humains à l’exposition aux champs électrique et magnétique (voir encadré en fin d’article).
Le développement de l’électricité a engendré un quadrillage du territoire. Outre les pertes du réseau, la mise à la terre des différentes installations (lignes MT, THT, transformateurs, antenne de téléphonie mobile…) peut générer des courants vagabonds. Suivant la configuration du terrain qu’ils traversent (fissures ou failles géologiques, cours d’eau souterrains…), ces courants vont être potentialisés. Si une habitation ou des bâtiments d’élevage se trouvent sur leur parcours, des répercussions peuvent avoir lieu. La mise à la terre des installations agricoles chère au Sénateur Bizet ne règle pas tous les problèmes. Des études géobiologiques au cas par cas sont nécessaires. A proximité d’une THT (jusqu’à 500 m), des courants peuvent être induits [4] dans les tubulures d’une salle de traite par exemple. A partir de 6 milliampères, des baisses de production et des pathologies apparaissent chez les bovins et ovins [5]. Les effets des champs électromagnétiques ne sont pas réservés aux seuls animaux d’élevage mais peuvent affecter les êtres humains agriculteurs ou pas (maux de tête à répétition, perte de sommeil, dépression,  cancer du sein, leucémie…).

« Toutes les choses sont dites ». Pour Pierre Le Ruz, docteur en physiologie, directeur de recherches et expert européen des champs électromagnétiques, et son confrère Roger Santini, les effets des champs électromagnétiques sont connus et ne peuvent être tus plus longtemps. Ces chercheurs alertent, avec d’autres scientifiques depuis 1992 [6], sur la dangerosité des champs électromagnétiques d’Extrêmement Basse Fréquence (EBF [7]), en particulier sur l’augmentation du risque de leucémie chez l’enfant exposé à ces champs. Mais… tout le monde n’est pas de cet avis.

Le lecteur un peu familier des sujets traitant du nucléaire et de la santé des populations aura sans doute noté la ressemblance des termes « champs d’Extrêmement Basse Fréquence » et les « faibles doses des rayonnements ionisants ». Nous allons le voir, la ressemblance ne s’arrête pas là. Dans le milieu nucléaire, si les effets des faibles doses et le principe de linéarité sans seuil [8] sont admis par la plupart des instances internationales, ils demeurent des sujets controversés. Quelques professeurs de haut vol, membres des académies de Médecine ou des Sciences de surcroît, remettent en cause ce principe de linéarité sans seuil. Georges Charpak, Maurice Tubiana, André Aurengo sont de ceux-là. Si seulement nous pouvions admettre que les faibles doses radioactives sont absolument sans effet, l’avenir serait radieux à l’ombre des installations nucléaires ! Pour les exploitants tout d’abord. Mais ce n’est pas le cas.  Président de la commission qui porte son nom, chargée de faire la lumière sur les conséquences des retombées du nuage de Tchernobyl en France, André Aurengo fait également partie d’un groupe d’experts [9] rattaché au Conseil Supérieur d’Hygiène de Publique de France qui a remis le 8 novembre 2004 à la Direction Générale de la Santé (DGS) un rapport sur les extrêmement basses fréquences (EBF).

Dans leur rapport à la DGS, le groupe d’experts indique que l’implication des champs électriques EBF dans le risque de cancer a été écartée car, selon eux : «  les champs électriques EBF sont atténués par les parois des habitations et par la peau. Ils ont été peu étudiés. La quasi totalité des études les concernant sont négatives ». Pierre Le Ruz et Roger Santini [10] n’ont pas manqué de réagir en soulignant « l’existence d’incohérences, d’insuffisances et d’omissions » du rapport remis à la DGS. Outre le fait, omis par les auteurs du rapport, que les enfants sont exposés à des champs présents dans leur environnement (électroménagers, appareils électriques…), des études scientifiques montrent  que dès 10 V/m, le champ électrique EBF augmente significativement le risque de leucémie chez l’enfant. Chez l’adulte, le champ électrique EBF augmente aussi de façon significative le risque de leucémie, dès une moyenne annuelle, de 345 V/m et le risque de tumeur du cerveau chez les travailleurs d’EDF dès une moyenne annuelle de 387 V/m. De plus, dans les études citées par R. Santini et P. Le Ruz, l’existence d’une relation de type dose-effet [11], établie ou probable, est rapportée pour le champ électrique EBF. Il serait trop long ici de détailler le manque de rigueur du rapport à la DGS. On peut toutefois préciser que, contrairement à ce que le rapport affirme, des études présentent les mécanismes permettant d’expliquer les effets cancérogènes des extrêmement basses fréquences. Forts du résultat de ces études, Santini et Le Ruz affirment qu’il n’est plus acceptable que des enfants et des adultes continuent d’être exposés à des champs électriques d’Extrêmement Basse Fréquence supérieurs à 10V/m et ou à des champs d’induction magnétique EBF supérieurs à 0,2 microTesla.

Qu’en est-il des normes actuelles ? En l’absence de la preuve de l’innocuité des champs électromagnétiques, on pourrait imaginer que le principe de précaution s’applique et que le parlementaire légifère en ce sens en prenant en compte les effets à long terme. Imaginons…
La recommandation du Conseil de l’Europe indique une valeur de 100 microTeslas [12] pour le public afin d’éviter tout effet nocif pour le système nerveux central [13]. C’est celle retenue par les parlementaires français. Les normes européennes et françaises sont plus sévères pour la protection des matériels (de l’ordre de 0,5 microTesla pour un ordinateur). Sans doute davantage pétris de précaution, les parlementaires européens avaient décidé d’une limite à 0,25 microTesla pour le public. En juillet 2001, l’OMS a classé les champs magnétiques 50/60Hz dans le groupe 2b « cancérogènes possible pour l’homme » en raison du risque statistique de leucémie pour l’enfant exposé à un champ supérieur à 0,4 microTesla.

On aimerait volontiers afficher l’absence d’hésitation du sénateur Bizet à la question de vivre ou non sous une ligne très haute tension. Cependant, trop d’éléments invitent à relativiser les propos les plus optimistes. Du côté des experts et des académies, les errements du passé (amiante, dioxines) ou les approximations du présent (OGM) invitent là encore à prendre leur avis et leur indépendance avec précaution. Pour imposer l’EPR, il aura d’abord fallu enterrer les conclusions du Débat National sur les énergies sensé donner de la pluralité et de l’ouverture à un sujet qui en manque. Le corollaire de l’EPR – le couloir de lignes THT- présente lui aussi des risques qui ne peuvent rester cantonnés éternellement hors du champ des préoccupations de santé publique.

Grégory Grisel
Antenne Nord-Cotentin

(1)    …et 2874 euros par pylône et par an de taxe versée aux communes. Quant aux postes électriques (zone de séparation ou de regroupement des lignes), c’est environ 250 000 euros que se partageront la commune, la communauté de communes, le département et la région qui les « supportent ». De quoi aiguiser les appétits.
(2)    Serge Provost est par ailleurs cofondateur de l’association « Animaux sous tension » (Animaux sous tension,  Kerangoarec, 29300 ARZANO).
(3)    Voir en particulier le chapitre « Géobiologie et élevages » rédigé par Luc Leroy, géobiologue, dans l’ouvrage collectif « la géobiologie et vous  – guide pratique – Apprendre à gérer l’harmonie ! », Editions Mosaïque.
(4)    La fréquence des courants dont il est fait état ici est de 50Hz. Les champs électriques et magnétiques à de fréquence plus élevée (ordinateurs, téléphones portables…) sont également à considérer avec attention en ce qui concerne leurs effets sur la santé.
(5)    Certains pays (Québec, Canada) imposent des zones d’exclusion d’exploitation agricoles sous les couloirs de lignes.
(6)    La  connaissance des effets des champs électromagnétiques n’est pas nouvelle. Dès 1965, J-P. Maschi lance l’alerte d’un lien possible entre sclérose en plaques et contrainte électromagnétique. Il fût radié de l’Ordre des Médecins.
(7)    Les EBF sont des fréquences inférieures à 1kiloHz (kHz) soit 1000 Hz. Le courant électrique 50Hz entre dans cette catégorie.
(8)    Le principe de linéarité sans seuil signifie que pour toute dose absorbée, aussi petite soit-elle, il y a un effet biologique. Quoique décriée, cette hypothèse pourrait être sous-estimée comme l’indiquent de récents travaux portant sur l’effet « bystander ou non-cible ». Voir le dossier « l’impact des faibles doses de radioactivité sur l’organisme humain » ACROnique du Nucléaire n°69, juin 2005.
(9)    Rapport à la DGS : A. Aurengo, J. Clavel, R. de Sèze, P. Guénel, J. Joussot-Dubien, B. Veyret – « champs magnétiques d’extrêmement basse fréquence et santé » – 8 novembre 2004, 61 pages.
(10)    Extrêmement Basses Fréquences : commentaires sur le rapport à la DGS d’un groupe d’experts rattachés au Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France par Roger Santini et Pierre Le Ruz, 21 mai 2005.
(11)    Relation dose-effet : plus l’exposition (la dose, les champs électromagnétiques dans le cas présent) augmente, plus les effets augmentent (risque de cancer pas exemple). Cette relation peut être linéaire ou pas, avec ou sans seuil.
(12)    Recommandation du Conseil de l’Europe 12 juillet 1999 cité par P. Le Ruz.
(13)    Guère mieux loti, le monde du travail voit s’appliquer des valeurs de 10 kV/m pour le champ électrique et 500 microTeslas pour le champ magnétique.

Le champ électrique : il est lié à la tension, c’est-à-dire aux charges électriques. Il se mesure en volt par mètre (V/m). Il diminue avec la distance. Toutes sortes d’obstacles (arbres, cloisons…) peuvent le réduire, voire l’arrêter. Sous une ligne THT, le champ électrique peut atteindre 3000 V/m.

Le champ magnétique : il est lié au mouvement des charges électriques, c’est-à-dire au passage d’un courant. Lui aussi diminue rapidement en fonction de la distance, mais aucun écran efficace et peu coûteux ne peut agir comme protection. Il se mesure en Tesla (T) et généralement en microTesla (µT). Une autre unité, le Gauss (G) est également employée ; 1 milliGauss (mG) = 0.1 µT

La combinaison de ces deux champs conduit à parler de champ « électromagnétique ». Tous les champs se caractérisent également par une fréquence, c’est-à-dire un nombre d’oscillations dans un temps donné. Cette fréquence se mesure en Hertz (Hz). Le réseau électrique fonctionne à la fréquence de 50Hz.

Source : colloque « Quels impacts des lignes électriques très haute tension ? » Confédération Paysanne, St-lô, 28 mai 2005

Sommaire


Epilogue : notre Position sur le Réacteur

Nous vous invitons à lire, en guise d’épilogue, notre contribution écrite au débat national concernant le réacteur EPR. Cette contribution reprend certains points développés dans ce feuilleton. Vous pouvez aussi consulter notre contribution au débat national sur les déchets nucléaires.

Contribution de l’ACRO au débat sur l’EPR
Contribution de l’ACRO au débat sur les déchets nucléaires de haute activité et à vie longue

Ancien lien

EPR mon amour

Communiqué de presse du 12 juillet 2004


L’engouement des élus locaux pour l’EPR a de quoi surprendre. Normands d’en haut et d’en bas rivalisent d’imagination pour attirer un réacteur nucléaire dont l’utilité n’a pas été démontrée. Des subventions faramineuses sont votées pour des associations de promotion ou des entreprises de communication afin de s’attirer les bonnes grâces d’EdF et des populations sans que le principe de justification qui vient d’entrer dans la législation française ne soit respecté.

Toute nouvelle pratique entraînant une exposition aux rayonnements ionisants doit pourtant être justifiée par ces avantages économiques et sociaux. Or, les trois sages chargés de piloter le Débat National sur l’énergie avaient conclu : « qu’il est difficile, […] de se faire une opinion claire sur son degré de nécessité et d’urgence. […] Il a semblé que si le constructeur potentiel de l’EPR milite pour sa réalisation immédiate, c’est avant tout pour des raisons économiques et de stratégie industrielle. […] En définitive, la question du nucléaire ne peut être tranchée sans des compléments d’études allant au-delà des éléments fournis lors du Débat National. » Et l’un des sages, le sociologue Edgar Morin, a dans ce même rapport clairement tranché : « Les centrales actuelles ne devenant obsolètes qu’en 2020, il semble inutile de décider d’une nouvelle centrale EPR avant 2010 [car rien] ne permet pas d’être assuré qu’EPR, conçu dans les années quatre-vingt, serait la filière d’avenir. »

Réacteur éprouvé et commercialisable en Finlande qui l’a retenu ou « démonstrateur » en France pour garder les options ouvertes, le double langage des autorités n’apporte aucune clarification. Actuellement, un EPR en France serait essentiellement destiné à l’exportation d’électricité. En décidant son lancement sans aucune nouvelle justification, les autorités méprisent les citoyens et le Débat National qu’elles ont organisé.

Nous demandons donc que la loi soit appliquée et que l’on justifie les trois milliards d’euros prévus pour l’EPR par rapport à une autre politique énergétique. Le bilan en terme d’emploi, qui seul semble intéresser les régions, n’a pas été abordé au niveau national et mériterait aussi d’être étudié étant donné l’importance de l’enjeu.

Qualité radiologique des eaux marines et continentales du littoral normand

Extrait de l’ACROnique du nucléaire n°50, septembre 2000
Télécharger le rapport complet.

aesn1

Sollicité par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie (Direction des Rivages Normands), le travail engagé par l’A.C.R.O. s’inscrit dans une démarche d’évaluation de la qualité radiologique des eaux marines et continentales du littoral normand. Dans cette perspective, des mesures de radioactivité ont été effectuées, non pas à proximité d’un émissaire (environnement déjà très surveillé) mais à plus grande échelle puisqu’en milieu marin, plus de 640 km de côtes sont concernés. Il s’agissait de fournir un bilan représentatif de l’état radioécologique, pour une année, de l’environnement marin (le long des côtes normandes) et des principaux cours d’eau qui l’alimentent.

Le rapport complet a aussi été publié sous forme de CD-Rom contenant de nombreuses études dans tous les domaines liés à l’eau et peut être commandé gratuitement auprès de l’A.E.S.N.


Présentation du travail engagé en 1997-98

Cette étude s’est articulée autour de deux campagnes de prélèvements effectuées entre avril 97 et février 98 : l’une au printemps et l’autre, en automne-hiver. Ceci, afin de répondre au souhait de la Direction des Rivages Normands de disposer d’un bilan représentatif d’une année.
En effet, de nombreux facteurs peuvent influencer dans le temps les résultats obtenus pour un indicateur en un lieu donné. On peut citer en exemple : le cycle biologique des espèces étudiées, les variations des caractéristiques physiques du milieu (salinité, température, etc.), les  variations d’activités rejetées par les installations nucléaires, l’évolution de la qualité des rejets, etc… Aussi, pour restituer le plus fidèlement possible l’état d’un milieu, on conçoit aisément la nécessité de répéter l’exercice.

A chaque campagne, des prélèvements ont été effectués à la fois le long du littoral normand au cours de pêches à pied, de Cancale (Baie du Mont St Michel) au Tréport  (limite de la Haute-Normandie), mais aussi dans des cours d’eau : la Risle, la Vire, la Douve, la Sienne, la Sélune, l’Orne, la Sainte Hélène, le Ru des Landes ou la Seine.

Concernant les polluants recherchés, nous n’avons mesuré que les radioéléments artificiels émetteurs d’un rayonnement gamma. L’intérêt de mesurer les ” émetteurs gamma artificiels ” est accru par le fait qu’ils représentent la plupart des polluants courants, et que de nombreux travaux ont été menés sur leur devenir en relation avec leurs caractéristiques physico-chimiques.
Parmi ceux-ci, une attention particulière a été portée sur l’iode 129 (129I). Ce radionucléide, apparu depuis une quinzaine d’année dans les rejets de l’usine de retraitement de La Hague (unique terme source industriel), n’est étudié que depuis peu ; il y a donc beaucoup moins d’informations que pour les autres émetteurs gamma. De plus, cet élément peut contaminer de grandes étendues en raison de sa mobilité.

Contexte

Outre ces aspects hydrodynamiques, la Manche est une ressource vivante, siège d’activités permanentes comme la pêche et les cultures marines et d’activités saisonnières comme le tourisme littoral. Elle est également, comme toute masse d’eau qui baigne les côtes d’un pays peuplé et industrialisé, un exutoire pour toutes sortes d’effluents, qu’ils soient issus de l’agriculture, de la collectivité ou de l’industrie, y compris de l’industrie nucléaire. A ce titre, la Manche et plus particulièrement les eaux du littoral normand recueillent les rejets d’effluents liquides d’installations nucléaires côtières depuis 1966. D’abord, avec la construction de l’usine de retraitement de La Hague et du Centre de Stockage de la Manche (Cotentin), puis, avec la création de l’arsenal à Cherbourg, et finalement, avec la mise en service des centrales électronucléaires de Flamanville, de Paluel et de Penly (soit huit réacteurs à eau pressurisée au total). Mais les eaux du littoral normand n’en sont pas moins influencées par d’autres sources. Le réseau hydrographique, dense, draine des substances radioactives consécutives aux retombées antérieures et postérieures à l’accident de Tchernobyl mais également aux rejets de diverses structures, qu’elles soient hospitalières, de recherche ou industrielles. De même, les eaux atlantiques qui pénètrent en Manche présentent une radioactivité artificielle rémanente.

Carte des installations nucléaires ayant des rejets radioactifs influençant la Manche

aesn1

Ancien lien