L’ACRO continue son engagement au Japon et publie de nombreux résultats de mesure

Communiqué de presse du 07 mars 2013 (version Pdf)


Depuis les premiers jours de la catastrophe de Fukushima, l’ACRO est engagée auprès des populations japonaises. Nous avons effectué près de 600 analyses de la radioactivité sur des échantillons en provenance du Japon dans notre laboratoire d’Hérouville Saint Clair (14).

Actuellement, la demande concerne surtout des analyses d’urine d’enfants vivant au Japon. Les derniers résultats que nous avons mis en ligne sur notre site (https://www.acro.eu.org/OCJ_fr.html) montrent qu’il y a toujours des enfants contaminés. Ce sont 28% des enfants de Fukushima (7/25) que nous avons contrôlés depuis juillet dernier qui ont du césium radioactif dans les urines, à des niveaux faibles, mais qui perdurent. Il ne faut donc pas sous estimer l’impact sanitaire.

A Kurihara, une zone contaminée de la province de Miyagi, située à 150 km de la centrale, il y a aussi 3 enfants contaminés sur 10 analyses effectuées.

Nous avons aussi trouvé un enfant contaminé à Itô, dans la province de Shizuoka, à 350 km de la centrale. C’est, bien évidemment, la nourriture qui en est fort probablement la cause.

Suite à l’émotion provoquée par nos résultats sur les poussières d’aspirateurs l’hiver 2011, nous avons fait une nouvelle campagne de mesures en novembre 2012.

S’il y a une tendance à la baisse, la contamination demeure très élevée : dans quatre maisons, la contamination totale en césium dépasse les 8 000 Bq/kg, limite à partir de laquelle les déchets sont considérés comme des déchets radioactifs. Ils ne peuvent pas être traités comme des ordures ménagères. Et les habitants continuent à être exposés, même dans leur foyer : ils n’ont nulle part où se réfugier.

L’ACRO continue à recevoir régulièrement des échantillons du Japon et poursuit son aide.

Pour voir les résultats de toutes ces analyses, cliquez ici

Ancien lien

Résultats des mesures ACRO au Japon

(mise à jour du 6 mars 2013)

Suite à la catastrophe de Fukushima, l’ACRO a étendu son observatoire citoyen de la radioactivité dans l’environnement au Japon.

Nous avons reçu des échantillons en provenance des provinces de Fukushima et de Miyagi qui mettent en évidence une contamination alarmante.

MARS 2011 :
Prélèvements de sol et eau (31 mars 2011)

AVRIL 2011 :
Légumes et des champignons prélevés dans la région de Sendai le 2 avril 2011 par l’équipe de tournage de “Compléments d’enquête” (France 2).
Sols en différents points au Japon (prélevés du 12 au 18 avril 2011)
Eau de mer prélevée à Soma, Préfecture de Fukushima (16 avril 2011)
Légumes achetés le 22 avril 2011 dans un supermarché d’Osaka

MAI 2011 :
Algues prélevées par Greenpeace International (du 5 au 9 mai 2011)
Herbe de la préfecture d’Ishikawa (14 mai 2011)
Sol, légumes et eau du Sud de la province de Miyagi (14 -18 mai 2011)
Sols des environs de Tokyo, (15-17 mai 2011)
Urines d’enfants vivant à Fukushima, (19-21 mai 2011)
Environs de l’usine d’incinération des boues de station d’épuration de Tokyo , Koutou-ku (22-25 mai 2011)

JUIN 2011 :
Sols et pâture des préfectures de Fukushima et Miyagi (5 mai 2011 – 4 juillet 2011)
Eau du robinet des provinces de Fukushima et Miyagi (8 juin 2011 – 19 juin 2011)
Légumes de la ville de Fukushima (18 juin 2011 – 20 juin 2011)

JUILLET 2011 :
Légumes et lait de la ville de Fukushima et de Miyagi (3 juillet 2011 – 5 juillet 2011)
Poissons collectés par Greenpeace (23 mai et 23-24 juillet 2011)
Suivi de la contamination et nouvelles analyses d’urines d’enfants  (juillet 2011)
Sols des préfectures d’Hokkaido, Kanagawa, Miyagi et Fukushima (28 juin – 31 juillet 2011)
Pommes de terre de la province de Fukushima (juillet 2011)

AOUT 2011 :
Poissons et algues du Tohoku collectés par Greenpeace (19-22 août 2011)

SEPTEMBRE 2011 :
Poissons et algues du Tohoku collectés par Greenpeace (13-14 septembre 2011)
Echantillons de Fukushima. (septembre 2011)

OCTOBRE 2011 :
Poissons et algues du Tohoku collectés par Greenpeace (12-13 octobre 2011)

NOVEMBRE 2011 :
Urines et poussières d’aspirateur (septembre – novembre 2011)
Etude sur des champignons de Kawamata dans la province de Fukushima (novembre 2011)

DECEMBRE 2011 :
Poissons et huitres du Tohoku (novembre – décembre 2011)

JANVIER 2012 :
Aliments de Ichinoseki dans la province d’Iwaté (mai 2011- janvier 2012)
Poussières d’aspirateur en provenance du Tôhoku (janvier 2012)

FEVRIER 2012 :
Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (février 2012)

MARS 2012 :
Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (février – mars 2012)

AVRIL 2012 :
Aliments provenant du Japon (juillet 2011 – avril 2012)
Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (avril 2012)

MAI 2012 :
Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (mai 2012)
Eaux et sols provenant de différents régions du Japon (février 2011 – mai 2012)

JUIN 2012 :
Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (juin 2012)
Analyse des dépôts atmosphériques aux alentours de l’incinérateur de Fuji – Préfecture de Shizuoka (juin 2012)
Analyse d’un frottis de cyanobactéries de Minami Soma, Fukushima Pref. (juin 2012)

JUILLET 2012 :
Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (juillet 2012)

AOUT 2012 :
Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (août 2012)

SEPTEMBRE 2012 :
Aliments provenant du Japon (août 2012 – septembre 2012)
Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (septembre 2012)

OCTOBRE 2012 :
Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (octobre 2012)

NOVEMBRE 2012 :
Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (novembre 2012)
Poussières d’aspirateur en provenance de différentes régions du Japon (novembre 2012)

DECEMBRE 2012 :
Urines d’enfants habitant dans la préfecture de Fukushima (décembre 2012)

JANVIER 2013 :
Complément alimentaire – calcium de corail provenant de l’île d’Okinawa (janvier 2013)
Urines d’enfants habitant dans la préfecture de Miyagi (janvier 2013)

Voir tableaux ci-dessous


 PRELEVEMENTS ENVIRONNEMENTAUX – PREMIERE CAMPAGNE : RESULTATS ACRO

 Commentaires :

– Lire le communiqué de presse du 11 avril 2011 au format html ou pdf.
– Lire le rapport d’analyse de la première campagne de prélèvements

tab_fr_camp_1_sols_kg

tab_fr_camp_1_sols_m2

tab_fr_camp_1_eaux

 


 PRELEVEMENTS DENREES ALIMENTAIRES – DEUXIEME CAMPAGNE : RESULTATS ACRO

Commentaires :

Les analyses montrent que les quatre échantillons (champignons et légumes) collectés dans la région de Sendai (80 km de Fukushima Daiichi) sont contaminés par des radioéléments artificiels caractéristiques des rejets de la centrale.
Les teneurs en césium mesurées dans les trois légumes (chou chinois, Komatsuna et Tsubomina) sont supérieures aux limites fixées par la réglementation Japonaise (500 Bq/kg) et sont impropres à la consommation.

Lire le rapport d’analyse de la deuxième campagne de prélèvements

tab_res_leg_fr


LEGUMES ACHETES DANS UN SUPERMARCHE A OSAKA : RESULTATS ACRO

Note : la provenance exacte des légumes est inconnue

tab_fr_leg_3
ND : Non Détecté


ANALYSES DE SOLS PRELEVES AU JAPON (12-18 avril 2011) : RESULTATS ACRO

Commentaires :

L’ACRO a reçu des prélèvements de sol effectués en différents point du Japon par des préleveurs japonais. A l’exception de la terre de Kobe, tous ces échantillons sont contaminés par de nombreux radioéléments qui proviennent des retombées de Fukushima.
Les activités massiques très élevées relevées dans la paille s’expliquent pas le fait que la paille est très légère : la même quantité de polluant retombant sur un mètre carré va entraîner une contamination au kilo beaucoup plus forte avec de la paille qu’avec de la terre.
Les premières mesures que nous avons faites sur la terre provenant de Fukushima avaient montré que l’iode 131 était prépondérant. Mais comme il a une demi-vie assez courte (8 jours), il disparaît relativement vite : les valeurs relevées lors de cette campagne sont plus basses que celles en césium.
En revanche, le tellure 129m se désintègre en iode 129 qui a une demie-vie très longue : 16 millions d’années. Il faudra surveiller cet élément dans les environs de la centrale.
A moyen terme, c’est le césium 137 qui va poser le plus de problèmes : les contaminations massiques relevées sont toutes sous la limite de 5 000 Bq/kg fixée par le gouvernement japonais pour la culture du riz.
Si l’on calcule la contamination en césium 137 en Bq/m2, toutes les valeurs relevées dans la préfecture de Fukushima sont supérieures à la limite de 185 000 becquerels par mètre carré qui ouvre le droit à la migration en Biélorussie.
La contamination relevée dans la province de Miyagi est aussi assez élevée, confirmant les fortes contaminations que nous avions relevées sur les légumes de cette préfecture.

tab_sols_camp3_fr

tab_sols_surf_camp3_fr

ANALYSE D’EAU DE MER PRELEVEE LE 16 AVRIL 2011 (Soma, Préfecture de Fukushima) : RESULTATS ACRO

Commentaires :

En temps normal, aucune contamination de l’eau de mer ne devrait être mesurée.
Les éléments trouvés à Soma, situé à plus de 40 km au Nord de la centrale, proviennent de la centrale de Fukushima. Ces polluants ont la propriété de se concentrer dans les êtres vivants.
Ainsi, la concentration en iode dans les algues peut être 1 000 à 10 000 fois plus élevée que dans l’eau de mer. C’est 10 à 100 fois plus chez les poissons et coquillages. Le césium peut être 10 à 400 fois plus concentré en fonction des espèces.

tab_eaumer_fr


ALGUES PRELEVEES EN MER DU 5 AU 9 MAI 2011 PAR GREENPEACE INTERNATIONAL : RESULTATS ACRO

Lire le communiqué de presse de Greenpeace
Lire le rapport d’analyse (en anglais)
Autres résultats d’analyse (prélèvements marins Greenpeace)

Les algues prélevées par Greenpeace International jusqu’à 80 km au Sud de la centrale de Fukushima sont toutes contaminées à des niveaux alarmants, sauf une collectée au large.
La concentration en iode 131 dépasse largement la limite de 2 000 Bq/kg fixée par le gouvernement japonais pour la mise sur le marché des aliments.

La contamination en césium 134 et 137 est aussi significative et dépasse toujours la limite de 500 Bq/kg fixée par les autorités japonaises.

Ces algues ont été prélevées presque un mois après le colmatage de la fuite du réacteur n°2 qui a contaminé massivement la mer. Cela montre que, contrairement à ce qui avait été annoncé, la pollution persiste.

Si les algues sont contaminées à de tels niveaux, l’eau de mer doit l’être aussi. Mais les analyses effectuées par les autorités japonaises ne sont pas assez précises : en-dessous de la limite de détection de 4 Bq/l pour l’iode 131, 6 Bq/l pour le césium 134 et 9 Bq/l pour le césium 137, il est annoncé “non détectable”. Or il est nécessaire d’avoir des limites plus basses, car la vie marine a tendance à concentrer cette pollution. La pollution en iode peut être 1 000 fois plus forte dans une algue que dans l’eau.
tab_alg_gp_fr


Herbe de la préfecture d’Ishikawa (14 mai 2011)

herb 110621 fr


Sol, légumes et eau du Sud de la province de Miyagi (14 -18 mai 2011)

Télécharger le rapport d’analyse (en anglais)

Commentaires :

Tous les légumes récoltés au Sud de la province de Miyagi sont contaminés à des niveaux qui autorisent leur mise sur le marché.
Les sols des fermes où ont été faits les prélèvements de légume sont aussi contaminés à des niveaux qui autorisent la culture du riz. Dans tous les cas, la contamination en césium est inférieure à 5 000 Bq/kg qui est la limite fixée par les autorités japonaises.
Cependant, il est important de noter qu’il n’y a pas de limite d’innocuité en ce qui concerne la radioactivité.
La contamination surfacique de la ferme F est supérieure à la limite biélorusse de 37 000 Bq/m2 qui implique un contrôle radiologique périodique.
Aucune eau n’est contaminée.

sols miyagi kg fr

sols miyagi m2 fr

leg miyagi fr

 

eaux miyagi fr

Environs de l’usine d’incinération des boues de station d’épuration de Tokyo, Koutou-ku (22-25 mai 2011)

Commentaires :

Les environs de l’usine d’incinération des boues situées dans la baie de Tôkyô sont fortement contaminés. Cette pollution vient très probablement en grande partie des fumées de l’usine d’incinération qui a brûlé des boues radioactives. La contamination surfacique des sols en césium 137 est supérieure à la limite biélorusse de 37 000 Bq/m2 qui implique un contrôle radiologique périodique.
La contamination des végétaux est aussi élevée. La forte différence entre les herbes sèches et la mousse vient du fait que les résultats sont exprimés par kilo de matières.
Il conviendrait de faire une étude plus détaillée de la contamination de cette zone.

sols koutou ku kg fr

sols koutou ku m2 fr

leg koutou ku fr

Sols des environs de Tokyo (15-17 mai 2011)

Commentaires :

Tous les échantillons de terre prélevés dans les environs de Tôkyô sont contaminés par les retombées de la catastrophe de Fukushima à des niveaux significatifs.
Dans la ville de Kashiwa (province de Chiba), la contamination surfacique des sols en césium 137 est supérieure à la limite biélorusse de 37 000 Bq/m2 qui implique un contrôle radiologique périodique.
Il conviendrait de faire une étude plus détaillée de la contamination de cette zone.

sols env tokyo kg fr

sols env tokyo m2 fr


Urines d’enfants vivant à Fukushima (19-21 mai 2011)

Communiqué de presse ACRO html ou pdf
Télécharger le rapport d’analyse (en anglais)

urine fr± 2σ


Sols et pâture des préfectures de Fukushima et Miyagi (5 mai 2011 – 4 juillet 2011)

Télécharger le rapport d’analyse (en anglais)

Commentaires :

Tous les sols sont contaminés par les retombées de la catastrophe de Fukushima par du césium 134 et du césium 137.  Toutes les contaminations massiques sont inférieures à la limite de 5 000 Bq/kg fixée par les autorités japonaises pour la culture du riz.
Les deux premiers échantillons de sols (de Gyufun et Ochiba) ont été prélevés en serre, à l’abri de la pluie, et sont donc moins contaminés.
En deux endroits la contamination surfacique dépasse les 37 000 Bq/m2 qui nécessite une surveillance régulière en Biélorussie.
La pâture est aussi contaminée par les césiums 134 et 137, mais à des niveaux qui permettent le pâturage.

tab 110629 sols kg fr

tab 110629 sols m2 fr

tab 110629 pature fr


tab 110711 herbe fr

 

Eau du robinet des provinces de Fukushima et Miyagi (8 juin 2011 – 19 juin 2011)

tab 110629 eaux fr

 

Légumes de la ville de Fukushima (18 juin 2011 – 20 juin 2011)

 tab 110629 leg fr


Légumes et lait de la ville de Fukushima et de Miyagi (03 juillet 2011 – 05 juillet 2011)

tab 110711 veg fr

tab 110711 lait fr


Poissons du port d’Onahama, province de Fukushima (23 mai 2011 et 23–24 juillet 2011)

Ces poissons ont été prélevés par Greenpeace auprès de pêcheurs du port d’Onahama.

Ils sont tous contaminés, certains ont une concentration totale en césium radioactif qui dépasse 500 Bq/kg, la limite fixée par les autorités japonaises pour la nourriture.

Si les poissons sont contaminées à de tels niveaux, l’eau de mer doit l’être aussi. Mais les analyses effectuées par les autorités japonaises ne sont pas assez précises : en-dessous de la limite de détection de 4 Bq/l pour l’iode 131, 6 Bq/l pour le césium 134 et 9 Bq/l pour le césium 137, il est annoncé “non détectable”. Or il est nécessaire d’avoir des limites plus basses, car la vie marine a tendance à concentrer cette pollution.

poissonsGP

± 2σ 


Suivi de la contamination des urines de 10 enfants de la ville de Fukushima (mai – juillet 2011)

Lire le communiqué de presse de l’ACRO
Commentaires :

A la demande de citoyens japonais, l’ACRO a analysé les urines de 18 enfants japonais de la province de Fukushima et de Tokyo et ses environs.

Les urines des 15 enfants de Fukushima ont été ou sont contaminées par les retombées radioactives de la centrale accidentée située à une soixantaine de kilomètres. Ce qui signifie que les enfants eux-mêmes ont été ou sont contaminés. En revanche, nous n’avons détecté aucune contamination chez les 3 enfants de Tokyo et des environs.
Alors que les tests effectués par les autorités japonaises donnent environ un enfant de Fukushima sur deux contaminé, nous obtenons 100%. Cette différence s’explique par le fait que les mesures officielles ne sont pas assez précises et ne permettent pas de détecter toutes les contaminations.

Les 10 premiers enfants sont les mêmes que lors de notre précédente campagne de mesure (résultats rendus publics le 30 juin). 9 d’entre eux ont quitté la province de Fukushima depuis. Un seul est resté (U2).
U6 a été évacué à la fin mars. Les enfants U3 et U4 ont été évacués dès la fin mai. 3 sont partis fin juin, début juillet et 3 autres au début des vacances scolaires après le 22 juillet.

Enfin, les 5 nouveaux enfants vivent à proximité de la ville de Fukushima. Mais un a été évacué fin mai (U14).

U11 et U12 fréquentent le même lycée et ont souvent des activités sportives sur le même terrain. La différence de contamination pourrait être due à la nourriture.

Plus de quatre mois après les rejets massifs de radioactivité dans l’environnement, tous les enfants qui étaient à Fukushima au moment des prélèvements ont leurs urines marquées alors que leurs parents font des efforts pour limiter cette contamination interne. L’évacuation est un moyen de diminuer la contamination. Les variations de contamination interne entre les différents enfants pourraient être dues à la nourriture. 

Il est important d’effectuer une surveillance précise, systématique et régulière de la contamination interne des enfants de Fukushima. Les familles doivent avoir accès à la mesure pour les aider à réduire cette contamination.

110802 urine1 fr
± 2
σ

 Analyses d’urines de 5 autres enfants de la préfecture de Fukushima (23-26 juillet 2011)

110802 urine2 fr
± 2
σ

 Analyses d’urines de 3 autres enfants autour de Tokyo (juillet 2011)

110802 urine3 fr


Sols des provinces d’Hokkaido, Kanagawa, Miyagi et Fukushima (28 juin – 31 juillet 2011)

Commentaires :

A Kosugō, dans la ville de Shiraishi, située au Sud de la province de Miyagi à 75 km de la centrale de Fukushima, la contamination totale en césium est de 343 000 Bq/m2. En Biélorussie, la population aurait le droit de migrer.
Dans la ville de Kakuta, située dans la province de Fukushima à 66 km de la centrale, la contamination totale en césium est de 163 000 Bq/m2. En Biélorussie, cela impliquerait un contrôle radiologique périodique.
On trouve une contamination significative jusqu’à Yokohama située à environ 300 km de la centrale. La ville de Furano, à Hokkaido, est à 670 km de la centrale.

110811(04) sols kg fr

110811(04) sols m2 fr

Pommes de terre prélevées dans la province de Fukushima (juillet 2011)

 110811 pdt fr


Poissons et algues du Tohoku (19-22 août 2011)

Poissons et algues prélevés par Greenpeace

110830 poiss fr

110830 alg fr


Poissons et algues du Tohoku (13-14 septembre 2011)

Poissons et algues prélevés par Greenpeace

110920 poiss fr

110920 alg fr


Echantillons de Fukushima (septembre 2011)

Echantillons rapportés par un réalisateur français. Les indications de lieu ne sont pas confirmées.
Le point chaud de Kawamae-cho est connu de la population locale.

johnson sols fr

johnson vgtx fr


Poissons et algues du Tohoku (12-13 octobre 2011)

Poissons et algues prélevés par Greenpeace

111017 poiss fr
ND : Non Détecté

111017 alg fr
ND : Non Détecté


Urines d’enfants et poussières d’aspirateur (septembre – novembre 2011)

Lire le communiqué de presse de l’ACRO

Les poussières d’aspirateur toutes contaminées

L’ACRO a, à la demande de citoyens japonais, analysé les poussières d’aspirateur de 13 habitations situées dans un rayon de 200 km autour de la centrale. A l’exception d’Osaka, prise comme référence car située à 600 km de la centrale, toutes ces poussières sont contaminées en césium 137 et 134 suite à la catastrophe de Fukushima.

C’est dans le district de Watari de la ville de Fukushima que la contamination est la plus forte avec presque 20 000 becquerels par kilo pour les deux césiums. Ce district, situé à une cinquantaine de kilomètres de la centrale, est connu pour être particulièrement contaminé et la vente de riz vient d’y être interdite.

Les habitations sont aussi contaminées de manière significative jusqu’à Ichinoseki dans la province d’Iwaté vers le Nord ou Kashiwa dans celle de Chiba vers le Sud, située dans la banlieue Nord de Tokyo. Dans ces deux villes, connues pour être particulièrement contaminées, bien que situées à environ 200 km de la centrale, la contamination des poussières atteint presque 6 000 becquerels par kilo.

Nous ne connaissons pas la date de collecte des poussières par chaque aspirateur. Au Japon, on enlève ses chaussures avant d’entrer chez soi.

111215 tab dust fr

Les urines des enfants encore contaminées

L’ACRO a continué à analyser des urines d’enfants à la demande de citoyens japonais. Même s’il n’y a plus 100% des urines analysées en provenance de Fukushima contaminées, ce qui est une bonne nouvelle, de nombreux enfants continuent à être contaminés à des niveaux qui ne baissent pas depuis nos premières analyses du mois de mai.

Certains de ces enfants vivent dans les habitations où l’on a contrôlé les sacs d’aspirateur. Mais il ne semble pas y avoir de corrélation claire entre la contamination des poussières et des urines. Cela nous conduit à pointer du doigt la nourriture comme principal mode de contamination interne des enfants.

Les urines les plus contaminées sont à Ichinoseki dans la province d’Iwaté à presque 200 km de la centrale accidentée.

111215 tab urines fr

Urines d’enfants du Kantô

Pour la première fois, nous avons trouvé une contamination des urines d’un enfant de Tokyo.

Cela provient très probablement de l’alimentation.

111215 tab urines2 fr


Etude sur des champignons de Kawamata dans la province de Fukushima (novembre 2011)

Commentaires :

Les champignons (Hiratake) ont été analysés en frais. Ils ont ensuite été trempés dans de l’eau pendant une demi-heure, puis cuits pendant 15 min en milieu acide (eau+vinaigre) ou dans une eau salée. En analysant l’eau issue de ces processus, il apparaît que seulement 11% du césium est passé dans l’eau de trempage. En revanche entre 31 et 32% du césium est passé dans l’eau de cuisson.

champi 120107 fr


Poissons et huitres du Tohoku (novembre – décembre 2011)

Commentaires :

Ces poissons et huitres ont été rapportés par des journalistes français. La concentration en césium dans les poissons est inférieure à la limite maximale actuelle de 500 Bq/kg. Mais pour deux des poissons, elle est supérieure à la future limite de 100 Bq/kg.
120107 fish tha fr


Aliments de Ichinoseki dans la province d’Iwaté (mai 2011 – janvier 2012)

vgtx 120107 fr


Poussières d’aspirateur en provenance du Tôhoku (janvier 2012)

L’ACRO a aussi analysé de nouvelles poussières d’aspirateur en provenance des provinces Fukushima et Miyagi : nous confirmons que les poussières sont toutes contaminées à des niveaux élevés. A titre de comparaison, les autorités japonaises ont fixé à 8 000 Bq/kg la limite à partir de laquelle un déchet est considéré comme radioactif. C’est le cas de 2 de ces poussières qui ne peuvent donc pas être mises aux ordures ménagères.
Un contrôle systématique de la contamination des maisons nous paraît nécessaire.

dust 120222 fr


Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (février 2012)

L’ACRO continue à faire face à une forte demande d’analyses d’urine en provenance du Japon et continue donc analyser gratuitement ces échantillons. Cette fois-ci, les urines viennent de provinces plus éloignées de la centrale Fukushima.
Les résultats montrent, qu’un an après le début de la catastrophe, les urines des enfants continuent à être contaminées. Ils mettent en évidence une contamination des urines jusqu’à Ôshû (province d’Iwaté) située à environ 220 km de la centrale. Dans la province plus proche de Miyagi, les urines des enfants sont aussi contaminées. C’est en particulier le cas à Marumori.
L’échantillon n°11 provient de la même petite fille d’Ichinoseki que la dernière fois. On note une baisse significative de la contamination. Les parents consommaient des légumes du jardin des grands-parents sans se douter que ceux-ci puissent être contaminés. Le test des urines fourni par l’ACRO leur a permis de changer leur habitude alimentaire et de mieux se protéger.

tab 120222 urines fr

tab urines 120222 part fr


Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (février – mars 2012)

Commentaires (urines analysées de mars à juin 2012)

tab1 urines mars2012 fr

tab2 urines mars2012 fr


Aliments provenant du Japon (juillet 2011 – avril 2012)

tab1 denrees alim2012 fr

lait mater fr

tab2 denrees alim2012 fr


Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (avril 2012)

Commentaires (urines analysées de mars à juin 2012)

urines avril12 tab1 fr

urines avril12 tab2 fr


Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (mai 2012)

Commentaires (urines analysées de mars à juin 2012)

urines mai12 tab fr


Eaux et sols provenant de différents régions du Japon (février 2011 – mai 2012)

env eaux 0512 fr

env sols0512 fr


Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (juin 2012)

 urines juin12 fr

Commentaires (urines analysées de mars à juin 2012)

L’ACRO continue à faire face à une forte demande d’analyses d’urine en provenance du Japon et continue donc son aide. Nous présentons ici 59 nouveaux résultats.
Tous les résultats des analyses sur des enfants à Tôkyô et sa banlieue ne montrent pas de contamination, à l’exception d’un enfant de la ville de Matsudo, dans la province de Chiba.
Moins loin de la centrale, des enfants présentent toujours une contamination de leurs urines, plus d’un an après les rejets massifs dans l’environnement. C’est le cas en particulier dans la province de Fukushima, mais aussi dans les provinces voisines de Miyagi et de Tochigi. Ces contaminations sont faibles, mais persistent dans le temps.
A Kurihara, dans la province de Miyagi, ce sont tous des enfants d’agriculteurs qui mangent des produits de la ferme. Les niveaux de contamination de leurs urines sont similaires variant de 1,68 à 2,5 Bq/l pour les deux césiums.
Pour 5 personnes, il s’agit d’un suivi. Dans tous les cas, il y a une baisse de la contamination, ce qui montre l’utilité de ce genre de test qui permet aux personnes concernées de faire attention.


Analyse des dépôts atmosphériques aux alentours de l’incinérateur de Fuji – Préfecture de Shizuoka (juin 2012)

L’ACRO a été sollicitée par une association de Shizuoka inquiète par l’incinération de débris du tsunami potentiellement contaminés.
L’association avait disposé du papier filtre dans des bacs en plusieurs lieux autour de l’usine d’incinération pour récolter les poussières et nous a demandé de faire les analyses. Nous avons trouvé du césium en faible quantité sur un échantillon. Il ne nous est cependant pas possible de quantifier le césium car l’échantillon n’est pas homogène.

filtres1206


Analyse d’un frottis de cyanobactéries de Minami Soma, Fukushima Pref. (juin 2012)

Une mystérieuse poudre noire qui concentre des radioéléments rejetés massivement lors de la catastrophe de Fukushima a suscité beaucoup d’inquiétude et d’interrogations.
Il s’agirait de cyanobactéries.
L’ACRO a donc été sollicitée pour faire une analyse d’un frottis à l’acide de cette poudre prélevée sur un pont de Minami-Sôma.
Nous n’avons fait qu’une analyse par spectrométrie gamma.

L’échantillon analysé contenait les cyanobactéries prélevées et le papier filtre qui a servi au frottis.
Il est donc impossible d’en déduire une concentration en becquerels par kilogramme et les résultats affichés sont en becquerels dans l’échantillon.

Il apparaît une très forte contamination en césium 134, 137 et argent 110, ce qui confirme que les cyanobactéries concentrent la pollution radioactive.

L’échantillon analysé contient du césium 134 et 137, ainsi que de l’argent 110, comme l’échantillon de terre provenant de la même ville (https://www.acro.eu.org/OCJ_fr.html#34).
En particulier, nous n’avons trouvé ni cobalt 60, ni américium 241, ce qui rend peu plausible l’hypothèse qu’il s’agit de combustible nucléaire.

cyanobactjuin2012


Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (juillet 2012)

 urinesjuil2012


Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (août 2012)

 urinesaout2012


Aliments de différentes régions du Japon (août – septembre 2012)

alimentssept2012


Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (septembre 2012)

 urinessept2012


Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (octobre 2012)

urinesoct2012


Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (novembre 2012)

La ville d’Itô, dans la province de Shizuoka, est à 350 km de la centrale de Fuksuhima daï-ichi.

urinesnov2012

urinesnov2012_2


Poussières d’aspirateur en provenance de différentes régions du Japon (novembre 2012)

L’ACRO a refait une campagne de mesure des poussières d’aspirateur de maisons japonaises.
Les maisons choisies sont les mêmes que celles de l’an dernier, plus cinq nouvelles.
L’intérieur des maison demeure très contaminé par endroit.
A partir de 8 000 Bq/kg pour la somme des deux césium, les sacs d’aspirateur sont considérés comme des déchets radioactifs et ne peuvent donc pas être traités comme des ordures ménagères. C’est encore le cas dans 4 maisons.

poussieres2012


Urines d’enfants habitant dans la préfecture de Fukushima (décembre 2012)

 urinesdec2012


Complément alimentaire – calcium de corail provenant de l’île d’Okinawa (janvier 2013)

 calciumcorail


Urines d’enfants habitant dans la préfecture de Miyagi (janvier 2013)

urinesjan2013

 

Faites un don pour l’ACRO ou le Japon :



Ancien lien

Results of ACRO’s monitoring in Japan

(6th of march 2013 update)

See Environnement Japon on a bigger map


Donate
for ACRO or Japan:





After the nuclear disaster of Fukushima, ACRO has extended its Citizen Watch of Radioactivity in the Environment to Japan.

We have received samples from the Fukushima and Miyagi prefectures that show an alarming contamination.

MARCH 2011:
• Soil and water were collected by Japanese citizens on the 31st of March 2011.

APRIL 2011:
• Vegetables and mushrooms taken on the 2nd of April in the Sendai area by French journalists.
Vegetables bought on the 22st of April in a supermarket in Osaka.
Analysis of the soil in various locations in Japan (12-18th april 2011)
Seawater collected on the 16th of april in Soma (Fukushima prefecture)

MAY 2011:
Seaweeds collected by Greenpeace International (05-09th May 2011)
Grass collected in Ishikawa Prefecture (14th of May 2011)
Soil, vegetables and water of the South of Miyagi Prefecture (14 – 18th of May 2011)
Surrounding of the sludge incineration plant of Tokyo, Koutou-ku (22-25th May 2011)
Soil from the surroundings of Tokyo (15-17th of May 2011)
Urines of children living in Fukushima town (19-21st of May 2011)

JUNE 2011:
Soils and pasture from Fukushima and Miyagi prefectures (5th of May 2011 – 4th of July 2011)
Tap water from Fukushima and Miyagi prefectures (8th of June 2011 – 19th of June 2011)
Vegetables from Fukushima-city (18th of June 2011 – 20th of June 2011)

JULY 2011:
Vegetables and milk from Fukushima-city and Miyagi (3rd of July 2011 – 5th of July 2011)
• Fishes collected by Greenpeace (23rd of May and 23rd – 24th of July 2011)
• Follow up of radioactivity monitoring and new analysis of urines of children (July 2011)
• Soils from the Hokkaido, Kanagawa, Miyagi and Fukushima prefectures (28th of June – 31st of July 2011)
• Potatoes from the Fukushima prefecture (July 2011)

AUGUST 2011:
Fishes and seaweeds from Tohoku provided by Greenpeace (19th of August – 22nd of August 2011)

SEPTEMBER 2011:
Fishes and seaweeds from Tohoku provided by Greenpeace (13th of September – 14th of September 2011)
Samples from Fukushima Pref. (September 2011)

OCTOBER 2011:
Fishes and seaweeds from Tohoku provided by Greenpeace (12th of October – 13th of October 2011)

NOVEMBER 2011:
Urines and dust from vacuum cleaners (September – November 2011)
Study on mushrooms from Kawamata, Fukuhima Pref. (November 2011)

DECEMBER 2011:
Fish and oysters from Tohoku (November – December 2011)

JANUARY 2012:
Food from Ichinoseki in Iwate Pref. (May 2011 – January 2012)
House dust collected by vacuum cleaners in the Tohoku area (January 2012)

FEBRUARY 2012:
Urine from various prefectures of Japan (February 2012)

MARCH 2012:
Urine from various prefectures of Japan (March 2012)

APRIL 2012:
Foodstuffs from Japan (July 2011 – April 2012)
Urine from various prefectures of Japan (April 2012)

MAY 2012:
Urine from various prefectures of Japan (May 2012)
Water and soils from various prefectures of Japan (February 2011 – May 2012)

JUNE 2012:
Urine from various prefectures of Japan (June 2012)
Atmospheric deposition around the incinerator of Fuji – Shizuoka Pref. (June 2012) New
Analysis of a cyanobacteria wipe from Minami Soma, Fukushima Pref. (June 2012) New

JULY 2012:
Urine from various prefectures of Japan (July 2012) New

AUGUST 2012:
Urine from various prefectures of Japan (August 2012) New

SEPTEMBER 2012:
Foodstuffs from Japan (September 2012) New
Urine from various prefectures of Japan (September 2012) New

OCTOBER 2012:
Urine from various prefectures of Japan (October 2012) New

NOVEMBER 2012:
Urine from various prefectures of Japan (November 2012) New
House dust collected by vacuum cleaners from various prefectures (November 2012) New

DECEMBER 2012:
Urine from Fukushima prefecture (December 2012) New

JANUARY 2013:
Dietary Supplement – Coral Calcium from Okinawa island (January 2013) New
Urine from Miyagi prefecture (January 2013) New
See data below


ENVIRONMENTAL SAMPLES : ACRO’s RESULTS

Comments :

The contamination is very large and comparable to the environment of Chernobyl.
The Maeda field of Iitate-mura is the most contaminated place.
Iodine contamination is the largest and it is better to evacuate the population.
On the long time range, cesium 137 is the most worrying element because it has a half-life of 30 years.

Regarding the results expressed in Bq/kg of soil, most of them are higher than the limit fixed by the Japanese authorities at 5 000 Bq/kg for agriculture. Rice cannot be cultivated.

The data expressed in Bq/m² can be compared to the definition of the zones in Byelorussia after the Chernobyl disaster (law of 1991) :
185 000 – 555 000 Bq/m²: migration allowed
555 000 – 1 480 000 Bq/m²: right to rehousing

Most of the results are higher than one of these limits.

Read the press release in French (11th of April 2011)
Download the analysis report for the first samples

tab_en_camp_1_sols_kg

tab_en_camp_1_sols_m2

tab_en_camp_1_eaux

()


FOOD PRODUCTS : ACRO’s RESULTS

Comments :

The results show that the four samples collected in the Sendai area (80 km from Fukushima dai-ichi) are tainted with artificial radionuclides released from the crippled NPP.

Densities of cesium 137 measured in the vegetables (Chinese cabbage, komatsuna and tsubomina) are above the limits set by Japanese authorities (500 Bq/kg). These vegetables should not be eaten.

tab_res_leg_en
()


VEGETABLES BOUGHT IN A SUPERMARKET IN OSAKA : ACRO’s RESULTS

tab_en_leg_3
ND: Not Detected

()


 

ANALYSIS OF THE SOIL IN VARIOUS LOCATIONS IN JAPAN (12-18th APRIL 2011) : ACRO’s RESULTS

Comments :

ACRO has analyzed samples collected in various locations in Japan by Japanese citizens. Except for Kobe, all these samples are contaminated by numerous radioelements coming from the fallouts of Fukushima.
The large densities in the straw are due to the fact that straw is light: the same amount of pollution falling on a square meter gives a contamination per kilogram far larger with straw than with soil.
The previous analysis that we did on soil samples coming from Fukushima prefecture showed that iodine 131 was dominating. But this element has a quite short half-life (8 days) and disappears relatively quickly: the densities measured this time are lower than the ones for caesium.
The tellurium 129m decays into iodine 129 that has a very long half-life: 16 millions years. This element should be carefully monitored in the surrounding the nuclear power plant.
A mid-term, caesium 137 will be the most problematic element: the densities measured are all below the limit of 5 000 becquerels per kilogram fixed by the Japanese authorities for the culture of rice.
If we calculated the contamination of the caesium 137 in becquerels per square meters, all the values in Fukushima prefecture are higher that the limit of 185 000 becquerels per square meter that gives right to migration in Byelorussia.
The contamination in the Miyagi prefecture is also quite large, confirming the large contaminations of the vegetables that we measured in this prefecture.

tab_en_sols_camp3_mass

tab_en_sols_camp3_surf

()


 SEAWATER COLLECTED ON THE 16th OF APRIL IN SOMA (FUKUSHIMA PREFECTURE) : ACRO’s RESULTS

Comments :

Normally, one should not be able to measure any contamination of the seawater.
Radioelements found in Soma, located at more than 40 km to the North of the power plant, come from the Fukushima plant. This pollution has the properties to accumulate in the marine life.
For example, iodine densities in seaweeds can be 1 000 to 10 000 times larger in the seawater. This factor ranges from 10 to 100 in fish and shellfish. Caesium can be 10 to 400 times more concentrated, depending on the species.

tab_en_eaumer_camp3

()


SEAWEEDS COLLECTED BY GREENPEACE INTERNATIONAL (05-09th may 2011) : ACRO’s RESULTS

Greenpeace press release here
Download the analysis report in English
Complete Greenpeace marine monitoring results

The seaweeds collected by Greenpeace International up to 80 km South of the Fukushima NPP are all but one contaminated with an alarming level.

The concentration of iodine-131 far exceeds the limit of 2000 Bq/kg set by the Japanese Government.

Contamination of cesium 134 and 137 is also significant and allways exceeds the limit of 500 Bq/kg set by the Japanese authorities.

The algae were harvested nearly a month after plugging the leak of reactor No. 2 that massively contaminated the sea. This shows that, contrary to what had been announced, the pollution persists.

If seaweeds are contaminated to such levels, sea water must be contaminated too. But the analysis done by the Japanese authorities should be more stringent: below the detection limit of 4 Bq/l for iodine 131, 6 Bq / L for cesium 134 and 9 Bq / l for cesium 137, it is said “undetectable”. It is necessary to have lower limits, because marine life tends to concentrate the pollution. Pollution of iodine can be 1000 times higher in algae than in water.

tab_res_alg_gp_en

()


Grass collected in Ishikawa Prefecture (14th of May 2011)

110621 herb en
()


Soil, vegetables and water of the South of Miyagi Prefecture (14 – 18th of May 2011) 

Download the analysis report in English

Comments :

All the vegetables from the South of Miyagi Prefecture are contaminated at level that allows shipping.
The soil samples of the farms where these vegetables were collected are also all contaminated at levels that allow rice farming. In all cases, contamination of cesium is less than 5 000 Bq/kg that is the limit set by the Japanese authorities.
Nevertheless, it is important to note that there is no safety limit in term of radioactivity.
Surface contamination of farm F is above the Belarusian limit of 37,000 Bq/m2 involving a regular monitoring.
None of the water samples is tainted.

sols miyagi kg en

sols miyagi m2 en

leg miyagi en

eaux miyagi en

()

Surrounding of the sludge incineration plant of Tokyo, Koutou-ku (22-25th May 2011)

Comments :

The surroundings of the sludge incineration plant located in Tokyo Bay are highly contaminated. This pollution is probably largely due to the fume of the incineration plant that burned radioactive sludge. The surface contamination of cesium-137 is above the Belarusian limit of 37,000 Bq/m2 involving a regular monitoring.
Contamination of plants is also high. The sharp difference between the dry grass and moss is due to the fact that the results are expressed per kilogram of material.
There should be a more detailed monitoring of the contamination in the area.

sols koutou ku kg en

sols koutou ku m2 en

leg koutou ku en

()

Soil from the surroundings of Tokyo (15-17th of May 2011)

Comments :

All soil samples taken near Tokyo are contaminated by fallouts from the disaster of the Fukushima NPP  at significant levels.
In the city of Kashiwa (Chiba prefecture), the surface contamination of cesium-137 is above the Belarusian limit of 37,000 Bq/m2 involving a regular monitoring.
There should be a more detailed study of the contamination in the area.

sols env tokyo kg en

sols env tokyo m2 en
()


Urines of children living in Fukushima town (19-21st of May 2011)

ACRO press release
Download analysis report

urine en
()


Soils and pasture from Fukushima and Miyagi prefectures (5th of May 2011 – 4th of July 2011)

Download analysis report

Comments :

All the soil samples are contaminated by cesium 134 and 137 coming from the fallout of the Fukushima accident. All the mass contaminations are lower than the limit of 5 000 Bq/kg fixed by the Japanese authorities for  rice farming.
The first two samples in table (from Gyufun and Ochiba) were collected in a greenhouse, protected from the rain, and are therefore less contaminated.
In two places, the surface contamination exceed 37 000 Bq/m2 involving q regular monitoring in Belarus.
Pasture is also contaminated by cesium 134 and 137 at levels that allows grazing.

tab 110629 sols kg en

tab 110629 sols m2 en

tab 110629 pature en


tab 110711 herb en
()

Tap water from Fukushima and Miyagi prefectures (8th of June 2011 – 19th of June 2011)

tab 110629 eaux en

 Vegetables from Fukushima-city (18th of June 2011 – 20th of June 2011)

tab 110629 leg en
()


Vegetables and milk from Fukushima-city and Miyagi (3rd of July 2011 – 5th of July 2011)

tab 110711 leg en

tab 110711 lait en
()


Fishes from Onahama port, Fukushima Pref. (23rd of May 2011 and 23rd-24th of July 2011)

These fishes were collected by Greenpeace from fishermen of Onahama port in Fukushima pref.

They are all contaminated. Some of them have a total concentration in cesium that is higher than 500 Bq/kg that is the limit fixed by Japanese authorities for food.

If fishes are contaminated to such levels, sea water must be contaminated too. But the analysis done by the Japanese authorities should be more stringent: below the detection limit of 4 Bq/l for iodine 131, 6 Bq / L for cesium 134 and 9 Bq / l for cesium 137, it is said “undetectable”. It is necessary to have lower limits, because marine life tends to concentrate the pollution.

fishGP
± 2σ

()


Follow up of radioactivity monitoring in urines of 10 children from Fukushima city (july 2011)

ACRO press release

Comments :

At the request of Japanese citizens, ACRO analyzed the urine of 18 Japanese children from the prefecture of Fukushima and from Tokyo and its surroundings.

All the 15 children from Fukushima have or had their urine contaminated with radioactive fallout from the nuclear accident located approximately 60 km away. This means that children themselves have been or are contaminated. However, we did not detect any contamination in the urine of the three children from Tokyo and surroundings.
While the tests performed by the Japanese authorities give about one child from Fukushima out two that is contaminated, we get 100%. This reflects the fact that the official measurements are not accurate enough and did not detect all contaminations.

The first 10 children are the same as in our previous measurement campaign (results released June 30). 9 of them have left the province of Fukushima since. Only one remained (U2).
U6 child was evacuated in end of March. U3 and U4 children were evacuated in the end of May. 3 left late June, early July and three others at the beginning of the school holidays from July 22.

Finally, five new children live nearby Fukushima-city. One of them was evacuated in the middle of May (U14).

U11 and U12 attend the same high school where they frequently practice sports on the same playground. The difference in the contamination could be due to food.

More than four months after the massive discharges of radioactivity into the environment, all children still in Fukushima at the time of urine sampling were contaminated, although their parents do their best to reduce this contamination. Evacuation is a way to reduce contamination. Variations in internal contamination between different children might be due to food.

It is important to conduct an accurate, systematic and regular monitoring of internal contamination of children from Fukushima. Families must have access to the measurement of radioactivity to help them reduce this contamination.

110802 urine1 en
± 2
σ

Radioactivity analysis in urines of other 5 children from the Fukushima prefecture (july 2011)

110802 urine2 en
± 2
σ

 Radioactivity analysis in urines of 3 children around tokyo ( july 2011)

110802 urine3 en

()


Soils from the Hokkaido, kanagawa, miyagi and fukushima prefectures (28th of June – 31st of July 2011)

Comments :

At Kosugō, in Shiraishi-city, located in the southern part of Miyagi Pref. at 75 km of the Fukushima NPP, the total contamination of cesium reachs 343 000 Bq/m2. In Belarus, the population would be eligible to migration.
In the city of Kakuta, located in Miyagi Pref. at 66 km of the plant, the total contamination of cesium is 163 000 Bq/m2. In Belarus, this would imply a regular radiation monitoring.
There is a significant contamination in Yokohama located at about 300 km of the plant. Furano-city in Hokkaido, is at 670 km of the plant.

110811(04) sols kg en

110811(04) sols m2 en

()

potatoes from the fukushima prefecture (july 2011)

110811 pdt en

()


Fishes and seaweeds from Tohoku (19th of August – 22nd of August 2011)

Fishes and seaweeds provided by Greenpeace

110830 poiss en

110830 alg en

()


Fishes and seaweeds from Tohoku (13th of september – 14th of september 2011)

Fishes and seaweeds provided by Greenpeace

110920 poiss en

110920 alg en
()


Samples from fukushima pref. (september 2011)

Samples brought back by a French film director. Indications on the location are not confirmed.
The hotspot from Kawamae-cho is known by the inhabitants.

johnson sols en

johnson vgtx en
()


Fishes and seaweeds from Tohoku (12th of october – 13th of october 2011)

Fishes and seaweeds provided by Greenpeace

111017 poiss en
ND: Not Detected

111017 alg en
ND: Not Detected
()


urines and dust from vacuum cleaners (september – november 2011)

ACRO press release (from December 15th at 10am)

House dust

ACRO has analysed dust of vacuum cleaners from 13 dwellings. Excepted Osaka, chosen as a reference because it is located 600 km from the plant, all dust samples are contaminated with cesium 137 and 134 following the catastrophe of Fukushima.

It is in the district of Watari of Fukushima-city that the contamination is highest with almost 20,000 becquerels per kilogram for both cesium. This district, located about fifty kilometres from the plant, is known to be particularly contaminated and the sale of rice is prohibited.

Homes are also significantly contaminated in Ichinoseki in Iwate province to the north and in Kashiwa in Chiba to the south, situated in the northern suburbs of Tokyo. In both cities, located about 200 km of the plant, contaminated dust is nearly 6,000 becquerels per kilogram.

We don’t know from when the dust was collected by the vacuum cleaners. In Japan, one removes shoes before entering home.

111215 tab dust en

Urines of children from Tohoku

ACRO has also continued to analyse the urine of children at the request of Japanese citizens. Even if there is not 100% of the urine contaminated in Fukushima prefecture, which is good news, many children continue to be contaminated at levels that do not decrease from the levels we measured in May.

Some of these children live in homes where we controlled the dust from the vacuum cleaner. But it does not seem to be any clear correlation between the contamination of dust and urine. This leads us to point the finger to the food as the main contributor to the internal contamination.

Urine is the most contaminated in Ichinoseki in Iwate prefecture located 200 km from the crippled nuclear plant.

111215 tab urines en

Urines of children from Kantô

For the first time, we found a contamination of the urine of a child in Tokyo. This probably comes from the diet.

111215 tab urines2 en

()


Study on mushrooms from Kawamata, Fukuhima Pref. (November 2011)

Comments :

Fresh mushrooms (hiratake) were first analysed. There were soaked in water during half an hour and cooked during 15 minutes in acid (water+vinegar) or salted water. After these processes, it appears that only 11% of the caesium was transferred to the soaking water. But between 31 and 32% of the caesium was transferred to the cooking water.

120107 champ en

()


Fish and oysters from Tohoku (November – December 2011)

Comments :

French journalists brought these fishes and oysters back. The concentration in caesium in fishes is lower than the actual limit of 500 Bq/kg. But for two of these fishes, it is higher than the future limit of 100 Bq/kg.

120107 fish tha en

()


Food from Ichinoseki in Iwate Pref. (May 2011 – January 2012)

120107 vgtx en
()


House dust collected by vacuum cleaners in the Tohoku area (January 2012)

The ACRO also analyzed new samples of house dust collected by vacuum cleaners in Miyagi and Fukushima Pref.: we confirm that all the dust is contaminated with high levels. For comparison, the Japanese authorities have set the limit at which a waste is considered as radioactive at 8000 Bq/kg. Two of the samples of dust that cannot be put in garbage.
Systematic monitoring of contamination of houses seems necessary.

dust 120222 en
()


Urine from various prefectures of Japan (February 2012)

ACRO continues to face a large demand for urine testing from Japan at the request of local NGOs or individuals and to provide free analysis. This time, the urines come from prefectures that further from the Fukushima NPP.
Results show that urines are still contaminated almost one year after 3/11 and are contaminated in places located as far as Oshu (Iwate Pref.) at about 220 km from the NPP. In Miyagi Pref. that is closer, urines are also contaminated. It is particularly the case in Marumori.
Sample n°11 comes from the same girl from Ichinoseki as the last time. We notice a significant decrease of the contamination. Parents were eating vegetables from the Grandparents’ garden without expecting that they could be contaminated. The urine test provided by ACRO allowed them to change their food habits and protect themselves.

tab urines 120222 en

tab urines 120222 part en
()


Urine from various prefectures of Japan (March 2012)

Comments (analyzed urine from March to June 2012)

urine tab1 0312 en

urine tab2 0312 en

()


Foodstuffs from Japan (July 2011 – April 2012)

food tab1 2012 en

lait mater 2012 en

food tab2 2012 en

()


Urines from various prefectures of Japan (April 2012)

Comments (analyzed urine from March to June 2012)

urines 0412 tab1 en

urines 0412 tab2 en

()


Urine from various prefectures of Japan (May 2012)

Comments (analyzed urine from March to June 2012)

urines 0512 tab en

()


Water and soils from various prefectures of Japan (February 2011 – May 2012)

env eaux 0512 en

env sols 0512 en

()


Urine from various prefectures of Japan (June 2012)

urines 0612 tab en

Comments (analyzed urine from March to June 2012)

The French NGO ACRO is still facing a large demand of urine testing from Japan and thus continues its assistance. Here are 59 new results.
All results of analyzes on children in Tokyo and its suburbs show no contamination, except for a child in the city of Matsudo, Chiba pref..
Not so far from the Fukushima NPP, there are still children with contaminated urine, more than a year after the massive discharges into the environment. This is particularly the case in the province of Fukushima, but also in the neighbouring prefectures of Miyagi and Tochigi. These contaminations are low, but persist over time.
At Kurihara, Miyagi prefecture, they are all children of farmers who eat farm products. Contamination levels of the urine are similar ranging from 1.68 to 2.5 Bq / l for both caesium.
For 5 people, it was a follow up. In all cases, there is a decrease in contamination, which shows the merit of this kind of test that helps people to be careful.

()


Atmospheric deposition around the incinerator of Fuji – Shizuoka Pref. (June 2012)

incinerateurjuin2012

()


Analysis of a cyanobacteria wipe from Minami Soma, Fukushima Pref. (June 2012)

cyanobactjune2012

()


Urine from various prefectures of Japan (July 2012)

uirnesjuly2012

()


Urine from various prefectures of Japan (August 2012)

urinesaug2012

()


Foodstuffs from Japan (September 2012)

denreesalimsept2012

()


Urine from various prefectures of Japan (September 2012)

urinessept2012
()


Urine from various prefectures of Japan (October 2012)

urinesoct2012

()


Urine from various prefectures of Japan (November 2012)

urinesnov2012

urinesnov2012_2

()


House dust collected by vacuum cleaners from various prefectures (November 2012)

dustnov2012
()


Urine from Fukushima prefecture (December 2012)

urinesdec2012

()


Dietary Supplement – Coral Calcium from Okinawa island (January 2013)

calciumcoraljan2013

()


Urine from Miyagi prefecture (January 2013)

urinesjan2013

Donate for ACRO or Japan:





()

Ancien lien

Centrale Nucléaire de Fukushima dai-ichi : Reconstitution des évènements

Après avoir réussi à pénétrer dans les réacteurs, TEPCo a récupéré de nombreuses données qu’elle a rendues publiques le 16 mai. Cela a permis de réécrire les évènements qui ont conduit à la catastrophe nucléaire. Nous tentons ici de reconstruire une chronologie précise et factuelle à partir des éléments publiés dans la presse japonaise pour l’essentiel.
Elle est encore très lacunaire et sera complétée petit à petit en fonction de notre temps disponible.
Page mise à jour régulièrement, veuillez actualiser pour les dernières nouvelles.


Dimanche 24 juillet 2011, l’autorité de sûreté nucléaire japonaise a rendu publiques sur son site Internet les cartes d’estimation des rejets jours après jours depuis le début de la catastrophe. Il y en a environ 600. C’est en japonais…

19 décembre 2001

TEPCo exclut en une note d’une page qu’un tsunami puisse endommager la centrale. Cela a suffi aux autorités. Ce document ne sera jamais remis à jour, malgré les progrès en sismologie.

7 mars 2011

TEPCo, consciente depuis 2008 qu’une vague de plus de dix mètres peut venir frapper la centrale de Fukushima, a remis à l’autorité de sûreté nucléaire des simulations d’un tel scénario. Ces travaux remontent à avril – mai 2008, mais la compagnie n’a rien fait pour protéger la centrale. Les simulations étaient basées sur une vague de 10,2 mètres frappant les réacteurs n°5 et 6, de 9,3 mètres pour le réacteur n°2 et 8,4 mètres pour les réacteurs 1, 3 et 4. Le séisme envisagé était d’une magnitude de 8,2.
La commission en charge de faire un diagnostique ds causes de l’accident a trouvé ce document à la fin août 2011. Cela contredit les affirmations de TEPCo qui qualifiait de séisme d'”inimaginable”.


Avant le tremblement de terre du 11 mars 2011, seuls les réacteurs n°1, 2 et 3 fonctionnaient. Les réacteurs n°4, 5 et 6 étaient à l’arrêt. Le coeur du réacteur n°4 étaient entièrement déchargé.

Vendredi 11 mars 2011

14h46 : Tremblement de terre d’une magnitude de degré 9,0. Quelques secondes plus tard, l’arrêt d’urgence est enclenché dans les 3 réacteurs en fonctionnement. Le groupe électrogène de la cellule de crise de la centrale, située à Okumamachi à 5 km de la centrale, démarre automatiquement quand l’électricité est coupée. Il ne fonctionnera qu’une heure environ.

Vers 14h50 : Yukio Edano, secrétaire général et porte-parole du gouvernement japonais, arrive à résidence du premier ministre et se rend immédiatement au centre de crise. Le Premier Ministre arrivera peu de temps après.

14h52 : Le circuit de refroidissement de secours du réacteur n°1 s’est enclenché automatiquement.

15h03 : La pression baisse soudainement dans le réacteur n°1. TEPCo a confirmé que le système de refroidissement de secours a été arrêté manuellement, conformément aux procédures. Les enregistrements de pression dans ce réacteur conduisent TEPCo à penser que ce système de refroidissement a été remis en route puis arrêté plusieurs fois avant l’arrivée du tsunami.

Vers 15h : le pression remonte dans le réacteur n°1. Le groupe électrogène de la cellule de crise tombe en panne. Sans électricité, plus aucun accès aux données importantes n’est possible. Il n’était pas protégé contre les séismes… Les officiels de l’Agence de Sûreté nucléaire (NISA) s’intallent dans les locaux du Environmental Radioactivity Monitoring Center.

15h02 : Un système de refroidissement de secours s’enclenche sur le réacteur n°2. Il a été conçu pour que l’eau circule passivement, sans électricité. Par la suite, il sera actionné manuellement par les employés pour tenter de maintenir le niveau d’eau. Les batteries qui servent à le contrôler fonctionneront presque 3 jours.

15h27 : Plusieurs vagues de tsunami déferlent sur la centrale. La première, de 4 mètres, est arrêtée par la digue. La vague qui arrive 8 minutes plus tard, inonde la centrale. TEPCo a publié le 19 mai des photos destinées à la presse de l’arrivée du tsunami et de l’inondation de la centrale. Voir la page pour des photos de presse.
Les générateurs diesel de secours se sont tous arrêtés.

15h37 : Un mémo sur un tableau blanc de la salle de contrôle des réacteurs 1 et 2 indique SBO pour “station blackout”, ce qui signifie rupture de l’alimentation électrique. Le premier ministre a convoqué sa cellule de crise.

15h50 : Un mémo sur un tableau blanc de la salle de contrôle des réacteurs 1 et 2 indique “niveau d’eau inconnu”. TEPCo est incapable de connaître les autres paramètres du réacteur n°1.

15h52 : L’équipe A note pour le réacteur n°2 : injection d’eau du circuit de refroidissement de secours impossible.

Vers 16h30 : TEPCo aurait envoyé le message suivant à la résidence du premier ministre : “Il n’y a pas de problème pendant 8 heures, même sans refroidissement des réacteurs”. 8 heures correspond à la durée que les batteries de secours peuvent tenir en cas de rupture de l’alimentation électrique.

16h36 : Un mémo sur un tableau blanc de la salle de contrôle des réacteurs 1 et 2 indique “impossibilité d’injecter de l’eau dans le système de refroidissement de secours”. Cette information est parvenue immédiatement au gouvernement.

16h46 : L’état d’ugence est déclaré à la centrale de Fukushima : c’est la première fois au Japon.

Vers 16h40 : Les barres de combustible du réacteur n°1 auraient commencé à être exposées selon une estimation faite par la NISA le 6 juin à partir des données de TEPCo.

Vers 17h, TEPCo a appelé ses centrales voisines pour qu’elles envoient des camions générateur d’électricité à la rescousse, soit 80 minutes après la perte de l’alimentation électrique. Les camions tardent à arriver à cause des routes endommagées et des bouchons.
Le Premier Ministre Naoto Kan s’adresse à la nation pour lui dire : “Alors que des centrales nucléaires se sont arrêtées automatiquement, il n’y a pas eu de confirmation de rejet radioactif dans l’atmosphère pour le moment”. Son opinion reflète l’avis des experts du gouvernement.
Selon l’évaluation faite le 6 juin 2011 par la NISA, les barres de combustible du réacteur n°1 commencent à être exposées.

17h12 : Le directeur de la centrale, Masao Yoshida, donne l’ordre d’étudier les différentes possibilités d’injecter de l’eau dans les réacteurs n°1 et 2, y compris à l’aide de camions pompier.

17h16 : Plus de lumière dans la salle de contrôle du réacteur n°2

Vers 17h30 : Selon l’estimation faite a posteriori, l’eau s’est évaporée dans la cuve du réacteur n°1. Le coeur chauffe.
TEPCo a mesuré une augmentation de la radioactivité ambiante dans les environs de la centrale, mais n’aurait pas transmis cette information au gouvernement avant 21h.

17h50 : Augmentation soudaine de radioactivité dans la salle de contrôle du réacteur n°1 et le bâtiment turbine.

18h12 : Impossibilité de connaître le niveau de l’eau dans le réacteur n°2

18h18 : Des employés ont ouvert la valve d’évacuation de la vapeur vers un condenseur où l’eau obtenue doit retourner vers le réacteur pour le refroidir. Les employés sont incapables de confirmer qu’il y a de l’eau dans le condenseur et que le système le fonctionne normalement : ils refermeront la valve à 18h25 pour éviter d’endommager la tuyauterie et entraîner des fuites radioactives. Le directeur de la centrale n’a, semble-t-il, pas été informé de la manoeuvre. Ce n’est que vers minuit que le directeur réalisera que ce système de refroidissement a été arrêté manuellement. Et c’était le seul système de refroidissement disponible…
Par ailleurs, TEPCo découvrira, en octobre 2011, que le condenseur en question est plein à 65%…
La compagnie a expliqué en novembre 2011 que sans les condenseurs, la fusion aurait eu lieu en 4 heures, et qu’avec l’utilisation des condenseurs vers 18h, elle aurait eu lieu en 7 heures, soit avant 22h. On se demande à quoi ils servent…

18h20 : TEPCO demande à la compagnie de production d’électricité du Tohoku d’envoyer des camions de production de l’électricité.

Vers 18h30 : La température du coeur du réacteur n°1 a atteint 2 800°C selon une estimation faite a posteriori par TEPCo (contradictoire avec l’info de 18h18…)

18h42 : Impossibilité d’utiliser les téléphones mobiles.

Vers 19h : Installation de la cellule de crise des autorités régionnales. Faute d’électricité, cette cellule et celle de la NISA utiliseront les mêmes locaux et se gèneront mutuellement.

19h03 : La possibilité d’une fusion du coeur semble être évoquée pour la première fois dans la cellule de crise auprès du premier ministre. Accusé de n’avoir pas garder les minutes ni fait de compte rendu de ses réunions de crise, le gouvernement a rassemblé des notes éparses prises par plusieurs participants et a publié un rapport de 76 pages en mars 2012. C’est dans ces notes qu’il est rapporté que quelqu’un a évoqué sérieusement la fusion du coeur. Cette hypothèse ne sera jamais rendue publique.

Vers 19h30 : Début estimé a posteriori de la fusion du coeur du réacteur n°1 (cela correspond à l’heure de la première estimation qui a été révisée depuis).

19h45 : Koichiro Nakamura de la NISA a déclaré lors d’une conférence de presse : “Bien que l’eau continue à être pompée dans les réacteurs, nous ne connaissons pas le niveau”. Le secrétaire et porte parole du gouvernement, Yukio Edano, explique pourquoi l’état d’urgence a été déclaré à la centrale de Fukushima : “Si l’on peut répondre à la crise en un temps donné, les soucis et problèmes seront résolus. Pour le moment, la situation est telle que les dommages sont peu probables. Parce que les effets de ce qui pourrait se produire sur de grandes distances sont très graves, nous avons répondu par la déclaration [d’urgence] pour être sûr que rien de mal ne se passera”. Et d’ajouter : “Il n’y a pas de fuite radioactive et il n’y aura pas de fuite”.

Vers 20h : La fusion du coeur du réacteur n°1 aurait eu lieu selon une estimation faite par la NISA le 6 juin à partir des données de TEPCo. La cuve est abimée.

20h45 : Les autorités de la province de Fukushima ne peuvent plus attendre les instructions du gouvernement central et demandent l’évacuation des habitants vivant dans un rayon de 2 km autour de la centrale. C’est le rayon utilisé lors des exercices de crise.

Vers 21h15 : Des employés tentent de ventiler le réacteur n°1, mais échouent.

21h23 : Le gouvernement ordonne l’évacuation dans un rayon de 3 km et confine les habitants vivant entre 3 et 10 km. Aucune fuite n’aurait été détectée selon le gouvernement.

Vers 21h30 : Des employés notent qu’ils ont essayé de ventiler le réacteur n°1, mais que le niveau de radiations était trop élevé et ils ont dû abandonner.
Des employés rouvrent la valve d’évacuation de la vapeur vers un condenseur (cf 18h18 plus haut).
La Japan Nuclear Energy Safety Organization (JNES), chargée par la NISA d’étudier l’évolution de coeurs de réacteurs, envoie les résultats de ses simulations effectuées grâce au Emergency Report Support System (ERSS) à la NISA pour le réacteur n°2. Ces prédictions disaient : à 22h50 le coeur du réacteur va être exposé à l’air ; à 24h50, fusion du coeur. Ces résultats seront transmis au cabinet du premier ministre mais ne seront pas utilisés. Ils seront rendus publics le 2 septembre 2011…

21h51 : TEPCo interdit l’entrée dans le réacteur n°1 à cause du trop fort niveau de radiations : jusqu’à 290 millisieverts par heure ont été détectés dans le bâtiment réacteur. L’ordre venait directement du PDG de TEPCo, Masataka Shimizu. Ce niveau de radiation laisse penser que la fusion du coeur avait commencé et qu’il y a des fuites de gaz radioactif et d’hydrogène. Mais la compagnie n’en a pas informé la NISA avant minuit ce même jour. Les données pour le réacteur n°3 seront aussi transmises, mais pas celles pour le réacteur n°1…

22h : Suite à l’accident de criticité de Tokai-mura, des centres de crise ont été installés à proximité de chaque centrale nucléaire au Japon. Celui de Fukushima dai-ichi, situé à 5 km de la centrale, n’était quasiment pas fonctionnel : le générateur diesel de secours n’a pas démarré et le débit de dose était élevé. A 22h, il n’y avait que 3 organisations présentes sur la vingtaine attendue.

Selon le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur la catastrophe de Fukushima, moins de 20% des habitants des 12 municipalités situées à moins de 20 km sont au courant qu’il y a un problème à la centrale nucléaire. Dans certaines municipalités, il faudra presque 2 jours pour que la moitié des habitants soient prévenus.

22h44 : La NISA transmet au cabinet du 1er ministre les résultats de la simulation Japan Nuclear Energy Safety Organization (JNES) prédisant une fusion rapide du coeur (voir 21h30).

23h : Les camions générateur d’électricité de la compagnie du Tohoku arrivent à la centrale. Ils ont eu du mal à avancer car la nuit, les flaques d’eau du tsunami, les débris… ont géné leur progression. Une fois sur place, il est difficile de brancher les camions sur les circuits électriques de la centrale à cause de l’inondation. De plus, le cable électrique était trop court.

Vers 24h : Le vice-ministre de l’Industrie, Motohisa Ikeda, arrive de Tokyo à la cellule de crise avec des officiels de la NISA. Ils s’intallent dans les locaux provisoires, les seuls alimentés en électricité. La liaison directe avec Tokyo est coupée.

Samedi 12 mars 2011

0h06 : Le directeur de la centrale, Masao Yoshida, donne l’ordre de se préparer à ventiler le réacteur n°1 car la pression monte. Mais il n’y a pas de procédure écrite pour ouvrir les valves manuellement en cas de rupture complète de l’alimentation électrique. La compagnie a dû envoyer des employés dans le réacteur pour aller chercher les plans de la valve et vérifier si elle pouvait être actionnée manuellement. Heureusement, c’était bien le cas.

0h17 : La NISA transmet à nouveau au cabinet du 1er ministre les résultats de la simulation Japan Nuclear Energy Safety Organization (JNES) prédisant une fusion rapide du coeur (voir 21h30 la veille).

Vers 1h30 : Le président de la Commission de sûreté nucléaire, Haruki Madarame, et des cadres de TEPCo se rendent à la résidence du premier ministre et informent Naoto Kan et Banri Kaieda, le Ministre de l’industrie, que la pression montait dans le réacteur n°1. Madarame explique qu’il vaut décompresser le réacteur et donc ventiler des gaz vers l’extérieur pour garantir l’intégrité de l’enceinte de confinement. Bien que cela risque d’entraîner des rejets radioactifs, Kan et les autres représentants du gouvernement donnent leur accord car c’est inévitable.
La NISA a aussi avec elle des prévisions de retombées radioactives issues du logiciel SPEEDI, conçu pour aider à la décision concernant l’évacuation. Ces données, accompagnées d’une note les qualifiant de “pas très fiables”, ne seront pas transmises au premier ministre ni utilisées.

1h48 : Le refroidissement du réacteur n°1 s’arrête à cause d’un problème de pompe. La pression monte.

1h57 : La Japan Nuclear Energy Safety Organization (JNES) transmet à la NISA ses prédictions sur l’évolution du coeur du réacteur n°1. Ces données très utiles ne seront jamais retransmises au cabinet du 1er ministre. Elles ne seront donc jamais utilisées et ne seront connues que le 2 septembre 2011.

Vers 2h30 : La pression dans le réacteur n°1 approche les 0,853 MPa (8,53 bar), soit le double de la pression normale. C’est le seuil à partir duquel le manuel d’urgence impose une décompression du réacteur.

Vers 3h : Un électricien arrive à redémarrer le groupe électrogène des locaux de la cellule de crise. La pompe qui alimente en diesel avait un commutateur mal réglé. Elle avait été inspectée en février 2011… La NISA devra évacuer cette cellule de crise dans la journée à cause du niveau ambiant de radioactivité et du manque d’eau et nourriture.

3h12 : Yukio Edano, le secrétaire et porte parole du gouvernement, évoque la ventilation du réacteur n°1 lors d’une conférence de presse. Il annonce aussi la visite du premier ministre sur le site de la centrale. On lui a demandé si la ventilation aurait lieu avant la visite du premier ministre. Edano a répondu que TEPCo se préparait à ventiler et que cela aurait lieu prochainement.

3h45 : Des ouvriers ont ouvert la double porte d’entrée du réacteur n°1 pour mesurer le taux de radiation et se préparer à ventiler le réacteur, mais après avoir aperçu une “brume blanche” à l’intérieur, ils l’ont immédiatement refermée, de peur d’être exposés.

Vers 5h : Les 4 inspecteurs de la NISA (autorité de sûreté nucléaire japonaise) qui étaient présents sur le site de la centrale au déclenchement de la catastrophe, quittent les lieux. Il reviendront le lendemain matin pour repartir le soir du 14 mars.

Les balises de contrôle de la radioactivité de la province de Fukushima ne peuvent, pour la plupart, par transmettre leurs données. Mais une vingtaine d’entre elles ont survécu au séisme et enregistré des données rendues publiques beaucoup plus tard. Il apparaît que le débit de dose dans plusieurs districts de la ville de Futaba augmente fortement. C’est le cas pour le district de Koriyama, situé à 2,5 km de la centrale : il passe de 0,04 ou 0,05 microsievert par heure à 0,48. C’est bien avant tout rejet massif “contrôlé”.

5h44 : Décision par le Premier Ministre d’évacuer dans un rayon de 10 km. Mais l’évacuation des 50 000 personnes concernées ne commencera pas avant 8h environ.

5h46 : De l’eau est injectée dans le réacteur n°1 à l’aide de camions incendie, soit 12 heures environ après que l’ordre ait été donné par le directeur de la centrale, Masao Yoshida. La principale cause de ce retard serait due à une cuve transportée par le tsunami qui barrait la route d’accès aux camions. 80 tonnes d’eau douce seront injectées pendant 9 heures, jusqu’à tarissement de la source d’eau.

Vers 6h : Selon l’estimation faite a posteriori par TEPCo, le coeur du réacteur n°1 a entièrement fondu. De l’eau douce est injectée dans le réacteur. Aucune information sur la ventilation du réacteur n°1 n’est arrivée à la résidence du premier ministre.

Le débit de dose au niveau de la balise des autorités régionales située dans le district de Koriyama de la ville de Futaba à 2,5 km de la centrale est de 2,94 microsieverts par heure (contre 0,04 – 0,05 en temps normal). C’est avant tout rejet massif “contrôlé”.

Selon le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur la catastrophe de Fukushima, seulement 36% des habitants d’Ôkuma et 29% de ceux de Futaba sont au courant de l’accident.

6h14 : Le premier ministre Naoto Kan ne peut plus attendre et décide de se rendre sur le site de la centrale avec un hélicoptère des forces armées.

6h50 : Le ministre de l’industrie a ordonné à TEPCo d’actionner manuellement la valve pour ventiler le réacteur n°1.

7h11 : Arrivée du premier ministre sur le site de la centrale où il se serait mis en colère et aurait exigé que la ventilation du réacteur ait lieu au plus vite. Le directeur de la centrale, Masao Yoshida, a réussi à rassurer le premier ministre en lui promettant une décision d’ici une heure. Après, les fonctionnaires du cabinet du premier ministre ont traité directement avec M. Yoshida, ce qui a élargi le fossé avec la direction de TEPCo à Tokyo.

Vers 8h : Les données de mesure de pression à l’intérieur de l’enceinte de confinement du réacteur n°1 analysées fin mai suggèrent qu’une brèche de 3 cm de large est apparue.
L’exode massif dans la zone évacuée sur ordre du premier ministre (10 km) commence.

Vers 8h39 : Du tellure 132 est détecté à Namié, située à 6 km de la centrale, à une concentration de 73 becquerels par mètre cube. C’est la signature que le combustible a atteint une température supérieure à 1 000°C et commencé à fondre. Information rendue publique le 3 juin 2011, par la NISA qui a reconnu l’avoir caché.

Vers 9h : La température de la cuve du réacteur n°1 a atteint 300°C, ce qui est plus du double que ce qu’elle est supposée pouvoir supporter (138°C). A cette température, les joints sont endommagés et l’étanchéité est perdue. De l’eau très radioactive a fui. La température a continué à monter.

15 microsieverts par heure sont mesurés dans le district de Sakaï à Namié par les autorités régionales et 14 microsievert par heure dans le district de Takasé (6 heures avant l’explosion hydrogène !). De nombreux réfugiés sont présents. Personne n’est au courant.

Le débit de dose au niveau de la balise des autorités régionales située dans le district de Koriyama de la ville de Futaba à 2,5 km de la centrale est de 7,8 microsieverts par heure (contre 0,04 – 0,05 en temps normal). C’est avant tout rejet massif “contrôlé”.

9h04 : Des travailleurs sont envoyés pour commencer les opérations visant à ventiler de la vapeur d’eau du réacteur n°1 afin de faire baisser la pression et éviter ainsi un endommagement de la cuve. Faute d’électricité, ils ne peuvent pas le faire à distance et ils sont retardés par de fortes radioactivités. Le premier ministre a quitté la centrale depuis une heure environ.

9h15 : La valve MO de dépressurisation de l’enceinte de confinement du réacteur n°1 est ouverte manuellement à 25%. 15 minutes plus tard les ouvriers renoncent à ouvrir manuellement la valve AO à cause du niveau trop élevé de radiations.

Vers 10h : Le débit de dose au niveau de la balise des autorités régionales située dans le district de Yamada de la ville de Futaba à 5,5 km de la centrale est de 32,47 microsieverts par heure (contre 0,04 – 0,05 en temps normal). C’est avant tout rejet massif “contrôlé”.

10h17 : Les ouvriers auraient réussi à ouvrir la petite vannes AO et à ventiler le réacteur n°1 à partir la salle de contrôle. 10 minutes plus tard, le niveau de radiation à l’extérieur du réacteur n°1 augmente rapidement. L’opération semble un succès. Les niveaux sont redevenus normaux près de 30 minutes plus tard. La pression à l’intérieur de l’enceinte de confinement ne semble pas avoir baissé et TEPCo ne peut pas dire s’il y a eu ventilation ou non.

11h36 : Le système de refroidissement de secours (reactor core isolation cooling, RCIC) du réacteur n°3 s’arrête.
Le niveau de l’eau dans le réacteur commence à baisser.

Vers 12h : TEPCo envisage d’injecter de l’eau de mer dans le réacteur n°1. Les données sur la pression du réacteur n°2 analysées fin mai suggèrent qu’une brèche d’une dizaine de cm de diamètre est apparue dans l’enceinte de confinement.

Peu après 12h : La pression dans l’enceinte de confinement du réacteur n°1 atteint les 600 kilopascals, ce qui est plus que la limite prévue de 427 kilopascals.

12h35 : Un système de refroidissement de secours à haute pression (high-pressure coolant injection, HPCI) est mis en route automatiquement dans le réacteur n°3. La pression est descendue sous les niveaux standards et le réacteur a commencé à vibrer anormalement. La personne en charge du système arrêtera donc le HPCI manuellement, de peur des fuites.
La population est complètement évacuée dans un rayon de 3 km.

Vers 13h : La NISA a estimé que si TEPCo n’arrive pas à ventiler le réacteur n°1, l’enceinte de confinement ne tiendra pas plus de dix heures. Une rupture de cette enceinte pourrait entraîner des rejets massifs et rendre la centrale inaccessible. Cette information n’a été rendue publique que le 13 septembre 2011. Elle avait été faxée à la Nuclear Safety Commission of Japan à 14h02 le jour même.

Vers 14h : TEPCo envoie de l’air comprimé dans la grande valve MO du réacteur n°1 afin de l’ouvrir. Des sources internes mettent en doute l’ouverture de la valve car la pression de l’air comprimé n’était pas assez forte (Mainichi Shimbun, 24 juin).
Koichiro Nakamura, de la NISA, a annoncé, lors d’une conférence de presse : “C’est une fusion du coeur. Nous pensons que le combustible a commencé à fondre [dans le réacteur n°1]”. Cet avis est basé sur le fait que du césium a été détecté en dehors des réacteurs.
Plus tard, la NISA reviendra sur ces affirmations, en affirmant avoir des doutes sur la fusion. Ce n’est que le 7 juin que la NISA a reconnu qu’il y a bien eu fusion du coeur et le 30 novembre que presque tout le combustible [68 tonnes] a fondu, a traversé la cuve et a érodé le béton de l’enceinte de confinement sur une profondeur pouvant aller jusqu’à 65 cm.

14h30 : Tepco a procédé à une décompression volontaire du réacteur n°1 par un rejet atmosphérique “contrôlé et filtré”. La pression est passée de 755 kilopascals à 530 kilopascals dans l’enceinte de confinement. C’est toujours au dessus de la limite prévue. L’injection d’eau douce est stoppée. De la vapeur d’eau est visible au-dessus du réacteur n°1 : les personnes sur place applaudissent. C’est aussi le premier rejet massif de radioactivité “contrôlé”.

Vers 14h40 : Des détecteurs à l’extérieur du site mesurent du césium puis de l’iode radioactifs, ce qui suggère que le combustible est endommagé.

14h53 : Arrêt de l’injection d’eau douce dans le réacteur n°1, faute d’eau disponible. Le directeur de la cenrale, Masao Yoshida, donne l’ordre d’injecter de l’eau de mer.

Vers 15h : Les camions générateur sont branchés et le courant est revenu. TEPCo est prête à injecter de l’eau de mer borée dans le réacteur n°1. La compagnie annonce que la ventilation du réacteur n°1 a été un succès. Mais la pression a cessé de baisser dans l’enceinte de confinement du réacteur n°1 et recommence à monter lentement. Le gouvernement mentionne ce succès dans le rapport qu’il a rédigé pour l’AIEA sans faire de vérifications par lui-même. Comme le niveau de radioctivité ambiant n’aurait pas augmenté, des sources internes remettent en cause le succès de l’opération. De fait, TEPCo ne peut pas confirmer l’ouverture de la valve MO. (Mainichi Shimbun, 24 juin).

Le débit de dose au niveau de la balise des autorités régionales située dans le district de Kamihatori de la ville de Futaba est de 1 591 microsieverts par heure (contre 0,04 – 0,05 en temps normal).

15h20 : La NISA reçoit un fax de TEPCo qui l’informe de l’intention de la compagnie de ventiler le réacteur n°1. Il y a aussi une note en marge indiquant la possibilité d’injecter de l’eau de mer dans le réacteur n°1 aussitôt les préparatifs finis. Ce fax n’aurait été transmis au cabinet du premier ministre.

15h30 : Le réacteur n°2 vient tout juste d’être rebranché sur un camion-générateur. Il a fallu 40 personnes pour dérouler un cable de 200 mètres de long et pesant une tonne entre le camion et le tableau de distribution. 6 minutes plus tard, les débris de l’explosion du réacteur n°1 ont sectionné le cable, le rendant inutilisable…

15h36 : Une forte explosion hydrogène détruit partiellement le bâtiment abritant le réacteur n°1. Elle détruit le toit et les murs du bâtiment, et aussi les cables d’alimentation, coupant à nouveau le courant. 4 ouvriers ont été blessés. L’accident sera classé au niveau 4 de l’échelle INES (heure non précisée). L’information est transmise immédiatement au centre de crise gouvernement. La NISA n’y croit pas. Il lui faudra plusieurs heures pour accepter la réalité.

Vers 16h : La municipalité de Minami-Soma reçoit le message radio suivant : “Nous avons appris qu’il y a eu une explosion à centrale nucléaire de Fukushima dai-ichi. Ne sortez-pas”.

16h30 : La municipalité de Minami-Soma reçoit un autre message radio annulant le précédent : “L’information à propos de l’explosion est fausse”.

17h30 : Le directeur de la centrale, Masao Yoshida, donne l’ordre de se préparer à ventiler les réacteurs n°2 et 3.

Vers 18h : Informé de l’intention de TEPCo d’utiliser de l’eau de mer pour refroidir les réacteurs, le Premier Ministre japonais, Naoto Kan, aurait demandé à la NISA d’examiner si l’eau de mer peut favoriser le déclenchement d’une réaction nucléaire en chaîne.

18h25 : L’évacuation dans un rayon de 20 km de Fukushima dai-ichi et 10 km de Fukushima dai-ni a été ordonnée par le premier ministre.

Vers 19h : Selon le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur la catastrophe de Fukushima un tiers des habitants de Minami-Sôma, ville qui doit partiellement être évacuées et 60% de ceux d’Iitaté savent qu’il y a un accident nucléaire en cours.

19h04 : TEPCo commence à injecter de l’eau de mer dans le réacteur n°1. Elle aurait prévenu la NISA par téléphone qui n’en a pas gardé de trace.

19h25 : A cause des craintes du premier ministre, TEPCo suspend l’injection d’eau de mer. Le premier ministre a démenti avoir joué un rôle dans cette suspension. Il sera révélé le 26 mai que le directeur de la centrale, Masao Yoshida, n’a pas stoppé l’injection d’eau de mer, comme le siège à Tokyo le pensait.

19h40 : La NISA rassure le premier ministre : l’eau de mer ne va pas favoriser le déclenchement d’une réaction nucléaire en chaîne.

19h55 : Le premier ministre japonais demande au ministre de l’économie et de l’industrie, Banri Kaieda, d’autoriser TEPCo à reprendre l’injection d’eau de mer.

20h20 : Le siège à Tokyo de TEPCo pense que l’injection d’eau de mer dans le réacteur n°1 a repris, après un arrêt de 55 minutes. Dans les faits, elle n’aurait pas été arrêtée, à en croire le directeur de la centrale. La pression serait de 0,35 MPa.

20h40 : L’explosion du bâtiment réacteur n°1 est annoncé par Yukio Edano (secrétaire général et porte-parole du gouvernement) lors d’une conférence de presse.

Dimanche 13 mars 2011

Heure non indiquée : Les travailleurs auraient essayé de ventiler de la vapeur d’eau par deux fois entre le 13 et 15 mars dans le réacteur n°2, mais TEPCO ne peut pas confirmer que la pression a bien baissé. Plusieurs tentatives de ventilation du réacteur n°3 auraient eu lieu après le 12 mars.
Les autorités françaises recommandent aux ressortissants français de l’éloigner de la région du Kanto.
La Nuclear Safety Commission (NSC) aurait envoyé deux fax dans la journée demandant au gouvernement de donner des comprimés d’iode aux personnes ayant une contamination supérieure à 10 000 cpm (coups par minute). Ces instructions n’ont jamais été transmises aux personnes sur le terrain.

Vers 2h42 : Arrêt du refroidissement de secours à haute pression du coeur du réacteur n°3 pour utiliser des pompes incendie à la place. Les intervenants auraient dû contrôler la pression à l’intérieur de la cuve : si elle est supérieure à environ 7 atmosphères, les pompes à incendie ne peuvent pas injecter de l’eau.
Il s’avère que la pression était de 40 atmosphères et que l’eau injectée ne pouvait pas pénétrer dans la cuve du réacteur. Les ouvriers ont donc tenté de rétablir le système de refroidissement de secours à haute pression, mais il n’a pas redémarré car ses batteries étaient faibles. Ils ont donc essayé de faire baisser la pression. L’injection d’eau par des camions-pompier sera finalement possible à 9h25. (reconstitution faite par la commission en charge de comprendre l’accident, 2 décembre 2011).

5h10 : TEPCo signale aux autorités que l’alimentation en eau du réacteur n°3 s’est arrêtée et que la pression à l’intérieur a commencé à monter. Elle a doublé par rapport au niveau normal.

5h15 : Le directeur de la centrale, Masao Yoshida, donne l’ordre de ventiler le réacteur n°3.

Vers 6h30 : La Japan Nuclear Energy Safety Organization (JNES) transmet à la NISA ses prédiction sur l’évolution du coeur du réacteur n°3. Ces données seront retransmises 20 minutes plus tard au cabinet du 1er ministre. Ces données ne seront jamais utilisées et ne seront connues que le 2 septembre 2011.

Vers 7h : Les barres de combustibles commencent à être exposées selon un estimation de TEPCo.

7h30 : Les barres de combustible dans le coeur du réacteur n°3, d’une longueur de 4 mètres, sont exposées sur une hauteur de 2,95 mètres. TEPCo a prévenu les autorités (heure non précisée).

8h20 : TEPCo a mesuré 882 microsieverts par heure au niveau du portail principal d’accès à la centrale qui est situé à 1,5 km du réacteur n°3. C’est au-delà du seuil d’alerte de 500 microsieverts par heure. TEPCo a alerté les autorités (heure non précisée).

8h41 : Début des opérations de ventilation du réacteur n°3. Un ouvrier a dû apporter sa batterie de voiture à la salle de contrôle pour pouvoir ouvrir la vanne.

Vers 9h : Début probable de la fusion du coeur du réacteur n°3, s’il a bien fondu suite au dénoyage du combustible. Les opérateurs ont commencé à décompresser la cuve dans l’enceinte de confinement.

9h20 : TEPCO a commencé à ventiler l’enceinte de confinement du réacteur n°3 pour faire baisser la pression et les gaz radioactifs ont été libérés par la cheminée de 120 m de haut. La pression baisse.

9h25 : TEPCo a commencé à injecter de l’eau douce borée dans le coeur du réacteur n°3 à l’aide de camions pompier alors que les barres de combustible semblent partiellement ou complètement dénoyées. Il a été estimé a posteriori que cela faisait 6 heures qu’elles étaient dénoyées.

10h15 : Le directeur de la centrale, Masao Yoshida, donne l’ordre de ventiler le réacteur n°2.

10h30 : Le directeur de la centrale, Masao Yoshida, donne l’ordre de se préparer à injecter de l’eau de mer dans le réacteur n°3.

10h46 : La NSC (Nuclear Safety Commission) a faxé à la NISA, chargée de la gestion de la crise, un document recommandant la distribution de pilules d’iodure de potassium à la population âgée de moins de 40 ans afin de protéger la thyroïde. Cette recommandation restera lettre morte, car elle n’a jamais été transmise plus loin. Cette note a été mise en ligne en septembre 2011 et la NISA a annoncé enquêter sur cette erreur attribuée au chaos règnant dans la cellule de crise.

11h17 : Une valve de ventilation du réacteur n°3 s’est refermée car le piston qui doit l’actionner n’a plus d’air.

11h30 : Le niveau d’eau dans le réacteur n°3 serait repassé au dessus des barres de combustible.

12h05 : Le directeur de la centrale, Masao Yoshida, donne l’ordre de se préparer à injecter de l’eau de mer dans le réacteur n°2.

Vers 12h30 : Ouverture de la valve de ventilation du réacteur n°3 après remplacement du piston.

Vers 13h10 : Préparation de l’injection d’eau de mer dans le réacteur n°3 à l’aide de camions de pompier.

13h17 : 300 millisieverts par heure ont été mesurés dans le bâtiment réacteur n°3. Cette donnée, qui laisse penser à une fuite de gaz radioactifs dans le bâtiment réacteur et donc à la possibilité d’une nouvelle explosion hydrogène, n’a pas été transmise par TEPCo aux autorités.

13h52 : 1 557 microsieverts par heure ont été mesurés (lieu non précisé). C’est passé à 184 microsieverts par heure au même endroit 50 minutes plus tard.

14h07 : Une note écrite de TEPCo mentionne la possibilité d’une accumulation d’hydrogène dans le bâtiment réacteur n°3. Cette note ne sera pas transmise aux autorités.

Dans l’après midi : TEPCo passe de l’eau douce à l’eau de mer pour le réacteur n°3.

Lundi 14 mars 2011

La pression montre dans le réacteur n°3. Il reste 475 personnes dans des hôpitaux et centres de soin dans le zone des 20 km.

1h10 : L’injection d’eau de mer dans les réacteurs 1 et 3 a été stoppée par manque d’eau dans la cuve. Cela a entraîné une augmentation de la pression dans les cuves des réacteurs et des débits de dose ambiant.

2h20 : Le débit de dose a atteint 751 microsieverts par heure et donc dépassé la limite d’alerte à une balise près de la clôture du site.

2h40 : Le débit de dose a atteint 650 microsieverts par heure et donc dépassé la limite d’alerte à une autre balise près de la clôture du site.

Vers 3h : Fin estimée par TEPCo de la fusion du coeur du réacteur n°3, s’il y a bien eu fusion complète.

3h20 : L’injection d’eau de mer a repris dans le réacteur n°3. Il est fort probable que les barres de combustible aient été dénoyées pendant ce temps là.

5h20 : Ventilation du réacteur n°3. La direction centrale de TEPCo à Tokyo ordonne à la hiérarchie locale de mesurer à nouveau la concentration d’hydrogène. Cette information ne sera pas transmise aux autorités.

Vers 6h : Les données de mesure de pression à l’intérieur de l’enceinte de confinement du réacteur n°1 analysées fin mai suggèrent que la brèche de 3 cm de large apparue 50 heures plus tôt fait une dizaine de centimètres.
Elevation brusque de la pression dans le réacteur n°3. Le directeur de la centrale a demandé aux personnes sur place d’évacuer le réacteur, de crainte d’une explosion. TEPCo a préparé un communiqué pour la presse, mais la NISA lui a demandé de ne pas le diffuser tout de suite. L’interlocuteur sur place n’arrivait pas à joindre son supérieur… L’annonce aura lieu 3 heures plus tard, deux heures avant l’explosion hydrogène.

Avant 8h : La pression à l’intérieur de l’enceinte de confinement du réacteur n°3 a atteint des niveaux dangereux. Les cadres de TEPCo sur place en ont informé le siège de la compagnie à Tôkyô. Cette information ne sera pas rendue publique avant 9h15, le temps d’obtenir l’accord de diffusion des autorités.

Vers 9h : TEPCo estime a posteriori que la cuve du réacteur n°3 commence à être endommagée.

10h00 : Une nouvelle secousse de magnitude 5,8 a secoué le Nord Est du Japon. L’épicentre était au large d’Ibaraki.

11h01 : Une explosion hydrogène a eu lieu dans le bâtiment abritant le réacteur n°3. 11 ouvriers ont été blessés. 3 d’entre eux ont été refusés par des hôpitaux par crainte de la contamination radioactive. Ils ont finalement été acceptés par l’hôpital universitaire de Fukushima, une vingtaine d’heures après l’explosion. Ils n’étaient pas fortement contaminés…
L’explosion a été suivie d’un panache de vapeur d’eau, ce qui est typique d’une explosion hydrogène, puis de fumées grisatres faisant penser à un incendie.
L’injection d’eau de mer continue. Le gouvernement a ordonné à 500 personnes qui étaient encore dans la zone des 20 km et qui attendaient d’être évacuées de se calfeutrer à nouveau.
Une valve servant à ventiler le réacteur n°2 voisin est endommagée. Les tuyaux des véhicules de pompier sont endommagés.

11h20 : Une nouvelle alerte au tsunami a été lancée après la localisation d’une vague de 3 mètres.

11h30 : Le niveau d’eau dans la cuve du réacteur n°3 est situé à 1,8 mètres sous le haut des barres de combustibles. Le débit de dose au niveau du portail d’entrée principal de la centrale est 50 millisieverts par heure.

11h44 : Le débit de dose est de 20 microsieverts par heure au niveau du portail d’entrée principal de la centrale.

Vers 13h : L’alerte au tsunami a été levée.

Vers 13h25 : Le système de refroidissement de secours du réacteur n°2 s’arrête ou est arrêté.

16h18 : La température de la piscine de combustible du réacteur n°4 a atteint 85°C alors qu’elle est inférieure à 40°C habituellement.

Vers 16h30 : Reprise de l’injection d’eau de mer dans le réacteur n°3.

16h34 : TEPCo a commencé à asperger de l’eau de mer dans le réacteur n°2 à partir de camions de pompier. Le niveau de l’eau diminue. Seulement une pompe sur 5 marche. Les autres ont dû être endommagées par l’explosion du réacteur n°3.

Vers 17h : Les 8 personnes de la NISA présentes sur le site de la centrale de Fukushima daï-ichi depuis le 11 mars 2011 décident de fuir de leur propre initiative. A partir de ce moment là, les autorités doivent se contenter des seules informations de l’exploitant. Une peu plus tard, se sera au tour de TEPCo de demander l’autorisation de se retirer de la centrale, ce qui a été refusé par le premier ministre.

Vers 18h : Le haut des barres de combustible du réacteur n°2 commencent à être dénoyées. Il s’agit d’une estimation faite a posteriori sur un scenario pessimiste.

18h22 : L’information que les barres de combustible du réacteur n°2 sont dénoyées est arrivée à la cellule décentralisée de la centrale de Fukushima.

18h30 : Le niveau d’eau aurait baissé rapidement dans le réacteur n°2, exposant complètement les barres de combustible à l’air libre pendant deux heures et trente minutes.

19h54 : Début de l’injection d’eau de mer dans le réacteur n°2 à l’aide de camion pompier.

Vers 20h : Début estimé du processus de fusion du coeur du réacteur n°2, s’il a bien fondu suite à un dénoyage des barres de combustible.

20h22 : Les cadres de la cellule de crise décentralisée ont été informés de la possibilité d’une fusion du coeur du réacteur n°2.

21h37 : Un débit de dose de 3 130 microsieverts par heure a été enregistré (lieu non précisé).

22h22 : Les cadres de la cellule de crise décentralisée ont été informés de la possibilité d’un endommagement de l’enceinte de confinement du réacteur n°2. A peu près au même moment, la direction de TEPCo informe le cabinet du premier ministre qu’elle envisage d’évacuer les employés du site de la centrale. Kan aurait dit : “Est-ce que TEPCo veut cesser d’être une compagnie de production d’électricité ? Appelez le PDG.”

Vers 22h10 : Heure estimée le 6 juin par la NISA de la fusion du coeur du réacteur n°3. La cuve est abimée.

Vers 22h50 : Heure estimée le 6 juin par la NISA de la fusion du coeur du réacteur n°2. La cuve est abimée.

Vers 23h : La pompe incendie qui injectait de l’eau de mer dans le réacteur n°2 a manqué de fioul et les barres de combustible auraient à nouveau été exposées.

Dernières heures de la journée : Masao Yoshida, le directeur général de la centrale de Fukushima daï-ichi, a ordonné de préparer un bus pour évacuer les travailleurs présents sur le site en cas de “syndrome chinois”, c’est à dire percement de l’enceinte de confinement du réacteur n°2 par le corium (combustible en fusion). Il s’agissait d’évacuer tous les travailleurs en cas de menace, sauf quelques uns, indispensables.

Mardi 15 mars 2011

Une tentative de ventilation du réacteur n°2 a eu lieu, mais TEPCO ne peut pas dire si cela a fonctionné ou non.
TEPCo a éloigné presque tous les ouvriers de la centrale. Il ne reste qu’une cinquantaine de personnes sur place.
Les autorités ont reconnu le 4 juin avoir caché qu’elles avaient détecté ce jour une contamination massive en iode 131 jusqu’à 50 km au Nord-Ouest de la centrale : par exemple 123 millions de becquerels par kilo d’herbe à 38 km. Cela aurait dû entraîner une évacuation plus large et plus rapide.
Le ministre des sciences et technologies a décidé de ne pas rendre publiques les prédictions sur la dispersion des rejets radioactifs pour ne pas paniquer les populations.

1h10 : TEPCo a réussi à ouvrir une valve et a repris le pompage d’eau de mer dans le réacteur n°2. Les valves s’étaient refermées sans raison apparente.

3h00 : La pression dans la cuve du réacteur n°2 a baissé. TEPCo pense que l’eau de mer atteint le coeur du réacteur et le refroidit, même si elle ne sait pas le niveau d’eau dans la cuve a monté.

Vers 3h00 : Selon le premier ministre (dans une interview à la presse datée du 5/9/2011), le ministre de l’industrie aurait prévenu son cabinet que TEPCo voulait abandonner la centrale de Fukushima à son triste sort, ce qui aurait entraîné une catastrophe sans aucune commune mesure avec ce qui c’est passé. Shimizu, le directeur général de TEPCo, dira par la suite, qu’il était évident pour lui qu’évacuer ne signifiait pas évacuer tout le monde, mais laisser quelques personnes clés sur place.

4h00 : 23,7 microsieverts par heure ont été enregistrés à Iwaki.

Vers 6h : Une explosion a eu lieu dans le réacteur n°4. Le toit a été endommagé. Le feu a été confirmé au Nord-Ouest du 3ième étage (niveau 4 au Japon). Il y avait environ 800 travailleurs sur le site à ce moment là. Seule la cinquantaine de personnes affectées aux pompages sont restées, les autres ont été évacuées.

6h14 : Encore une explosion hydrogène a eu lieu à la centrale de Fukushima dai-ichi. Il s’agit du réacteur n°2 cette fois-ci. Le premier ministre Naoto Kan n’a été prévenu qu’une heure plus tard, après les télévisions.

6h28 : L’eau dans la cuve du réacteur n°2 recouvrerait les barres de combustible sur une hauteur de 1,2 mètres. Les barres font 4 mètres.

6h54 : Le débit de dose détecté au portail d’entrée principal est monté à 8 217 microsieverts par heure.

Vers 7h00 : 96 personnes sont restées à l’hôpital de Futaba situé dans la zone des 20 km.

7h50 : TEPCO annonce 1 941 microsieverts par heure détectés au portail d’entrée principal et que la pression dans la chambre de supression, est passé de 3 atmosphères (qui est la pression normale) à une atmosphère, ce qui suggère que cette chambre a été abimée par l’explosion et ne serait plus étanche. Dans l’enceinte de confinement, la pression est restée à 7,3 atmosphères.

8h30 : 8 217 microsieverts par heure ont été détectés au portail principal.

Vers 9h : 11 930 microsieverts par heure ont été détectés au portail principal. C’est un record !

9h40 : Un feu s’est déclaré dans le réacteur n°4. Il a été maîtrisé.

10h22 : 400 millisieverts par heure (ou 400 000 microsieverts par heure !) ont été enregistrés près du réacteur n°3 et 100 millisieverts par heure près du n°4.

11h : Lors d’une conférence de presse, le premier ministre japonais, Naoto Kan, a exorté les 136 000 personnes vivant entre 20 et 30 km de la centrale de rester calfeutrées chez elles.

Vers 15h30 : Le premier ministre interroge ses collaborateurs sur l’idée de se rendre au siège de TEPCo. Il a été décidé de créer une cellule de crise commune au siège de TEPCo.

Vers 19h : Masao Yoshida, le directeur de la centrale, a évacué 650 travailleurs présent sur le site vers la centrale daï-ni (n°2). Il ne reste que 50 personnes sur le site.

Vers 20h : Fin estimée par TEPCo de la fusion complète du coeur du réacteur n°2, s’il a bien fondu.

Mercredi 16 mars 2011

Vers 4h : La cuve du réacteur n°2 commence à être endommagée selon l’estimation faite a posteriori par TEPCo.

5h30 : Le premier ministre Naoto Kan se rend au siège de TEPCo où il déclare : “le retrait n’est pas une option. Nous voulons que vous montriez votre détermination. Si vous décidez de vous retirer, c’est l’effondrement total de TEPCo.” Naoto Kan est resté 3 heures dans les locaux de TEPCo où il se serait endormi. Il n’est pas encore rentré chez lui depuis le début de la crise.

Vers 5h45 : Un travailleur a aperçu des flammes dans le réacteur n°4.

Vers 8h30 : De la vapeur commence à s’échapper du réacteur n°3. Le premier ministre Naoto Kan retourne à sa résidence.

Vers 10h : De la vapeur d’eau s’échappant du réacteur n°3 est montrée à la télévision.

10h40 : Le débit de dose au niveau du portail d’entrée a battu un nouveau record : 10 000 microsieverts par heure. Un changement d’unité va s’imposer : 10 millisieverts par heure.

Vers 12h : Le ministre de la défense Toshimi Kitazawa, qui hésite à utiliser les hélicoptères de l’armée pour asperger de l’eau, reçoit l’ordre du premier ministre de le faire.

Après midi : la pression dans l’enceinte de confinement du réacteur n°2 augmente. Le coeur en fusion aurait percé la cuve et pénétré dans l’enceinte de confinement.

16h : Le débit de dose au niveau du portail d’entrée se serait stabilisé autour de 1 500 microsieverts (1,5 millisieverts) par heure.

Vers 16h : Des hélicoptères de l’armée volent vers la centrale de Fukushima avec de l’eau, mais le niveau de radiation est tel qu’ils ne peuvent pas s’approcher : 250 millisieverts par heure à 30 mètres d’altitude.

Vers minuit : La pression dans la cuve du réacteur n°3 a presque atteint le niveau de la pression atmosphérique. Simultanément, elle bondit dans l’enceinte de confinement, comme pour le réacteur n°2. TEPCo pense que du combustible fondu a traversé la paroi de la cuve à travers des tuyaux endommagés.

Dans la journée, l’ambassade des Etats-Unis demande à ses ressortissants de quitter la zone d’un rayon de 80 km autour de la centrale. Le gouvernement délocalise le centre de crise à une soixantaine de kilomètres de la centrale à cause du fort niveau de radiations.

Jeudi 17 mars 2011

Les Etats-Unis et d’autres pays recommandent à leur ressortissants d’évacuer la zone dans un rayon de 80 km autour de la centrale.

9h48 : Deux hélicoptères de l’armée japonaise ont largué 4 fois 7,5 tonnes d’eau chacun sur le réacteur n°3. A 10h, les opérations, qui ont duré 12 minutes, étaient terminées. La piscine du réacteur n°3 était prioritaire car TEPCo est convaincue qu’il reste de l’eau dans la piscine du réacteur n°4. Le premier largage a eu lieu à 90 mètres de hauteur environ. Le débit de dose y était de 87,7 millisieverts par heure. A 300 mètre de hauteur, il était de 4,13 millisieverts par heure.

Le ministre de la Défense, Toshimi Kitazawa, a appelé le premier ministre pour l’informer du succès de l’opération, même si les membres de l’administration japonaise étaient conscients que cela ne refroidirait pas le réacteur n°3.

Vers 10h : Le président américain, Barack Obama, appelle le premier ministre japonais et lui précise que la conversation ne sera pas de pure forme. Il propose toute l’assistance possible des Etats-Unis. Cette conversation est très différente de celle du 12 mars où le président Obama a adressé ses condoléances.

10h22 : Le premier ministre japonais Naoto Kan téléphone au président américain Barack Obama (même conversation que la précédente?) pour l’informer de l’intervention des hélicoptères de l’armée. Le but de l’opération apparaît a posteriori comme un gage du Japon aux Etats-Unis que le gouvernement prenait la situation au sérieux. Selon une source interne au gouvernement japonais citée par le quotidien Asahi du 21 mai (version anglaise), quelques jours auparavant, une note confidentielle américaine émanant de quelqu’un de haut placé dans l’administration américaine transmise au premier ministre japonais, aurait menacé d’évacuer tous les Américains du Japon si le gouvernement japonais ne s’impliquait pas plus dans la crise.
18 heures plus tard, Barack Obama se serait rendu à l’ambassade du Japon aux Etats-Unis pour rendre un hommage aux victimes japonaises et a proposé son aide à l’ambassadeur.

12h30 : Le débit de dose est de 351,4 microsieverts par heure à 1 km à l’Ouest du réacteur n°2.

15h55 : TEPCo a mesuré 3,699 sieverts par heure dans un bâtiment au Nord du réacteur n°1.

Vers 19h : Il y a 3,63 millisieverts par heure à 500 mètres du réacteur n°3, près du camion des forces armées, avant l’aspersion d’eau.
30 tonnes d’eau ont été aspergées à une distance d’environ 80 mètres par les camions de l’armée.

20h10 : L’aspersion sur le réacteur n°3 d’eau est terminée. Le débit de dose est de 3,59 millisieverts par heure au même endroit.

20h40 : Le débit de dose est de 292,2 microsieverts par heure à 1 km à l’Ouest du réacteur n°2.

Soirée : Arrivée de 6 camions de pompier de l’armée. Le premier Ministre demande l’aide des pompiers au gouverneur de Tokyo. Les pompiers de Tokyo avaient anticipé la demande et s’étaient entraîné la veille pour déterminer la meilleure façon de limiter l’irradiation des personnes sur place.
Le premier camion anti-émeute de la police municipale de Tokyo est en place pour asperger de l’eau. La priorité va être donnée au réacteur n°3, à la demande de TEPCo. En effet, un hélicoptère de l’armée a vu de l’eau dans la piscine du réacteur n°4.

Vendredi 18 mars 2011

La NISA relève au niveau 5 sur l’échelle INES le niveau de l’accident. 320 personnes déblayent les débris et tirent des cables. Il y a environ 580 personnes en tout sur le site. Dans la journée (heure non précisée), TEPCo a mesuré 200 millisieverts par heure au contact d’eau fuyant dans les sous-sols du bâtiment turbine du réacteur n°1.

11h : Le débit de dose est de 265 microsieverts par heure à 1 km à l’Ouest du réacteur n°2

Vers 14h : 7 camions de pompier appartenant à l’armée sont déployés sur le site de la centrale. Il commencent à asperger le réacteur n°3.
La température de la piscine du réacteur n°5 est de 66,3°C.

14h45 : Une équipe d’une dizaine de personnes, incluant des membres de la NISA, de la Japan Nuclear Energy Safety Organization et du ministère de l’industrie, est arrivée à la conclusion qu’il y a eu fusion complète des réacteurs 1 à 3. Cette version ne sera officielle que 2 mois plus tard. Le groupe a commencé à travailler le 14 mars, mais le rapport n’a été obtenu par l’Asahi qu’en mars 2012 et publié par le journal le 4. La NISA explique qu’elle n’a pas rendu cette analyse officielle car l’équipe était informelle. TEPCo admettra la fusion complète du réacteur n°1 le 15 et celle des réacteurs 2 et 3 le 24 mai. La NISA entérinera ensuite les analyses de la compagnie.

15h20 : 30 unités de pompiers de Tokyo quittent la capitale pour Fukushima. Il y a 139 personnes, toutes âgées de plus de 40 ans et ayant donné leur accord pour intervenir. L’un des véhicules peut asperger jusqu’à 3,8 tonnes d’eau par minute à une hauteur maximale de 22 mètres.
Ils ont aspergé le réacteur n°3 avec 2 400 tonnes d’eau pendant 13 heures et demie.

Vers 17h : A 500 m au Nord du réacteur n°3, il y a 5 millisieverts par heure. Arrivée des pompiers de Tokyo. Les débris qui jonchent le sol les empêchent de positionner leur véhicule comme ils voulaient, à savoir entre le réacteur n°3 et la mer.

23h30 : Une quarantaine de pompiers entrent à nouveau sur le site et positionnent le camion à un autre endroit. Le tuyau est alors trop court de 350 mètres environ. Une vingtaine de pompiers doivent alors sortir pour brancher un autre tuyau.

Samedi 19 mars 2011

1h50 : A 500 m au Nord du réacteur n°3, il y a 3,18 millisieverts par heure.

4h22 : Le deuxième générateur diesel de secours du réacteur n°6 est réparé. Cela a permis de remettre en route le circuit de refroidissement de la piscine du réacteur n°5. Jusqu’à maintenant, seul le premier générateur fonctionnait pour refroidir les piscines des réacteurs 5 et 6, mais cela ne suffisait pas : la température continuait de monter. La température de la piscine du réacteur n°5 a baissé de 1°C (heure non précisée).

8h10 : Il y a 830,8 microsieverts par heure près de l’entrée Ouest située à 1,1 km du réacteur n°3.

9h00 : Il y a 364,5 microsieverts par heure près de l’entrée Ouest située à 1,1 km du réacteur n°3.

12h30 : Les pompiers de Tokyo commencent à asperger 60 tonnes d’eau de mer vers la piscine du réacteur n°3. L’opération dure 20 minutes. Une cinquantaine de pompiers ont pénétré deux fois sur le site : la plus forte dose reçue par un pompier est de 27 millisieverts. 3 autres ont reçu des doses comprises entre 14 et 16 millisieverts. 45 autres ont été exposés à des doses d’une dizaine de millisieverts ou moins. La limite fixée pour les pompiers est de 30 millisieverts en une seule fois en cas d’accident nucléaire.

14h : Il y a 3,443 millisieverts par heure à 500 m au Nord du réacteur n°2.

14h05 : Les pompiers de Tokyo reprennent les opérations. Il s’agirait d’une nouvelle équipe de 102 personnes et 14 camions.

Dimanche 20 mars 2011

1h10 : La pression dans l’enceinte de confinement du réacteur n°3 est de 2,8 atmosphères.

3h40 : Les pompiers de Tokyo ont envoyé 2 000 tonnes d’eau dans la piscine du réacteur n°3 qui a une contenance de 1 400 tonnes. Les opérations ont duré pendant plus de 13 heures. Il y a 2,758 millisieverts par heure à 500 mètres au Nord du réacteur n°1.

4h30 : La pression dans l’enceinte de confinement du réacteur n°3 est de 3,4 atmosphères.

5h00 : Le nombre d’employés de TEPCo ayant reçu une dose supérieure à 100 millisieverts est de 7.

7h : Les piscines des réacteurs 5 et 6 ont une température de 37,1 et 41,0°C respectivement.

8h20 : Début de l’aspersion d’eau dans la piscine du réacteur n°4 par les forces armées.

9h40 : Fin de la première aspersion d’eau dans la piscine du réacteur n°4 par les forces armées. L’opération, qui a envoyé de 82 tonnes d’eau, a duré un peu moins d’une heure. 10 camions pompier des forces armées japonaises et un camion de l’armée américaine ont été impliqués dans l’opération.

11h00 : Il y a 2,579 millisieverts par heure à 500 m au Nord du réacteur n°2.

Vers midi : La pression dans l’enceinte de confinement du réacteur n°3 semble s’être stabilisée.

15h46 : L’électricité est revenue au niveau du réacteur n°2.

18h20 : Reprise de l’aspersion d’eau sur le réacteur n°4 par les forces armées. Un total de 160 tonnes d’eau est aspérgé dans la journée.

Lundi 21 mars 2011

Arrivée de deux tanks de l’armée pour déblayer les débris qui gènent les interventions. Une lame a été fixée comme sur un bulldozer. A l’intérieur, les conducteurs sont protégés par du métal épais. L’eau de mer à proximité commence à être radioactive.

Entre 1h et 3h : La pression dans la cuve du réacteur n°3 est montée soudainement à 110 atmosphères.  Selon  Fumiya Tanabe, ancien chercheur au Japan Atomic Energy Research Institute qui a travaillé sur l’accident de Three Mile Island, il y eu le début d’une deuxième fusion du coeur à ce moment là.

4h : Suspension de l’aspersion d’eau dans la piscine du réacteur n°3 par les pompiers de Tokyo et d’ailleurs. 1 130 tonnes d’eau ont été aspergées pendant 6 heures et demie lors de cette troisième opération. 3 700 tonnes d’eau ont été aspergées en tout dans cette piscine.

5h : La température des piscines des réacteurs 5 et 6 est de 39,5 et 32°C respectivement. Ces températures sont considérées comme normales.

6h40 : Les forces armées recommencent à asperger de l’eau dans la piscine du réacteur n°4. Cette nouvelle opération dure environ 2 heures. 12 camions de pompier de l’armée japonaise et un de l’armée américaine sont utilisés. Ce sont des employés de TEPCo quiconduisent le camion américain. 90 tonnes d’eau ont été aspergées.

11h30 : L’électricité est revenue au niveau du panneau électrique du réacteur n°5.

Vers 13h : L’alimentation électrique du réacteur n°5 est passée des générateurs de secours au réseau électrique. Le réacteur n°6 devrait suivre rapidement.

14h30 : De l’eau de mer collectée à cette heure à 100 mètres au Sud du point de rejet a une concentration en iode 131 de 5 066 becquerels par litre. Il y a aussi les césiums 134 et 137.

15h55 : De la fumée grise s’élève au dessus du réacteur n°3. TEPCo évacue ses employés. La fumée disparaît d’elle même au bout d’un peu moins de 3 heures.

18h20 : De la vapeur s’échappe du réacteur n°2 à travers un trou dans le toit. Augmentation de la radioactivité ambiante.

18h30 : Le débit de dose au niveau du portail d’entrée principale de la centrale est de 1 932 microsieverts par heure. Il est à environ 1 km du réacteur n°2.

Soirée : Les pompiers et l’armée se préparent à reprendre les aspersions d’eau le lendemain matin. Arrivée de trois camions pompe à béton avec un bras de 50 mètres.

Mardi 22 mars 2011

Une cellule de crise américano-japonaise a été mise en place. Elle inclut des politiciens, des membres des autorités de sûreté des deux pays, l’armée américaine et l’exploitant. Celle cellule est présidée par Goshi Hosono, le conseiller spécial du premier ministre japonais. La méfiance semble avoir limité l’échange d’information. Selon le quotidien Asahi du 21 mai (version anglaise), un ingénieur de la NISA (autorité de sûreté japonaise) aurait déclaré : “Les Etats-Unis n’ont pas construit de nouvelle centrale nucléaire depuis l’accident de Three Mile Island (1979). Le Japon a continué à améliorer sa technologie qui est du plus haut niveau”. Mais comme ni le gouvernement, ni TEPCo n’arrivaient à proposer des solutions, les décisions prises par cette cellule auraient toutes été mises en place. Comme par exemple, injecter de l’eau douce au lieu de l’eau de mer. L’idée d’injecter de l’azote a aussi été suggérée par les Etats-Unis.

6h : Le débit de dose au niveau du portail d’entrée principale de la centrale est de 264 microsieverts par heure. Il est à environ 1 km du réacteur n°2.

7h : Reprise des travaux pour rétablir l’alimentation électrique des réacteurs 3 et 4.

8h : Reprise des travaux pour rétablir l’alimentation électrique des réacteurs 1 et 2.

10h35 : L’électricité est revenue au niveau du réacteur n°4.

11h : La pression dans l’enceinte de confinement du réacteur n°1 est de 1,7 atmosphère.

21h52 : Les instruments de mesure du réacteur n°4 sont à nouveau alimentés par le réseau électrique.

Fin de journée : L’électricité est revenue à l’entrée de tous les réacteurs. TEPCo a rebranché l’éclairage dans la salle de contrôle du réacteur n°3. Les réacteurs 5 et 6 sont alimentés par le réseau électrique. Le réacteur n°1 est monté en température (400°C) et il a fallu injecter plus d’eau de mer.

Mercredi 23 mars 2011

1h40 : Les instruments de mesure du réacteur n°1 sont à nouveau alimentés par le réseau électrique.

2h30 : L’eau de mer est injectée dans le réacteur n°1 par la tuyauterie d’alimentation du réacteur.

6h00 : La température du réacteur n°1 dépasse les 400°C, ce qui est plus que le maximum de 302°C prévu par le constructeur. Pour le réacteur n°2, elle est entre 102 et 109°C. Pour le réacteur n°3, c’est entre 253 et 279°C. L’injection d’eau de mer dans le réacteur n°1 passe de 2 à 18 tonnes par heure.

Peu avant 9h : Survol d’un hélicoptère de l’armée pour mesurer les températures.

10h00 : La température du réacteur n°1 est de 390°C, ce qui est toujours plus que le maximum de 302°C prévu par le constructeur.
Reprise de l’injection d’eau dans la piscine du réacteur n°4 à l’aide d’une pompe à béton. 150 tonnes ont été injectées la veille avec cette pompe.

Vers 16h20 : De la fumée noire a été aperçue au dessus du réacteur n°3. Cela a entraîné l’évacuation des employés. Une heure plus tard, on ne voyait plus rien. Il n’y a pas eu d’augmentation de la radioactivité ambiante.

18h : La pression dans l’enceinte de confinement du réacteur n°1 est montée à 3,6 atmosphères. Elle était de 1,7 atm deux jours plus tôt.

Jeudi 24 mars 2011

1h : La température du réacteur n°1 est redescendue à 243°C.

2h30 : La quantité d’eau injectée dans le coeur du réacteur n°1 est descendue à 10 tonnes par heure.

5h : Plus aucune fumée noire n’est visible.

7h51 : L’ordre d’évacuation de la centrale est levé.

Vers 10h30 : Trois sous-traitants de TEPCo commencent à tirer des cables électriques dans les sous-sols du réacteur n°3. Ils seront fortement contaminés aux jambes après avoir pataugé entre 40 et 50 minutes dans une flaque d’eau radioactive d’une profondeur de 15 cm environ. Il y avait 400 millisieverts par heure à la surface de l’eau. L’analyse faite plus tard donne une contamination de 3,9 milliards de becquerels par litre. Cela signifie que le réacteur n°3 fuit.

11h30 : La salle de contrôle du réacteur n°1 est à nouveau alimentée par l’électricité du réseau. L’éclairage de la salle de contrôle du réacteur n°3 a aussi été rebranché sur le réseau électrique externe.

Le débit de dose à la surface de l’eau trouvée dans les sous-sols du réacteur n°3 est de 400 millisieverts par heure.

Vendredi 25 mars 2011

6h10 : La température du réacteur n°1 est de 204,5°C.

15h37 : Début de l’injection d’eau douce dans le réacteur n°1 à l’aide d’une pompe externe.

18h02 : Début de l’injection d’eau douce dans le réacteur n°3 à l’aide d’une pompe externe.

Le gouvernement demande aux personnes confinées entre les rayons de 20 et 30 km autour de la centrale de partir volontairement car il est difficile de les ravitailler.
De l’eau douce est maintenant injectée dans les coeurs des réacteurs n°1 et 3.

Samedi 26 mars 2011

La contamination de la mer continue de monter.

Le débit de dose mesuré à la surface de l’eau des sous-sols du réacteur n°3 est passé à 750 millisieverts par heure. Le débit de dose à la surface de l’eau très contaminée des sous-sols du bâtiment turbine du réacteur n°1 est de 1 sievert par heure, ce qui prouve que cette eau a été en contact avec du combustible fondu.

10h10 : Début de l’injection d’eau douce dans le réacteur n°2 à l’aide d’une pompe externe.

14h30 : De l’eau de mer prélevée à ce moment là à 330 mètres au sud du point de rejet des réacteurs 1 à 4 contient de l’iode 131, des césiums 134 et 137, du barium 140, du lanthane 140 et du tellure 132. La présence de ces produits de fission est la preuve d’un endommagement conséquent du combustible. Comme le lanthane est très peu volatil, cette pollution est très certainement due à une eau qui a été au contact des combustibles fondus.

Dimanche 27 mars 2011

Découverte d’eau extrêmement contaminée dans les sous-sols du réacteur n°2 : 13 milliards de becquerels par litre pour l’iode 131 et 2,3 milliards pour les césiums 134 et 137. Avec un tel niveau de contamination, l’eau doit provenir du coeur qui a fondu. Le débit de dose à proximité de cette eau est supérieur à 1 sievert par heure (1 000 millisieverts par heure).
La contamination de l’eau de mer continue de monter.

Soirée : TEPCo a réduit la quantité d’eau injectée dans le réacteur n°2 de 17 à 7 tonnes par heure dans le but de réduire les fuites d’eau très radioactive. La température de la cuve est de 125°C environ.

Lundi 28 mars 2011

Les autorités japonaises ont reconnu que le niveau de contamination de l’eau découverte dans les sous-sols du réacteur n°2 ne pouvait être dû qu’à une fusion partielle du réacteur n°2. La compagnie a aussi reconnu pour la première fois que les cuves pouvaient être endommagées car l’eau ne monte pas comme prévu malgré la quantité injectée. Mais elle ne connaît pas l’origine des dommages…

7h24 : Secousse de magnitude 6,5 au large de Sendai suivie d’une mise en garde au tsunami. Une hauteur de 50 cm est possible.

19h : La température de la cuve du réacteur n°2 est passée à 148°C suite à la réduction de l’injection d’eau.

Soirée : Augmentation de la quantité d’eau injectée dans le réacteur n°1 suite à l’augmentation de température notée la veille.

Mardi 29 mars 2011

2h : La température de la cuve du réacteur n°2 continue à monter et est passée à 152°C suite à la réduction de l’injection d’eau. La température et la pression dans le réacteur n°1 sont “instables”.

6h : La température de la cuve du réacteur n°1 s’est stabilisée vers 323,3°C.

Après midi : Une forte concentration en iode 131 a été détectée dans la mer à proximité de la centrale, suggérant une fuite : 3 355 fois sla norme légale à 300 mètres au sud de la centrale.

Dimanche 17 avril 2011

13h : Selon le quotidien Asahi du 21 mai (version anglaise), Hilari Clinton, la secrétaire d’Etat aux affaires étrangères et l’ambassadeur des Etats-Unis au Japon se rendent à la résidence du Ministre des affaires étrangères japonais. La feuille de route rédigée par TEPCo a été remise à l’ambassadeur des Etats-Unis 2 heures avant être rendue publique.

Mardi 10 mai 2011

Vers 2h : Début probable d’une fuite du réacteur n°3 vers la mer.

Mercredi 11 mai 2011

19h : Colmatage de la fuite vers la mer du réacteur n°3 : 250 tonnes d’eau et 20 térabecquerels (20 millions de millions de becquerels) auraient fui selon TEPCo.

Samedi 28 mai 2011

TEPCo a rétabli le système de refroidissement pour les piscines des réacteurs 1 à 4. Le réacteur n°1 est le dernier à être rétabli. TEPCo a fait circulé 5 tonnes d’eau à titre de test ce jour.

21h : TEPCo découvre qu’une pompe du système de refroidissement de la piscine de combustibles usés et du coeur du réacteur n°5 a cessé de fonctionner. C’est l’eau de mer qui refroidit le circuit primaire qui ne circule plus.

Dimanche 29 mai 2011

8h : Début des travaux d’installation de la nouvelle pompe du réacteur n°5.

11h : La température du réacteur n°5 est 92,2°C, ce qui représente une augmentation de 24°C par rapport à la veille. Pour la piscine de combustibles usés n°5, c’est 45,7°C, soit 4,7°C d’augmentation.

Vers 12h : 93,6°C pour le réacteur n°5 et 46°C pour la piscine. On est proche de la température d’ébullition pour le réacteur.

12h50 : La nouvelle pompe installée par TEPCo pour le refroidissement de réacteur n°5 fonctionne. La compagnie surveille les températures.

14h : La température du réacteur n°5 est redescendue à 76,5°C.

Jeudi 7 avril 2011

1h31 : Début de l’injection d’azote dans le réacteur n°1 pour prévenir tout nouveau risque d’explosion hydrogène.

Dimanche 15 mai 2011

TEPCo admet qu’il y a eu fusion complète du coeur du réacteur n°1.

Mardi 24 mai 2011

TEPCo admet qu’il y a eu fusion complète du coeur des réacteurs n°2 et 3.

Mardi 31 mai 2011

8h : Découverte d’une fuite de fioul. La nappe s’étend sur 200 à 300 mètres à l’intérieur des barrières de protection en mer. La fuite, provenant d’une canalisation située près des réacteurs 5 et 6 a été rapidement colmatée.

Vers 14h30 : Un bruit d’explosion a été entendu du côté Sud du réacteur n°4. TEPCo dit que c’est une bombonne d’oxygène qui a explosé après avoir été heurtée par un engin qui déplaçait des débris. Cela n’aurait pas provoqué de dégât au réacteur ni de blessure au personnel.

17h21 : TEPCo a démarré le premier système de refroidissement à circuit fermé et échangeur de chaleur depuis le 11 mars pour refroidir la piscine du réacteur n°2. La compagnie espère faire passer la température de 70 à 40°C et ainsi réduire l’humidité et la chaleur dans le bâtiment réacteur.

Mardi 28 juin 2011

18h06 : Début de l’injection d’azote dans le réacteur n°2 pour prévenir un risque d’explosion hydrogène.

Jeudi 30 juin 2011

19h47 : Démarrage du nouveau système de refroidissement à circuit fermé et échangeur de chaleur pour refroidir la piscine du réacteur n°3.

Jeudi 14 juillet 2011

18h01 : Début de l’injection d’azote dans le réacteur n°3 pour prévenir un risque d’explosion hydrogène.

24 février 2013

L’ACRO est énormément sollicitée en ce moment et c’est compréhensible. Cependant, nos actions ont un coût et nous avons besoin de votre soutien pour continuer. Si vous pensez que l’ACRO est utile, adhérez ou envoyez un don !
Bulletin d’adhésion

Ancien lien

Fukushima, deux ans après, retour à l’anormal

ACROnique du nucléaire n°101

ACRO, 23 février 2013

Les autorités japonaises rêvent d’une catastrophe réversible : le gouvernement a engagé un immense programme de « décontamination » et a promis un retour à une partie des 160 000 personnes qui ont quitté leur habitation pour fuir les dangers de la radioactivité. Dans d’autres zones, non évacuées, mais aussi contaminées de 8 régions du Japon, ce sont les municipalités qui ont la charge des travaux qui consistent à laver, frotter, couper les herbes, arbustes, gratter la terre… Pour les zones évacuées, le gouvernement a lancé des appels d’offres et ce sont les majors du BTP, sans aucune expérience, mais pouvant mobiliser une large main d’œuvre, qui ont été retenues. L’une d’entre elles avait la charge du génie civil lors de la construction des réacteurs de la centrale de Fukushima. Comme toujours, ce sont des sous-traitants qui font les sales travaux.

L’Asahi, un des principaux quotidiens du Japon, a enquêté et révélé ce que tout le monde savait sur place : le travail est bâclé. Les déchets sont parfois seulement rejetés un peu plus loin, l’eau de lavage n’est pas récupérée… le débit de dose n’est pas toujours contrôlé à la fin des travaux. Les ouvriers ne sont pas mieux traités : le ministère du travail a trouvé que le droit du travail est violé dans 45% des cas. Non paiement de la prime de risque absorbée dans le mille-feuille des intermédiaires pour des centaines, voire des milliers d’entre eux, équipements de protection individuelle pas toujours utilisés, contrats caducs, absence de visite médicale… Pas étonnant qu’il y ait une pénurie de main d’œuvre. Seulement 10% des postes sont pourvus.

Seul l’appât du gain intéresse les compagnies retenues, qui n’ont subi aucune sanction. Personne n’a été sanctionné suite à cette catastrophe. Les cadres dirigeants limogés de TEPCo, l’exploitant de la centrale accidentée, se sont recasés dans des filiales et la compagnie espère toujours pouvoir continuer à exploiter son autre centrale nucléaire. On retire le permis de conduire à un chauffard, pas à un exploitant du nucléaire. TEPCo, s’accroche à ses 7 réacteurs de sa centrale de Kashiwazaki-Kariwa, sur la mer du Japon, dans la province de Niigata, même si deux d’entre eux sont situés sur une faille sismique qui a été requalifiée en faille active suite aux révisions des critères de sûreté. Les autres, à eau bouillante, de la même technologie que ceux de Fukushima, nécessitent des investissements massifs et des années de travaux de remise aux normes durcies par la nouvelle autorité de sûreté. TEPCo n’a pas renoncé non plus à ses réacteurs non accidentés de Fukushima, même s’ils ont été noyés par de l’eau de mer corrosive lors du tsunami de mars 2011 et même si les autorités locales n’en veulent plus. Des milliers de travailleurs y sont exposés à des doses inutiles pour tenter de les remettre en état de marche.

Les autres compagnies d’électricité ne sont pas en reste. 14 réacteurs ont été arrêtés par les séisme et tsunami du 11 mars 2011 et ceux de Hamaoka ont été arrêtés sur ordre du 1er ministre en mai 2011. Et les autres n’ont pas été autorisés à redémarrer suite à l’arrêt programmé tous les 13 mois. Le gouvernement a finalement autorisé le redémarrage de deux réacteurs durant l’été 2012, même s’ils n’étaient pas aux normes provisoires. Il est passé outre l’opinion publique et les manifestations massives. Le pays aurait pu passer l’été sans. Ils seront à nouveau arrêtés après 13 mois de fonctionnement durant l’été 2013 et le pays sera de nouveau sans nucléaire. La validation d’un nouveau référentiel de sûreté, la remise aux nouvelles normes des réacteurs et les inspections vont prendre du temps. Nombreux réacteurs, situés sur des failles sismiques jugées actives suite à une réévaluation ou étant câblés avec des câbles inflammables ne redémarreront probablement jamais. Il se pourrait que la moitié du parc nucléaire japonais ne redémarre jamais et c’est même certain pour plus d’un quart du parc.

Les compagnies d’électricité font un lobbying intense pour obtenir un assouplissement des règles de sûreté et une période de grâce, comme si elles n’avaient rien retenu de la catastrophe en cours. Elles ne veulent pas non plus entendre parler de l’ouverture du marché de l’électricité et garder leur monopole très lucratif. Elles mettent en avant les coûts élevés des énergies fossiles de remplacement comme argument principal. Mais ce sont les réacteurs nucléaires, devenus inutiles, qui leur coûtent cher. Les seules compagnies qui ne sont pas dans le rouge sont celles qui n’ont pas ou peu de nucléaire !

L’industrie nucléaire, qui a sa part de responsabilité dans la catastrophe, mais qui n’a pas déboursé un yen pour venir en aide aux populations touchées, espère toujours vendre des réacteurs à l’étranger, le marché intérieur étant fermé pour longtemps. Les modèles en catalogue n’ont pas évolué depuis Fukushima.

Pour les populations touchées par la catastrophe la vie est toujours anormale. Les déplacés volontaires ne bénéficient de quasiment aucune aide. On ne sait même pas combien ils sont, nombre d’entre eux n’allant pas s’enregistrer sur le nouveau lieu de vie. Pour ceux qui sont restés par force ou par choix, la vie dans les territoires contaminés est difficile. L’alimentation est toujours un sujet d’inquiétude. Les enfants ne jouent presque plus dehors et prennent du poids. Pour les réfugiés, qui ont dû évacuer sur ordre des autorités, la vie est aussi difficile dans le logement provisoire, souvent exigu. Comment refaire sa vie quand on ne sait pas combien de temps cette attente va durer, quand on ne sait pas si l’on pourra rentrer un jour chez soi ? Pour les agriculteurs, l’espoir de retrouver une ferme est très mince.

L’indemnisation des personnes déplacées de force coûte cher aux autorités qui avancent l’argent à TEPCo. Comme il est fort probable qu’elle ne pourra jamais rembourser, ce sera le contribuable qui, in fine, paiera. Alors que les autorités ont baissé les concentrations limites de césium radioactif dans l’alimentation, pour tenter de regagner la confiance des consommateurs, elles refusent de baisser la limite d’évacuation, pourtant beaucoup trop élevée. Fixée à 20 mSv/an, comme pour les travailleurs du nucléaire, elle s’applique maintenant à toute la population, même les personnes les plus vulnérables comme les enfants. Pire, le gouvernement a gardé cette limite pour autoriser le retour des populations. Il a vaguement promis une limite plus basse à long terme, sans donner aucun calendrier.

Dans certaines zones, les habitants sont autorisés à rentrer chez eux durant la journée, pour remettre en état leur habitation, mais à pas à dormir sur place car les services comme l’eau, l’électricité, endommagés par le séisme, n’ont pas pu être rétablis à cause de la radioactivité. Le gouvernement a donc engagé un programme de « décontamination » à marche forcée.

Même en cas de travail soigné, avec récupération des déchets, la décontamination semble être une mission impossible. Avec 70% de montagnes et de forêts, le débit de dose dans les zones nettoyées ne diminue que modestement, sauf à raser de grandes étendues. Souvent, il y a recontamination avec la pluie, le vent. Et il n’y a toujours pas de solution pour les déchets engendrés.

Ce n’est pas mieux dans les zones non évacuées : selon le ministère de l’environnement, fin décembre 2012, seulement 23% des 103 000 habitations contaminées des 7 provinces autres que Fukushima, qui sont aussi touchées, ont été « décontaminées ». Et l’on ne connaît pas l’impact des travaux en terme de dose.

La mer continue à se contaminer sans que l’on n’y puisse rien. Les infiltrations d’eau souterraine polluent le rivage sur le site de la centrale et le lessivage des sols par les eaux de pluie entraîne une augmentation de la contamination des sédiments dans l’embouchure des fleuves. C’est particulièrement flagrant dans la Baie de Tôkyô où la contamination croît de jour en jour. Le pire est peut-être à venir : TEPCo est contrainte d’injecter d’énormes quantités d’eau pour refroidir les combustibles fondus des réacteurs 1 à 3 de la centrale de Fukushima daï-ichi. Cette eau se contamine, s’infiltre dans les sous-sols des bâtiments réacteur et menace de déborder dans la mer. TEPCo la pompe donc continuellement, la décontamine très partiellement et la réinjecte. Mais de l’eau souterraine s’infiltre aussi, se contamine et augmente les stocks. La compagnie ne sait plus où mettre les cuves pleines d’eau contaminée sur son site. Elle n’a d’autre perspective que de la rejeter en mer à plus ou moins longue échéance, après une décontamination plus poussée, promet-elle, mais toujours partielle. La station de traitement, prévue pour septembre 2012, ne fonctionne toujours pas.

Sur place, ce sont les ouvriers sous-traitants qui payent le plus lourd tribut. Ce sont eux qui prennent les plus fortes doses de radioactivité et leur statut précaire les pousse à tricher en minimisant l’enregistrement des doses reçues. Avec environ 3 000 personnes par jour sur le site, plus de 25 000 personnes y sont passées.

Quant aux habitants évacués, ils n’en peuvent plus. Ils ne croient plus à un retour à la normale. De nombreux habitants, surtout ceux avec de jeunes enfants, se sont résignés et ne rentreront jamais. Quelle sera leur vie quand les indemnités s’arrêteront ? Quel sera leur état de santé à long terme ? Il y a déjà, officiellement, trois cas de cancer de la thyroïde avérés chez les enfants de Fukushima, qui ont subi une intervention chirurgicale. 7 autres cas suspects sont en cours d’analyses complémentaires. Cela ne va qu’empirer, le pic du nombre de cas étant apparu 4 à 5 ans après les rejets massifs à Tchernobyl.

Combien seront-ils au Japon ? Pour eux, comme pour beaucoup, aucun retour à la normale n’est possible.

Les informations sont tirées de notre suivi quotidien de la catastrophe. Le titre est inspiré d’un article d’Alissa Decotes-Toyosaki dans Zoom Japon de février 2013

Ancien lien

Résultats des mesures ACRO en Corée du Sud

(mise à jour du 8 octobre 2012)

Suite à la catastrophe de Fukushima, l’ACRO a étendu son observatoire citoyen de la radioactivité dans l’environnement au Japon.
Nous avons également reçu des échantillons en provenance de Corée du Sud.

AOUT 2011 :
Echantillons prélevés à l’Est de la Corée du Sud

DECEMBRE 2011 :
Echantillon de papier peint en provenance de Corée du Sud

AOUT 2012 :
Lait infantile en provenance de Corée du Sud

Voir tableaux ci-dessous


PRELEVEMENTS ENVIRONNEMENTAUX – COREE DU SUD : RESULTATS ACRO

tab kr fr

(Sommaire)


PAPIER PEINT EN PROVENANCE DE COREE DU SUD : RESULTATS ACRO

Télécharger le rapport d’analyse (en anglais)

tab occ papier peint fr

Commentaires :

A la demande de l’association « Save Child Korea », l’ACRO a analysé du papier peint en provenance de Corée.
Ce papier est fortement contaminé par des éléments radioactifs d’origine naturelle qui ont été concentrés.

Il s’agit :
–          de l’uranium 238, qui se désintègre en une chaîne d’éléments également radioactifs : pour chaque élément de cette chaîne, la concentration est de l’ordre de 1 000 Bq/kg ;
–          de l’uranium 235, présent en plus faible quantité, comme dans la nature ; même si ces descendants n’ont pas été identifiés, ils sont forcément présents ;
–          du thorium 232, qui se désintègre en une chaîne d’éléments également radioactifs : pour chaque élément de cette chaîne, la concentration est de l’ordre de 8 000 Bq/kg.

L’ACRO a par ailleurs analysé séparément les différentes parties du papier en fonction des couleurs afin de déterminer si un pigment particulier pouvait expliquer un tel niveau de radioactivité. Mais il apparaît que la contamination est répartie uniformément.
De tels niveaux de radioactivité sont anormalement élevés, plus élevés que les seuils d’exemption fixés par la directive Euratom 96/29 : si la concentration en thorium 232 dépasse 1 000 Bq/kg, le produit doit être considéré comme une matière radioactive. La limite est la même pour l’uranium 238.
Ainsi, en Europe, la production d’un tel produit devrait être considérée comme « une activité nucléaire » soumise préalablement à déclaration ou à autorisation auprès d’une autorité compétente et être ainsi encadrée par des règles strictes de radioprotection et de gestion de déchets radioactifs.
Plus stricte, la réglementation française interdit toute addition intentionnelle de radionucléides artificiels et naturels dans des produits de consommation (sauf dérogation au cas par cas basée sur le principe de justification).
L’utilisation de ce papier pour tapisser des pièces d’habitation conduit inévitablement à une exposition des habitants, aux rayonnements ionisants, certes faible mais de façon chronique. Elle n’a aucune justification.

Par conséquence, ce papier peint devrait être retiré du marché et considéré comme un déchet radioactif.

Ce papier peint a été fabriqué par Daedong Wallpaper ( http://www.ddwp.co.kr/ ) qui a fait faillite en juillet 2011. L’usine est située à Gimhae et doit être aussi contaminée. Il s’agit du modèle “vif printemps”.
OCC_en1Dans son brevet, la compagnie prétend : “L’invention concerne un papier peint fonctionnel contenant des poudres de tourmaline et d’elvan de manière à émettre des anions et des rayons dans l’infrarouge lointain. Le papier fonctionnel contient une couche de base, une couche comprenant une résine de polychlorure de vinyle moussée contenant de la poudre de tourmalin et d’elvan, ainsi qu’une couche d’impression, lorsqu’elle est vue depuis la surface inférieure collée à une surface murale. Le papier peint fonctionnel émet une grande quantité d’anions et de rayons dans l’infrarouge lointain, par conséquent il rafraîchit les environnements intérieurs et procure d’excellents effets favorables au corps humain.”

(Sommaire)


LAIT INFANTILE DE COREE DU SUD : RESULTATS ACRO

tab_korea_milks_fr

Commentaires :

Suite à la catastrophe de Fukushima, les Coréens ont commencé à mesurer la radioactivité partout. Ils ont ainsi trouvé une rue de Seoul dont l’asphalte présentait une contamination radioactive : la municipalité à dû l’enlever.

L’ACRO a été contactée par une association coréenne pour faire des analyses. C’est ainsi que nous avions trouvé un papier peint très radioactif (voir ACROnique n° 96 de mars 2012). Cette fois-ci, c’est du lait maternisé en poudre que nous avons contrôlé à la demande de « save the children Korea ». Ce sont 5 marques que nous avons testées, avec, à chaque fois, trois âges différents.

A notre grande surprise, un lait était contaminé. Il est à base de lait de chèvre provenant de Nouvelle Zélande. Nous n’avons trouvé que du césium 137 comme contaminant artificiel, pas de césium 134, qui a une demi-vie de 2 ans. On ne peut donc pas incriminer la catastrophe récente de Fukushima. Ce césium pourrait avoir comme origine les essais nucléaires atmosphériques.

La contamination est certes très faible, mais il n’y a aucune raison de donner un lait contaminé à des bébés.

Faites un don pour l’ACRO  :


(Sommaire)

 
Ancien lien

Urines d’enfants en provenance de différentes régions du Japon (juin 2012)

urines juin12 fr

Commentaires (urines analysées de mars à juin 2012)

L’ACRO continue à faire face à une forte demande d’analyses d’urine en provenance du Japon et continue donc son aide. Nous présentons ici 59 nouveaux résultats.
Tous les résultats des analyses sur des enfants à Tôkyô et sa banlieue ne montrent pas de contamination, à l’exception d’un enfant de la ville de Matsudo, dans la province de Chiba.
Moins loin de la centrale, des enfants présentent toujours une contamination de leurs urines, plus d’un an après les rejets massifs dans l’environnement. C’est le cas en particulier dans la province de Fukushima, mais aussi dans les provinces voisines de Miyagi et de Tochigi. Ces contaminations sont faibles, mais persistent dans le temps.
A Kurihara, dans la province de Miyagi, ce sont tous des enfants d’agriculteurs qui mangent des produits de la ferme. Les niveaux de contamination de leurs urines sont similaires variant de 1,68 à 2,5 Bq/l pour les deux césiums.
Pour 5 personnes, il s’agit d’un suivi. Dans tous les cas, il y a une baisse de la contamination, ce qui montre l’utilité de ce genre de test qui permet aux personnes concernées de faire attention.

アクロ(ACRO)による日 本の放射能モニタリング結果

(2012.07.12)

see Environnement Japon on a bigger map


カンパをお願いします



福島原発の事故の後、アク ロは、日本でも市民によって環境放射能のモニタリングができるようにと協力をしてきました。

2011年3月
福島県の土壌と水 (2011年3月31日)

2011年4月
宮城県の野菜とシイタケ (2011年4月2日)
大阪市内のスーパーで購入した野菜(2011年4月22日)
日本の土壌と藁 (2011年4月12日 ~18日)
福島県相馬市の海水 (2011年4月16 日)

2011年5月
•  福島 県の海藻  (2011年5月4日~9日)
宮城県南部の土壌と水と野菜 (2011年5月14日~18日)
東京江東区のスラッジプラントの周辺のサンプル (2011年5月22日~25日)
茨城県南部と千葉県の土壌 (2011年5月15日~17日)
福島市の子供の尿 (2011年5月19日~21日)

2011年6月
福島県と宮城県の土壌と牧草 (2011年5月5日 ~4日)
福島県と宮城県の水道水 (2011年6月8日~19日)
福島市の野菜 (2011年6月18日 ~20日)

2011年7月
福島市と宮城県の野菜と 牛乳 (2011年7月3日 ~5日)
福島県小名浜港の魚 (2011年5月23日と7月23日 ~24日)
福 島の子 どもの尿分析(2回目)(2011年07月)
福島県、宮城県、神奈川県と北海道の土 (2011年6月28日~2011年7月31日)
福島県のジャガイモ (2011年07月)

2011年8月
東北の魚と海藻 (2011年8月19日~2011年8月22日)

2011年9月
東北の魚と海藻 (2011年9月13日~2011年9月14日)
福島県のサンプル (2011年9月)

2011年10月
東北の魚と海藻 (2011年10月12日~2011年10月13日)

2011年11月
掃除機のホコリや尿 (2011年9月~2011年11月)
福島県川俣のひらたけについての調査 (2011年11月)

2011年12月
東北の魚とカキ (2011年11月~2011年12月)

2012年01月
岩手 県一関市の食品 (2011年05月~2012年01月)
東北地方の掃除機からのハウスダスト (2012年01月)

2012年02月
日本各地の尿検査結果 (2012年02月)

2012年03月
日本各地の尿検査結果 (2012年03月)

2012年04月
食品 (2011年07月~2012年04月)
日本各地の尿検査結果 (2012年04月)

2012年05月
日本各地の尿検査結果 (2012年05月)
水と土壌 (2011年02月~2012年05月)

2012年06月
日本各地の尿検査結果 (2012年06月) 解説
-> 子供たちに対する放射能の説明、ACRO 2011

放射能測定に資金が必要です-ちくりん舎へカンパをお願いします


福島県の土壌と水 (2011年3 月31日)

すでに福島県からいくつかのサンプルがアクロに届き、測定の結果、基準を超える高い数値の放射性物質が検出されました。これらのサンプルは、日本の一般市 民によって採取されたものであります。

解説:

高度な濃度の放射能の汚染はチェルノブイリ原発事故と同レべルに値します。
アクロが測定したサンプルの中では、飯舘村前田の農地の土壌から最も高い放射性物質が検出されました。
放射性ヨウ素の値が一番高く、住民を避難させるべきであります。
長期的にみれば、半減期が約30年のセシウム137が最も心配されます。

土壌の測定の結果(単位はベクレル/ キロあたり)、その多くが、日本政府が定めた水田の土壌中の放射
性セシウムの濃度基準(5 000ベクレル以下/ 土1キログラムあたり)を上回るものでありました。
この結果をみれば、コメの作付けは見送られるべきです。

アクロが測定した数値(ベクレル/平方メートル)をチェルノブイリ事故後のベラルーシでの測定値と比べてみます。
185 000 –    555 000ベクレル/ m²           避難区域
555 000 – 1 480 000 ベクレル/m²           強制避難区域

ほとんどの測定結果の値はこの基準値を上回るものであります。

Download the analysis report in English

tab_jp_camp_1_sols_kg

tab_jp_camp_1_sols_m2

 

tab_jp_camp_1_eaux

()

宮城県の野菜とシイタケ  (2011年4月2日)

サンプルはフランスのテレビ局のレポーターによって宮城県から持ってこられま した。
これらは福島第一原発から約80キロの場所で採取されました。

解説:

野菜から検出されたセシウム137の値は基準値の500ベクレル/kgを大幅に上回っています。

tab_leg_jp

()

大阪市内のスーパーで購入した野菜 (2011年4月22日)

tab_jp_leg_3

()

日本の土壌と藁 (2011年4月12日~18日)

解説:

ACROは日本の市民が日本各地で 集めたサンプルを分析した。
福島から遠く離れた神戸では汚染は発見されなかった。佐賀(九州)と福井ではセシウム137の みが発見された。セシウム134が同じレベルで発見されないのでこのセシウム137は 過去の汚染であることを示している。
福島に近いところでは全てのサンプルは損壊した原発からの降下物による多数の放射性元素により汚染されている。
藁が高い放射能濃度であるのは藁が軽いことによる。一平方メートル当たりで同じ量の降下物による汚染でも、藁は土と比べるとキログラム当たりの汚染では非 常に高いものとなる。
前回の福島県からの土のサンプル分析ではヨウ素131が強く出ていた。しかしヨウ素131の 半減期は非常に短い(8日間)ので比較的早く消滅する。今回測定されたヨウ素はセシウ ムと比べ低い。
テルル129mは崩壊して半減期の非常に長いヨウ素129に なる。半減期は16百万年である。この核種は原発周辺で注意深く監視する必要があ る。
中間的なセシウム137は最もやっかいな核種とな るだろう。今回測定された濃度は全て日本政府により決定された米の作付基準であるキログラム当たり5,000ベクレルを下回っている。
1平方メートル当たりのセシウム137のベクレルを計算すれば、福島県の全てのデータはベラルーシで は移住の許可が与えられた185,000ベクレルを上回っている。
宮城県の汚染も極めて高いものである。それは以前に我々が宮城県の野菜で測定した高い汚染と符合する。

tab_res_jp_camp3_sols_kg

tab_res_jp_camp3_sols_surf

()

福島県相馬市の海水 (2011年4月16日)

解説:

通常、海水の汚染は検出することができない。原発から40Km以上北に位置する相馬で発見された放射性元素は福島原発からの ものである。海水の汚染は海の生物に蓄積される特性をもっている。例えば海藻のヨウ素汚染は海水のそれに比べ1,000倍から10,000倍もの濃度になりうる。魚や貝類ではこの値は10倍 から100倍となる。セシウムは生物種により10倍 から400倍に濃縮される場合がある。

tab_res_jp_camp3_eaumer
()


福島県の海藻 (2011年5月4日~9日)

グリン ピースによって採取された海藻。

Download the analysis report in English

国際環境NGOグリーンピースが福島第一原発の南方80Km沖で採取した海藻のうち1つの試料を除き、その他全ての試料について警戒レベルの放射能汚染を計測しました。

ヨウ素131の濃縮数値においては、日本政府の設定した暫定基準値である2000bq/kgを遥かに超える数値が検出されました。

この藻類は福島第一原発の第2号機から高濃度の汚染水が海へ流出した時点から約1ヶ月後に採取された試料です。この結果は公に汚染について公表されたものは異なり、また同時に、汚染は残留するという事を立証しました。

海藻がこれほどまでのレベルに汚染されている事から、海水も同じ様に汚染されています。しかしながら、日本政府による検査分析はより厳密に行われるべきで あり、日本政府によって行われた検査の検出限界はヨウ素131は4bq/L、 セシウム134は6bq/L、セシウム137は9bq/L としています。 放射能物質は海洋生物に濃縮する事から、この政府の設けた検出限界よりもより低い検出限界を設定する必要があります。藻類で計測されるヨウ素汚染は水の汚 染と比較した場合、1000倍高い数値になる場合もあります。

tab_alg_gp_jp
()


宮城県南部の土壌と水と野菜 (2011年5月14日~18日)

Download the analysis report in English

解説:

今回調査した宮城県南部の野菜は輸出が許可されるレベルの汚染度である。
これらの野菜と同時に収集した土は全て日本政府の米の作付基準以下の汚染度であった。すなわち、全てセシウム汚染は上限の5000Bq/kg以下である。
しかしながら、放射能に安全なしきい値は無いということに注意を払うことが重要である。
Fの畑の表面汚染はベラルーシでは定期的な監視が必要となる37,000Bq/m2 の基準を超えている。
今回の水のサンプルからは汚染は検出されなかった。

sols kg miyagi jp

sols m2 miyagi jp

leg miyagi jpeaux miyagi jp
()

東京江東区のスラッジプラントの周辺のサンプル (2011年5月22日~25日)

解説:

東京湾にある汚泥焼却プラントの周辺は高度に汚染されている。
この汚染はおそらく大部分が放射能に汚染された汚泥を焼却する焼却プラントからの煙によるものだろう。
セシウム137による表土汚染は定期的監視が必要となるベラルーシの基準である37,000Bq/m2を超えている。
植物の汚染も高い。キログラム当たりの値で表される事実から枯れ草と苔の鋭い違いがある。
この地域の汚染についてはより詳細な調査が必要である。
sols koutou ku kg jp

sols koutou ku m2 jp

leg koutou ku jp
()

茨城県南部と千葉県の土壌 (2011年5月15日~17日)

解説:

東京近郊で採取された土のサンプルは全て福島原発事故による降下物で顕著に汚染されている。
柏市(千葉県)のセシウム-137による表土汚染はベラルーシでは定期的監視が必要とされる37,000Bq/m2の基準を超えている。
この地域ではより詳細な調査が行われるべきである。

sols env tokyo kg jp

sols env tokyo m2 jp

()


福島市の子供の尿 (2011年5月19日~21日)

ACRO press release
Download analysis report

解説:

ACROは福島原発から約60Kmに位置する福島市に住む子どもの尿を分析した。その結果は極めて明確である:全てのサンプルは セシウム134と137に汚染されている。その濃度範囲は0.4から1.3ベクレル/リットルである。
このことは、これら6歳から16歳の子どもたち全員がセシウム134と137に汚染されていることを意味する。おそらくヨウ素1 31にも汚染されていた可能性があるが、ヨウ素131は素早く消失するため現在では検出されない。
これらのデータから全身の被ばく量を評価することは難しい。このことは放射能雲にさらされた人々と汚染された地域に住む人々の内 部被ばくを組織的に測定することを日本政府に強く求めている。これは簡単にできる(アントロポガンマメトリーにより(ホールボ ディカウンタのこと;訳注)。
内部被ばくの測定結果は公衆の被ばく量の評価において、その一部として考慮されるべきである。
今回の測定結果は、日本政府により決定された避難基準は高すぎるという我々の意見を補強するものである。ACROのみならず多くのNGOが、事故後1年間で20ミリシー ベルトと定められた基準を批判して来た。それはフランス政府により設定された事故後の基準である10ミリシーベルトの2倍であり 平常時の公衆の許容レベルの20倍である。
この内部被ばくは放射能雲によるものか、または汚染された食物によるもの、あるいはその両方による被ばくである。内部被ばくにつ いても放射能汚染による別の形態の被ばくとして付け加えられなければならない。この内部被ばくについての許容基準は減少されるべきである。

urine jp
± 2σ
()


福島県と宮城県の土壌と牧草 (2011年5月5日~19日)

Download analysis report

解説:

全てのサンプルは福島原発事故の降下物によるセシウム134と137に
汚染されている。その大部分は日本政府が決めた米の作付制限である
5000Bq/kg以下である。
温室の サンプルは雨よけの場所から収集されたものであり汚染は少ない。
2か所での表面汚染はベラルーシでは定期的監視が必要な37,000Bq/m2を
超えている。
牧草もセシウム134と137に汚染されているが放牧可能なレベルである。

tab 110629 sols kg jp

tab 110629 sols m2 jp

tab 110629 pature jp


tab 110711 herb jp
()

福島県と宮城県の水道水 (2011年6月8日~19日)

tab 110629 eaux jp

()

福島市の野菜 (2011年6月18日~20日)

tab 110629 leg jp

()


福島市と宮城県の野菜と 牛乳(2011年7月03日~05日 )

tab 110711 leg jp

tab 110711 lait jp


()

福島県小名浜港の魚(2011年5月23日7月23日~24日 )

グリーン ピースによって採取された魚。

国際環境NGOグリーンピースは8月9日、福島第一原子力発電所周辺で実施した、海産物の放射線調査において、福島県いわき市の小名浜港で採取したアイナメやクロメバルなどの魚から、暫定規制値を超える放射性物質を検出したことを発表しました。

サンプリングした海産物を、フランス原子力安全機関(ASN)認定機関のアクロ(ACRO)研究所で核種分析したところ、アイナメ(福島県小名浜港で採 取)から 1kgあたり749Bqのセシウム(Cs-134 + Cs-137)、クロメバル(福島県小名浜港で採取)から同1,053Bqのセシウム(Cs-134 + Cs-137)など、複数のサンプルから暫定規制値を超える放射性物質を検出しました。

魚 がこれほどまでのレベルに汚染されている事から、海水も同じ様に汚染されています。しかしながら、日本政府による検査分析はより厳密に行われるべきで あり、日本政府によって行われた検査の検出限界はヨウ素131は4bq/L、 セシウム134は6bq/L、セシウム137は9bq/L としています。 放射能物質は海洋生物に濃縮する事から、この政府の設けた検出限界よりもより低い検出限界を設定する必要があります。

sakanaGP
± 2σ

()


福島の子 どもの尿分析(2回目)(2011年07月)

ACRO 記者会見発表

解説:

日本の市民からの要求によりACROは18人の日本人の子どもの尿を分析した。子どもたちは福島県および東京都その周辺の出身である。

福島県の15人の子どもたちは全て、約60キロメートル離れた場所での核事故による放射性降下物で尿が汚染され続けている。このことは子どもたち自身がずっと汚染され続けていることを示している。一方で、東京とその周辺の3人の子どもたちの尿からは汚染は検出されなかった。

日本政府により実施された検査では福島の子どもたちの約半数が汚染されているとしているが、我々の結果では100%である。このことは日本政府の測定精度が不十分であり全ての汚染を検出していないことによる。

最初の10人の子どもたちは我々が前回測定(結果は6月30日に発表)した子どもたちと同一である。子どもたちのうち9人はその後、福島を離れた。一人だけが留まっている(U2)。U6の子どもは3月末に避難した。U3とU4は5月末に避難した。3人は6月から7月始めに福島を去り、残りの3人も7月22日からの夏休みの始めに避難した。

後の5人の新しい子どもたちは福島市周辺に住んでいる。そのうちの一人は5月中旬に避難した(U14)。

U11とU12は同じ高校の生徒であり同じグラウンドで頻繁に運動の練習を行っている。2人の汚染の違いは食物からのものであろう。

子どもたちの親は汚染を減らそうと精一杯の努力をしているにもかかわらず、環境中への大量の放射性物質の放出から4カ月以上もたった後、採尿の時期に未だ福島にいる子どもたちは全て汚染されていた。避難は汚染を減らすための一つの方法である。子どもたちの間での内部被ばくのバラつきは食物によるものであろう。

福島の子どもたちの内部被ばくを正確に、系統的にかつ定期的に監視することが重要である。家族はこの汚染を減らすことができるように放射能の測定結果について知ることができなければならない。

110802 urine jp
± 2σ

福島県の子どもの尿分 析 (2011年07月)

110802 urine2 jp
± 2σ

 東京周辺の子どもの尿 分析結果 (2011年07月)

 110802 urine3 jp

()


福島県、宮城県、神奈川県と北海道の土 (2011年6月28日 ~ 2011年7月31日)

解説:

福島原発から75kmの宮城県南部に位置する白河市越河ではセシウムによる汚染の合計は343,000Bq/m2に達した。これはベラルーシでは住民は移住の権利が与えられるレベルである。
原発から66kmの宮城県角田市ではセシウムの汚染は合計で163,000Bq/m2である。ベラルーシでは継続的な放射能監視が必要なレベルに相当する。
原発から約300kmの横浜でもかなりの汚染がある。北海道富良野市は原発から670Kmである。

110811(04) sols kg jp

110811(04) sols m2 jp

()

福島県のジャガイモ (2011年07月)

110811 pdt jp

()


東北の魚と海藻 (2011年8月19日~ 2011年8月22日)

グリーン ピースによって採取された海藻と魚

110830 poiss jp

110830 alg jp

()


東北の魚と海藻 (2011年9月13日~ 2011年9月14日)

グリーン ピースによって採取された海藻と魚

110920 poiss jp

110830 alg jp

()


福島県のサンプル (2011年9月)

サンプルはフランスのテレビ局のレポーターによって福島県から持ってこられました。場所の詳細は確認されていません。
地元住民は川前町のホットスポットを知っている。

johnson sols jp

johnson vgtx jp

()


東北の魚と海藻 (2011年10月12日~ 2011年10月13日)

グリーン ピースによって採取された海藻と魚

111017 poiss jp

111017 alg jp

()


掃除機のホコリや尿 (2011年9月~ 2011年11月)

掃除機のホコリ

ACROは日本の市民からの求めに応じて13軒の家の掃除機のホコリを分析した。原発から600Km離れた大阪を除いて、これらのホコリは全て福島での大惨事によるセシウム134と137で汚染されていた。

セシウムにより1キログラム当たり約20,000ベクレルという最も高い汚染を示したのは福島市渡利地区のものである。原発から約60 kmの場所にあるこの地域は特に汚染されている地域として知られており、コメの出荷も禁止されている。

北は岩手県一関市、南は東京の北の郊外に位置する千葉県柏市の住宅も相当に汚染されている。両市は原発から約200 km離れているが、汚染されたホコリは1キログラム当たりほぼ6,000ベクレルである。

111215 dust jp

 東北の子どもの尿

ACROは日本の市民からの求めに応じて子どもたちの尿の分析を続けてきた。今回、福島からの尿が100%汚染されてはいなかったのは良いニュースではあるが、しかし依然として多くの子どもたちが汚染され続けており、そのレベルは減衰していない。

これらの子どもたちの何人かは掃除機のホコリの比較調査を行った家に住んでいる。しかしホコリと尿の汚染の間にはどんな相関関係もなさそうである。このことからは食品が指摘される。

事故を起こした原発からほぼ200Kmの岩手県一関市の尿が最も高い汚染であった。

111215 urines jp

関東の子どもの尿

初めて東京の子どもの尿からセシウムを検出した。これはおそらく食品によるものである。

111215 urines2 jp

()


福島県川俣のひらたけについての調査 (2011年11月)

解説:

今回、生のヒラタケを初めて分析した。それらは30分間水に浸したもの、水あるいは酢を加えた水で15分間煮たものである。これらの結果、水に浸したものでは、わずかに11%のセシウムが水に移ることが分かった。一方で煮出した水には31から32%のセシウムが移動した。

120107 champ jp

()


東北の魚とカキ (2011年11月~ 2011年12月)

解説:

フランス人ジャーナリストがこれらの魚、カキを持ち帰った。 魚のセシウム汚染は500Bq/Kgの現在の規制よりは低い。しかしこれ らの魚のうち2品目は将来予定されている100Bq/Kgの規制を超えている。

120107 fish jp

()


岩手 県一関市の食品 (2011年05月~ 2012年01月)

120107 vgtx jp

()


東北地方の掃除機からのハウスダスト (2012年01月)

ACROは宮城県と福島県の掃除機から集められたハウスダストを分析した。全てのハウスダストが高いレベルで汚染されていることを確認した。ちなみに日本政府は廃棄物の放射能レベルを8,000Bq/kgと定めている。サンプルのうち2つはゴミ箱に酢捨てることはできないことになる。
家の汚染の継続的なモニタリングも必要であろう。

dust 120222 jp

()


日本各地の尿検査結果 (2012年02月)

ACROは日本のNGOや個人からの尿検査の要望に応えて無料での分析を行っている。今回の結果は福島原発から遠く離れた県からのものである。
3月11日からほぼ1年経過し福島原発から約220km離れた奥州市(岩手県)でも尿がまだ汚染されていることを示している。より近くの宮城県でも、特に丸森町で見られるように尿が汚染されている。
サンプルNo.11は前回の一関市の女児のものである。尿の汚染は顕著に改善された。両親は祖父母の菜園の野菜が汚染されているとは知らずに食べていた。ACROによる尿検査は、彼らが食生活を改善して予防ができるようにした。

tab urines 120222 jp

tab urines 120222 part jp

()


日本各地の尿検査結果 (2012年03月)

尿の 結果のコメントはこちらへ

urines tab1 1203 jp

urines tab2 1203 jp

()


食品 (2011年07月~2012年04月)

food tab1 jp

lait mater jp

food tab2 jp

()


日本各地の尿検査結果 (2012年04月)

尿の 結果のコメントはこちらへ

urines tab1 1204 jp

urines tab2 1204 jp

()


日本各地の尿検査結果 (2012年05月)

尿の 結果のコメントはこちらへ

urines tab 1205 jp

()


水と土壌 (2011年02月~2012年05月)

env eaux 0512 jp

env sols 0512 jp

()


日本各地の尿検査結果 (2012年06月)

urines tab 1206 jp

解説:

フランスのNGO ACROは日本からの依然として続く尿検査の強い要望に応え測定を行っている。ここに59例の新たな結果を公表する。
千葉県松戸市を除き、東京とその近郊の子どもたちの検査結果では汚染は検出されなかった。
環境中への大規模な(放射能)放出から1年以上たっても、福島原発からそれほど遠くない地域では子どもたちの尿は汚染されている。
これは特に福島地方で顕著だが近隣の宮城、栃木県でも同様である。これらの汚染は低いが長期に渡る。
宮城県栗原の子どもたちは全て自家の作物を食べている農家の子どもである。尿からの検出はセシウム134,137合計で1.68から2.5Bq/Lの範囲であり同一レベルである。
5人についてはフォローアップ検査である。全ての事例で汚染の減少が見られた。このことは、こうした検査が人々に注意を促す上で有効であることを示している。

カンパをお願いします



()
Ancien lien