Expertise radiologique par l’ACRO du convoi de déchets nucléaires

Communiqué de presse du 22 novembre 2011

Rapport d’expertise ACRO


Le vendredi 18 novembre 2011, l’ACRO est intervenue sur le site du terminal ferroviaire de Valognes afin d’y effectuer des mesures de radiations à proximité des convois de déchets radioactifs vitrifiés en attente d’un départ imminent vers l’Allemagne. Cette action s’est inscrite dans le cadre d’une inspection de l’Autorité de sûreté Nucléaire (ASN) qui a sollicité notre laboratoire indépendant en vue de conduire une expertise pluraliste et contradictoire avec celle de l’IRSN, expert institutionnel.
Il s’agit là d’une démarche tout à fait nouvelle et qui doit être soulignée car elle constitue une réelle avancée en matière de transparence.
Au-delà de la saisine de l’ACRO par l’ASN, des représentants de la CLI-AREVA (dont l’ACRO est membre) et un représentant associatif de la CLI Paluel-Penly ont également été associés pour assister à cette expertise pluraliste.

I – Résumé de l’expertise ACRO
Dans le temps imparti, l’expertise limitée de l’ACRO a néanmoins permis de réaliser un certain nombre de mesures d’exposition externe due au rayonnement gamma et rayonnement neutrons émis par les colis de déchets radioactifs. Le détail de ces mesures de débits de dose est reporté dans une note technique remise à l’ASN le 21 novembre et consultable sur notre site internet (www.acro.eu.org). Notons que les résultats de mesures obtenus par l’ACRO sont en très bonne concordance avec ceux de l’IRSN.
L’analyse du rayonnement émis souligne, de façon constante, un flux de neutrons environ 2 fois plus intense que le flux de radiations gamma (exprimé en débit d’équivalent de dose).
Le niveau de radiations est relativement similaire d’un wagon à un autre.

Les débits de doses évalués au contact et au centre des capots de protection des colis de déchets sont de l’ordre au total de 130 µSv/h. A 2 mètres, on mesure encore au total 37 µSv/h (dont 25 µSv/h pour les neutrons et 12 µSv/h pour les gamma).
Par ailleurs, quelques contrôles de contamination surfacique effectués par l’ACRO à l’extrémité d’un colis de déchets se sont révélés négatifs.

 II – Commentaire sur les résultats de l’expertise ACRO
Certes, ces valeurs respectent la réglementation relative aux transports des matières radioactives – notamment la limite de 100 µSv/h à 2 m – mais elles sont loin d’être anodines pour autant, s’agissant de convois qui circulent et stationnent dans des lieux où des personnes du public peuvent être présentes.
Pour mémoire, les valeurs de rayonnement ambiant naturel au niveau du sol sont respectivement de l’ordre de 0,08 µSv/h (gamma) et de 0,01 µSv/h (neutrons). Ce qui signifie qu’à 2 m d’un wagon, les niveaux d’exposition sont respectivement de 150 fois le bruit de fond gamma ambiant et de 2500 fois le bruit de fond neutrons ambiant.

Au-delà des mesures réglementaires, l’ACRO a procédé à des mesures, perpendiculairement à 3 wagons raccordés, en fonction de la distance et ce jusqu’à une trentaine de mètres. A cette distance éloignée, les mesures sont encore clairement significatives et l’extrapolation de ces points de mesures indique que le rayonnement pourrait être détectable jusqu’à 60 m.

 III – Commentaire sur les valeurs limites
La valeur de la limite réglementaire de 1 mSv/an[1] est souvent évoquée comme une référence. D’une part, il s’agit d’un maximum dont il faut s’éloigner (principe d’optimisation de la radioprotection) et, d’autre part, c’est une limite censée couvrir toutes les sources d’exposition auxquelles une personne est soumise. Lorsqu’il s’agit d’une exposition à une seule source (comme c’est le cas avec ce convoi), la Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR) recommande de retenir la valeur de 0,3 mSv/an comme valeur de référence. En clair, cette valeur serait dépassée pour un cheminot (qui est assimilé à une personne du public) qui passerait une dizaine d’heures par an à 2 m de tels wagons. Cette valeur de référence est trop souvent oubliée dans les commentaires habituels.

 IV – Commentaire sur la radioprotection des cheminots
Il y a un an, à la suite du précédent convoi de déchets radioactifs vitrifiés pour l’Allemagne, l’ACRO avait été sollicitée par des cheminots de Haute-Normandie. Il est apparu que plusieurs arrêts non programmés ont eu lieu pour des problèmes techniques lors de ce trajet. Un cheminot qui a remonté tout le convoi en le longeant constate que les forces de l’ordre portent des dosimètres individuels alors que lui-même n’a aucun suivi dosimétrique et n’a reçu aucune formation particulière. L’ACRO a porté l’affaire devant le Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire (HCTISN) lors de sa séance du 16 décembre 2010.
L’ACRO considère que le public doit être informé lors de passage de tels convois radioactifs et que, tout particulièrement le personnel de la SNCF, soit informé, formé et fasse l’objet d’un suivi dosimétrique individuel – par dosimétrie passive[2] et par dosimétrie opérationnelle[3] – dès lors que des agents sont susceptibles d’être exposés.

image005   image003
Deux experts de l’ACRO (habillés en bleus) effectuent des mesures de rayonnement gamma et neutrons sur le convoi de déchets nucléaires

Contact :

ACRO
138 Rue de l’Eglise – 14200 HEROUVILLE SAINT CLAIR
Tél : 02 31 94 35 34
Site Internet : www.acro.eu.org
Courriel :


[1] 1 mSv  (mili-Sievert) équivaut à 1000 µSv (micro-Sievert)

[2] dosimètre qui intègre les doses reçues dans le temps et qui est analysé ultérieurement

[3] dosimètre qui permet d’avoir une lecture en direct de la dose reçue et qui généralement comporte des seuils d’alarme

Ancien lien


Catastrophe de Fukushima – Nouvelles données sur la contamination des enfants japonais

Communiqué de presse et résultats

福島県の災害 – 日本の子供の汚染に関する新たなデータ

Version anglaise


Les enfants de Fukushima sont contaminés

Communiqué de presse du 30 juin 2011
Télécharger la version pdf


A la demande de citoyens japonais, l’ACRO a analysé les urines d’une dizaine d’enfants vivant dans la ville de Fukushima, à environ 60 km de la centrale nucléaire. Les résultats sont sans ambiguïté : toutes les urines sont contaminées en césium 134 et césium 137 à des concentrations allant de 0,4 à 1,3 becquerels par litre.

Cela signifie que ces enfants, âgés de 6 à 16 ans, sont tous contaminés en césium 134 et césium 137 et qu’ils l’ont probablement aussi été en iode 131. Ce dernier élément disparaît plus vite et l’on ne le détecte plus.

Il est difficile à ce stade, d’évaluer la contamination du corps entier à partir de ces données. Mais ces résultats devraient inciter les autorités japonaises à mesurer systématiquement la contamination interne des habitants qui ont été exposés aux panaches radioactifs et de ceux qui vivent dans les territoires contaminés et qui sont donc vraisemblablement soumis à une contamination chronique. Cela peut se faire sans difficulté technique (par anthropogammamétrie).

Les résultats de la mesure de la contamination interne devront ensuite être pris en compte dans l’évaluation des doses reçues par la population.

Cela nous conforte aussi dans l’idée que la limite fixée par les autorités japonaises pour déterminer les zones d’évacuation est trop élevée. Elle est de 20 millisieverts pour la première année, ce qui est fortement critiqué par de nombreuses organisations dont l’ACRO. En effet, elle est deux fois plus élevée que la limite française en cas d’accident et 20 fois plus élevée que la limite maximale admissible pour le public en temps normal.

Or, le calcul de dose effectué par les autorités japonaises pour déterminer les zones d’évacuation ne prend pas en compte cette contamination interne qui est due à l’exposition directe au panache radioactif et/ou à l’alimentation contaminée. Et cette contamination interne vient s’ajouter aux autres voies d’exposition aux radiations dues à la pollution radioactive. Il est donc impératif d’abaisser la limite due aux autres voies d’exposition.

L’ACRO a reçu de nouveaux échantillons du Japon qu’elle continue d’analyser gracieusement en attendant de pouvoir ouvrir un laboratoire sur place dès qu’elle aura rassemblé les fonds nécessaires. Toute aide financière est la bienvenue.

Les résultats sont en ligne ici

Version anglaise

Ancien lien


Iitate-mura : un village fortement contaminé à 40 km de la centrale de Fukushima

Communiqué de presse du 11 avril 2011 (Télécharger la version pdf)


La situation des quatre réacteurs nucléaires de la centrale de Fukushima est loin d’être sous contrôle et des rejets dans l’atmosphère et dans la mer se poursuivent. Mais, un mois après le début des quatre catastrophes nucléaires, les conséquences sont déjà dramatiques bien au-delà de la zone d’évacuation des 30 km.

A la demande de citoyens japonais, l’ACRO, laboratoire associatif d’analyse de la radioactivité créé il y a 25 ans, juste après la catastrophe de Tchernobyl, a analysé gracieusement des échantillons de terre et d’eau en provenance des municipalités de Iitate, de Kawamata et de Fukushima, situées entre 40 km et 50 km au Nord Ouest de la centrale accidentée.

Les résultats des analyses effectuées par l’ACRO, dont le laboratoire est agréé, démontrent une situation alarmante : le sol des fermes et des champs de riz est fortement contaminé en tous les points où des prélèvements ont été faits. De l’iode 131, des césiums 134, 136 et 137… et de nombreux autres radioéléments ont été détectés. Les résultats complets sont ici en français et en anglais.

La contamination par l’iode 131 est prépondérante. Les niveaux sont tels qu’il serait prudent d’évacuer le village d’Iitate : au lieu dit Maeda, nous avons détecté 1,9 millions de becquerels par mètre carré.

Malheureusement, cette situation alarmante va perdurer, à l’instar de ce que l’on a observé dans les territoires contaminés de la région de Tchernobyl. Car si l’iode et la plupart des autres radioéléments détectés vont disparaître rapidement par décroissance radioactive quand les rejets auront cessé, ce n’est pas le cas du césium 137 qui a une période radioactive de 30 ans, c’est-à-dire qu’il diminue de moitié tous les 30 ans.

Le sol des fermes et des champs de riz est aussi fortement contaminé en césium 137 partout où des prélèvements ont été faits. A titre de comparaison, le gouvernement japonais vient de fixer à 5 000 becquerels de césium 137 par kilogramme de terre la limite au-dessus de laquelle il ne sera pas possible de cultiver le riz. Tous les sols de Iitate mesurés par l’ACRO sont au-dessus de cette limite. Seul le champ de riz d’Iisaka dans la commune de Kawamata est en dessous. C’est le lieu dit Maeda situé dans la commune d’Iitate qui est plus contaminé avec 39 600 becquerels par kilogramme de terre.

A titre de comparaison avec la situation en Biélorussie, où un droit à la migration avait été instauré à partir d’une contamination radioactive de 185 000 becquerels par mètre carré et un droit au relogement à partir de 555 000 becquerels par mètre carré, nous avons aussi exprimés nos résultats dans cette unité. Presque toutes les zones contrôlées par l’ACRO sont au-dessus de ces limites.

Une cartographie précise des retombées des rejets aériens est impérative.

Cette contamination provient des dépôts secs et des pluies, comme en témoignent les niveaux relevés dans de l’eau de pluie prélevée dans une bassine.

Dès le 12 mars, l’ACRO a mis en ligne un suivi en continu des évènements au Japon. Quand il est devenu évident qu’il s’agissait d’une catastrophe de grande ampleur, nous avons lancé un appel à souscription pour venir en aide aux populations japonaises confrontées à la pollution radioactive. Nous sommes plus que jamais convaincus de la nécessité d’aider au développement au Japon d’une expertise citoyenne similaire à celles exercées par l’ACRO en France et par les habitants des zones polluées en Biélorussie. Nous continuons donc à faire appel à la générosité pour favoriser son émergence.

Enfin, dès l’annonce de l’arrivée des particules radioactives en France métropolitaine, nous avons mis en place une surveillance de tout le territoire national à l’aide de notre réseau de préleveurs volontaires. Les résultats sont aussi en ligne ici.

Ancien lien


Appel à souscription pour le Japon

Par solidarité avec le Japon touché par trois catastrophes simultanées, l’ACRO a lancé une souscription pour réunir un fonds de soutien aux demandes japonaises en termes de surveillance citoyenne de la radioactivité dans l’environnement. Nous avons réuni suffisamment de fonds pour commander le détecteur le plus performant du marché qui va équiper un laboratoire citoyen au Japon.
La souscription est donc arrêtée. Merci de tout coeur à ceux qui nous ont aidé.

Le laboratoire est maintenant opérationnel. Il est situé dans la banlieue Ouest de Tôkyô. L’association qui le gère s’appelle Chikurin (ちくりん舎). Voici quelques photos :

Entrée de Chikurin-sha (竹林舎), la "cabane dans le bois de bambou"

Entrée de Chikurin-sha (竹林舎), la “cabane dans le bois de bambou”

 

Vue de l'intérieur du laboratoire

Vue de l’intérieur du laboratoire

Salle de mesure avec deux détecteurs germanium (un seul est utilisé pour le moment) et le scintillateur NaI.

Salle de mesure avec deux détecteurs germanium (un seul est utilisé pour le moment) et le scintillateur NaI.

Premier détecteur germanium devant le château de plomb. A gauche on voit aussi le détecteur plus simple NaI en place depuis janvier 2012.

Premier détecteur germanium devant le château de plomb.
A gauche on voit aussi le détecteur plus simple NaI en place depuis janvier 2012.

Vue du local qui abrite le laboratoire

Vue du local qui abrite le laboratoire

Château de plomb monté

Château de plomb monté

Installation du château de plomb

Installation du château de plomb

L’ACRO œuvre depuis 25 ans pour permettre aux citoyens de s’approprier la surveillance de l’environnement en mettant à la disposition de tous les moyens matériels et humains d’analyse de la radioactivité. Elle est notamment intervenue dans les territoires contaminés de Biélorussie pour faciliter la mise en œuvre de dispositifs permettant un accès direct à la mesure de la radioactivité aux populations exposées aux conséquences de la catastrophe de Tchernobyl. Elle a participé au développement d’une culture radiologique pratique utilisable au quotidien.

L’ACRO entretient avec le Japon des relations privilégiées depuis de nombreuses années. Elle est en discussion avec des associations locales pour définir le projet et étudier les moyens nécessaires à sa réalisation. En attendant, vu le caractère d’urgence, les échantillons sont analysés en France.

Il est important de noter que les fonds recueillis qui ne seraient pas utilisés dans le projet seront intégralement reversés à des associations humanitaires qui viennent en aide aux victimes des catastrophes du Japon.

Le bilan financier de cette action sera contrôlé par notre commissaire aux comptes.

Envoyez vos dons par chèque à : ACRO, 138 rue de l’église, 14200 Hérouville-Saint-Clair, France ou par Paypal



Lire le communiqué de presse.

Ce projet a reçu le soutien financier de plus de 100 donateurs individuels, d’une biocoop, d’un concert en Allemagne, d’un collège de Caen, d’une collecte à Dieppe, d’une vente à un marché de Noël près de Genève et de la Région Ile de France.
Merci beaucoup !

Ancien lien


Mesures à proximité du train de déchets à destination de l’Allemagne

Communiqué ACRO du 6 novembre 2010

A la demande de Greenpeace et des élus Verts-Europe-Ecologie du Conseil régional, l’ACRO est intervenue pour procéder à des mesures des radiations émises lors du passage du train transportant les déchets vitrifiés à destination de l’Allemagne.

Cette action s’est déroulée le vendredi 5 novembre au départ du train à la sortie du terminal ferroviaire de Valognes.

L’exploitant a modifié à la dernière minute le lieu de raccordement du train (là où l’ACRO et Greenpeace devaient opérer les mesures) de sorte que nous ne puissions pas faire des mesures statiques (le train à l’arrêt).

Malgré tout, alors que le train était déjà lancé à une certaine vitesse, nos appareils ont très bien détecté ces radiations gamma et neutroniques même si, dans ces conditions de mesures nous ne pouvons donner des chiffres précis.

Pour autant, ce que nous avons détecté nous interpelle et nous incite à douter du respect des limites imposées par la réglementation sur les transports de matières radioactives.

cp061110


Areva et EDF forcées de reconnaître que le taux de recyclage du nucléaire n’est pas de 96 % mais de 12 % !

Communiqué de presse – juillet 2010

Paris, le 13 juillet 2010 – Aujourd’hui le Haut comité sur la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire (HCTISN) remet son rapport. Il avait été saisi par Jean-Louis Boorlo et par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques pour faire la lumière sur la gestion des matières et des déchets nucléaires.
Le rapport est consultable en ligne ici.
Le rapport présente (seulement) deux avancées majeures : d’abord le taux de recyclage annoncé dans le rapport est loin, très loin de celui habituellement mis en avant dans la communication d’Areva. Alors que l’industriel communique partout autour d’une énergie recyclable à 96%, le rapport annonce une économie d’uranium liée au recyclage de 12% ! Le collège associatif a même pu établir que sur les dernières années le taux effectif de recyclage se situe entre 3,9 et 1,7% (Voir pages 5 et 6 de ce document). Dans la même veine, la communication des industriels autour du « cycle » nucléaire est condamnée. Le rapport fait la preuve que certains déchets ne sont jamais réutilisés et qu’on ne peut donc pas parler de « cycle fermé ».

« Ces deux exemples prouvent qu’en France le nucléaire ne survit pas à la transparence, déclare Christine Gilloire de FNE. Les industriels ne vont plus pouvoir faire croire que le nucléaire est une énergie propre et renouvelable. Et faire reposer l’avenir des déchets accumulés sur une hypothétique génération 4 est parfaitement illusoire. »

Un rapport basé sur une démarche positive mais perverti par les industriels
Alors que la plupart des participants au Haut comité ont montré une bonne volonté franche, les industriels et les exploitants (EDF et Areva) ont su profiter d’une faille méthodologique pour tourner progressivement le rapport plutôt à leur avantage.
Une partie du collège associatif décide donc de ne pas avaliser le rapport en soulignant que le principe même du Haut comité et sa bonne volonté ne sont pas en cause.
Ils demandent que la diffusion du rapport soit accompagnée d’une note sur leurs points de désaccord, rédigée avec Yves Marignac (WISE-Paris), expert invité du groupe de travail (consultable ici).

« Nous sommes extrêmement déçus par la qualité du rapport, ajoute Yannick Rousselet, chargé de campagne Nucléaire de Greenpeace France. Le travail a, en majorité, été positif. Nous avons eu accès à des informations inédites et nous avons pu faire avancer la transparence là où l’opacité régnait. Le problème méthodologique que nous avons rencontré a malheureusement permis à EDF et Areva de rester flou sur certains sujets ou de modifier le rapport sans aucune validation. »

Des points de fond pas assez étudiés
Certains sujets évoqués dans le rapport ne sont pas suffisamment traités en profondeur. Par exemple, la dimension historique n’est pas prise en compte, ce qui apparaît comme une aberration : le bilan fait du « cycle » nucléaire est incomplet en ne donnant qu’une synthèse approximative des bilans actuels qui ne reflète ni les difficultés rencontrées dans les années passées ni la question de la gestion de l’accumulation de stocks passés.

« Le rapport est incomplet sur certains points et nous sommes en désaccord sur d’autres. Nous ne pouvions cautionner un tel document. Il ne s’agit pas, pour nous, de condamner le HCTISN mais bien de réclamer plus de moyens et plus de temps pour lui assurer un fonctionnement optimal » conclut Pierre Barbey de l’ACRO.

Contacts :
Yannick Rousselet, Campagne nucléaire Greenpeace – 06 85 80 65 59
Axel Renaudin, Communication Greenpeace – 06 88 88 18 27


Ancien lien


Appel à s’opposer à l’augmentation des rejets radioactifs dans l’environnement

ACRO
138, rue de l’Eglise
14200 Hérouville St Clair
tél : 02 31 94 35 34
acro.eu.org
CREPAN
154, rue d’Authie
14000 Caen
tél : 023138 25 60
CRILAN
10, rte d’Etang Val
50 340 Les Pieux
tél : 0233 52 4559
Greenpeace
9, rue de l’Union
50100 Cherbourg
tél : 02 33 01 77 43

Version pdf avec une annexe technique

Communiqué de presse commun du 16 février 2010

 Les associations de protection de l’environnement participant à la CLI de la centrale de Flamanville se sont regroupées pour lancer un appel à s’opposer à l’augmentation des rejets en tritium de la centrale nucléaire.

En contradiction avec les engagements internationaux de la France et le principe constitutionnel de précaution, les autorités s’apprêtent à autoriser l’augmentation de rejets radioactifs des installations nucléaires pour un radioélément dont la radiotoxicité est revue à la hausse.

Le tritium, hydrogène radioactif, est presque entièrement rejeté dans l’environnement par les installations nucléaires. Réputé « peu radiotoxique », sa nocivité est revue à la hausse au niveau européen. Les autorités britanniques ont même franchi le pas en faisant leurs les conclusions d’un groupe d’experts qui préconisait de multiplier par deux cette radiotoxicité. Certains experts vont jusqu’à proposer un facteur cinq au vu de l’avancement des connaissances scientifiques.

En toute logique, les autorités devraient imposer aux exploitants du nucléaire de rechercher à réduire les rejets en tritium en réduisant les autorisations de rejet. Mais c’est l’inverse qui est en cours ! Et de façon conséquente.

Les associations réunies par ce communiqué demandent donc aux autorités de renoncer à toute augmentation des rejets en tritium et de s’engager avec les exploitants vers une démarche de diminution continuelle des rejets par les installations nucléaires de base (réacteurs et usines).

Une telle démarche est en cohérence avec,
1) – les accords de Sintra de la convention internationale OSPAR, ratifiée par la France le 29 décembre 1999, qui imposent que les concentrations en substances radioactives dans l’Atlantique Nord tendent vers zéro d’ici 2020.
2) – le principe de précaution inscrit dans la constitution française depuis 2004.

L’Association Nationale des CLI (ANCCLI), après avoir organisé un colloque pluraliste et écouté tous les points de vue est arrivée aux mêmes conclusions.

Nous défendons cette démarche de prudence dans toutes les structures de dialogue et concertation locale et nationales où nous siégeons. Malheureusement nous ne sommes pas entendus. Nous appelons donc les citoyens directement exposés aux rejets de faire connaître
leur désaccord par tous les moyens qu’ils jugeront utiles.

Ancien lien


La contre-expertise vue par EdF

Lettre ouverte au président de la CLI de Flamanville du 13 novembre 2009


La Commission Locale d’Information (CLI) de la centrale nucléaire de Flamanville a été saisie d’un projet de protocole visant à encadrer strictement la réalisation de prélèvements et de mesure dans l’environnement que pourrait commander la CLI. Ce texte pourrait bien avoir été rédigé par EdF et proposé à d’autres CLI.

L’ACRO a donc réagit très vite en alertant la CLI et les instances nationales garantes de la « transparence » en matière de nucléaire car ce texte va à l’encontre de notre conception de la transparence. En effet, l’exploitant veut contrôler complètement la surveillance « indépendante » que pourrait effectuer la CLI.

Vous trouverez, ci-dessous, le projet de protocole et la lettre de réponse de l’ACRO :

Ancien lien