Résultats des mesures ACRO en Corée du Sud

(mise à jour du 8 octobre 2012)

Suite à la catastrophe de Fukushima, l’ACRO a étendu son observatoire citoyen de la radioactivité dans l’environnement au Japon.
Nous avons également reçu des échantillons en provenance de Corée du Sud.

AOUT 2011 :
Echantillons prélevés à l’Est de la Corée du Sud

DECEMBRE 2011 :
Echantillon de papier peint en provenance de Corée du Sud

AOUT 2012 :
Lait infantile en provenance de Corée du Sud

Voir tableaux ci-dessous


PRELEVEMENTS ENVIRONNEMENTAUX – COREE DU SUD : RESULTATS ACRO

tab kr fr

(Sommaire)


PAPIER PEINT EN PROVENANCE DE COREE DU SUD : RESULTATS ACRO

Télécharger le rapport d’analyse (en anglais)

tab occ papier peint fr

Commentaires :

A la demande de l’association « Save Child Korea », l’ACRO a analysé du papier peint en provenance de Corée.
Ce papier est fortement contaminé par des éléments radioactifs d’origine naturelle qui ont été concentrés.

Il s’agit :
–          de l’uranium 238, qui se désintègre en une chaîne d’éléments également radioactifs : pour chaque élément de cette chaîne, la concentration est de l’ordre de 1 000 Bq/kg ;
–          de l’uranium 235, présent en plus faible quantité, comme dans la nature ; même si ces descendants n’ont pas été identifiés, ils sont forcément présents ;
–          du thorium 232, qui se désintègre en une chaîne d’éléments également radioactifs : pour chaque élément de cette chaîne, la concentration est de l’ordre de 8 000 Bq/kg.

L’ACRO a par ailleurs analysé séparément les différentes parties du papier en fonction des couleurs afin de déterminer si un pigment particulier pouvait expliquer un tel niveau de radioactivité. Mais il apparaît que la contamination est répartie uniformément.
De tels niveaux de radioactivité sont anormalement élevés, plus élevés que les seuils d’exemption fixés par la directive Euratom 96/29 : si la concentration en thorium 232 dépasse 1 000 Bq/kg, le produit doit être considéré comme une matière radioactive. La limite est la même pour l’uranium 238.
Ainsi, en Europe, la production d’un tel produit devrait être considérée comme « une activité nucléaire » soumise préalablement à déclaration ou à autorisation auprès d’une autorité compétente et être ainsi encadrée par des règles strictes de radioprotection et de gestion de déchets radioactifs.
Plus stricte, la réglementation française interdit toute addition intentionnelle de radionucléides artificiels et naturels dans des produits de consommation (sauf dérogation au cas par cas basée sur le principe de justification).
L’utilisation de ce papier pour tapisser des pièces d’habitation conduit inévitablement à une exposition des habitants, aux rayonnements ionisants, certes faible mais de façon chronique. Elle n’a aucune justification.

Par conséquence, ce papier peint devrait être retiré du marché et considéré comme un déchet radioactif.

Ce papier peint a été fabriqué par Daedong Wallpaper ( http://www.ddwp.co.kr/ ) qui a fait faillite en juillet 2011. L’usine est située à Gimhae et doit être aussi contaminée. Il s’agit du modèle « vif printemps ».
OCC_en1Dans son brevet, la compagnie prétend : « L’invention concerne un papier peint fonctionnel contenant des poudres de tourmaline et d’elvan de manière à émettre des anions et des rayons dans l’infrarouge lointain. Le papier fonctionnel contient une couche de base, une couche comprenant une résine de polychlorure de vinyle moussée contenant de la poudre de tourmalin et d’elvan, ainsi qu’une couche d’impression, lorsqu’elle est vue depuis la surface inférieure collée à une surface murale. Le papier peint fonctionnel émet une grande quantité d’anions et de rayons dans l’infrarouge lointain, par conséquent il rafraîchit les environnements intérieurs et procure d’excellents effets favorables au corps humain. »

(Sommaire)


LAIT INFANTILE DE COREE DU SUD : RESULTATS ACRO

tab_korea_milks_fr

Commentaires :

Suite à la catastrophe de Fukushima, les Coréens ont commencé à mesurer la radioactivité partout. Ils ont ainsi trouvé une rue de Seoul dont l’asphalte présentait une contamination radioactive : la municipalité à dû l’enlever.

L’ACRO a été contactée par une association coréenne pour faire des analyses. C’est ainsi que nous avions trouvé un papier peint très radioactif (voir ACROnique n° 96 de mars 2012). Cette fois-ci, c’est du lait maternisé en poudre que nous avons contrôlé à la demande de « save the children Korea ». Ce sont 5 marques que nous avons testées, avec, à chaque fois, trois âges différents.

A notre grande surprise, un lait était contaminé. Il est à base de lait de chèvre provenant de Nouvelle Zélande. Nous n’avons trouvé que du césium 137 comme contaminant artificiel, pas de césium 134, qui a une demi-vie de 2 ans. On ne peut donc pas incriminer la catastrophe récente de Fukushima. Ce césium pourrait avoir comme origine les essais nucléaires atmosphériques.

La contamination est certes très faible, mais il n’y a aucune raison de donner un lait contaminé à des bébés.

Faites un don pour l’ACRO  :


(Sommaire)

 
Ancien lien

Download PDF