Contrôle du couvert végétal en Europe

 


Contrôle des retombées consécutives au passage du nuage « radioactif » en provenance du Japon

Analyse d’échantillons de lait en France :

tab_res_lait
ND : Non Détecté
Les éléments recherchés prioritairement correspondent aux radioéléments prépondérants dans le panache de rejets mesuré à proximité de la centrale de Fukushima : iode-131 (131I), césium-134 (134Cs) et césium-137 (137Cs)

Analyse du couvert végétal en Suisse et au Luxembourg :

tab_herb_europe
ND : Non Détecté
Les éléments recherchés prioritairement correspondent aux radioéléments prépondérants dans le panache de rejets mesuré à proximité de la centrale de Fukushima : iode-131 (131I), césium-134 (134Cs) et césium-137 (137Cs)

Analyse du couvert végétal (herbe) en France :

tab_4camp
ND : Non Détecté
Les éléments recherchés prioritairement correspondent aux radioéléments prépondérants dans le panache de rejets mesuré à proximité de la centrale de Fukushima : iode-131 (131I), césium-134 (134Cs) et césium-137 (137Cs)

Poursuite de la surveillance : analyses ponctuelles (plantes séchées)

tab pl sechees
ND : Non Détecté
Poursuite de la surveillance : analyses ponctuelles (herbe)

tab_herb_1107_caen
ND : Non Détecté
Contrôle des retombées d’iode 131 en France (herbe)

tab nov jca
ND : Non Détecté


Télécharger le communiqué n°3 ACRO du 22 avril 2011
Télécharger le communiqué n°2 ACRO du 13 avril 2011
Télécharger le communiqué de presse ACRO du 4 avril 2011

Depuis l’arrivée de gaz et de particules radioactifs en provenance du Japon, le laboratoire d’analyses de l’ACRO – en partenariat avec Greenpeace France – a effectué des contrôles en différents endroits du territoire métropolitain. L’objectif final était de savoir si la chaîne alimentaire pourrait être affectée. Pour accéder à cette connaissance, le niveau de contamination du couvert végétal (l’herbe) est régulièrement examiné ; c’est l’axe prioritaire de la surveillance. Au vu des résultats obtenus, des investigations complémentaires ont été réalisées sur du lait.

Le territoire métropolitain a été surveillé une première fois entre le 25 et le 31 mars, soit au plus tard, quelques jours après l’arrivée des masses d’air contaminées en provenance du Japon. Constatant la présence d’iode radioactif (iode-131) dans le couvert végétal de certains lieux mais également une augmentation de la contamination de l’air, entre le 27 et le 31 mars 2011, une seconde évaluation a été organisée une semaine plus tard, le dimanche 3 avril. Celle-ci a confirmé la présence d’iode radioactif (iode-131) sur pratiquement l’ensemble du territoire français avec des niveaux supérieurs à ceux mesurés lors de la première campagne. Du césium 137 a également été détecté dans le couvert végétal à des concentrations qui restent cependant faibles.

Afin de suivre l’évolution de ces niveaux de contamination, une troisième campagne de prélèvements a été réalisée entre le vendredi 8 et le dimanche 10 avril 2011. Les résultats confirment la très large étendue géographique des retombées (tous les prélèvements effectués révèlent la présence d’iode radioactif (iode-131). A la différence des précédentes campagnes, les concentrations en iode-131 commencent à diminuer et du césium-134 est détecté dans deux échantillons contenant également du césium-137.

A la demande de particuliers, des prélèvements d’herbe ont été réalisés en Suisse et au Luxembourg, leur résultats confirment que des retombées ont encore eu lieu entre le 13 et le 27 avril 2011 (voir résultats ci-dessus).

Une quatrième campagne a été organisée au mois de mai 2011 (entre le 03 et le 26), les résultats ne révèlent plus la présence d’iode-131, alors que le césium-137 est encore présent sur certains sites.

Rappelons que cette contamination, aussi faible soit-elle actuellement, n’est pas normale et ne doit pas être banalisée. En effet, avant la catastrophe de Fukushima, on ne trouvait ni iode 131, ni césium 134, ni césium 137 dans l’herbe en France.

Remerciement et poursuite :
L’ACRO tient à remercier toutes les équipes qui ont œuvré à l’échelle du territoire français pour collecter de manière méthodique et codifiée les échantillons indispensables à obtenir une vision synthétique de la situation des dépôts radioactifs sur le territoire Français.

 

Nos actions ont un coût et nous avons besoin de votre soutien pour continuer. Si vous pensez que l’ACRO est utile, adhérez ou envoyez un don !

Bulletin d’adhésion




 Contexte :

Les évaluations faites par les autorités prédisent un impact très faible du panache radioactif en France. Celles-ci sont confirmées par les mesures dans l’air effectuées en France et par différents pays sur le passage du nuage. Cependant, la situation reste critique au Japon, et les rejets continuent à la centrale de Fukushima dai-ichi.

L’ACRO, qui a été créée à la suite de la catastrophe de Tchernobyl afin d’analyser les retombées de son nuage, se doit d’être vigilante. Les prélèvements d’herbe réalisés ont permis d’évaluer les potentielles retombées sur le sol des particules radioactives qui auraient pu être présentes dans l’air en provenance du Japon. Des prélèvements ont été renouvelés pendant les semaines suivantes, en fonction de la situation au Japon.

Les analyses ont été effectuées au laboratoire de l’ACRO. Chaque analyse demande plusieurs heures de comptage (12 à 24h).

Quelques éléments de compréhension :

L’air transporte toutes sortes de substances radioactives sous la forme de gaz, ou associées aux particules les plus fines et dénommées aérosols. Avec la distance, le niveau de contamination de l’air diminue. L’une des raisons tient dans l’existence de dépôts. Par temps sec, les éléments sous forme d’aérosols ou de gaz contenus dans une masse d’air vont se déposer lentement le long du parcours. On parle de « dépôts secs ». Le relief, la nature du couvert végétal et le vent influencent l’intensité de ces dépôts.

Par temps de pluie, les gouttes d’eau en se formant emprisonnent les aérosols puis lors de leur chute précipitent ceux contenus dans la masse d’air située entre le sol et les nuages. On parle alors de lessivage dans et sous le nuage, finalement de « dépôts humides ». Les quantités déposées par temps de pluie sont toujours plus importantes que par temps sec.

Les dépôts vont d’abord être en partie captés par les surfaces végétales comme les feuilles, les brins d’herbe, etc.

Pourquoi s’intéresser à l’herbe

Le couvert végétal, notamment l’herbe, va être concerné (au premier plan) par les dépôts. Son analyse par spectrométrie gamma renseigne bien souvent mieux sur la situation globale que l’analyse directe de la masse d’air (les aérosols) compte tenu des différences dans les méthodes d’analyses.

Contrôler l’herbe qui sera broutée par les vaches, brebis, … c’est également la possibilité de savoir si la chaîne alimentaire, particulièrement la viande et le lait pourront être concernés. Contrôler l’herbe, c’est aussi la possibilité d’en savoir plus sur le niveau de contamination éventuel des légumes feuilles comme les salades par exemple.

En conclusion, organiser un contrôle du couvert végétal (de l’herbe) c’est donc accéder à la connaissance de ce qui va réellement « retomber » et se permettre d’estimer préventivement le risque lié à la consommation de divers produits alimentaires.

Méthodologie


  Sur le terrain :

Il est indispensable de choisir un endroit assez éloigné des arbres, haies, maisons. L’endroit doit être le plus possible dégagé, particulièrement dans un rayon d’une vingtaine de mètres. Généralement, on privilégie le centre d’un champ car les différents obstacles modifient les retombées.

Le couvert végétal ne doit pas s’apparenter à de hautes herbes ; ce peut être un gazon non tondu ; il est souhaitable que la hauteur de l’herbe soit au moins d’une dizaine de centimètres.

 Une surface de 1m2 est délimitée. Pour chaque site, les 2 premiers centimètres (le mât) sont systématiquement écartés et la collecte concerne un nombre d’unité d’1m² suffisant pour couvrir les besoins (au moins 250 g).

Au laboratoire :

Au sein du laboratoire ACRO, les échantillons font l’objet d’une analyse qualitative et quantitative par spectrométrie gamma selon méthode interne. Les brins d’herbe sont coupés en longueur d’environ 5cm dans un bac propre puis homogénéisé manuellement.

Après quoi, une quantité de 250g de matière fraîche est conditionnée dans un conteneur SG500 comme le montrent les photos ci-dessous. En attente d’un créneau d’analyse, les échantillons sont conservés à 4°C ; l’analyse est réalisée le plus rapidement possible.

Cette méthode interne garantit :

Ø  l’absence de pertes des halogènes et autres volatils car il n’y a pas de séchage notamment avec une étuve ventilée ;

Ø  d’avoir des échantillons comparables car tous d’une densité de 0,5 ce qui n’est pas le cas après séchage et broyage ;

Ø  de ne pas trop « diverger » par rapport à la courbe d’efficacité théorique (densité 0,5 contre 1) et de pouvoir en conséquence faire une correction d’atténuation

Ø  une évaluation rapide

 Qualifications du laboratoire ACRO

Le laboratoire de l’ACRO est agréé pour la mesure des radioéléments émetteurs gamma dans différentes matrices et la mesure du tritium dans l’eau, dans le cadre du réseau national de mesure de la radioactivité dans l’environnement (RNM).

Ancien lien