L’ACRO demande l’extension de la distribution d’iode dans un rayon de 100 km autour des centrales nucléaires françaises, comme en Belgique.

A partir de ce mardi 6 mars 2018, tous les habitants de Belgique peuvent aller retirer des comprimés d’iode dans les pharmacies pour protéger leur thyroïde en cas d’accident nucléaire grave. Le Luxembourg a fait de même en 2014 et, en Suisse, la pré-distribution de ces comprimés a été étendue à un rayon de 50 km autour des centrales nucléaires suite à l’accident nucléaire survenu à la centrale de Fukushima daï-ichi il y a sept ans. En France, la distribution reste limitée à 10 km.

Des stocks de comprimés d’iode sont disponibles au-delà des 10 km, mais le plan de distribution pendant la crise est peu réaliste. Une pré-distribution est indispensable pour une bonne prophylaxie.

Rappelons qu’au niveau Européen, les autorités en charge de la sûreté nucléaire et de la radioprotection recommandent depuis 2014 qu’« une stratégie générale doit être définie afin d’être en mesure d’étendre l’évacuation sur un rayon allant jusqu’à 20 km, la mise à l’abri des personnes et la distribution d’iode sur un rayon allant jusqu’à 100 km » (rapport ATHLET).

L’ACRO vient d’écrire au ministre de la transition écologique et solidaire pour lui demander que la France étende à un rayon de 100 km autour des centrales nucléaires la distribution de comprimés d’iode et engage un grand chantier de révision de ses plans d’urgence nucléaire en concertation avec les acteurs locaux prêts à s’impliquer.

Pour en savoir plus :

Etude sur les plans d’urgence nucléaire en France.

Etude sur les plans d’urgence en Belgique.

Etude sur les plans d’urgence en Inde. 

Etude sur les plans d’urgence en Ontario (Canada).

Fondements éthiques de la radioprotection – Ethical Foundations of Radiological Protection

English below

Le projet de rapport en anglais sur les fondements éthiques du système de radioprotection a été soumis à la consultation du public sur Internet. Ce document inclut les commentaires de l’ACRO.

La CIPR explique que le but de ce projet de rapport est de « décrire comment la Commission a utilisé les critères éthiques pour développer le système de radioprotection, avec comme objectif de présenter de façon cohérente comment l’éthique fait partie du système ». Cependant, ce n’est pas ce qui fait dans le projet de rapport.

La CIPR analyse plutôt comment les trois principes de la radioprotection – la justification, l’optimisation et la limitation – qui sont au cœur du système et qui s’appliquent aux différents modes d’exposition, sont reliés à quatre critères éthiques : la bienfaisance/non-malfaisance, la prudence, la justice et la dignité. Elle ne regarde jamais si ces valeurs éthiques sont pleinement prise en compte par les règles de radioprotection.

La CIPR remarque que « cet intérêt récent pour la dimension éthique de la radioprotection n’est pas sans relation avec les difficultés rencontrées durant des décennies par les professionnels de la radioprotection face aux questions et inquiétudes des citoyens. L’accent mis traditionnellement sur la science des radiations s’avère être insuffisant et il est maintenant reconnu que les dimensions éthiques et humaines des situations d’exposition sont importantes, et parfois décisives dans le processus de décision et dans la communication. » La CIPR cite comme exemples la gestion des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl, la gestion des déchets nucléaires et l’augmentation des applications médicales. Dans tous ces cas, les recommandations de la CIPR ont été critiquées et contestées par les personnes exposées. Les valeurs éthiques sont donc vue comme un moyen de communication.

Nous rappelons ici les trois principes fondamentaux du système de radioprotection par soucis d’exhaustivité :

  • « Le principe de justification qui dit que chaque décision qui change la situation d’exposition doit faire plus de bien que de mal. Cela signifie qu’en introduisant une nouvelle source de radiation dans des situations d’exposition planifiées, ou en réduisant l’exposition dans des situations d’exposition existantes ou d’urgence, on doit obtenir un bénéfice suffisant qui compense tous les coûts ou les conséquences négatives. Les bénéfices sont réputés s’appliquer à la société dans son ensemble, à des individus et aussi aux biotes.
  • Le principe d’optimisation qui stipule que toutes les expositions doivent être maintenues aussi bas que raisonnablement possible en prenant en compte les facteurs économiques et sociétaux. C’est une procédure reliée à la source, visant à obtenir le meilleur niveau de protection dans les circonstances actuelles grâce à un processus continu et itératif. Ce principe est la clé de voute du système de radioprotection. De plus, afin d’éviter les conséquences inéquitables de la procédure d’optimisation, la Commission recommande de limiter les doses aux individus et aux biotes pour une source donnée.
  • Le principe de limitation, qui déclare que les expositions individuelles ne doivent pas dépasser les doses limites recommandées par la Commission et qui ne s’applique qu’aux expositions planifiées autres que les expositions médicales et aux expositions des biotes. »

Les deux premiers principes peuvent conduire à des situations conflictuelles. Le bénéfice de quelques personnes ou de la société dans son ensemble peut conduire à exposer d’autres personnes qui ne bénéficient pas de cette exposition. De même, les facteurs économiques et sociétaux sont suffisamment vagues pour conduire à des situations conflictuelles qui ne sont jamais abordées dans le projet de rapport. C’est le cas, par exemple, avec les mines d’uranium dans des pays qui n’ont pas d’énergie nucléaire. Les riverains ne bénéficient pas de la mine alors qu’ils sont exposés aux poussières radioactives. Leurs propres facteurs sociétaux et économiques ne pèsent pas lourds devant ceux des pays où sont implantés les centrales nucléaires.

En ce qui concerne les situations d’exposition existantes qui font suite à un accident nucléaire de grande ampleur, les facteurs économiques et sociétaux des habitants des territoires contaminés ne sont pas ceux des personnes vivant dans les autres parties du pays. Ainsi, par exemple, les premiers veulent vendre leurs produits agricoles et ces derniers veulent éviter une contamination interne.

Ces deux exemples soulèvent des questions éthiques difficiles qui ne sont jamais abordées dans le projet de rapport.

Regardons maintenant les quatre critères éthiques. La CIPR explique que « la bienfaisance signifie promouvoir ou faire le bien, et la non-malfaisance, éviter la causalité du préjudice […]. Dans un sens plus restreint, la bienfaisance inclut la considération des bénéfices directs pour les individus, les communautés et l’environnement. l’utilisation des rayonnements, bien qu’associée à certain risques, peut, sans aucun doute, avoir des conséquences désirables, comme l’amélioration des diagnostiques ou de la thérapie en médecine, ou encore la production d’électricité. Cela doit être mis dans la balance face aux conséquences préjudiciables. »

La CIPR reconnaît que l’évaluation de la bienfaisance et de la non-malfaisance est un défi mais n’a rien d’autre à proposer « qu’une telle évaluation [soit] transparente pour ce qui est pris en compte, qu’elle reconnaisse les désaccords éventuels et qu’elle aille plus loin qu’une simple comparaison des impacts directs sur la santé et des coûts économiques. » La CIPR ne fournit aucun exemple de bonne pratique découlant de ces recommandations qui sont rarement mises en œuvre.

« La prudence est la capacité à faire des choix éclairés et soigneusement considérés sans la connaissance complète de la portée et des conséquences de ces actions […]. Les implications de cette attitude prudente ont été importantes pour la structuration du système de protection radiologique. » Cependant, les limites d’exposition ont toujours été réduites aux cours des années et la CIPR ne se demande jamais si ces recommandations étaient suffisamment prudentes dans le passé.

La CIPR note que « ni la prudence ni le principe de précaution ne devraient être interprétés comme une demande de risque zéro, le choix de l’option la moins risquée ou l’exigence d’actions pour l’action ». Mais les populations ont le droit de choisir l’option la moins risquée et d’exiger des actions dans le souci d’une meilleure protection.

« La justice est généralement définie comme l’équité dans la distribution des avantages et des inconvénients entre les groupes de personnes (justice distributive), l’équité dans la compensation des pertes (justice réparatrice) et l’équité dans les règles et les procédures relatives aux processus décisionnels (justice procédurale) […]. Comme pour les contraintes de dose et les niveaux de référence, les limites de dose sont des outils pour restreindre l’exposition individuelle afin d’assurer l’équité dans la répartition des risques parmi le groupe d’individus exposés. »

Avant de considérer une distribution « équitable » des risques, on doit se demander si ces risques sont acceptables ou non.

De plus, certaines catégories de personnes sont plus sensibles aux radiations que d’autres. C’est le cas, en particulier, des enfants et bébés. La justice devrait impliquer une meilleure protection avec des limites plus faibles pour eux. C’est une forte demande des familles vivant dans les environs de la centrale de Fukushima daï-ichi. Certaines d’entre elles ont évacué sans le moindre soutien afin de protéger leurs enfants.

De la même manière, les individus ne sont pas tous égaux en terme de patrimoine génétique et une partie de la population présente des hypersensibilités face aux effets néfastes des radiations (1 à 3% sont hétérozygotes pour l’ataxie télangiectasie). Le système de radioprotection ne peut être construit pour protéger la majorité des citoyens, mais tous les citoyens.

Anand Grover, Rapporteur spécial du Conseil des droits de l’Homme, note, dans son rapport sur la situation à Fukushima que « les recommandations de la CIPR sont basées sur les principes d’optimisation et de justification, selon lesquels toutes les actions du gouvernement devraient tendre à maximiser les bénéfices sur les détriments. Une telle analyse risques-bénéfices n’est pas en accord avec le cadre du droit à la santé car il privilégie les intérêts collectifs par rapport aux droits individuels. En vertu du droit à la santé, le droit de chaque individu doit être protégé. »

La CIPR ne traite pas cette question de la santé individuelle dans son projet de rapport. Comment peut-elle espérer répondre aux exigences des populations et être comprise par elles ?

« La justice intergénérationnelle a été traitée par la Commission pour la gestion des déchets radioactifs […]. La Commission introduit des responsabilités vis à vis des générations futures en leur donnant les moyens d’assurer leur protection. » La justice pourrait aussi être étendue à des considérations spatiales en interdisant l’exportation des déchets radioactifs vers des pays étrangers qui ne bénéficient pas de la production d’électricité.

La mise en œuvre de la radioprotection nécessite un système démocratique pour éviter les abus. Cependant, la démocratie n’est pas retenue comme critère éthique par la CIPR.

Dans ce projet de rapport, l’application des principes éthiques est limitée à quelques sujets comme la gestion des déchets. Ces principes sont essentiellement utilisé pour justifier a posteriori les choix faits par la CIPR. L’ACRO pense que les valeurs éthiques doivent être entièrement appliquées à tous les aspects de la radioprotection et que la Commission devrait se demander si elle a atteint ce but. Les exemples présentés plus haut montrent que ce n’est probablement pas le cas.

Finalement, la CIPR considère les valeurs procédurales et introduit la responsabilité, la transparence et l’inclusion (participation des parties prenantes). « La responsabilité peut être définie comme le critère éthique procédural qui implique que les personnes en charge de la prise de décision soient redevables de leurs actions envers ceux qui susceptibles d’être affectés par ces actions. En terme de gouvernance, cela signifie l’obligation pour les individus ou les organisations de rendre compte de leurs actions, d’en accepter la responsabilité et d’être prêt à en assumer les conséquences si nécessaire. »

La transparence « concerne l’équité du processus à travers lequel l’information est intentionnellement partagée entre les individus et/ou les organisations […]. La transparence ne signifie pas simplement la communication ou la consultation. C’est relié à l’accès à l’information relative aux activités, délibérations et les décisions en jeu, et aussi à l’honnêteté avec laquelle cette information est transmise. Cela fait partie de la responsabilité sociale des entreprises, en veillant à ce que les décideurs agissent de manière responsable dans les domaines social, économique et environnemental, dans l’intérêt des individus et groupes concernés. »

Enfin, « la participation des parties-prenantes, aussi appelée implication ou engagement des parties prenantes, signifie « impliquer toutes les parties concernées dans les processus décisionnels liés à la protection radiologique ». »

L’ACRO soutient fortement l’application de ces valeurs procédurales et estime qu’elles devraient être mise en œuvre dès la phase de justification. Bien que cela ne soit pas mentionné dans le projet de rapport, c’est déjà une exigence de la convention d’Aarhus pour ce qui concerne l’environnement. Cela devrait être étendu à la radioprotection.

Le projet de rapport mentionne : « l’expérience de la gestion des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl, et plus récemment l’accident de Fukushima, montrent que l’autonomisation des personnes affectées les aide à retrouver la confiance, à comprendre la situation à laquelle elles sont confrontées, et enfin, à prendre des décisions éclairées et à agir en conséquence. » Cela n’est vrai que pour un nombre très limité de personnes. La plupart des citoyens vivant dans les environs de la centrale de Fukushima daï-ichi ne font toujours pas confiance aux autorités. La « responsabilité » et la « transparence » ont été ignorées par les autorités japonaises. La limite arbitraire d’évacuation fixée à 20 mSv/an n’a jamais été expliquée ni justifiée. Les personnes qui refusent cette limite peuvent n’avoir pas d’autre choix que de rester à cause des contraintes économiques.

C’est dommage que la CIPR n’ait pas cherché à comprendre la situation des territoires contaminés dans son ensemble et ait limité ses fameux « dialogues » à un nombre limité de personnes qui sont d’accord avec elle. Elle aurait beaucoup plus appris sur les conséquences de ses recommandations en parlant à toutes les catégories de personnes.

En conclusion, l’ACRO estime que l’étude des fondements éthiques de la radioprotection est nécessaire mais qu’elle n’est pas complète dans ce projet de rapport. Cela devrait être soumis à différentes parties prenantes et discuté par d’autres moyens qu’une simple consultation sur Internet.


English version

The draft ICRP report Ethical Foundations of the System of Radiological Protection has been submitted for public consultation on the Internet. The present document includes comments from ACRO.

ICRP claims that the purpose of the draft report is to “describe how the Commission has used ethical values in developing the system of radiological protection with the objective of presenting a coherent view of how ethics is part of this system”. Actually, this is not what is really done in the draft report.

ICRP rather consider how the three fundamental principles of protection – justification, optimisation, and limitation – that are central to the system and apply to the different types of exposure situations are related to four core ethical values: beneficence/non-maleficence, prudence, justice and dignity. It never considers whether these ethical values are fully taken into account in radiation protection rules.

ICRP notes that “this relatively recent interest in ethical aspects of radiological protection is certainly not unrelated to the difficulties encountered for decades by radiological protection professionals facing the questions and concerns of citizens. The traditional emphasis on the science of radiation has been shown to be insufficient, and it is now recognised that human and ethical dimensions of exposure situations are important and sometimes decisive in both the decision making process and in communication”. As examples, ICRP cites the management of the consequences from the Chernobyl accident, radioactive waste management and the increasing use of medical applications, all situations where its recommendations have been challenged and criticized by exposed persons. Ethical values are then seen as a tool to communicate with the public.

For the sake of completeness, let us recall the three fundamental principles of the present radiological protection system:

  • “The principle of justification, which states that any decision that alters the exposure situation should do more good than harm. This means that, by introducing a new radiation source in planned exposure situations, or by reducing exposures in existing and emergency exposure situations, one should achieve sufficient benefit to offset any costs or negative consequences. The benefits are deemed to apply to society as a whole, to specific individuals and also to biota.
  • The principle of optimisation, which stipulates that all exposures should be kept as low as reasonably achievable taking into account economic and societal factors. It is a source-related process, aimed at achieving the best level of protection under the prevailing circumstances through an ongoing, iterative process. This principle is the cornerstone of the system of protection. Furthermore, in order to avoid inequitable outcomes of the optimisation procedure the Commission recommends restricting doses to individuals and biota from a particular source.
  • The principle of limitation, which declares that individual exposures should not exceed the dose limits recommended by the Commission, and applies only to planned exposure situations other than medical exposure to patients or exposure of biota.”

The first two principles can lead to conflicting situations. The benefit of some people or the society as a whole could lead to the exposure of other people who do not benefit from this exposure. Similarly, the economic and societal factors are vague enough to lead to conflicting situations that are never addressed in the present draft report. This is the case for example with uranium mining in countries that do have nuclear power plants. Neighbouring communities generally do not benefit from the mine although they are exposed to the radioactive dust. Their societal and economical factors do not weight much in front of the societal and economical factors of the countries where the nuclear power plants are implanted.

Regarding existing exposure situations after a large-scale nuclear accident, the economic and societal factors of the population living in contaminated territories are not the same as the ones of the other parts of the country. For example, the former want to sell their agricultural production and the later to avoid internal contamination.

These two examples raise difficult ethical issues related to radiological protection that are never addressed in the draft ICRP report.

Let us consider now the four core ethical values. ICRP explains that “beneficence means promoting or doing good, and non-maleficence means avoiding causation of harm […] In a narrower sense, beneficence includes consideration of direct benefits, for individuals, communities, and the environment. The use of radiation, although coupled with certain risks, undoubtedly can have desirable consequences, such as the improvement of diagnostics or therapy in medicine, or the production of electricity. These have to be weighed against the harmful consequences.”

ICRP recognize that the assessment of beneficence and non-maleficence is a key challenge but has nothing else to propose than recommending, “that such an assessment [should] be transparent about what was included, recognise disagreements where they arise, and go beyond a simple balancing of direct health impacts against economic costs.” ICRP provides no example of good practice arising from these recommendations that are rarely implemented.

“Prudence is the ability to make informed and carefully considered choices without the full knowledge of the scope and consequences of actions […] The implications of this prudent attitude have been significant for the subsequent structuring of the system of radiological protection.” However, exposure limits have always been reduced over the years and the ICRP never asks itself whether its recommendations where prudent enough in the past.

ICRP notes that “neither prudence nor the precautionary principle should be interpreted as demanding zero risk, choosing the least risky option, or requiring action just for the sake of action.” But populations do have the right to choose the least risky option and requiring actions for the sake of a better protection.

“Justice is usually defined as fairness in the distribution of advantages and disadvantages among groups of people (distributive justice), fairness in compensation for losses (restorative justice), and fairness in the rules and procedures in the processes of decision-making (procedural justice). […] As with dose constraints and reference levels, dose limits are tools to restrict individual exposure in order to ensure fairness in the distribution of risks across the exposed group of individuals.”

Before considering a “fair” distribution of the risks one should wonder whether such risks are acceptable or not.

Moreover some categories of people are more sensitive to radiations than others. It is particularly the case of children and infants. Justice would mean a better protection with lower limits for them. This is a strong request from families living around the Fukushima dai-ichi nuclear power plant. Some of them evacuated without any support in order to protect their children.

Similarly, individuals are not all equal in terms of genetic heritage and part of the population has a hypersensitivity to the adverse effects of radiation (1 to 3% are heterozygous for ataxia telangiectasia). The radiation protection system cannot be built to protect the majority of citizens, but all citizens.

Anand Grover, Special Rapporteur of the Human Rights Council, in his report about the situation in Fukushima notes that “ICRP recommendations are based on the principle of optimisation and justification, according to which all actions of the Government should be based on maximizing good over harm. Such a risk-benefit analysis is not in consonance with the right to health framework, as it gives precedence to collective interests over individual rights. Under the right to health, the right of every individual has to be protected.”

ICRP does not address this issue of individual health in its draft report. How can it expect to answer to the demands of the populations and be understood by them?

“Intergenerational justice has been addressed by the Commission for the management of radioactive waste […]. The Commission introduces responsibilities towards future generations in terms of providing the means to deal with their protection”. Justice could also be extended spatial consideration by forbidding the export of radioactive waste to foreign countries that did not benefit from the electricity production.

Implementation of radiological protection requires democracy to avoid abuses. Nevertheless, democracy is not considered as a core ethical value by ICRP.

In this draft report, application of ethical principles is limited to few topics such as waste management. These principles are mainly used to justify a posteriori the choices done by the ICRP. ACRO considers that ethical values should be fully applied to all aspects of radiological protection and the Commission should ask itself whether it has achieved this full implementation. Examples presented before show that this is probably not the case.

The ICRP finally consider procedural values and introduce accountability, transparency and inclusiveness (stakeholder participation). “Accountability can be defined as the procedural ethical value that people who are in charge of decision-making must answer for their actions to all those who are likely to be affected by these actions. In terms of governance this means the obligation of individuals or organisations to report on their activities, to accept responsibility, and to be ready to account for the consequences if necessary.”

Transparency “concerns the fairness of the process through which information is intentionally shared between individuals and/or organisations […] Transparency does not simply mean communication or consultation. It relates to the accessibility of information about the activities, deliberations, and decisions at stake and also the honesty with which this information is transmitted. It is part of corporate social responsibility, ensuring that decision-makers act responsibly in the social, economic and environmental domains in the interest of individuals and groups concerned.”

Finally, “stakeholder participation, also referred to as stakeholder involvement or engagement, means “involving all relevant parties in the decision-making processes related to radiological protection””.

ACRO strongly supports the implementation of these three procedural values and considers that they should be implemented from the justification stage. This is not mentioned in the draft report, although it is a requirement the Aarhus convention for environmental issues. This should be extended to radiological protection.

The draft report mentions: “experience from the management of the consequences of the Chernobyl accident, and more recently the Fukushima accident demonstrated that empowerment of affected people helps them to regain confidence, to understand the situation they are confronted with, and finally to make informed decisions and act accordingly.” This is true for a very limited number of people. Most of citizen living around the Fukushima dai-ichi nuclear power plant still do not trust authorities. “Accountability” and “transparency” have being ignored by Japanese authorities. The arbitrary evacuation limit of 20 mSv/y has never been explained nor justified. People refusing this limit might have no other choice than remaining in contaminated territories due to economical constrains.

It is a pity that the ICRP has never tried to grasp the situation in contaminated territories as whole and has limited its so-called “dialogues” to a limited number of people that agrees with the Commission. It would have learned much more about the consequences of its recommendations in talking to all categories of people.

As conclusion, ACRO considers that studying the ethical basis of the radiological protection is a necessity but it is not achieved in the present draft report. It should be submitted to various stakeholders and discussed by other means than a simple public consultation on the Internet.

Contamination au plutonium de travailleurs dans un centre de recherche nucléaire au Japon

5 employés d’un centre de recherche au Japon ont été contaminés par de la poudre de combustible nucléaire contenant de l’oxyde de plutonium et d’uranium.

Pour en savoir plus, voir notre site dédié à la catastrophe nucléaire au Japon, Fukushima.eu.org :

AVIS de l’ACRO en réponse à la consultation sur le projet de décret relatif à la protection sanitaire contre les dangers résultant de l’exposition aux rayonnements ionisants et à la sécurité des sources de rayonnements ionisants contre les actes de malveillances.

Le Ministère de l’environnement a soumis à l’avis du public son projet de décret relatif à la protection sanitaire contre les dangers résultant de l’exposition aux rayonnements ionisants, qui transpose la directive européenne 2013/59/Euratom.

Fukushima cinq ans après, retour à l’anormale

Etude pour Greenpeace Belgique

Rapport complet

Résumé

La catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima daï-ichi (FDI), classée au niveau 7 de l’échelle internationale INES – le niveau le plus élevé – est largement reconnue comme étant d’origine humaine. Elle a contaminé un grand territoire au Japon et est responsable du déplacement de 160 000 personnes environ, selon les statistiques officielles. Les territoires contaminés qui n’ont pas été évacués sont aussi fortement affectés.

Les rejets radioactifs de la centrale accidentée perdurent, parfois à des niveaux anormalement élevés. Cela a été caché pendant plusieurs mois, générant ainsi une forte confusion. De mauvaises pratiques ont ainsi conduit à des rejets importants de poussières radioactives et à une contamination significative à des dizaines de kilomètres de la centrale. TEPCo peine à réduire les fuites en mer et l’eau contaminée continue à s’accumuler dans des cuves sans solution en vue.

La compagnie en est toujours à tenter de stabiliser la centrale et de réduire les menaces. Le démantèlement à proprement parler n’a pas encore commencé. Alors que les territoires qui entourent la centrale ont été évacués, il y a une crainte de reprise des rejets massifs en cas de nouvelle catastrophe naturelle. Les personnes déplacées se demandent s’il est raisonnable de rentrer une fois l’ordre d’évacuation levé. En effet, les réacteurs accidentés de la centrale de FDI sont plus fragiles que des réacteurs normaux et leur enceinte de confinement fuit. Ils pourraient ne pas tenir en cas de séisme et tsunami, entraînant ainsi de nouveaux rejets radioactifs massifs.

Les évacués

De nombreuses personnes ont dû évacuer pendant la phase d’urgence, suivies par d’autres durant les premiers mois à cause de la contamination radioactive. De nombreuses autres personnes sont parties d’elles-mêmes pour se protéger ou protéger les enfants. Cinq ans plus tard, la plupart restent évacuées et ont du mal à imaginer leur avenir.

Le nombre total de personnes déplacées n’est pas bien connu. Cependant, selon les données officielles, environ 160 000 personnes ont fui les territoires contaminés. Cinq ans plus tard, le nombre de personnes déplacées est toujours de 100 000 environ alors que l’ordre d’évacuer n’a été levé que dans trois communes. Celles qui se sont réinstallées ailleurs ne sont plus comptées bien qu’elles souffrent encore.

Au-delà de ces chiffres, il y a de nombreux individus dont la vie a été fortement perturbée. Les catastrophes nucléaires majeures sont d’abord des catastrophes humaines qui conduisent au déplacement de nombreuses personnes qui perdent tout : le logement, la vie de famille, le lien social, jusqu’à leur avenir. L’évacuation génère de grandes difficultés et de la souffrance pour les populations affectées, mais elle était nécessaire. Les personnes qui n’ont pas été évacuées et qui vivent toujours en territoire contaminé s’inquiètent aussi beaucoup pour leur santé ; leur vie quotidienne est aussi fortement perturbée.

Pour définir le devenir des territoires évacués, les autorités japonaises les ont divisé en trois zones en fonction du débit de dose ambiant : les zones où l’exposition externe annuelle devrait dépasser vingt millisieverts (20 mSv) pendant cinq ans et là où elle dépasse 50 mSv actuellement sont classées en « zones de retour difficile ». L’ordre d’évacuation ne sera pas levé avant plusieurs années et la réinstallation des résidents est aidée. Les zones où l’exposition externe sera sûrement inférieure à 20 mSv par an sont classées en zones où l’ordre d’évacuer est prêt à être levé. Entre les deux, là où l’exposition externe est comprise entre 20 et 50 mSv par an, les résidents ne peuvent pas rentrer, mais la décontamination devrait pouvoir la faire passer sous la limite de 20 mSv par an.

La protection contre les radiations

Aussi bien la politique d’évacuation que celle de retour des populations est basée sur une interprétation laxiste des recommandations internationales de radioprotection qui ne sont pas très contraignantes. 20 mSv par an correspond à la valeur la plus haute des niveaux de référence introduits par la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) pour ce qu’elle appelle les « situations existantes » qui incluent le post-accident. La CIPR recommande de baisser ce niveau à 1 mSv par an. Les autorités japonaises ont donc adopté cette valeur comme un objectif à long terme, sans calendrier d’application. Pour le moment, elles maintiennent un niveau de référence de 20 mSv par an qui est trop élevé pour nombre de Japonais.

En ce qui concerne la contamination de l’alimentation, la stratégie est complètement différente : les niveaux de contamination maximaux admissibles ont été fixés en dessous des recommandations internationales pour retrouver la confiance des consommateurs et soutenir l’agriculture dans les territoires contaminés.

Le contraste entre la protection contre l’exposition externe liée au rayonnement ambiant et l’exposition interne liée à l’alimentation est saisissant. Dans le premier cas, les autorités refusent de baisser les niveaux de référence qui sont au plus haut des recommandations internationales et dans l’autre, les niveaux maximum admissibles sont divisés par un facteur 5 après un an.

Une telle différence montre que le souci premier des autorités concerne les conséquences économiques de la catastrophe nucléaire. La diminution des niveaux dans l’alimentation avait pour but de rassurer les consommateurs qui évitent les produits de Fukushima. Inversement, l’indemnisation des personnes évacuées représente un lourd fardeau économique et les autorités n’envisagent rien d’autre que le retour des populations déplacées.

Afin d’obtenir l’assentiment des citoyens, les autorités répètent à l’envi que des cancers radio-induits n’apparaissent pas, ou s’ils apparaissent ils sont indétectables, en dessous d’une dose cumulée de 100 mSv, bien que les recommandations internationales soient basées sur l’hypothèse que le nombre de cancers et les effets héréditaires sont proportionnels à la dose reçue, sans seuil. Avec une limite à 20 mSv par an, 100 mSv cumulés peuvent être rapidement atteints.

Ainsi, les autorités japonaises ont changé leur politique et ont introduit une nouvelle façon de mesurer la dose. Les zones d’évacuation ont été définies à partir du débit de dose ambiant qui peut être mesuré simplement à l’aide de différents appareils, dont de simples radiamètres. Puis, pour estimer la dose annuelle, il est supposé que chaque individu passe en moyenne 8 heures par jour à l’extérieur et qu’à l’intérieur, l’exposition est réduite de 60%. Mais, pour le retour des populations, les autorités vont fournir des dosimètres individuels, appelés glass-badges au Japon, pour enregistrer les doses reçues par chacun, sans mentionner que ce type d’appareil donne une valeur globale 30 à 40% inférieure à l’autre méthode de mesure avec des radiamètres.

Cette nouvelle politique repose aussi sur un changement de paradigme : chacun devient responsable de sa propre protection contre les rayonnements ionisants. A l’inverse des travailleurs du nucléaire qui doivent être contrôlés, personne ne va vérifier que la population utilise bien ce dosimètre individuel. C’est particulièrement problématique pour les enfants qui sont plus sensibles aux radiations. Contrôler sa vie au quotidien, apprendre à minimiser la dose reçue, constituent des fardeaux qui ne sont pas acceptés, surtout quand il y a des enfants car ce n’est pas un avenir à leur proposer.

Trente ans après la catastrophe de Tchernobyl, les règles de radioprotection définies au niveau international ne sont pas adaptées aux personnes qui vivent dans les territoires contaminés. Elles sont particulièrement confuses pour les populations et difficiles à mettre en œuvre. Cela permet aux autorités de les adapter à leur propre avantage plutôt qu’à celui des population concernées. Les règles devraient être plus contraignantes en terme de limites, d’évolution temporelle et de mise en œuvre opérationnelle.

Contamination de l’alimentation

En ce qui concerne la contamination de l’alimentation, les autorités japonaises ont d’abord sous-estimé l’ampleur des problèmes et ont été fréquemment prises par surprise dans les premiers mois. Par conséquent, la confiance envers les autorités et le gouvernement s’est érodée et les populations préoccupées par la sécurité alimentaire ont reconsidéré leur relation à l’Etat et à l’alimentation.

Mais les citoyens japonais, les producteurs, les vendeurs et les consommateurs ont mesuré la radioactivité dans les aliments, forçant ainsi les autorités à introduire des contrôles systématiques. La situation s’est donc rapidement améliorée et, à l’exception des plantes sauvages, du gibier, des poissons et des potagers, la contamination de l’alimentation vendue sur les marchés reste faible. La contamination interne des enfants contrôlés par anthropogammamétrie est suffisamment faible pour considérer que l’exposition externe est le problème principal dans les territoires contaminés. Ce succès a un coût : de nombreux agriculteurs ne peuvent pas reprendre leurs activités et certaines productions traditionnelles pourraient disparaître.

Le cas japonais montre l’intérêt d’un processus ouvert dans lequel chacun peut contrôler la contamination et adapter son régime alimentaire à ses propres critères. Cependant, les consommateurs rechignent toujours à acheter des aliments en provenance des territoires contaminés. Les producteurs et les agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, forestiers… en particulier souffrent encore cinq ans plus tard.

La politique gouvernementale s’est focalisée sur la sécurité alimentaire (anzen en japonais), sans se préoccuper de la dimension culturelle et du climat de confiance vis à vis des aliments (anshin, en japonais). Imposer des standards ne suffit pas à surmonter la défiance des consommateurs et le défi est de garantir la sécurité alimentaire et la tranquillité qui va avec.

Quel avenir pour les territoires évacués ?

Le gouvernement japonais a décidé de lever tous les ordres d’évacuation avant mars 2017 et d’arrêter les indemnisations avant mars 2018, sauf dans les zones dites de retour difficile. Même J-Village, un ancien centre d’entraînement de football transformé en base pour les travailleurs à la centrale de FDI, va être rendu aux sports avant les jeux olympiques de 2020.

Les autorités japonaises rêvent d’une catastrophe réversible et les recommandations internationales sur la gestion post-accidentelle se préoccupent surtout de retour à la normale. Avec une demi-vie de 30 ans, le césium-137 décroît trop lentement. Le gouvernement japonais a donc lancé un vaste chantier de décontamination aussi bien dans les territoires évacués que dans ceux qui n’ont pas été évacués, partout où l’exposition externe pourrait dépasser 1 mSv par an, à l’exception, une fois encore, des zones de retour difficile. Cela consiste à gratter la terre, couper les herbes, émonder les arbres et les buissons et laver les toits des habitations, les routes, trottoirs… dans les environs immédiats des zones de vie, transformant ainsi les villes et villages en oasis au milieu d’un vaste territoire contaminé. Pour les zones évacuées, les plans prévoient la décontamination de 24 800 ha et rien n’est prévu au-delà, dans les forêts et montagnes qui couvrent 70% de la province de Fukushima.

La décontamination n’est pas très efficace et engendre une grande quantité de déchets radioactifs pour lesquels les solutions envisagées sont des échecs à cause de l’opposition des populations. De fait, la gestion des déchets radioactifs est très complexe dans tous les pays qui en ont accumulé une quantité significative. Mais après un accident grave, c’est encore plus complexe et les volumes sont gigantesques. Dans la seule province de Fukushima, environ 20 millions de mètres cubes sont attendus et le centre d’entreposage prévu va couvrir une superficie de 16 km2. Pour le moment, les projets de stockage sont bloqués à Fukushima et dans les autres provinces, mais les autorités s’accrochent à leur approche autoritaire qui est un échec : Décider, Annoncer et Défendre (DAD). Pendant ce temps là, les déchets s’accumulent dans des sacs qui se détériorent rapidement.

La décontamination s’est révélée être très décevante alors que le niveau de dose ambiant n’a pas baissé de façon significative par rapport à ce que l’on a pu observer dans les forêts où aucun travaux n’ont eu lieu. Mais les autorités continuent à favoriser le retour des populations.

Les résidents sont réticents à rentrer

Jusqu’à présent, les ordres d’évacuation ont été levés dans des parties de Tamura et de Kawauchi en 2014, et à Naraha en 2015. Tous ces territoires sont dans les parties les moins contaminées de la zone d’évacuation de 20 km. Les recommandations à l’évacuation autour de nombreux points chauds répartis çà et là ont toutes été levées. Mais les habitants rechignent à rentrer et les territoires contaminés font face aux problèmes de dépopulation et de vieillissement.

La commune de Hirono, par exemple, qui est entre 20 et 30 km de la centrale de FDI a été incluse dans la zone dite de préparation à l’évacuation d’urgence en 2011. Les habitants peuvent rentrer, mais selon le dernier recensement de 2015, une grande partie des résidents est engagée dans les travaux à la centrale accidentée : la population masculine a augmenté de 2,3% depuis 2010 et la population féminine, au contraire, a baissé de 42,3%. A Minami-Soma, la population a baissé de 66% depuis l’accident et l’âge moyen des habitants a augmenté de 14 années, un niveau attendu pour 2025.

Un retour à la normale est impossible après un accident nucléaire de grande ampleur comme ceux de Tchernobyl et de Fukushima. Les principes directeurs des Nations Unies relatifs aux personnes déplacées à l’intérieur de leur pays enjoignent les autorités à associer pleinement ces personnes à la planification et à la gestion de leur retour et de leur réinstallation. Mais au Japon, cette participation est réduite à des « réunions d’explication » (seitsumeikai) à huis clos, sans la présence de médias, d’associations, ou d’experts, laissant ainsi les populations désarmées.

Les communautés ne voient pas la fin des difficultés auxquelles elles font face et en souffrent. Rester ou partir, rentrer ou se réinstaller sont autant de choix difficiles sans solution satisfaisante. Le nombre de personnes souffrant de troubles psychologiques, comme le stress post-traumatique ou la dépression, est plus élevé que la normale, aussi bien chez les personnes évacuées que chez les personnes non-évacuées. Le nombre de suicides liés à la triple catastrophe est plus élevé à Fukushima que dans les provinces de Miyagi et d’Iwate, sévèrement touchées par le tsunami.

Conclusions

Les conséquences de l’accident nucléaire sont toujours présentes et des réponses acceptables pour les populations sont indispensables. Les personnes affectées sont toujours en train de se battre pour s’en remettre. Elles continuent à faire face à de fortes inquiétudes relatives à leur santé, à la séparation de leur famille, aux ruptures dans leur vie et à la contamination de l’environnement sur de vastes territoires. Et comme une catastrophe nucléaire dure pendant des décennies, les populations ne voient pas la fin des difficultés auxquelles elles font face.

Après un tel accident, de nombreuses personnes ne croient plus en la parole des autorités et des experts qui n’ont pas réussi à les protéger. Mais les chemins vers la résilience requièrent une bonne coordination entre les autorités et les populations. Les solutions envisagées et expérimentées ne peuvent pas ignorer les besoins et demandes spécifiques des personnes concernées, ainsi que leurs suggestions. Cela implique de trouver aussi de nouvelle méthode de délibération et de prise de décision. Les solutions peuvent différer d’une famille à l’autre ou d’une communauté à l’autre. Comme il n’y a pas de bonne solution, chaque décision doit être évaluée et adaptée. En plus de la souffrance engendrée, un accident nucléaire remet en cause les fondements de la démocratie.

Les citoyens japonais ont fait montre d’initiative à propos de la mesure de la radioactivité. Une cartographie de la pollution radioactive a été effectuée partout et la surveillance des aliments a poussé les autorités, producteurs et vendeurs à renforcer leurs propres contrôles pour finalement conduire à une baisse significative de l’ingestion de radioéléments. Pourquoi un tel processus ouvert qui a fait ses preuves ne peut pas être mis en place pour décider de l’avenir des territoires contaminés et de leurs populations ?

Hiroshima et 50 ans de nucléaire militaire

1- Hiroshima, Nagasaki
6 Août. Beau temps
« Chaque matin jusqu’à ce jour, la voix familière de la radio annonçait aux informations qu’une escadrille de huit B 29 était en train de progresser vers le nord, au-dessus de la mer, à cent kilomètres au sud du détroit de Kii. Ce matin là, elle annonçait « qu’un seul B 29 était en train de progresser vers le nord ». Je n’ai pas pris garde au fait : nous étions jour et nuit habitués à ces sortes de nouvelles et une alerte nous faisait autant d’effet qu’une sirène d’avant guerre annonçant midi. Je me suis donc rendu à la gare de Yokogawa pour prendre comme d’habitude le train de Kabe et aller à mon travail du matin (….).
A ce moment là, à trois mètres sur la gauche du train qui allait partir, j’ai vu une boule de lumière si forte qu’elle m’a aveuglé : tout est aussitôt devenu noir, je n’ai plus rien vu. J’ai eu l’impression soudain d’être enveloppé par une espèce de rideau noir (…). Le B 29 avait lâché une bombe toxique rendant aveugles les hommes, et notre train avait été directement bombardé : telle était du moins mon opinion provisoire. »
C’est ainsi que Shigematsu Shizuma1, « atomisé » lors de l’explosion atomique à Hiroshima le 6 Août 1945 à 8h15, commence son « journal d’un sinistré ». Il raconte ensuit que plus tard, ayant rouvert les yeux et décidé de quitter la gare pour rentrer chez lui, à « (son) grand étonnement, toutes les maisons à l’entour étaient presque sans exception à terre, et leurs tuiles jonchaient entièrement le sol (…). L’aspect de la ville avait complètement changé. Des camions de blessés, complets, filaient sans arrêt, ainsi que des autos montées par des officiers d’infanterie (.. .). Une foule de blessés marchaient, qui ressemblaient à ceux que j’avais déjà rencontrés sur le talus du chemin de fer et au champ de manœuvres de l’est. Mais ici, beaucoup s’appuyaient sur une canne : bambou ou débris de bois. On ne criait plus guère « au secours », et on ne courait plus : courir, c’était hâter sa fin».
Ayant retrouvé sa famille, mais devant fuir car l’incendie qui a suivi avait ravagé leur maison, ils décident d’aller se réfugier dans une usine de sa société et découvrent l’ampleur du désastre en essayant de traverser Hiroshima : « les cadavres gisant sur le chemin étaient moins nombreux par ici. Malgré la diversité de leurs attitudes, ils avaient cela de commun qu’ils étaient, pour plus de 80 % des cas, tombés la face contre la terre. Le seul cas exceptionnel était celui d’un homme et d’une femme tout près de la plate-forme du tramway, à l’arrêt de Hakushima : couchés sur le dos, ils avaient les pieds ramassés de manière que leurs genoux étaient dressés, et leurs mains allongées obliquement (…). Je n’avais jamais vu cela. Les cheveux et les poils étaient complètement brûlés. Seule la rondeur du sein permettait de distinguer la femme. Pourquoi étaient-ils morts dans une pose aussi étrange ? Je ne comprenais pas. Ma femme et ma nièce sont passées à côté de ces cadavres sans même leur jeter un regard ». Se retrouvant dans un train de réfugiés, ils commencent à réaliser ce qui s’est passé. « La somme des avis des voyageurs conduisait à deux conclusions différentes : selon les uns, à l’instant où l’éclair avait brillé, on avait entendu un énorme choc ; selon les autres, au même instant avait mugi une tempête ou un formidable grondement (…)
L’épicentre, au dire de tous, devait être vers le pont Chôki, et ceux qui se trouvaient dans un cercle de deux kilomètres à la ronde ne pensaient pas, disaient-ils, avoir rien entendu.
Ceux qui étaient à quatre ou cinq kilomètres du point de chute disaient avoir entendu un grondement immense quelques secondes après avoir vu l’éclair (…) Si le cumulo-nimbus de l’explosion n’avait donné l’impression d’un nuage en forme de méduse, il devait être différent selon qu’on le voyait de loin ou de près. Certains des voyageurs avaient eu l’impression d’un nuage en forme de champignon ».

Ces voyageurs font partie de la petite moitié des 300 000 personnes2 présentes à Hiroshima ce jour là qui ont survécu au bombardement atomique. Il leur faudra attendre la capitulation du Japon, après le 15 Août, pour savoir ce qui leur était arrivé ; « ils avaient d’abord appelé le pikadon « arme nouvelle » , puis « bombe d’un type nouveau », « arme secrète », « bombe spéciale d’un nouveau genre » et « bombe spéciale de grande puissance », et après tous ces changements successifs, voilà que j’apprenais aujourd’hui que cela s’appelait une bombe atomique 3 ». Si les gens ne se sont pas méfiés de l’alerte, c’est que la ville avait été épargnée par les bombardements classiques, afin de bien pouvoir mesurer l’efficacité d’une telle arme. Pourtant, dans cette ville de garnison, la marine avait installé un important état-major régional, à proximité des chantiers d’armement Mitsubishi, et l’armée de terre, son deuxième grand quartier général. En choisissant le centre ville et non les installations militaires comme point de bombardement, c’est la ville entière que les autorités américaines ont voulu détruire, les usines Mitsubishi ayant été relativement épargnées.
Avec officiellement 176 964 victimes recensées à ce jour, dont quelques milliers de travailleurs coréens et chinois déportés qui vivaient comme travailleurs forcés à Hiroshima, la bombe atomique a fait beaucoup moins de morts que le bombardement classique de Tôkyô4. Les bombardements de Hiroshima et Nagasaki5 les 6 et 9 Août 1945, qui suivirent le premier test dans le désert du New Mexico aux Etats-Unis le 16 juillet, plongèrent de façon violente l’humanité dans l’ère nucléaire. Cet évènement a marqué le début de 50 ans de course aux armements à un prix humain très élevé et mérite donc toute notre attention cette année.
C’est des victimes directes de cette course folle dont nous avons choisi de parler, de ces milliers de gens irradiés à leur insu pour des raisons de défense. Nous parlerons des cobayes humains américains et des victimes soviétiques des centres d’essais nucléaires dont il a déjà été beaucoup question dans les médias, et aussi des Français victimes des essais nucléaires Français en Algérie et dans le Pacifique. Tout ce qui touche au militaire étant très secret, il est impossible d’être exhaustif, mais les quelques exemples dont il sera question laissent présager de ce qui se passe dans d’autres pays non cités et les problèmes de prolifération nucléaire ne permettent pas d’être optimiste.
Aujourd’hui, 367 000 « atomisés » sont officiellement recensés au Japon, dont 10% environ des habitants de Hiroshima. Yasuko, la nièce de Shigematsu, victime de ma « pluie noire » écrit dans son journal : « sur une remarque d’Oncle, je me suis aperçue que j’étais couverte d’éclaboussures, comme de la boue (…). Je me suis alors souvenue qu’une pluie noire était survenue (…), ce devait être vers dix heures du matin je crois (…) la pluie noire avait cessé aussi vite qu’elle était apparue, tout à fait comme une hallucination. C’était une pluie fourbe. Je me suis lavée les mains à la source du jardin, mais j’ai eu beau frotter avec du savon, la souillure n’est pas partie ; on aurait dit qu’elle collait indissolublement à la peau ; je n’y comprenais rien (…). Je suis retournée me laver plusieurs fois à la source, mais impossible longtemps d’effacer les taches noirs. Si ç’avait été une teinture, elle aurait été d’un bon prix ! » la pluie noire était radioactive.
Bien que non « atomisée » officiellement (sinon elle aurait eu du mal à trouver un parti pour se marier), sa tante commencera quelques années plus tard le « journal de maladie » par ces lignes : « (…) horriblement souffert, assaillie de douleurs violentes qui se sont calmées parés plus de dix minutes. 38 degrés de fièvre. Quelques chutes de cheveux (…). L’abcès du fondement a percé, mais un autre s’est déclaré plus loin … » Ces milliers de victimes ont été suivies médicalement afin de connaître les effets à long terme des radiations et les résultats servent pour définir les normes de radioprotection6. « Vers l’automne suivant la fin des hostilités, une équipe de recherche de l’armée américaine d’occupation était venue dans les ruines de Hiroshima avec des médecins de l’université de Tôkyô, et peu à peu elle s’était développée en commission d’enquête, l’ « Atomic Bomb Casualty Commission », A.B.C.C., pour étudier scientifiquement les victimes du bombardement, avec un idéal de vaste envergure. Mais bien qu’on y fasse des enquêtes détaillées sur les premiers symptômes de la maladie atomique, on n’y traitait pas les victimes. »
La spécificité de l’arme nucléaire tient donc en partie dans le caractère partiellement différé de son pouvoir de destruction, qui est d’autant plus redouté qu’il est invisible. Ainsi, la zone touchée, qui peut s’étendre sur des kilomètres autour du point d’impact, en fonction de la circulation atmosphérique, peut-être stérilisée pour des siècles et plusieurs générations peuvent être affectées par des altérations génétiques. A ce titre, la photo de couverture est assez éloquente, 10 ans après, les arbres de Hiroshima, à proximité de l’épicentre, recommencent seulement à prendre vie.
Dès 1949, en pleine guerre froide, les Etats-unis se lancèrent dans la fabrication d’un engin encore plus puissant, une bombe thermonucléaire utilisant le principe de la fusion. Un premier essai a lieu en novembre 1952 sur l’atoll d’Eniwetok dans le Pacifique et leur première bombe thermonucléaire explose sur l’atoll de Bikini en Mars 1954 ; sa puissance est de 15 mégatonnes, soit environ mille fois celle lâchée sur Hiroshima. Les soviétiques, quant à eux, avaient fait détonner un premier engin au plutonium en Sibérie en 1949 et la première bombe thermonucléaire en 1953. Aujourd’hui, plus de 1860 essais nucléaires ont été effectués, dont 521 dans l’atmosphère.

2. Des cobayes humains

Dans les années 40 et 50, des centaines d’Américains ont servi de cobayes à leur insu, lors d’expérimentations médicales7. Révélé par l’enquête d’une journaliste américaine, Eileem Welsome, ce scandale a conduit à la création d’une commission d’enquête par le Président Clinton et, selon un rapport du département de l’Energie publié en Février dernier, le nombre de victimes s’élèverait à 9 000 personnes réparties sur 154 expériences. Ce chiffre sous-estime sûrement la réalité, comme le souligne Gordon Erspamer, avocat à San Francisco, qui enquête sur le sujet : « De nombreux rapports ont volontairement été omis des dossiers gouvernementaux ou enregistrés de manière édulcorée, de façon à ce que les fait réels n’apparaissent pas à quiconque les consulterait aujourd’hui ou même à l’époque ». De plus, de nombreux rapports ont été perdus ou plus ou moins volontairement égarés. « Il faut reconnaître que tout ceci est un peu dans le style du Buchenwald » a écrit le 28 Novembre 1950 K.G. Hamilton, professeur à l’hôpital de l’université de Californie et membre influent d’un groupe de médecins et chercheurs, qui a pratiqué en série des expériences sur des humains candides.
Les victimes d’injection de plutonium étaient des malades hospitalisés, et « l’espérance de vie des victimes était soigneusement évaluée. En règle générale, les sujets choisis avaient plus de 45 ans et souffraient d’affections chroniques rendant improbables qu’ils survivent plus de dix ans. En se conformant à ces critères, le risque de voir apparaître des effets tardifs des radiations serait évité. De plus, cela faciliterait l’observation des prélèvements post-mortem dans un délai de quelque mois ou, au plus de quelques années » peut-on lire dans un document de 1950. Une des premières victimes, Albert Stevens, était un peintre en bâtiment Agé de 58 ans chez qui les médecins avaient détecté une importante tumeur de l’estomac. Pensant à tort qu’il s’agissait d’une tumeur cancéreuse, ils avaient réclamé une intervention chirurgicale et quatre jours avant l’opération, ils lui injectèrent 3,5 microcuries de plutonium 238 et 0,046 microcurie de plutonium 239, ce qui correspond à une dose administrée de 11.000 rems, soit 400 fois environ la dose reçue dans une vie. Albert Stevens mourut de maladie cardiaque 20 ans plus tard, alors que Hamilton et ses collègues lui avaient enlevé la plus grande partie de la neuvième côte, l’intégralité de la rate, une grande partie du lobe gauche du foie, un morceau de pancréas, une partie du péritoine, plusieurs ganglions lymphatiques et les deux tiers de son estomac, dans le plus grand secret. Son dossier médical ne mentionne pas ces ablations et les médecins ne lui ont jamais dit que sa tumeur n’était pas cancéreuse, ni qu’ils lui avaient injecté du plutonium, terme couvert par le secret défense à l’époque. Le corps de certaines victimes fit l’objet d’analyses post-mortem jusque dans les années 70.

Les 150 habitants de l’atoll d’Utirik, dans les îles Marshall, près du site de l’essai thermonucléaire du 1er Mars 1954, ont aussi été suivis médicalement pour « (étudier) les relations entre les quantités de retombées au sol, la quantité absorbée dans la nourriture et leur corrélation aux quantités excrétées dans l’urine » nous explique aujourd’hui le professeur Merril Eisenbub, comme pour se justifier, car en 1956 il avait déclaré sans la moindre vergogne : « … à présent, on peut à nouveau vivre en sécurité sur cette île, mais c’est de loin le lieu le plu contaminé du monde, et il sera très intéressant d’y retourner (…) pour obtenir une mesure de l’accumulation chez l’homme lorsque des gens vivent dans un environnement contaminé. En fait, on n’a jamais disposé de données de ce genre. S’il est vrai que ces gens ne vivent pas, disons, comme nous les Occidentaux, les gens civilisés, il n’en reste pas moins qu’ils sont plus proches de nous que ne le sont les souris ».
Des militaires américains ont aussi été délibérément exposés à des retombées radioactives et des explosions nucléaires. Une fois, des tests visaient à étudier l’aveuglement provoqué par une telle explosion. Dans d’autres cas, des « volontaires » (comme on peut être volontaire à l’armée) étaient dans un avion faisant des cercles à quinze kilomètres du point d’impact ou volèrent à travers le champignon après avoir avalé un réactif que l’on pouvait retirer de l’estomac afin de mesurer l’irradiation interne. Des patients ont été soumis à des rayonnements intense de rayons X pouvant atteindre 300 rems au total pour tenter de comprendre le comportement de soldats victimes d’une explosion atomique. Il semblerait que, dans ce cas, les patients étaient pour la plupart pauvres, noirs et déficients mentaux.
Mais ce qui a le plus choqué l’opinion américaine, c’est le scandale lié aux enfants handicapés à qui on avait fait manger du fer ou du calcium radioactif mêlé à du lait. Dans une autre école spécialisée, près de 200 enfants reçurent de l’iode radioactif de la part de chercheurs venant de centres aussi prestigieux que Harvard ou l’université de Boston. Les substances radioactives administrées atteignirent des taux inquiétants qui auraient pu justifier un suivi médical ultérieur.
La France n’est pas en reste. Lors de ses premiers essais dans le désert Algérien, des militaires ont été exposés aux radiations et parmi eux, nombre d’entre eux sont morts, soit sur le coup, soit des années plus tard, ce que l’armée française continue de nier8. « On n’a jamais pu savoir exactement le nombre de victimes », se souvient Raymond Sené du GSIEN qui se trouvait en Algérie dans le 621e Groupement des armes spéciales. « Un officier nous avait dit, à propos des soldats proches du lieu de l’explosion : « Ce n’est pas la peine de discuter pour savoir si la dose de rayonnement qu’ils ont prise était nocive, ils étaient déjà morts… » » à la suite d’une explosion qui s’était produite dans une cuve contenant du plutonium, le 19 Avril 1962. Dix-neuf blessés sont évacués vers l’hôpital militaire de Percy où ils sont soignés dans le grand secret. Le 1er Mai 1962, lors d’un essai nucléaire français, le nuage radioactif se répand, contaminant de nombreuses personnes dont le ministre des Armées, Pierre Messmer et le ministre délégué à la recherche, Gaston Palewski qui mourra d’une leucémie en 1986, à la suite de cet accident, selon ses dires. A en croire des allégations de la télévision algérienne, 150 prisonniers algériens furent exposés au premier essai français9.
La veuve de Régis Quatrefages est convaincue que son mari, emporté par un cancer en 1988, est une des victimes de ces « incidents » de 1962 et se bat contre le secret militaire pour faire connaître la vérité. Il était présent lors des deux premières explosions, mais ne sera pas évacué car considéré comme non contaminé, et, le 28 juin 1962, il est projeté, avec six autre soldats, à plusieurs mètres à la suite d’une nouvelle explosion dans une cuve de plutonium. Evacué d’urgence à Percy où il restera 15 jours, il écrira à sa fiancée : « Malgré les consignes impératives, nous étions sans masque. Nous avons donc avalé des poussières. (…) Nous pensons servir de cobayes. Pour continuer à percer de nouveaux mystères dans l’étude des conséquences atomiques, ils vont profiter de cet accident : ils nous analysent sang, urine, crachats, ils nous remplacent le sang ». D’autres appelés confirment ce genre de témoignages, mais l’armée, qui ne reconnaît les deux premiers « incidents » que du bout des lèvres, refuse de parler de contamination et ne parle que de « morts naturelles ».

Mururoa, ou le lieu du grand secret en reo maohi, porte bien son nom. Aucune étude sur la santé des 12.000 personnes qui ont travaillé sur le site d’essai n’a été menée et les statistiques de la santé, qui étaient régulièrement publiées dans le Journal Officiel de Tahiti, cessèrent de l’être dès la construction de centre d’essai. Les autorités auraient-elles quelque chose à cacher ? Faute d’étude approfondie, nous devons nous baser sur des témoignages10. « Mon premier travail consista à gérer les déchets. Après chaque explosion, quand les spécialistes avec leurs compteurs Geiger étaient partis, nous devions nettoyer les plages de l’atoll des poissons morts et autres détritus. (…) Nous n’avions aucuns vêtements protecteurs… Aucun dosimètre pour mesurer notre exposition aux rayonnements. Les spécialistes avaient des vêtements de protection, mais nous n’en recevions pas. La seule chose qu’on nous donnait c’était des gants » raconte Ruta qui a travaillé à Mururoa pendant 12 ans, montrant ainsi que les précautions à l’égard des populations locales ne semblent pas respecter les mêmes critères que pour les populations européennes.
Les habitants des atolls environnants ne sont pas épargnés. Lors des essais atmosphériques, ils devaient se réfugier dans un abri. « La seconde fois, (…) quelque chose a dû mal se passer, parce qu’il était inhabituel de devoir passer la nuit dans l’abri, raconte Hinano, une habitante de Mangareva. Par la suite, nous avons découvert qu’il y avait eu de la contamination radioactive. Après chaque essai, les militaires faisaient le tour de l’île avec leur compteur Geiger. Normalement, il n’y avait pas de contamination, mais après Canopus il y eut contamination à Taku. Ils nous dirent de vider les citernes qui contenaient l’eau de boisson. On trouva également que les environs de l’abri étaient contaminés. Il avait plu pendant la nuit, et ceci avait sans doute lessivé la poussière radioactive du ciel sur les îles ». De telles contaminations sont confirmées par un pilote français d’hélicoptère qui est allé sur l’atoll Tureia pour prendre deux météorologistes qui étaient restés pendant le tir avec la population, et qui s’interroge : « si moi qui ai passé trois minutes à Tureia, ai dû être décontaminé, si les deux techniciens, qui y ont séjourné un mois, ont eu besoin de soins étendus, quelle dose de radiation ont pu emmagasiner les habitants de l’île ? On ne les a pas évacués, on ne leur a prescrit aucune mesure de protection pour l’avenir. Ils continuent à manger le poisson du lagon, à utiliser les palmiers et les noix de coco, à jouer avec les galets11 ». Hinano se souvient que « quand les militaires sont arrivés, la moitié de la population travaillait pour eux, soit pour la pêche, soit pour cultiver des légumes. Ils payaient très bien. Mais dès le début des essais, ils arrêtèrent d’acheter les poissons et bientôt après, ils cessèrent également d’acheter des légumes, bien qu’ils continuaient d’acheter leurs légumes à Tahiti ». Là encore, deux populations, deux normes sanitaires ? Des mesures ont bien été faites par les militaires qui étaient donc conscients de la situation. Les habitants des îlots des alentours ont-ils, eux aussi, servi de cobayes ?, c’est ce que laisse penser la suite du témoignage de Hinano : « Avant le début des essais nucléaires, beaucoup de scientifiques sont venus à Mangareva pour y collecter des échantillons de toutes sortes : sol, végétaux, animaux, poissons, eau… D’autres vinrent simplement pour observer. (…) Depuis le début des essais, les militaires sont venus au moins deux fois par an pour prélever des échantillons (…) Ils ne donnaient jamais la raison de cette collecte ni quels étaient les résultats de leurs analyses. (…) Plus tard, un autre bateau aborda notre île avec une machine à son bord appelée « spectro », (…) tout le monde dut se rassembler et monter à bord. Nous devions nous coucher sur une sorte de civière. Il y avait de la musique de fond quand on nous faisait entrer dans la machine et après quelques minutes, on nous en ressortait. Ceci fut répété deux ou trois fois. Quelques personnes étaient soupçonneuses, mais à nouveau, personne ne disait rien. Une autre équipe de médecins est venue, d’abord ce furent des personnels militaires, puis de civils. Ils prirent du sang, des urines, des selles et nous examinèrent. Si quelqu’un refusait d’aller se faire examiner, le gendarme venait le chercher.
En réfléchissant sur ce qui nous est arrivé, je suis épouvantée de la manière dont nous avons été traités. J’ai eu un bébé prématuré qu’ils ont mis dans un avion militaire pour l’hospitaliser à Tahiti. Le lendemain nous avons reçu un message disant que le bébé était mort. On ne nous a jamais rendu le corps et nous n’avons jamais eu de certificat de décès, ce qui signifie qu’officiellement, le bébé est toujours en vie. Je ne puis retrouver l’infirmière militaire qui est venue prendre le bébé – je ne sais absolument pas quoi faire. Même à présent, des années après, j’ai encore des cauchemars à ce sujet ».

Il paraît indispensable que le gouvernement français nomme une commission indépendante chargée d’enquêter sur ces expériences médicales, comme cela s’est fait aux Etats-Unis, et comme cela commence à se faire dans l’ex-bloc soviétique où les autorités ont permis à des scientifiques et journalistes de pénétrer sur le site d’essais. Cette commission devrait avoir accès à toutes les archives, y compris celles classées défense.

Le Royaume-Uni a réalisé une partie de ses essais aux îles Chrismas, en Australie, dans des conditions similaires à celles des essais nucléaire Français et Américains dans le Pacifique. Dans le désert Australien, pour prévenir les autochtones, les militaires Britanniques ont mis des panneaux interdisant le site d’essais que les Aborigènes ne pouvaient pas lire… Ces derniers ne furent donc pas informés des dangers des essais et n’ont pas été suivis médicalement. Une commission gouvernementale a révélé en 1985 que 20 kg de plutonium sont toujours disséminés dans le désert de Maralinga12.

Ces dernières années, le Royaume-Uni a testé ses bombes sur le site américain, dans le désert du Névada, près de réserves indiennes… et de Las Vegas.

Dans l’ex-URSS, le désastre prend une toute autre ampleur. Les habitants de Kaynar, un village situé à 5 kilomètres du site Semipalatinsk, au nord du Kazakhstan, où les soviétiques ont fait exploser 467 bombes nucléaires de toutes sortes pendant une quarantaine d’années, souffrent d’un taux anormalement élevé de leucémies, cancers et troubles mentaux13. Il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg dans un pays où 250 000 personnes souffrent de symptômes d’une maladie liée aux radiations, et où plus d’un million de personnes ont été exposées à des retombées nucléaires. Le gouvernement et les militaires ont refusé toute information sur la nature des essais et leurs dangers aux populations locales. Il leur était même interdit de parler des essais et de signaler à quiconque le fait qu’ils voyaient régulièrement des nuages en forme de champignon.
En Août 1953, il a été ordonné aux villageois d’évacuer les lieux, sauf pour 42 hommes qui ont été emmenés sur la colline derrière l’hôtel de ville pour regarder l’explosion et le nuage radioactif. Il ne reste qu’un seul survivant, Nuraganey Yergazhe âgé de 64 ans, 40 autres sont morts de cancer ou leucémie, bien qu’ils soient enregistrés à la mairie comme morts à la suite de maladie mentale. Les officiels reconnaissent maintenant qu’il était interdit d’identifier n’importe quelle maladie comme liée à une exposition à la radioactivité.
Encore maintenant, les militaires du Kazakhstan, restés sous commandement russe pour la partie forces nucléaires, les anciens responsables soviétiques, et le gouvernement russe continuent à nier toute contamination du village. Depuis l’effondrement du régime soviétique, la Russie insiste pour garder le contrôle su site et s’oppose à la dé-classification des documents.
C’est en Sibérie que fut développée l’industrie nucléaire militaire et civile, dans des cités secrètes dont les noms ne figurent sur aucune carte, telle Krasnïarsk-26, où une usine souterraine, dans de vastes tunnels plus étendus que le métro de Moscou, produisait du plutonium. Dans un reportage télévisé14 on a pu y voir un technicien réparer au chalumeau des fuites de conduites dans lesquelles circulent des solutions d’uranium ou de plutonium. « je n’ai aucune idée des doses de radioactivité que j’ai reçues. Très souvent, nous préférions ne pas avoir de dosimètre, car nous étions sanctionnés quand nous nous en servions », avoue un des techniciens de France 2, après le reportage. Si les conditions de travail sont inquiétantes de nos jours, elles étaient dignes de l’enfer à l’époque stalinienne où, à chaque centre nucléaire, allant de la mine au centre de recherche fondamentale, était attaché un camp de prisonniers15. Andreï Sakharov, un des pères de la bombe H soviétique décrit Gorki (ou aussi Arzamas-16) comme « une symbiose entre un institut de recherche scientifique extrêmement moderne, des usines expérimentales, des sites d’essais et un immense camp de prisonniers. (…) Les usines, les sites d’essais, les routes et les maisons des chercheurs étaient construites par des prisonniers vivant dans des baraques et escortés au travail par des chiens de garde ». Le système de camps de détention spéciaux (CDS), qui regroupait principalement des prisonniers de guerre soviétiques et des civils déportés en Allemagne par les armées d’Hitler, fut créé au sein du système général des camps. Ayant appris les méthodes de travail allemandes, ils étaient très qualifiés, et comme la reddition et le travail en captivité pour l’ennemi était un crime en Union soviétique, ils ont été affectés, pour la plupart, dans les CDS. Ni Staline, ni Khrouchtchev, ni Brejnev ne les libérèrent à l’occasion d’amnisties ou de réhabilitations.
Que ce soit à cause de la répression sévère, des conditions de travail déplorables ou des accidents, ils sont sûrement des milliers à y avoir laissé leur vie sur les millions qui ont dû travailler dans la vingtaine de sites concernés. Lors de l’explosion sur un site de stockage de déchets nucléaires de Kyshtym16 (ou Tcheliabinsk-40) qui a libéré près de 20 millions de curies de matières radioactives, Slavsky, alors ministre de la construction des machines-outils, rapporta que « les zones résidentielles des unités militaires affectées à la construction et les camps de prisonniers se trouvaient dans la zone contaminée ». Près de 7 000 de ces militaires, en fait chargés de surveiller les prisonniers, ont été exposés à des doses supérieures à 50 roentgens et durent être hospitalisés ; ces unités ont été chargées d’évacuer les populations des environs dans les jours qui suivirent, mais « l’attitude à l’égard des prisonniers fut moins clémente. Ils furent rasés, reçurent des vêtements propres et menés à marche forcée vers des camions. On leur refusa de prendre quoi que ce soit avec eux, pas même leurs carnets de notes ou des photographies de leurs proches ». Il n’existe aucun registre des « liquidateurs » de cet accident ; ils ne peuvent donc prétendre aux avantages dont bénéficient les liquidateurs qui ont décontaminé les environs de Tchernobyl. En l’absence d’accidents majeurs, on ne sait presque rien de ces CDS, dont il n’est pratiquement pas fait mention dans les rapports et les études sur le goulag. Il est fort probable que les conditions climatiques aient eu raison de nombreux prisonniers bien avant qu’ils n’aient le temps de mourir des effets des radiations.

En ce qui concerne la Chine, nous n’avons pu trouver aucun document, mais connaissant la valeur d’une vie humaine aux yeux des dirigeants chinois et les conditions de sécurité dans l’industrie, il ne fait aucun doute que la course à l’armement nucléaire s’y soit aussi faite au prix de nombreuses vies humaines. Il y a fort à parier que parmi eux figuraient des prisonniers politiques. Le centre d’essai est situé à Lop-Nor, dans la province du Xinjiang peuplée principalement de Ouigur et de 12 autres minorités nationales officielles.

1 Héro du livre Pluie noire de Masuji Ibuse ; édition Gallimard NRF. Toutes les citations suivantes sont extraites de ce livre.
2 Ces chiffres et les suivants concernant Hiroshima sont tirés d’un article du Monde daté du 25 mars 1995.
3 In pages datées du 13 Août du journal de Shigematsu. Le Monde daté du 8 Août 1945 titrait déjà en première page que les Américains avaient utilisé une bombe atomique sur Hiroshima.
4 Voir par exemple Maintenant numéro 5, 8 mars 1995. Tôkiyô était en bois et a disparu sous 700 000 bombes le 9 Mars 1945.
5 C’est la ville de Kita-Kyûshû qui était visée, mais pour cause de mauvais temps, c’est Nagasaki qui a été bombardée.
6 cf ACROnique du nucléaire numéro 27
7 La Recherche 275 Avril 1995 vol. 26. Les citations et les informations sur les cobayes américains sont tirées de cet article.
8 Le Canard Enchaîné, 11 janvier 1995, les exemples et les citations qui suivent sont tirés de cet article.
9 AFP, 11 Mai 1985, repris dans les essais nucléaires français, 1960-1988, Greenpeace/Damoclés
10 Témoignages. Essais nucléaires français : Des polynésiens prennent la parole, Green-peace/damoclès. Sauf indication contraire, tous les témoignages qui suivent sont tirés de ce livre.
11 La bombe ou la vie, Jean Toult, Fayard, 1969
12 Témoignages op. cit.
13 The Japan Times Weekly, vol 35, n°5, 4 Février 1995
14 Envoyé spécial, 9 Mars 1995, France 2
15 La Recherche 271 décembre 1994 vol. 25. Un terrifiant article sur l’atome au goulag dont sont tirées les informations et les citations qui suivent.
16 Voir Désastre nucléaire en Oural de J.A. Medvedev, éd. Isoète, 1988, au sujet de cet accident.

Trafic de biens de consommation radioactifs : l’ACRO appelle à la vigilance !

Papier peint, draps, serviettes hygiéniques… radioactifs vendus sur le thème du bien-être et de la santé ! L’ACRO appelle à la vigilance face à ce qui ressemble à une vaste escroquerie.

Tous ces produits, commercialisés en Corée pour le papier peint, en voie d’être importés en Espagne pour les draps et vendus en France pour les serviettes hygiéniques, contiennent de la radioactivité naturelle dite renforcée, c’est à dire qui a été concentrée. Ils sont supposés favoriser la présence d’anions, des ions négatifs qui seraient source de bien-être.
De telles pratiques sont illégales en Europe ! L’addition de radioactivité dans les biens de consommation et l’alimentation est interdite.
En l’espace de quelques mois, l’ACRO a eu à expertiser différents produits commercialisés sous l’appellation « Anion » : parfois, rien d’anormal n’a été trouvé, mais plusieurs d’entre eux contiennent de la radioactivité rajoutée.

Voir les résultats et la présentation des biens concernés