Les rayonnements et la santé

Extrait de l'ACROnique du nucléaire n°27, décembre 1994
 
 

INTRODUCTION

Pour beaucoup de gens, les problèmes économiques semblent être fondamentaux pour juger de l'acceptabilité de l'énergie nucléaire. En réalité, ces problèmes devraient être secondaires. Il faut (il aurait fallu) partir de cette question : Quels sont les dangers de l'énergie nucléaire?
 C'est le problème de l'acceptabilité qui est posé.
- Si le danger est nul ou très faible, on peut adopter l'énergie nucléaire, et les aspects économiques concernant la rentabilité ou la compétitivité vis à vis des autres sources d'énergie sont essentiels. Le problème de l'acceptabilité ne se pose pas.
- Par contre, si le danger est considérable, c'est à dire s'il affecte des populations entières, des millions de personnes pendant une période très longue (par exemple les déchets, les radioéléments relâchés en Biélorussie qui, pendant quelques siècles vont polluer les terres agricoles et endommager le patrimoine génétique), alors, les problèmes économiques n'ont guère de sens en ce qui concerne l'acceptabilité.
 Il faut d'abord envisager les coûts sanitaires avant les coûts économiques.
 Le coût économique du réacteur détruit à Tchernobyl était acceptable pour l'URSS mais évacuer toutes les personnes qui vivaient en zone contaminée s'est révélé impossible financièrement. De même la perte des terres agricoles qui représentent 20% du territoire de Biélorussie ne peut être assumée économiquement par cette République. Qui va supporter les coûts? les populations. Il est évident que le coût économique tel qu'on le présente généralement masque le vrai problème du nucléaire.
 Les dangers proviennent essentiellement des effets biologiques du rayonnement: effets cancérigènes et effets génétiques.

Après quelques notions de base sur l'irradiation, la contamination, la concentration organique des radioéléments et leur action biologique, nous vous présenterons 2 exemples de conséquences des radiations sur la santé: les leucémies à Sellafield et la pathologie thyroïdienne radio-induite.



 

Tout d'abord, que sont les rayonnements ionisants ?

Ils comprennent les rayonnements alpha, bêta et gamma de la radioactivité, les neutrons éjectés lors de réactions atomiques, les faisceaux d'électrons réalisés dans un accélérateur de particules et, dans un autre domaine, la frange la plus énergétique des rayons x appelés les rayons x "durs", produit dans un tube cathodique et utilisés en radiologie médicale. Il s'agit donc d'une famille de rayonnements définis ni par leur provenance, ni par leur nature, mais par leurs effets sur la matière.

Le terme de rayonnement ionisant signifie précisément rayonnement capable d'ioniser, ce qui signifie qu'il contient suffisamment d'énergie pour déplacer des électrons dans la matière où il se déplace. Ainsi, par perte ou par gain d'électrons, il transforme des atomes (neutres), en ions (chargés électriquement). Un ion ainsi créé aura des caractéristiques légèrement différentes de celles de l'atome de départ, et cette modification peut être suffisante pour changer son comportement chimique vis à vis des autres atomes.
 

I L'IRRADIATION

Définition

L'irradiation est le fait de recevoir des rayons d'une source qui les émet autour d'elle. Ce qui caractérise une source radioactive est qu'il est impossible de l'arrêter. Il n'y a donc que deux manières de se protéger de ce type de source:

Effets des irradiations

L'irradiation touche en général le corps entier. C'est le phénomène le mieux étudié. Ses conséquences sont bien connues en ce qui concerne les fortes doses. Elles peuvent être rapidement mortelles si elles se comptent en dizaine de sievert. Pour les faibles doses, la fréquence des cancers et des malformations en fonction de la dose reçue est encore discutée.  Mais, ce qui est sûr, c'est que même si l'irradiation est totalement terminée, elle peut laisser des traces dans l'ADN (acide désoxyribonucléique) des cellules qui pourront se manifester sous forme de cancer jusqu'à plusieurs dizaine d'années après cette irradiation, ou de malformation d'origine génétique dans les générations suivantes.

Au cours d'une irradiation, on peut mesurer la dose reçue si l'on dispose d'un dosimètre. Mais, une fois l'irradiation terminée, il n'est pas toujours possible de mettre en évidence une irradiation passée. Ainsi, lors d'accidents d'irradiation, les informations déduites des analyses biologiques sont imprécises et les systèmes de modélisation ne sont pas toujours réalisables en pratique.

Par ailleurs, dans de nombreuses autres situations (source inconnue, irradiation chronique, irradiation ancienne non mesurée, etc.), il est évident qu'aucun moyen n'est possible pour quantifier les doses reçues. C'est pourquoi, du fait des temps de latence fort longs, il est souvent impossible de mettre en relation l'apparition d'un cancer ou d'une malformation chez un individu avec une irradiation passée. Cela n'a été possible qu'à l'échelle collective, de façon statistique, par exemple à l'occasion de "l'expérience grandeur nature" qu'ont représenté les explosions d'HIROSHIMA et NAGASAKI.

Certains tissus de l'organisme sont particulièrement sensibles à l'irradiation; ce sont ceux qui se renouvellent le plus vite, donc, où les divisions cellulaires sont les plus nombreuses. Il s'agit des cellules qui, dans la moelle osseuse, donneront naissance aux cellules sanguines, ou de la muqueuse de l'intestin, par exemple. Il s'agit aussi des cellules sexuelles. Chez l'homme, les cellules souches des spermatozoïdes (qui se forment en près de 2 mois et demi) sont extrêmement radio sensibles. Chez la femme, il n'y a pas de production de nouvelles cellules sexuelles. Celles qui pourront donner des enfants à naître sont toutes présentes dans l'ovaire, à l'état d'ovocytes, depuis le cinquième mois de la vie embryonnaire de la femme. S'il n'y a pas de division cellulaire des cellules sexuelles chez la femme, il faut cependant les considérer comme hautement fragiles, car tous les toxiques susceptibles d'atteindre l'ADN s'additionneront sur la même cellule depuis avant la naissance de la femme jusqu'à l'âge d'une éventuelle grossesse. Les testicules, et tout particulièrement les ovaires, doivent donc être considérés comme des organes à protéger, en priorité, de toute irradiation par des rayonnements ionisants. Cela implique par exemple l'utilisation de caches en plomb placés entre la source et ces organes lors d'irradiations, en radiologie médicale, chaque fois qu'il n'est pas strictement indispensable de voir sur la radio la région de ces organes.

De même, il est nécessaire de veiller à la protection du personnel des hôpitaux contre l'irradiation, d'autant plus qu'il s'agit souvent de femmes jeunes. Il existe des vitres plombées dans les services de radiologie et des tabliers de plomb pour les cas où l'on est obligé de s'approcher de la source. Bien évidemment, le problème se pose également pour les travailleurs du nucléaire.

II LA CONTAMINATION

Définition

La contamination consiste à entrer en contact avec des particules radioactives. On devient alors porteur de la source qui émet ses rayonnements à partir de l'endroit du corps où elle se trouve. Elle peut se situer à la surface du corps, sur la peau; on parle alors de contamination externe. Elle peut se situer à l'intérieur du corps. La particule radioactive pénètre - soit par l'air, dans les poumons - soit par le tube digestif - soit par une plaie. Elle peut ensuite être transportée par le sang jusqu'à tous les organes. Lorsque la source se trouve à l'intérieur du corps on parle de contamination interne. La source continue évidemment à émettre ses rayonnements qui sont reçus en permanence par les tissus environnants. C'est pourquoi certains parlent d'irradiation interne. C'est exact, mais nous pensons que ce terme entretient la confusion entre irradiation et contamination.

La contamination reste en effet très différente de l'irradiation et ceci pour plusieurs raisons:
Tout d'abord les moyens de s'en protéger n'existent pas. On ne peut glisser un écran de plomb à l'intérieur de l'organisme!

Les rayonnements alpha provoquent de nombreuses ionisations dans les tissus voisins et sont alors les plus dangereux. Les rayonnements bêta ont un parcours un peu plus long mais ils transmettent également leur énergie sous forme d'ionisation dans les tissus du corps. Les rayonnements gamma produisent aussi des ionisations, mais ils ne sont pas totalement arrêtés et irradient à l'extérieur du corps. La personne fortement contaminée devient une source d'irradiation pour les autres.

Nous avions vu que la deuxième façon de limiter l'irradiation était de s'éloigner. Si l'on est contaminé; c'est impossible on est porteur de la source. Si la contamination est faible, l'irradiation qu'elle provoque pour les autres est extrêmement faible. De même la dose reçue par l'ensemble du corps de  la personne contaminée peut être vraiment très faible. Mais, en fait, les effets biologiques sont à étudier à l'échelle des tissus voisins de la source, immédiatement en contact avec elle.

Par ailleurs, à dose globale équivalente, un rayonnement reçu au quotidien semble plus dangereux qu'un flash d'irradiation en ce qui concerne  l'accumulation des lésions cellulaires. Ces réalités ne sont pas toujours prises en compte dans les discours officiels.

La deuxième grande différence avec l'irradiation externe est que le phénomène reste actif dans le temps. La source continue d'émettre et de provoquer des ionisations autour d'elle. Une source très faible peut ainsi provoquer des effets importants au bout d'un certain temps. Bien sûr, s'ajoutera ensuite un temps de latence avant l'apparition d'un cancer, par exemple. Pour se protéger, on parle beaucoup de décontamination. Nous allons voir que les résultats que l'on peut en attendre sont souvent très limités. Enfin la notion d'organe cible en contamination mérite que l'on s'y arrête.

La décontamination

La décontamination est un mot qui fait rêver: c'est tout simplement supprimer la contamination. Il s'agit en fait, le plus souvent, de méthodes artisanales et limitées qui ne sont efficaces que dans un nombre restreint de cas et devant des accidents de faible ampleur. Puisque l'on ne peut pas arrêter une source radioactive, l'objectif de la décontamination est de retirer la source de la zone contaminée. Si la contamination est externe c'est possible par lavage, par exemple ou en collant les poussières à l'aide d'un papier adhésif. Mais il faut savoir que l'eau de lavage ou les autres produits utilisés deviennent alors des déchets radioactifs à gérer comme tels. Si une petite région du corps est contaminée les résultats de ces techniques sont très intéressants, mais, s'il y a une contamination de l'environnement on est très vite dépassé par l'ampleur. Autour de TCHERNOBYL, il s'agissait de décontaminer non seulement les humains mais aussi les maisons, les champs, les arbres... On a lavé des maisons à la lance, mais toute l'eau de lavage aurait du être gérée comme déchet radioactif: c'était impossible. Dans la campagne, on a déversé par hélicoptère des aérosols collants pour fixer les particules radioactives au sol dans la zone interdite et empêcher que le vent ne les emporte. Il ne s'agissait pas de supprimer la contamination comme a pu le laisser croire l'information diffusée par les médias, mais d'en limiter la propagation.

Si la contamination humaine est interne on essaie de déplacer les particules radioactives par différents mécanisme chimiques. L'efficacité dépend de la précocité du traitement, mais les résultats sont en règle générale très limités. On n'a pas les moyens d'aller chercher des particules fixées dans les tissus biologiques.

III FIXATION ET CONCENTRATION ORGANIQUE

La circulation d'une particule radioactive dans l'organisme n'est pas laissée au hasard.
Selon la nature chimique de la source, elle est intégrée aux réactions chimiques à l'intérieur des cellules (au métabolisme). Ainsi, l'organisme utilisera l'iode radioactif au même titre que l'iode non radioactif. Comme l'iode est fixé par la glande thyroïde pour entrer dans la composition de l'hormone thyroïdienne, l'iode radioactif se trouvera également fixé par la thyroïde. La thyroïde joue un rôle actif de concentration de l'iode, y compris de l'iode radioactif.
Ce phénomène peut se produire de même pour des particules non habituellement présentes dans le corps, mais dont la structure atomique fait qu'elles peuvent être confondues par l'organisme avec des substances présentes habituellement. C'est le cas du césium qui est confondu avec le potassium (et même capté préférentiellement par rapport au potassium) et diffusé à l'intérieur de toutes les cellules, mais est largement concentré dans les muscles. C'est encore le cas du strontium qui est confondu avec le calcium et fixé dans les os.
On est donc amené à définir pour chaque corps une période biologique, indépendante de la période radioactive, qui représente le temps au bout duquel la moitié de la substance qui a pénétré dans l'organisme est rejetée à l'extérieur dans les urines, les selles, la sueur. Cette période biologique peut être courte ou longue, proche ou éloignée de la période radioactive. Vous en trouverez quelques exemples dans le tableau ci dessous.
 
 
Période radioactive Période biologique
iode 131 8 jours jusqu'à 120 jours pour l'iode captée par la thyroïde
césium 137  30 ans de 50 à 150 jours
strontium 90  28 ans 8 à 30 ans (selon les auteurs)
plutonium 239  24000 ans 40 ans dans le foie; 
100 ans dans les os (CIPR, davantage pour certains auteurs)
ruthénium 106 1 an de 20 à 170 jours (modèles animaux)

Les organes fixant la contamination ne correspondent pas nécessairement aux tissus les plus radiosensibles (c'est-à-dire fragiles à l'irradiation) cités plus haut. Toutefois, le cas du strontium 90 est une conjonction frappante: la période radioactive est moyenne et correspond à peu près à la période biologique qui, elle, est longue puisque le strontium est fixé dans un tissu à renouvellement lent, l'os. L'os est en revanche au contact direct de la moelle osseuse, qui, elle, est à reproduction rapide et fabrique les globules du sang particulièrement radiosensibles. Certains se demandent s'il n'y a pas là un facteur des cancers du sang (leucémies) qui prennent une place de plus en plus importante. Il est tout à fait curieux de constater que personne ne s'empresse de faire des recherches sur ce sujet...

Ce phénomène de concentration biologique est retrouvé dans un certain nombre de situations et peut prendre des proportions très importantes: les chaînes alimentaires. Le phénomène de fixation-concentration biologique d'un radio nucléide peut se produire à répétition dans différents organismes pour aboutir finalement dans l'assiette de l'homme. C'est ce que l'on appelle les chaînes alimentaires. Par exemple: terre- plantes- vaches- lait- homme; ou mer- plancton- poisson- poisson carnassier- homme.

Si le phénomène de concentration se répète à chaque étape, les doses présentes en bout de chaîne alimentaire, dans l'assiette de l'homme, n'ont rien à voir avec la dilution de départ de la pollution.

On connaît, par exemple, le phénomène de concentration de l'iode dans le lait. On sait par ailleurs que la Corse a été assez fortement touchée par les retombées de Tchernobyl. En ce qui concerne l'iode 131 radioactif, on aurait pu protéger la population sans inconvénient économique important puisque, du fait de sa courte période (8 jours), il aurait suffit de transformer toute la production du moment en lait UHT à consommer plus tard pour se protéger de l'iode 131 concentré dans le lait. On n'a rien fait pour ne pas affoler la population. On sait aujourd'hui que des enfants corses ont des problèmes thyroïdiens mis en évidence par le Dr Lefauconnier qui, avec la CRII RAD, incrimine le nuage de Tchernobyl.

IV L'ACTION BIOLOGIQUE DES RADIATIONS IONISANTES

Le fait que les radiations sont dangereuses n'est pas discutable. Les radiodermites dues aux rayons X, la cancérisation de ces lésions et d'autres tissus sensibles, les mutations génétiques ont été découvertes, si l'on peut dire, "à l'épreuve du feu". En effet le premier Kg de Radium a fait, d'après certaines estimations, une centaine de morts parmi les chercheurs qui l'ont manipulé, dont Marie Curie elle-même; par ailleurs, une grande partie des connaissances sur les effets humains des radiations atomiques est due à l'étude de la mortalité après les explosions d'Hiroshima et de Nagasaki. Elle a montré, hormis les effets immédiats de l'explosion, une augmentation des cancers et des malformations congénitales chez les survivants, qui se fait encore sentir aujourd'hui.

De même, en Angleterre en 1953, c'est après avoir vu la mortalité par leucémies des enfants de 3 ans augmenter subitement qu'on a pu incriminer la pratique, nouvelle à l'époque, des radios de bassin chez la femme enceinte et interdire celles-ci pour éviter celles-là.

Le débat actuel ne porte donc pas sur le principe de la toxicité des radiations, mais sur les relations dose - effet. Si beaucoup reste à découvrir, il faut reconnaître que, depuis le début du siècle, tous les progrès des connaissances vont dans le sens d'une toxicité plus grande que celle évaluée antérieurement.

Que se passe t'il dans les tissus lors d'une irradiation ? Dans les tissus vivants, les réactions chimiques sont très nombreuses, constituant le métabolisme cellulaire. Les molécules les plus grosses seront logiquement des cibles privilégiées pour le rayonnement, puisqu'elles occupent davantage d'espace. Parmi elles, une molécule clef de la vie biologique est l'ADN (acide désoxyribonucléique) qui compose le noyau de chaque cellule et qui porte le code génétique définissant l'ensemble des caractéristiques innées de l'individu: c'est le centre de commande de la vie biologique.

Une petite erreur de code produite par l'ionisation d'un atome se traduira par une modification de la réaction déterminée par ce code, pouvant alors modifier des caractéristiques importantes de la cellule. Les effets biologiques de cette transformation seront différents selon que la cellule touchée est une cellule ordinaire de l'organisme: cellule somatique, ou une cellule sexuelle: cellule reproductrice.

S'il s'agit d'une cellule somatique. Celle-ci peut devenir aberrante et incontrôlable et donner naissance à un tissu étranger, envahissant et dévastateur, qu'on appelle un cancer. Les cellules les plus sensibles aux rayonnements sont celles qui se multiplient le plus vite, par exemple les cellules de la peau ou celles de la moelle osseuse qui fabriquent les cellules du sang. C'est pourquoi les cancers radio induits sont le plus souvent des cancers de la peau ou des cancers du sang, parmi lesquels les plus connus sont les leucémies.

Pour les effets cancérigènes, les données sont relativement sûres. Des désaccords subsistent dans la polémique scientifique mais ils ne dépassent guère un facteur 3 à 4 sur l'importance de l'effet. Jusqu'à présent les études n'ont porté que sur l'effet des irradiations externes. Pour l'effet des contaminations internes, les données expérimentales fiables sont quasi inexistantes. Tchernobyl nous montre que les effets cancérigènes les plus importantes proviendront de la contamination interne.

Si la cellule touchée est une cellule reproductrice, cellule du testicule ou cellule de l'ovaire, la modification de l'ADN peut être source d'anomalie génétique. Dans le cas où cette cellule est fécondée, l'anomalie génétique (ici aberration chromosomique) peut provoquer un avortement précoce, c'est-à-dire dans les premières semaines de la grossesse, et, du fait de sa précocité, l'avortement peut passer totalement inaperçu, se manifestant éventuellement par des règles un peu tardives et un peu plus abondantes qu'à l'ordinaire. C'est  ce qui arrive le plus fréquemment en cas d'anomalie génétique importante, touchant les chromosomes. Mais quelquefois la grossesse peut se maintenir et aboutir à la naissance d'un enfant porteur de malformation congénitale.

Il se peut également que l'anomalie soit très localisée, touchant sélectivement un gène et constituant alors une mutation génétique. Les plus fréquentes de ces mutations sont dites récessives, ce qui signifie qu'elles sont présentes mais, cachées par le gène dominant normal, ne se manifestent pas. Elles constituent cependant une anomalie héréditaire transmise selon les lois de la génétique. Elles sont susceptibles d'apparaître et de provoquer une maladie après une ou plusieurs générations, au hasard des rencontres des stocks génétiques paternels et maternels. Il faut ajouter qu'il existe des possibilités, encore mal connues, de reconnaissance des gènes anormaux et de réparation de ces gènes par la cellule elle-même.

En ce qui concerne l'effet du rayonnement sur le patrimoine génétique nous ne connaissons presque rien. Essentiellement des expériences faites sur des animaux de laboratoire. Les effets génétiques pourraient bien être la composante majeure des conséquences d'un accident nucléaire grave, mais ce "détriment" est un détriment vicieux, pervers, parce qu'il peut être relativement faible dans les premières générations et augmenter au cours du temps parce que certains défauts du patrimoine génétique vont se propager dans les générations futures suivant des mécanismes mal connus.

Après avoir étudié l'effet du rayonnement sur les molécules, nous allons nous intéresser aux conséquences sur les populations. Nous n'examinerons ici que le problème des cancers radio-induits.
 

  1. Ces cancers sont absolument identiques aux cancers "naturels". Il n'est donc pas possible de les identifier parmi l'ensemble des cancers, de déclarer radio induit  un cancer observé sur un individu donné même si celui-ci a été irradié (et inversement).
  2. Pour la même irradiation, l'induction de cancer dépendra fortement des individus, en particulier du système immunitaire.
  3. Pour un groupe assez important d'individus irradiés, on pourra observer un accroissement de la fréquence des cancers qui dépendra du niveau de l'irradiation.
  4. L'apparition clinique de ces cancers ne se fera qu'après un temps de latence très long, de 2 ans pour les leucémies à plusieurs décennies pour les autres cancers.
Ces propriétés interdisent toute approche individuelle pour l'étude expérimentale des effets cancérigènes du rayonnement, ainsi que pour la fixation du risque par les systèmes de radioprotection. Seule, une approche statistique a un sens, mais à condition de disposer de données de mortalité parmi une cohorte suffisamment importante numériquement, et pendant une très longue période. Dans une société nucléaire, les statistiques de mortalité deviennent des matériaux stratégiques qu'il est dangereux de laisser dans le domaine public !!

Lorsqu'une population a été irradiée, le bilan de la mortalité par cancers radio induits dans cette cohorte ne peut se faire que de deux façons:

Voici deux exemples d'études statistiques sur l'effet des rayonnements.

V LES LEUCEMIES DE SELLAFIELD

 
En 1983, en Grande-Bretagne, une controverse éclate au sujet de taux de cancers et de leucémies surélevés, chez les enfants, dans le voisinage de SELLAFIELD (une usine de retraitement des combustibles irradiés). Une commission d'enquête officielle confirme les faits sans pour autant fournir une explication précise. En février 1990, Martin GARDNER établit une relation fortement significative entre la sur-incidence de leucémies et l'irradiation. (avant la conception) des pères employés à l'usine. L'auteur suggère que l'irradiation des pères pourrait entraîner des mutations, au niveau de leur cellules reproductrices, responsables de l'apparition des leucémies chez les enfants. C'est la première fois qu'un tel résultat est observé chez l'Homme. Pourtant celui-ci est en parfaite cohérence avec les conclusions des expériences conduites par Taisei NOMURA sur prés de 25.000 souris.

Si les études épidémiologiques formulent l'hypothèse d'une relation de cause à effet sans la prouver, la biologie moléculaire doit pouvoir apporter des réponses aux questions soulevées. Les mécanismes d'altération du patrimoine génétique par les rayonnements ionisants commencent à être bien connus. Mais, aujourd'hui, la découverte de "gènes potentiels du cancers" (oncogènes) et de "gènes protecteurs" (anti-oncogènes) nous laisse entrevoir en pointillé le cheminement qui, à partir d'agents physiques (radiations) ou chimiques, pourra conduire à plus ou moins long terme à des dérèglements graves du fonctionnement cellulaire. Si les cellules atteintes sont les cellules reproductrices, c'est alors la descendance qui supportera le fardeau des mutations induites, chez les parents, par l'exposition professionnelle ou par des facteurs de l'environnement.

Pour l'ensemble du dossier voir l'ACROnique du nucléaire n° 13.

VI PATHOLOGIE THIROIDIENNE MORPHOLOGIQUE RADIO INDUITE PAR DE FAIBLES DOSES D'IRRADIATION CERVICALE: APPORT D'UNE ENQUÊTE EPIDEMIOLOGIQUE DE COHORTE.

L'étude a porté sur une population de 396 patients  irradiés pour un angiome cutané (tumeur bénigne d'origine vasculaire) dans l'enfance (recul moyen 22 ans) par de faibles doses de radiations ionisantes (< 1 Gy), à proximité de la thyroïde. Plusieurs études épidémiologiques ont établi que: En revanche le devenir des sujets irradiés des îles Marshall après l'explosion de Bikini, suggère que les isotopes de l'iode à demi vie brève ont un effet tumorigène plus important que l'iode 131, ce qui est attribué à un débit de dose plus élevé.
Le recrutement.
A l'institut Gustave Roussy plus de 5000 enfants porteurs d'un angiome cutané ont été traités entre 1941 et 1973 par différentes techniques de radiothérapie ayant des débits de dose très variables. Parmi les 1137 patients irradiés qui ont répondu, 396 enfants (305 filles et 91 garçons) ont eu leur thyroïde exposée en raison soit de la proximité de l'angiome (moins de 5 cm pour une irradiation bêta pure), soit du type d'irradiation (gamma ou x); 95 % d'entre eux ont été irradiés au cours de leur première année.

La dosimètrie.
Disposant pour chaque patient d'un dossier technique de l'irradiation, il a été possible de calculer la dose délivrée à la thyroïde. Il est a noter que ces doses sont faibles puisque 98 % d'entre elles sont inférieures à 1 Gy.

Les traitements ont été regroupés en 2 catégories :

Les résultats
Les 396 patients de cette cohorte ont été surveillés en moyenne 22 ans. Au terme d'un bilan clinique et scintigraphique, 38 patients étaient porteurs d'une anomalie morphologique thyroïdienne.
ANOMALIE MORPHOLOGIQUE OBSERVEE DANS UNE COHORTE DE 396 PATIENTS IRRADIES DANS L'ENFANCE POUR UN ANGIOME CUTANE
Longue durée
Faible débit
N=178
Courte durée
Fort débit
N=103
Association des deux types
N=115
Sexe
Garçon/Fille

45/133

24/79

22/93

Année de traitement
Médiane
Extrèmes

1962
1943-1972

1968
1955-1973

1964
1946-1973

Dose thyroïde
Moyenne
Extrème

0,094
<0,00001-2,01

0,075
<0,00001-2,74

0,084
<0,00001-0,87

Débit de dose thyroïde
moyenne (Gy/s)

5 10-6

138 10-6

5 10-6

Goitre observé
8
8
8
Nodule observé
1
4
9

 
Chez 24 d'entre eux, il s'agissait d'un goitre simple, soit un taux d'incidence de 30 pour 1000 personnes par an et par gray. Aucune influence du sexe n'a été observée. 14 enfants ont développé un nodule thyroïdien unique (treize bénins et un cancer papillaire). Le taux d'incidence est de 1,8 pour 1000 personnes par an et par Gy. Le risque de nodule était trois fois plus élevé parmi les femmes. Pour ces deux anomalies morphologiques, le risque augmentait avec la dose : le risque relatif par gray était de 3 pour les nodules et de 4 pour les goitres.
Le débit de dose n'affecte pas le risque de goitre, en revanche le risque de nodule était augmenté dans le groupe de sujets irradiés avec un fort débit.
Conclusion
Cette étude épidémiologique rétrospective portant sur 396 enfants irradiés pour un angiome cutané apporte des informations sur les séquelles thyroïdiennes à long terme de faibles doses de radiation ionisante (< 1 Gy ). Source
"Médecine et science" Août Septembre 1993
Les auteurs :  P.Fragu, INSERM-  F.de Vathaire, INSERM - P.François, service de  radiologie Toulouse -M.F. Avril, dermatologie - I. Gustave Roussy.


Pour en savoir plus, se reporter à:
- La Radioactivité et le Vivant.
 les effets biologiques du rayonnement.
  par Roger Belbéoch.  page 15 à 19  novembre 1990.
- Santé et Rayonnement.
 effets cancérigènes des faibles doses de rayonnement.
  GSIEN/CRII-RAD janvier 1988.

Liens

Articles dans l'ACROnique du nucléaire