Réponse de l’ACRO aux attaques de la CRII-Rad

6 mai 2004
mise à jour du 12 juillet 2004

La CRII-Rad a récemment mis en ligne et diffusé sur des listes de discussion des documents où l’ACRO est tour à tour qualifiée de « collabo » et de « révisionniste ». Nous ne pouvons que regretter ce genre de polémiques stériles, mais comme la diffamation est source de soupçon, il nous faut répondre.

Derrière ces insultes, la CRII-Rad reproche à l’ACRO de participer à un ouvrage collectif, « Les silences de Tchernobyl » publié aux éditions Autrement, au programme humanitaire CORE et de siéger dans des commissions officielles. Il nous parait plus sain de demander des précisions sur ce genre d’implication que de jeter l’anathème. Si nous respectons le travail de la CRII-Rad sur l’impact de la catastrophe de Tchernobyl sur le territoire français, nous ne pouvons que déplorer ses méthodes inquisitoires qui la décrédibilisent.

« Collabo »

Couverture du livre "Les silences de Tchernobyl"Une attaque est venue suite à la parution du livre « Les silences de Tchernobyl, l’avenir contaminé », ouvrage collectif paru aux éditions Autrement en avril 2004 et dirigé par Guillaume Grandazzi et Frédérick Lemarchand, sociologues au Laboratoire d’Analyse et Socio-Anthropologie du Risque (LASAR) de l’université de Caen Basse-Normandie. Ce qui est reproché au livre, c’est d’être coordonné par deux personnes qui auraient participé à un programme humanitaire en Biélorussie, programme lui même coordonné par J. Lochard du Centre d’Etude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire (CEPN), association administrée et financée partiellement par l’industrie nucléaire.

Malgré la proposition qui lui était faite, la CRII-Rad a refusé de participer à l’ouvrage qui comprend une partie sur l’émergence de l’expertise citoyenne et a harcelé les éditeurs pour qu’ils ajoutent un texte à l’insu de tous où ils traitaient de « collabos » les coordinateurs et les membres du programme CORE. L’éditeur a bien entendu refusé. Ce genre de méthode est totalement effarente. Nous n’osons pas imaginer la réaction de la CRII-Rad si quelqu’un s’était essayé à faire de même à l’un de ses ouvrages. L’attaque a pourtant été renouvellée sans vergogne sur des listes de discussion mentionnant l’ouvrage.

Sur le fond, pourquoi ne pas appliquer ce même type de critiques à la CRII-Rad quand elle fait des études payées par des Commissions Locales d’Information (CLI) avec l’accord des représentants du nucléaire qui y siègent et l’argent de l’industrie ? Seule la CRII-Rad resterait vertueuse dans ce genre de situation ? Ironiquement, c’est exactement le même genre de sophisme qu’utilise l’industrie nucléaire pour désavouer des résultats dérangeants: sous prétexte que l’ACRO ou le LASAR ont des liens avec les associations anti-nucléaires, leurs études ne seraient pas honnêtes.

Les habitants de Biélorussie et d’Ukraine touchés par la catastrophe de Tchernobyl sont abandonnés. Le projet CORE est quasiment le seul projet humanitaire sur place. Si l’ACRO participe, c’est de manière entièrement bénévole, seuls les frais de mission étant pris en charge par le gouvernement suisse. Nous allons aider un groupe de mères de famille qui veut mettre en place un réseau de surveillance de la radioactivité, à se constituer, à organiser sa surveillance et comprendre les résultats pour lui permettre de changer ses habitudes et ses relations avec l’environnement. La démarche est avant tout humanitaire et citoyenne, dans une région extrêmement pauvre et sous informée, où la notion d’association n’existe pas. Les analyses seront faites, bien évidemment, avec l’aide du laboratoire Belrad dirigé par le prof. Nesterenko, tant pour les aspects métrologiques que formateurs.

Aider une population à gérer au quotidien une situation grave et complexe ne signifie pas cautionner cette situation, mais la comprendre et agir. Ce travail s’inscrit dans la continuité de celui que l’ACRO mène depuis des années dans le cadre de sa surveillance citoyenne de l’environnement des installations nucléaires. En effet, nous avons toujours eu le soucis d’orienter notre démarche pour travailler « avec » la population et non pas « pour » celle-ci. Evidemment, d’autres approches sont possibles, comme la promotion de la pectine. Mais nous pensons que l’appropriation d’un savoir par les populations a l’avantage de ne pas pouvoir être récupéré par quiconque.

Révisionniste

L’autre critique concerne la participation de membres de l’ACRO à un groupe de travail pluraliste chargé d’établir un bilan de l’impact de la catastrophe de Tchernobyl sur le territoire français et présidé par le très controversé professeur Aurengo. La CRII-Rad accuse ce dernier de publier des articles tendant à minimiser les conséquences des retombées de Tchernobyl et les études effectuées par l’Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (IRSN) sur ce sujet. Ce qui est vrai. Elle « alerte donc le gouvernement sur l’opération révisionniste qui se développe en France et fait obstacle à l’instruction conduite par Mme Bertella Geffroy sur le dossier Tchernobyl. » (communiqué de presse CRII-Rad du 26 avril 2004)

Plus précisement, dans le document CRII-Rad qui critique l’article d’Aurengo, p3, on peut lire que selon le professeur Aurengo, « La carte IRSN 2003 « suscite une controverse car les valeurs auxquelles il aboutit sont très significativement différentes de celles usuellement admises auparavent ». Affirmation CONTESTABLE. Il serait en effet exact de dire « usuellement admises par les laboratoires officiels » mais certainement pas par celui de la CRIRAD, ni par les scientifiques du GSIEN, ni de façon générale par le milieu associatif (si l’on excepte le cas particulier de l’ACRO). » Sans aucune autre explication.

Cette accusation implicite de complicité de révisionnisme est d’autant plus surprenante que nous n’avons jamais rien écrit sur le sujet. Est-ce parce que nous siégeons dans cette commission que nous cautionnerions tous les écrits de son président ? Que dire alors de l’IRSN qui y siège aussi ? Notre participation nous avait déjà valu une diatribe par le passé, à laquelle nous avons répondu (voir l’ACROnique du nucléaire 61 de juin 2003). Cela n’empèche pas la CRII-Rad de publier le document sur son site Internet sans corriger les erreurs factuelles.

Ce genre d’accusation est complètement ridicule. Ce n’est pas parce que nous participons à un groupe de travail que nous cautionnons les propos de son président ou des autres membres. La commission, en tant que telle, n’a encore jamais rien publié. Le moment venu, nous déciderons de notre attitude vis-à-vis du rapport. La CRII-Rad, pourra alors nous juger sur les faits et non sur de prétendues intentions.

ConclusionDevise Shadok :"Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes"

L’engagement de l’ACRO et son action sont relatés dans son journal, l’ACROnique du nucléaire, où sont « tracées » dix huit années inlassablement consacrées à la mesure, l’analyse, la recherche et l’information en faveur non pas d’un lobby, mais de tous ceux qui désirent savoir. Libre à chacun de se faire une opinion.

Nous nous battons pour plus de transparence sur l’impact des activités liées au nucléaire et de démocratie sur les choix technologiques. Nous avons pour principe d’accepter les ouvertures faites dans ce sens par les autorités en participant à de nombreux groupes pluralistes, même si elles nous apparaissent souvent bien timides et que le fonctionnement pourrait être amelioré. Cette prise en compte du tiers-secteur scientifique est encore nouvelle en France et nous devons expérimenter les procédures de consultation mise en place avant de les rejeter en bloc. C’est un travail bénévole difficile et délicat que nous essayons d’assumer du mieux que l’on peut, même s’il comprend des risques de se tromper ou de voir notre position mal interpretée. La CRII-Rad a fait d’autres choix que nous respectons. Il faut qu’elle apprenne à respecter d’autres méthodes de travail.

Au-delà de la polémique stérile engagée par la CRII-Rad, nous estimons que les questions sur le fonctionnement de l’ACRO sont légitimes, nous sommes prêts à répondre à toute question sur nos actions.

La CRII-Rad continue ses attaques

Mise à jour du 12 juillet 2004

Enfin un interlocuteur valable dit la CRII-Rad en ce regardant dans un miroir.
Dans une lettre envoyée au Réseau Sortir du Nucléaire datée du 15 mai 2004, le président de la CRII-Rad écrit à propos du livre « Les silences de Tchernobyl, l’avenir contaminé » : « Aussi surprenant que cela puisse paraître à certains, nous pensions également que les textes rédigés par ceux qui apportent régulièrement leur caution au lobby nucléaire ne seraient guère critiquables. Il est clair, en effet, que pour conserver sa domination,  le lobby nucléaire ne peut agir à visage découvert […]. Il a donc besoin de couvertures (ce que nous avons appelé les « sociétés écrans »). […] Les milieux universitaires et associatifs sont des cibles de choix.  » Explicitement visés à la fin de la lettre : MUTADIS, le LASAR et l’ACRO sans la moindre preuve, précision ou texte. Qu’est ce qui nous vaut d’être classé dans l’axe du mal, puisque nos écrits sont qualifiés de « guère criticables » ?

Dans une lettre envoyée à ses adhérents, datée du 21 juin 2004, le président de la CRII-Rad renouvelle ses accusations acerbes en explicitant ses critères : « Aujourd’hui, nous ne comptons plus les laboratoires associatifs, privés ou publics qui se proclament indépendants. […] Lorsque l’on accepte, pour pouvoir survivre, l’argent de l’Etat ou des exploitants, on peut toujours clamer son indépendance mais ce ne sont plus que des mots ». Visée, entre autre, l’ACRO puisqu’il n’y a que 2 laboratoires associatifs en France. Pourtant, comme l’ACRO, la CRII-Rad reçoit un soutien de l’Etat via une Convention Pluriannuelle d’Objectif (CPO) signée avec le Ministère de l’Ecologie, ainsi que pour ses emplois jeunes. Ce qui ne l’empèche pas de proclamer que « la CRIIRAD a choisi de rester du côté des loups » alors que l’ACRO serait tenue en laisse par le lobby nucléaire. Comment disent les enfants ? « C’est çui qui dit qui y est » ?

Les courriers en question ne contiennent pas la moindre preuve pour appuyer les accusations très graves qu’ils contiennent et relèvent de la colomnie, voire du délire paranoïaque. Mais, c’est sans vergogne que le président de la CRII-Rad conclu sa lettre aux adhérents en menaçant : « ceux qui pratiquent la calomnie doivent savoir qu’ils ne le feront pas impunément ».

Ancien lien