Actuellement, le laboratoire de l’ACRO offre la possibilité de mesurer le radon dans l’air, le tritium (HTO) dans les eaux et les radionucléides émetteurs gamma, quelle que soit la matrice. D’autres mesures sont en cours de développement.

Les méthodes d’analyses sont conformes aux normes existantes ainsi qu’aux exigences organisationnelles et techniques fixées par la norme ISO/CEI 17025.

A ce jour, le laboratoire dispose d’agréments pour l’ensemble des mesures de la radioactivité dans l’environnement qu’il effectue ainsi que pour la mesure du radon.

États des lieux, points zéro, suivis pluriannuels, mesures ponctuelles dans l’environnementCaractérisation radiologique des déchets industriels spécifiques (DIS)Contrôles de denrées alimentaires Contrôle des effluents résiduaires en sortie d’établissements hospitaliersDépistage obligatoire du radon dans les lieux publicsKit radon pour les particuliers
L’ACRO possède 25 ans d’expérience sur le terrain, des prélèvements à l’interprétation des résultats, en passant par l’analyse (choix des indicateurs, prélèvements, traitement des échantillons, analyse de la radioactivité ; commentaire des résultats).
Pour voir quelques exemples d’études réalisées par l’ACRO, cliquez ici.
Nous consulter pour plus d’informations.
La caractérisation s’effectue par une analyse qualitative et quantitative des radioéléments émetteurs gamma (chaînes naturelles des Uranium 238 et 235, Thorium 232, le potassium 40, ainsi que les radioéléments artificiels) par spectrométrie gamma.

En complément de l’analyse, une assistance technique est proposée pour exploiter les résultats en regard de la directive 96/29 Euratom qui sert de texte guide aux autorités compétentes pour statuer sur le devenir des déchets.
Nous consulter pour plus d’informations.

L’ACRO réalise des analyses radiologiques dans les denrées (champignons, légumes, lait, etc.). Il s’agit de vérifier l’absence de contamination liée aux retombées de Tchernobyl , de Fukushima ou dans le cas de problématiques particulières (proximité d’installations nucléaires de base (INB), post-accidentel, etc.).
Nous consulter pour plus d’informations.

Les contrôles concernent la recherche et le dosage des radioéléments artificiels émetteurs gamma utilisés dans le domaine médical et en recherche (Tc-99m, I-131, Tl-201, Ga-67, Co58, Co-57, etc.).

En complément de l’analyse, une assistance technique est proposée pour exploiter les résultats en regard de la circulaire DGS/DHOS n°2001/323 et de l’arrêté du 23 juillet 2008 qui fixe les règles techniques auxquelles doit satisfaire l’élimination des effluents et des déchets contaminés par les radionucléides, ou susceptibles de l’être du fait d’une activité nucléaire prise en application des dispositions de l’article R.1333-12 du code de la santé publique.
Nous consulter pour plus d’informations.

L’ACRO dispose d’un agrément relatif aux mesures de radon effectuées en vue d’un dépistage ou d’un contrôle pour vérifier les niveaux d’activité en radon définis en application des articles R.1333-15 du Code de la Santé publique et de l’article R.4457-6 du Code du Travail (niveau N1 option A).

L’obligation concerne :

– LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC
Depuis l’arrêté du 22 juillet 2004, les propriétaires de lieux ouverts au public, dans 31 départements prioritaires, ont l’obligation de faire procéder à des mesures (dépistages) d’activité volumique de radon.

Les catégories de lieux ouverts au public actuellement concernées par la réglementation sont :
– les établissements d’enseignement, y compris les bâtiments d’internat
– les établissements sanitaires et sociaux disposant d’une capacité d’hébergement
– les établissements thermaux
– les établissements pénitentiaires

– LES LIEUX DE TRAVAIL 
Depuis l’arrêté du 7 août 2008, pour certaines catégories d’activités professionnelles exercées dans des lieux souterrains, dans les 31 départements prioritaires, les employeurs ont l’obligation de faire procéder à des mesures (dépistages) d’activité volumique de radon.

Pour des obligations normatives, les dépistages ne peuvent être réalisés qu’entre le 15 septembre de l’année en cours au 30 avril de l’année suivante. Ceci afin de se mettre dans les conditions les plus défavorables puisque l’aération des bâtiments pendant les saisons les plus froides est limitée.

Conformément à la norme NF ISO 11665-8 , la durée de mesure, qui fait appel à des dispositifs à intégration passive, ne pourra être inférieure à 2 mois et nécessite une étude préalable afin de déterminer les zones homogènes du bâtiment dans lesquelles seront implantés les détecteurs.

Seuls les organismes habilités à procéder aux mesures d’activité volumique du radon dans les lieux ouverts au public peuvent effectuer le dépistage. [voir les agréments ACRO].

À noter que des travaux doivent être entrepris pour réduire l’exposition au si l’une des concentrations mesurées dépasse 400 Bq/m3.

Ce contrôle réglementaire devra être répété tous les 10 ans (5 ans pour les lieux de travail) et, le cas échéant, à la suite de travaux modifiant la ventilation ou l’étanchéité du bâtiment.
Nous consulter pour plus d’informations.

En France, Le radon est aujourd’hui considéré comme la principale source d’exposition radiologique pour l’Homme. C’est le risque de cancer du poumon qui motive la vigilance à l’égard du radon.

Ce sont les descendants solides du radon, émetteurs de rayonnement alpha, qui en pénétrant dans les poumons avec l’air inhalé, accroissent le risque du cancer dans une proportion comparable à celle du tabagisme passif.

En Europe, il est ainsi estimé que le radon est responsable d’environ 10% des cancers du poumon.

Le risque sanitaire lié au radon dépend de la concentration en radon de son habitation ou de son lieu de travail et du temps d’exposition.

Parce qu’il est facile à détecter, l’ACRO propose de mesurer la concentration dans son logement à l’aide d’un kit radon très simple d’utilisation. Celui-ci se compose de trois détecteurs et d’une notice d’utilisation. Son prix de 50 euros TTC comprend l’acheminement, l’analyse et l’envoi des résultats.

Pour les habitats de grande superficie, vous avez la possibilité de commander des détecteurs supplémentaires au tarif unitaire de 10 euros TTC (pour les adhérents, ce détecteur supplémentaire est fourni gratuitement sur demande).

La période de pose recommandée est de deux mois entre le 15 septembre et le 30 avril de l’année suivante, afin d’obtenir des résultats représentatifs des conditions de ventilation habituelles.
Nous consulter pour plus d’informations.